vendredi 23 novembre 2007

Propositions du Parti Libéral Haïtien pour le sauvetage national.

Vingt Propositions Concrètes pour Lutter

contre La « Vie Chère » et le Chômage

Le PLH considère le quinquennat du Président Préval comme une période de transition entre le règne des fabricants de misère et l’arrivée des créateurs de richesses. Que le Gouvernement en place ait du succès dans ses interventions de sauvetage national, c’est donc une bonne chose pour le PLH et le Peuple Haïtien. Dans le but de faciliter cette réussite collective, le PLH estime qu’il convient de faire cesser la campagne orchestrée contre la Constitution de 1987, de confier le mandat au CEP d’organiser , en toute indépendance, les élections indirectes, via les collectivités territoriales et les élections prévues pour le renouvellement du tiers du Sénat et de mettre en œuvre un Programme National de Sauvetage Collectif (PNSC) pour lutter contre la vie chère et le chômage révoltant qui sévissent dans notre pays. En vue de contribuer à l’élaboration de ce PNSC qui doit être simple et immédiatement opérationnel, le PLH formule vingt propositions concrètes réparties de la manière suivante :

Agriculture et Environnement

  • faire appliquer la loi du 31 juillet 1975 sur l’obligation du propriétaire foncier de mettre sa terre en valeur. Ce faisant, on pourrait mettre en culture plus de 25 000 ha (vingt cinq mille hectares) de terres cultivables actuellement non cultivées afin de faire baisser le prix des produits vivriers.

  • mettre en production 10 000 Ha (dix mille hectares) de forêts énergétiques sur les terres non agricoles appartenant à l’Etat et aux particuliers concernés. Question de réduire la pression sur les ressources naturelles et le prix du charbon de bois

  • établir, à l’entreprise, 5 000 (cinq mille) bassins piscicoles de tilapia standardisés pour gestion manuelle à raison de 500 par département géographique en vue de produire des protéines à moindre coût.

  • appuyer, sans discrimination aucune, les associations de pêcheurs, les projets et entreprises de production nationale de lait, de viande et des œufs à partir de matières premières locales en leur accordant des crédits bonifiés à 4% d’intérêt sur une période de 10 ans supportés par l’Etat Haïtien et non par l’Agence d’Exécution de l’Opération de Crédit.

  • interdire l’agriculture sarclée dans les portions critiques des bassins versants stratégiques où seront mis en culture 2 000 Ha (deux mille hectares) de vergers améliorés de citrus , de mangues et d’autres arbres fruitiers dans le cadre d’un programme de crédit supervisé exécuté par la Banque Nationale de Crédit (BNC).

Industrie et Infrastructures

· Privatiser la gestion de tous les ports ouverts de la République par appel d’offre international selon un cahier de charges présenté par le Ministère de tutelle en vue de créer des emplois durables en lieu et place des postes de complaisance.

· Encourager la mise en œuvre de la loi Hope en adoptant des mesures incitatives à la fois concrètes et cohérentes telles que conditions de sécurité à la carte, fourniture d’électricité préférentielle, amélioration du réseau routier et de la circulation automobile, exemptions fiscales modulées en raison de l’investissement consenti dans le reboisement , etc.

· Etablir un partenariat avec le secteur privé pour créer des emplois /Jeunes en liaison avec la mise en route du Service Civique National et accorder aux entreprises industrielles un régime préférentiel en ce qui concerne la fourniture d’énergie électrique.

· Voter une loi sur les biocarburants réglementant la production, la transformation et le commerce des biocombustibles créant ainsi de nouvelles opportunités d’emploi et dans le milieu rural et dans le milieu urbain.

· Déclarer le secteur agro-industriel d’intérêt public en exigeant des entreprises qu’elles investissent une part de leurs bénéfices dans la production de la matière première et en leur fournissant un traitement préférentiel comparable au régime adopté pour la mise en œuvre de la loi Hope.

Tourisme et Environnement

  • Déclarer toutes les îles adjacentes zones Ecotouristiques Prioritaires avec interdiction de produire du charbon de bois et d’utiliser des pesticides tout en encourageant la compétition entre les multinationales pour la mise en route de macro-projets de développement touristique

  • Privatiser la gestion de la Citadelle Henry Christophe, celle de la Forêt des Pins, celle du Parc La Visite et celle du Parc Macaya en élargissant les limites physiques des aires protégées pour en faire des unités de gestion durables de la biodiversité.

  • Ouvrir une ligne de crédit préférentielle pour les opérateurs qui investissent en provinces dans la construction de gîtes, de bungalows et d’hôtels de toutes catégories ainsi que dans la valorisation de produits touristiques basés sur le patrimoine naturel et culturel.

  • Aménager, réaménager et convertir en produits touristiques tout le système national de forts et de redoutes dont la gestion sera confiée à des opérateurs privés.

  • Mettre à la disposition des touristes Haïtiens vivant à l’étranger un système de facilité incluant sécurité garantie depuis l’aéroport jusqu’au point de chute, prise en charge par les mairies concernées de la sécurité des zones de fréquentation touristique et remise de Certificats de Reconnaissance pour inscription au Tableau d’Honneur de la République.

Secteur Social

  • Accorder gratuitement aux agriculteurs qui exploitent plus que la superficie minimum envisagée dans la Constitution ( à préciser) une police d’assurance couvrant les risques liés aux catastrophes naturelles et aux pertes imputables aux défaillances du système de quarantaine animale et végétale.

  • Privatiser la gestion de l’ONA (Office National D’Assurance Vieillesse) en lui permettant de remplir les fonctions pour lesquelles il a été créé. Ce qui évitera la pratique de détournement des fonds de l’institution au préjudice des gagne-petit.

  • Instituer le Service Civique comme prévu dans la Constitution selon un partenariat avec les Eglises dotées de facilités physiques et logistiques pouvant se prêter à une telle fonction.

  • Renforcer le système de cantines scolaires et le confier aux opérateurs privés de l’éducation sous la supervision du Ministère concerné qui doit prioriser le pain de l’instruction en lieu et place du pain de blé et de froment.

  • Etablir un système d’hôpitaux de référence (public/para-public/et privé) chargés de fournir gratuitement les premiers soins à tout malade en difficulté moyennant un protocole d’accord adopté à cet effet.

Voies et Moyens

La mobilisation de ressources nationales pour le financement de ces vingt propositions passe, le cas échéant, par les mesures suivantes :

  • Réduction des dépenses somptuaires (cadeaux princiers – voyages avec de fortes délégations au mandat mal défini- subventions de complaisance – lobbying excessif-etc)

  • Fermeture des ambassades non indispensables en les regroupant en unités diplomatiques de développement

  • Cessation des activités d’entités publiques inefficaces, inutilisées et\ou inutilisables comme l’INARA, l’OSAMH, le Conseil National de Sécurité Alimentaire et autres bureaucraties du genre et recycler leur personnel dans le PNSC.

  • Fusionner les ministères du Tourisme et de la Culture et arrêter le flux des subventions non essentielles.

  • Porter progressivement l’effort fiscal à 15 % du PIB et introduire la fiscalité écologique.

  • Réduire les dépenses pour les élections en mettant à profit le Service Civique National

  • Faire des carnavals et des grandes manifestations culturelles une source d’opportunités économiques.

Conditions d’application

Quatre conditions majeures d’application sont nécessaires pour la mise en œuvre du Programme National de Sauvetage Collectif.

  • La dépolitisation de l’administration publique où doivent fleurir le mérite et la compétence en lieu et place du clientélisme politique. Le PNSC sera confié en partie aux opérateurs privés par appel d’offre national et/ou international selon au moins quatre lots séparés.

  • La professionnalisation croissante de la PNH et la mobilisation effective de la justice dans la lutte contre la corruption, la drogue et l’impunité pour le triomphe de l’Etat de Droit.

  • Le renforcement du régime de séparation des pouvoirs en encourageant le fonctionnement harmonieux des trois pouvoirs (Exécutif, Législatif et Judiciaire) et en faisant respecter les compétences des institutions indépendantes.

  • La mise en œuvre d’une politique effective de population et de renforcement des capacités en vue de mieux valoriser le capital humain.

Conclusion

Le Gouvernement en place est libre d’accepter ou de ne pas accepter Les Vingt Propositions qui sont, d’ailleurs, interdépendantes et inter- reliées. A noter que le PNSC n’exclut pas les autres programmes du Gouvernement supportés par la communauté internationale. Celle-ci est là pour nous aider mais l’aide ne peut donner les résultats escomptés si nous refusons le travail de fond et l’engagement responsable.

En prenant l’initiative de formuler de telles propositions au peuple Haïtien, le PLH veut montrer que ‘’ la vie chère ‘’ et le chômage ne sont point des fatalités et qu’il est possible de les terrasser en utilisant une autre forme de gouvernance économique et politique. L’Histoire jugera.

Novembre 2007.

Enregistrer un commentaire