lundi 28 janvier 2008

Charles-Henry Baker conseille René Préval de suivre le programme du Parti RESPE.

Malawi Women pound the remains of their maize crop into flour to make the local maize porridge in Dedza district.

(Evelyn Hockstein for The New York Times)

A l'émission AVEC L'OPINION Charles-Henri Baker soutenait que son approche était réaliste et faisable. On ne peut résoudre la question haïtienne sans un projet national: production nationale et défense nationale.

Production nationale: Agriculture, commerce et industrie + Défense Nationale: PNH (Police nationale d'Haïti) et FAD'H (Forces Armées d’Haïti) = Prospérité.

Il nous avait promis un article du journal Herald Tribune (que nous publions au bas du texte et sur faisant état d'une réalisation similaire en Afrique dans un pays connu sous le nom de MALAWI.

Grâce à une mobilisation nationale, le gouvernement de ce petit pays pauvre, qui connaissait la famine, a résolu le problème. Il suffisait de donner des intrants aux petits cultivateurs pour que Malawi devienne aujourd'hui un pays exportateur de produits agricoles.

Charlito soutient qu'il avait raison en 2006, son plan est réaliste et réalisable. Il conseille au pouvoir en place de suivre ses conseils en vue d'alléger la souffrance de la population.

Cyrus Sibert,
Cap-Haïtien, Haïti
28 janvier 2008.


Ending famine, simply by ignoring the experts

By Celia W. Dugger

Published: December 1, 2007

LILONGWE, Malawi: Malawi hovered for years at the brink of famine. After a disastrous corn harvest in 2005, almost five million of its 13 million people needed emergency food aid.

But this year, a nation that has perennially extended a begging bowl to the world is instead feeding its hungry neighbors. It is selling more corn to the World Food Program of the United Nations than any other country in southern Africa and is exporting hundreds of thousands of tons of corn to Zimbabwe.

In Malawi itself, the prevalence of acute child hunger has fallen sharply. In October, the United Nations Children's Fund sent three tons of powdered milk, stockpiled here to treat severely malnourished children, to Uganda instead. "We will not be able to use it!" Juan Ortiz-Iruri, Unicef's deputy representative in Malawi, said jubilantly.

Farmers explain Malawi's extraordinary turnaround — one with broad implications for hunger-fighting methods across Africa — with one word: fertilizer.

Over the past 20 years, the World Bank and some rich nations Malawi depends on for aid have periodically pressed this small, landlocked country to adhere to free market policies and cut back or eliminate fertilizer subsidies, even as the United States and Europe extensively subsidized their own farmers. But after the 2005 harvest, the worst in a decade, Bingu wa Mutharika, Malawi's newly elected president, decided to follow what the West practiced, not what it preached.

Stung by the humiliation of pleading for charity, he led the way to reinstating and deepening fertilizer subsidies despite a skeptical reception from the United States and Britain. Malawi's soil, like that across sub-Saharan Africa, is gravely depleted, and many, if not most, of its farmers are too poor to afford fertilizer at market prices.

"As long as I'm president, I don't want to be going to other capitals begging for food," Mutharika declared. Patrick Kabambe, the senior civil servant in the Agriculture Ministry, said the president told his advisers, "Our people are poor because they lack the resources to use the soil and the water we have."

The country's successful use of subsidies is contributing to a broader reappraisal of the crucial role of agriculture in alleviating poverty in Africa and the pivotal importance of public investments in the basics of a farm economy: fertilizer, improved seed, farmer education, credit and agricultural research.

Malawi, an overwhelmingly rural nation about the size of Pennsylvania, is an extreme example of what happens when those things are missing. As its population has grown and inherited landholdings have shrunk, impoverished farmers have planted every inch of ground. Desperate to feed their families, they could not afford to let their land lie fallow or to fertilize it. Over time, their depleted plots yielded less food and the farmers fell deeper into poverty.

Malawi's leaders have long favored fertilizer subsidies, but they reluctantly acceded to donor prescriptions, often shaped by foreign-aid fashions in Washington, that featured a faith in private markets and an antipathy to government intervention.

In the 1980s and again in the 1990s, the World Bank pushed Malawi to eliminate fertilizer subsidies entirely. Its theory both times was that Malawi's farmers should shift to growing cash crops for export and use the foreign exchange earnings to import food, according to Jane Harrigan, an economist at the University of London.

In a withering evaluation of the World Bank's record on African agriculture, the bank's own internal watchdog concluded in October not only that the removal of subsidies had led to exorbitant fertilizer prices in African countries, but that the bank itself had often failed to recognize that improving Africa's declining soil quality was essential to lifting food production.

"The donors took away the role of the government and the disasters mounted," said Jeffrey Sachs, a Columbia University economist who lobbied Britain and the World Bank on behalf of Malawi's fertilizer program and who has championed the idea that wealthy countries should invest in fertilizer and seed for Africa's farmers.

Here in Malawi, deep fertilizer subsidies and lesser ones for seed, abetted by good rains, helped farmers produce record-breaking corn harvests in 2006 and 2007, according to government crop estimates. Corn production leapt to 2.7 billion metric tons in 2006 and 3.4 billion in 2007 from 1.2 billion in 2005, the government reported.

"The rest of the world is fed because of the use of good seed and inorganic fertilizer, full stop," said Stephen Carr, who has lived in Malawi since 1989, when he retired as the World Bank's principal agriculturalist in sub-Saharan Africa. "This technology has not been used in most of Africa. The only way you can help farmers gain access to it is to give it away free or subsidize it heavily."

"The government has taken the bull by the horns and done what farmers wanted," he said. Some economists have questioned whether Malawi's 2007 bumper harvest should be credited to good rains or subsidies, but an independent evaluation, financed by the United States and Britain, found that the subsidy program accounted for a large share of this year's increase in corn production.

The harvest also helped the poor by lowering food prices and increasing wages for farm workers. Researchers at Imperial College London and Michigan State University concluded in their preliminary report that a well-run subsidy program in a sensibly managed economy "has the potential to drive growth forward out of the poverty trap in which many Malawians and the Malawian economy are currently caught."

Farmers interviewed recently in Malawi's southern and central regions said fertilizer had greatly improved their ability to fill their bellies with nsima, the thick, cornmeal porridge that is Malawi's staff of life.

In the hamlet of Mthungu, Enelesi Chakhaza, an elderly widow whose husband died of hunger five years ago, boasted that she got two ox-cart-loads of corn this year from her small plot instead of half a cart.

Last year, roughly half the country's farming families received coupons that entitled them to buy two 110-pound bags of fertilizer, enough to nourish an acre of land, for around $15 — about a third the market price. The government also gave them coupons for enough seed to plant less than half an acre.

Malawians are still haunted by the hungry season of 2001-02. That season, an already shrunken program to give poor farmers enough fertilizer and seed to plant a meager quarter acre of land had been reduced again. Regional flooding further lowered the harvest. Corn prices surged. And under the government then in power, the country's entire grain reserve was sold as a result of mismanagement and corruption.

Chakhaza watched her husband starve to death that season. His strength ebbed away as they tried to subsist on pumpkin leaves. He was one of many who succumbed that year, said K. B. Kakunga, the local Agriculture Ministry official. He recalled mothers and children begging for food at his door.

"I had a little something, but I could not afford to help each and every one," he said. "It was very pathetic, very pathetic indeed."

But Kakunga brightened as he talked about the impact of the subsidies, which he said had more than doubled corn production in his jurisdiction since 2005.

"It's quite marvelous!" he exclaimed.

Malawi's determination to heavily subsidize fertilizer and the payoff in increased production are beginning to change the attitudes of donors, say economists who have studied Malawi's experience.

The Department for International Development in Britain contributed $8 million to the subsidy program last year. Bernabé Sánchez, an economist with the agency in Malawi, estimated the extra corn produced because of the $74 million subsidy was worth $120 million to $140 million.

"It was really a good economic investment," he said.

The United States, which has shipped $147 million worth of American food to Malawi as emergency relief since 2002, but only $53 million to help Malawi grow its own food, has not provided any financial support for the subsidy program, except for helping pay for the evaluation of it. Over the years, the United States Agency for International Development has focused on promoting the role of the private sector in delivering fertilizer and seed, and saw subsidies as undermining that effort.

But Alan Eastham, the American ambassador to Malawi, said in a recent interview that the subsidy program had worked "pretty well," though it displaced some commercial fertilizer sales.

"The plain fact is that Malawi got lucky last year," he said. "They got fertilizer out while it was needed. The lucky part was that they got the rains."

And the World Bank now sometimes supports the temporary use of subsidies aimed at the poor and carried out in a way that fosters private markets.

Here in Malawi, bank officials say they generally support Malawi's policy, though they criticize the government for not having a strategy to eventually end the subsidies, question whether its 2007 corn production estimates are inflated and say there is still a lot of room for improvement in how the subsidy is carried out.

"The issue is, let's do a better job of it," said David Rohrbach, a senior agricultural economist at the bank.

Though the donors are sometimes ambivalent, Malawi's farmers have embraced the subsidies. And the government moved this year to give its people a more direct hand in their distribution.

Villagers in Chembe gathered one recent morning under the spreading arms of a kachere tree to decide who most needed fertilizer coupons as the planting season loomed. They had only enough for 19 of the village's 53 families.

"Ladies and gentlemen, should we start with the elderly or the orphans?" asked Samuel Dama, a representative of the Chembe clan.

Men led the assembly, but women sitting on the ground at their feet called out almost all the names of the neediest, gesturing to families rearing children orphaned by AIDS or caring for toothless elders.

There were more poor families than there were coupons, so grumbling began among those who knew they would have to watch over the coming year as their neighbors' fertilized corn fields turned deep green.

Sensing the rising resentment, the village chief, Zaudeni Mapila, rose. Barefoot and dressed in dusty jeans and a royal blue jacket, he acted out a silly pantomime of husbands stuffing their pants with corn to sell on the sly for money to get drunk at the beer hall. The women howled with laughter. The tension fled.

He closed with a reminder he hoped would dampen any jealousy.

"I don't want anyone to complain," he said. "It's not me who chose. It's you."

The women sang back to him in a chorus of acknowledgment, then dispersed to their homes and fields.

mercredi 23 janvier 2008

Violence à la Plaine du Nord, des policiers sont en difficultés.

Cyrus Sibert, Kontak Inter 94.9 FM,,

Nous avons appris, de source digne, qu'actuellement la population de la commune de Plaine du Nord, une localité située à environ 12 kilomètres de la ville du Cap-Haïtien, mène un mouvement de protestation qui risque de tourner en une attaque contre le commissariat de la localité. La cause, un citoyen a été battu à mort par des policiers cantonnés dans la zone sous l’ordre et la supervision d’un agent de police connu sous le nom de OBLAIN, originaire de Bahon. Le prévenu est décédé. Mécontente, la population entend se faire justice.

Depuis plusieurs mois, la population du département du Nord fait face à des actes barbares de la part de certains policiers qui se livrent à des actes de bastonnades contre des citoyens maîtrisés et sans défense. Trou du Nord, Fort Liberté, Saint-Raphaël, Dondon, sont des villes au niveau desquelles on rapporte ces cas de violations systématique des droits de la personne humaine. Au Cap-Haïtien des policiers de l'UDMO (anti-émeute) ont bastonné un jeune jusqu'à crever son oeil gauche. Au commissariat de la ville, l'état physique des personnes arrêtées confirme les actes de tortures.
Paradoxalement, une délégation du Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l'homme effectue, actuellement, une visite d'évaluation dans le Nord. On se demande si ces policiers n'agissent pas suivant un plan bien déterminé visant à révolter la population et/ou à rendre le gouvernement en place coupable de violation des droits de humains devant les instances internationales.

A plusieurs reprises nous avions signalé le niveau d'implication politique de plusieurs policiers qui ne cachent leur activisme politique. Leur opération bastonnades, de violation systématique des droits, semble être bien organisé. Sa justification, ils maltraitent la population et cela en même temps dans plusieurs villes de la région.

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
23 Janvier 2008

mardi 22 janvier 2008

Le mode de désignation de Guyler C. Delva, une menace pour la liberté de la presse.

Cyrus Sibert, AVEC L’OPINION,
Radio Kontak Inter 94.9 FM
Cap-Haïtien, Haïti
48, Rue 23 -24 B,

Le journaliste Guyler C. Delva a été désigné par le gouvernement comme candidat haïtien au prix mondial de la liberté de la presse Guillermo Cano que décernera l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation la Science et la Culture (Unesco) le 3 mai prochain. « Nous avons porté le choix sur Guyler C. Delva pour l'engagement et la détermination qu'il a fait montre dans la lutte pour la liberté de la presse », déclare le ministre de la culture, Eddy Lubin, lors d'une conférence de presse le 17 janvier au siège du ministère. Le Ministre et son Directeur Général ont ainsi félicité notre confrère et justifié la décision du gouvernement haïtien de le nommer pour le prix international de l’UNESCO sur la liberté de la presse.

Pour certain secteur, c’est un bon choix. Sur Internet, dans le groupe de l’ACM (Association of Caribbean Media Workers), on lit des notes de félicitation. Tout le monde est aux anges. Le texte publié par AHP (Agence Haïtienne de Presse) circule sur tous les sites web. Monsieur Delva est satisfait de sa nomination. Il a déclaré : « Je remercie le Ministère de la culture pour le choix qu'il a fait de moi. Nous croyons que nous allons remporter le prix. Cela nous encourage à continuer la lutte, et aller de l'avant ».

Dans la société haïtienne, c’est le silence. On refuse d’opiner sur la question. Les associations de journalistes ne réagissent pas. Qui ne dit rien consent : on peut en déduire une acceptation de fait de la décision du gouvernement. Et l’on continue de croire, malgré tout, dans l’avancement de la démocratie en Haïti.

Nous partageons l’unanimité sur l’engagement continue de Guyler C. Delva en faveur de la liberté de la presse. Nous reconnaissons également en lui un journaliste professionnel qui travaille depuis longtemps dans des situations difficiles en vue d’informer la population et de permettre aux citoyens de faire entendre leur voix. De plus, nous avions été bénéficiaires de ses engagements et ses prises de position, quand en 2003, à Radio Maxima, nous étions sous les feux des chimères Lavalas et des attachés à la solde d’Aristide. Cependant, nous nous réservons le droit de contester la façon dont il a été désigné.

La liberté est le produit d’une lutte continue entre l’Etat - l’incarnation de la force et les citoyens légitimement munis de droits naturels. A la faculté de Droit de l’INUJED au Cap-Haitien, notre professeur de Droit administratif nous disait : L’Etat est envahissant. Il cherche continuellement à envahir l’espace privé. C’est aux citoyens de s’organiser pour établir les frontières à travers des lois. Ils doivent réviser en permanence les bornes et endiguer les propensions des autorités à outrepasser leurs prérogatives. L’Etat est naturellement totalitaire. Il cherchera à contrôler même les songes du citoyen. Le fascisme et le stalinisme en sont des exemples probants de dérives étatiques.

Suivant cette logique, comment comprendre cette façon de Préval et Alexis de s’arroger le droit de désigner un journaliste haïtien pour un prix international, sans consulter les associations de journalistes ? Après les dossiers d’assassinats de Jean-Dominique et de Brignol Lindor, peut-on accepter que le régime en place instrumentalise la presse dans le but de se créer plus de visibilité au niveau international ?

Si en 1990, des militants progressistes avaient accepté que toutes les luttes du peuple haïtien pour la liberté et la démocratie soient mises au service d’Aristide et de son gouvernement Lavalas, en 2008, les journalistes haïtiens doivent réagir pour contester, non Guyler C. Delva, mais cette tendance du Président René Préval à utiliser la presse à des fins gouvernementales.

A travers le monde les associations de journalistes et les organisations de droits humains luttent contre les projets des gouvernements à contrôler les organes d’expression. C’est le cas en Italie, en Russie, en France...
[Les médias sous contrôle de l’État (Le mythe de la liberté de la presse en France) :]

Le mouvement indigéniste avec François Duvalier, l’armée d’Haïti (FAD’H) avec les généraux après 19986, le mouvement populaire pour la liberté et le progrès avec leaders de gauche/Lavalas en 1990, l’Eglise Catholique avec Aristide, la société civile avec des opportunistes en 2003 sont autant de mouvements instrumentalisés par des hommes en vue d’accéder et de garder le pouvoir d’Etat. Journalistes haïtiens, allez-vous accepter que la presse soit inféodée au Palais National après tant de lutte pour la liberté d’expression?

Même dans la misère et la faim dont parlait André Lachance, le journaliste-formateur canadien, nous ne devons pas accepter un tel état de fait.
[Lachance :]
Cette façon de désigner un journaliste pour un prix international sans consulter les principales associations de journalistes est un mauvais précédent. Les journalistes doivent élever leur voix pour dénoncer cette façon de faire. Si nous l’acceptons, demain un gouvernement dictatorial pourra désigner n’importe quel fanatique tortionnaire ou propagandiste pour le prix international de l’UNESCO sans nous consulter. Et nous serons bien obligés de l’accepter. La liberté est une lutte continue et sans relâche. Nous devons avoir le courage de dire non quand l’Etat dépasse ses limites. Il doit respecter ses frontières et ne pas s’immiscer dans la vie privée des citoyens et des associations.

Pour le jugement de nos confrères qui acceptent la mise sous tutelle de la presse par le gouvernement incompétent du Président René Préval et de son Premier Ministre Jacques Edouard Alexis nous citons :

Les douze mots les plus terrifiants de la langue anglaise sont : I am from the Government and I am here to help you (je suis du gouvernement, je viens vous aider).

Ronald Reagan.

« l’avorton surnaturel de la société », un « boa constrictor », « le plus grand scandale de la société et en même temps le foyer de toutes les corruptions », dont les fonctionnaires sont des « sycophantes grassement payés » et « un grouillement de vermine ».

Karl Marx (extraits de « Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte » et de « La guerre civile en France », cités par Serge-Christophe Kolm)

Ne demandez pas ce que l’Etat peut faire pour vous. Demandez ce que les hommes de l’Etat sont en train de vous faire.

David Friedman

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
22 Janvier 2008

jeudi 17 janvier 2008



Haiti-Observateur. Semaine du 16/1/08.

Soumis à Réseau Citadelle le Jeudi, 17 Jan 2008 11:43:00 -050031

Dr Gérard Etienne.

En Haïti,on va à la politique non pas en citoyen libre ( liberté ici au sens d’émancipation et d’indépendance par rapport aux institutions étatiques,)mais en subordonné à un chef de qui l’on attend quelque gratitude.On trouvera toujours des prétextes pour illustrer son attitude,entre autres la certitude de décrocher un emploi magistralement bien rémunéré et surtout celle de franchir le seuil du pouvoir sans lequel on est une blatte qu’on écrase en .lisant GOUVERNEURS DE LA ROSEE de Jacques Roumain dans cette société féodale. Même dans la diaspora où dans des pays à démocraties bourgeoises (la populaire ayant échoué avec l’écroulement du Mur de Berlin) le goût du pouvoir (ou de gouverner) l’emporte face à la compétence, la diplomation et l’expérience.L’être haïtien demeure marqué par toutes les séquelles esclavagistes et par tous les phénomènes de colonisation ou, si l’on préfère, par les commandements des maîtres blancs.

Sauf qu’à la fuite planifiée par les « amis d’Haïti» du dernier monarque J.B.Aristide, nous étions persuadés que les habitants du pays allaient engager un dialogue d’adulte pour montrer au monde qu’ils pouvaient retrouver les moments épiques qui ont marqué leur collaboration avec les autres nations du monde.C’aurait été, après les Duvalier,un dialogue vraiment patriotique qui aurait comblé nos insuffisances du 19e siècle et ceci malgré les grands événements et malgré le discours non démagogique des penseurs pour qui Haïti fut une psychose de grandeur.Nous pensons à la révolution de Goman/Acaau ( révolution anti féodale )aux affrontements aux forces féodales menés avec tact et stratégies par le parti libéral sous la direction du Noir Anténor Firmin et du mulâtre Boyer Bazelais.Même sous le gouvernement de Salomon on notait des actes qui faisaient d’Haïti une terre souveraine. C’est avec cette photographie de notre pays que nous avions à l’esprit l’urgente nécessité d’un dialogue comme moteur de notre entrée dans le 21e siècle.

Mais qui était placé pour représenter, à l’instar de Dumarsais Estimé,le leader incontesté de production,les forces productives, l’Education, l’Economie, la Politique, la Santé,la Diplomatie,etc.)Qui aurait dû demeurer notre guide de salut public?Celui qui a choisi le crime dans une thèse de licence en anthropologie religieuse à la Faculté de théologie ou celui qui, à l’instar de Laraque en 1946 menait sa campagne présidentielle sous l’équation travail-ordre-méthode.Qui pouvait prétendre posséder des qualités qui l’auraient amené à dépasser tous les actes pervers d’une gouvernance qui nous a imposé l’occupation américaine.Non.Ne répondez pas à ces questions avant de poser ce postulat :en Haïti,le pouvoir du haut jusqu’au bas de la pyramide est la formulation de la puissance impartiale aux yeux d’un monde non informé. .Et ceci avec tous les corollaires qu’il engendre : le noirisme, le tribalisme, le fascisme, le totalitarisme, le pouvoir absolu, les problèmes de psychopathie etc.)

Cependant la constitution de 1987 est venue mettre un peu d’ordre dans les désordres, dans les dérapages des gouvernementaux qui assassinaient leurs adversaires et dilapidaient les fonds publics.De Moncton (N.-B.)Canada j’avais reçu une dizaine d’exemplaires de ce document qui, en soi, était un reniement d’une politique articulée autour de la présidentielle monarchique. Quelques mois après l’adoption de la constitution de 1987,un chef féodal en donnait la version machiavélique :« une constitution,disait-il, est un morceaux de papier à déchirer devant le symbolisme du pouvoir».Il n’en fallait pas plus pour que en 1991,l’individu Ben Dupuy ,à la tête d’une troupe de Bossales d’Aristide, se jette sur des parlementaires à coups de bâton,invités à vider les lieux pour ne pas corrompre le peuple avec quelque projet de loi antigouvernementale.Et depuis le Parlement haïtien devient un groupe de citoyens choisis et nommés par un chef féodal qui en fait ses domestiques selon ses bons caprices.La preuve, c’est qu’en 1999,le Chef féodal René Préval aura desrtitué la 45e législature préférant soumettre sa colonie à la guillotine des décrets.

Cependant après la fuite de son jumeau Jean Bertrand Aristide, Beaucoup d’entre nous vivaient avec l’espoir de voir un parlement exercer un pouvoir parallèle à celui de l’exécutif. C’était mal évaluer les forces intellectuelles de nos parlementaires puisque rien n’a changé dans leur comportement ni dans le fonctionnement d’un régime parlementaire de type occidental. En effet ils continuent à payer le prix de parlementaires domestiques selon la politique traditionnelle haïtienne qui préfère la puissance d’un petit nombre au salut du peuple. La 48e législature projette l’image non pas de représentants élus du peuple pour en défendre les intérêts, mais de sujets nommés du Monarque président pour en recueillir des récompenses. Car ça fait longtemps que les actes pervers de l’exécutif auraient dû alerter une législature dont le rôle consiste à sanctionner la moindre erreur ayant une influence sur la sociologie populaire. Sur ce point le gouvernement Préval/Alexis franchit le seuil de l’inacceptable même dans une colonie qui a perdu son statut de République. Car graisser la patte aux Don Costes,Joseph Jean avec des millions qui auraient pu nourrir des milliers d’enfants,nommer à la tête de la Commission de désarmement un terroriste du type de Boukman,déclarer dans un discours primaire qu’un Chef D’Etat proclamé ne peut faire des miracles pour donner à manger à son peuple,dilapider les fonds publics en vue de récompenser les organisateurs des voyages officiels,les réceptions et les propagateurs de mensonges,c’est comme si l’on crachait sur le visage du peuple et que ses représentants à la chambre basse et à la chambre haute applaudissaient au geste des grands chefs. On pourrait, sous cet angla-là insérer la question des élections On se rappelle l’impertinence du Premier Ministre Alexis qui pendant de longs mois a gardé secret le résultat des Territoriales pour se donner un prétexte d’éviter la formation du CEP permanent.Il reviendra, ces jours-ci, avec la même maudite stratégie, la mise en boîte des élections indirectes toujours pour la noyade d’un CEP permanent. Mais attention!Les lavalassiens sont les maîtres incontestés du mensonge et de la désinformation. Au parlement qui se garde de protester contre les jeux hypocrites d’un exécutif, on fera cadeau d’un tiers du Sénat pourvu que les amis du régime soient élus ou que des Sénateurs vassaux de l’exécutif reviennent à la chambre haute à la suite d’une élection manipulée par le pouvoir.


Savoir d’abord que les parlementaires représentent un pouvoir dont l’essence rappelle dans le fonds et dans les formes, celui du Palais national.Savoir aussi qu’on symbolise une action politique dont les résultats contribuent à l’épanouissement ou au coma du peuple. A partir de ce moment on vise une liberté qui consiste à inviter au Parlement des Chefs afin qu’ils répondent à toutes les questions qui entravent le développement du peuple sur tous les plans. Un Parlement averti n’aurait jamais dû accepter la nomination d’un Boukman à la tête d’une commission d’Etat ni celle d’un repris de justice dans un organisme d’Etat. Sans parler de toutes les magouilles mentionnées plus haut au sujet des élections.

Non seulement ces élections dénotent l’incapacité de la 48e d’y jouer un rôle proportionnel au pouvoir conféré par le peuple, mais à défaut d’une cohésion indispensable aux Parlementaires.on ne sait ni sur quel pied danser, ni comment se situer par rapport à un gouvernement qui veut exercer ses pouvoirs sur des subordonnés/domestiques.Invité à commenter la situation,le Sénateur du Sud-est Joseph Lambert se la ferme sous peine de recevoir en plein cœur les flèches de l’exécutif.Rudy Hérivaux,lui,nage sous les nappes d’un marécage.» les dix Sénateurs ,dit-il,doivent continuer à siéger dans la mesure où leur mandat n’est pas encore arrivé à terme.Ils ne peuvent pas être victimes d’une situation dont ils ne sont pas responsables a-t-il mentionné relatant ainsi les retards du CEP en ce qui concerne l’organisation des élections en vue de renouveler le tiers du Sénat.Quant aux Sénateurs concernés( c’est-à-dire qui devraient partir le deuxième lundi du mois de janvier 2008 )le soleil ne se lève ni à l’Est ni à l’Ouest :« Mon mandat,déclare le Sénateur François F.Bergromme prendra fin le 9 mai 2008,je suis dans l’attente d’une décision de l’assemblée des Sénateurs.» Mais du même souffle il laisse tomber : « il est logique que les Sénateurs restent en poste jusqu’à l’organisation de nouvelles élections »

Avec l’absence d’un siège dû au décès du Sénateur Noël Emmanuel Limage le Parlement aura droit à 11 postes de Sénateurs à la Chambre haute au cas où dix Sénateurs partiraient.Donc on prévoit le dysfonctionnement du Sénat s’il est amputé de 11 membres.Seulement faute d’une position CLAIRE sur la question depuis des mois,la chambre haute recevra des coups assez durs de l’exécutif qui imposera ses exigences vu que les élections pour le renouvellement du Tiers du Sénat se tiendront en retard.On ira même plus loin en affirmant qu’une politique de corruption et de décrets bidon pourra combler l’absence d’un tiers du Sénat..


Nous interpellons nos parlementaires en leur donnant cet avertissement : si jamais ils continuent à se mouvoir dans leur panier de crabes au point d’être les domestiques zombi fiés d’un pouvoir qui perd le sens des pôles, alors ils porteront le poids de l’apocalypse qui s’abat sur le pays et qui nous fait perdre notre souveraineté de peuple.

Dr Gérard Etienne.

Haiti : Mauvaise nouvelle pour un pays de chômeurs.


Haïti à la traîne dans le classement mondial de la liberté d’investissement

Sur 157 pays, elle n’arrive qu’au 138e rang de l’Indice annuel de la liberté économique publié par la Heritage Foundation et le Wall Street Journal
Haïti occupe la 138e place mondiale en matière d’investissement, l’une des positions les moins enviables, selon le 14e Indice annuel de la liberté économique publié conjointement mercredi par la Heritage Foundation (Fondation Héritage) et le Wall Street Journal.

Dans ce baromètre de l’économie mondiale, qui présente un diagnostic de la situation de 157 pays, Haïti est sévèrement jugée pour le mauvais état de son environnement des affaires qui fait d’elle l’une des cinq économies les plus en déclin à l’échelle planétaire.

27e sur 29 en Amérique, avec une moyenne largement inférieure à celle de la région, l’économie haïtienne est libre à 48.9% alors que la plupart des autres pays atteignent un indice de 60.3%. Le score haïtien a chuté de 2.4% par rapport à l’année dernière.

La Heritage Foundation et le Wall Street Journal soutiennent qu’un écart d’au moins 20 points sépare notre pays du niveau mondial en ce qui a trait à la liberté financière, d’entreprise, d’investissement, le respect du droit à la propriété et à la possibilité d’échapper au cercle vicieux de la corruption. De plus, les capitaux étrangers sont confrontés à de sérieuses restrictions, les investisseurs font face à une bureaucratie arbitraire et l’instabilité politique prolongée a considérablement affaibli les institutions garantes des principes de l’Etat de droit.

Le manque de compétitivité de l’économie haïtienne la rend vulnérable et comparable à celle des autres pays relégués en queue de peloton en raison de leur autoritarisme politique qui paralyse les initiatives dans le secteur des affaires. Sur la liste des économies les moins libres, on retrouve notamment le Vénézuéla (148e), le Bélarus (150e), l’Iran (151e), la Birmanie (153e), la Libye (154e), le Zimbabwe (155e), Cuba (156e) et la Corée du Nord (157e).
A l’inverse, le classement de la liberté d’investissement est dominé une fois de plus par l’Asie-Pacifique, Hong Kong et Singapour terminant respectivement en première et deuxième position pour la 14e année consécutive. Deux autres représentants de la région font partie du Top 10, l’Australie (4e) et la Nouvelle-Zélande (6e).

Les meilleures performances du continent américain reviennent aux Etats-Unis (5e), au Canada (7e) et au Chili (8e).

Côté européen, l’Irlande du Sud (3e), la Suisse (9e) et la Grande-Bretagne (10e) arrivent en tête et devancent largement l’Allemagne et la France, deux puissances économiques mondiales.

L’Indice 2008 de la liberté économique souligne enfin que seules deux zones géographiques, l’Asie et l’Océanie, ont réalisé des progrès substantiels au cours des douze derniers mois. spp/Radio Kiskeya

mercredi 16 janvier 2008

Haïti / Elections : Bruit de démission du directeur général du Conseil Electoral Provisoire.

Selon le journal Lematin du Mercredi 16 Janvier, le directeur général du Conseil Electoral Provisoire serait sur le point de démissionner. Une mésentente entre Jacques Bernard et les conseillers électoraux autour de l’amendement des règlements généraux de l’organisme serait à la base de cette décision. Le pouvoir de faire et de défaire de M. Bernard serait sur le point de se réduire suite aux changements subi par le document.

Le journal a cité une source proche du directeur général qui aurait reconnu l’existence d’une tension entre le M. Bernard et les conseillers. « Les règlements généraux du CEP donnent un certain pouvoir au directeur général pour diriger le CEP vers l’organisation d’élection dans le pays, explique la source qui requiert l’anonymat. Depuis quelques jours, les conseillers électoraux travaillent à la révision de ces lois qui limiteront, à coup sur, les pouvoirs du directeur général dont la situation est devenue très inconfortable ».

Le principal concerné était introuvable jusqu’à ce mercredi. Les conseillers électoraux ont, en tout cas, nié l’existence de conflit au sein de l’organe fraichement installé avec pour principale mission d’organiser, dans le meilleur des délais, les élections pour le renouvellement du tiers du Sénat haïtien.

« Le problème résulte des règlements internes de l’institution qui accordaient des marges de pouvoir élevé au directeur, ce au détriment des conseillers », a reconnu Joseph Jasmin. Le Ministre Chargé des Relations avec le Parlement a toutefois déclaré n’être pas au courant d’une éventuelle démission de Jacques Bernard.

Proposé par le secteur privé pour le représenter au nouveau Conseil Electoral Provisoire, l’Exécutif avait préféré confier le poste de directeur général de l’institution à M. Jacques Bernard. Une décision que le secteur n’avait guère digérée.

Mercredi 16 janvier 2008

Flash ! Flash ! Les marchands du Cap-Haïtien crient ABAS ALEXIS.

Cyrus Sibert, AVEC L’OPINION,
Radio Kontak Inter 94.9 FM
Cap-Haïtien, Haïti
48, Rue 23 -24 B,

Comme annoncé, environ 6000 petits marchands ont gagné les rues de la ville du Cap-Haïtien ce mercedi 16 janvier 2008, vers 10 heures A.M. Ils scandaient des propos hostiles à Jacques Edouard Alexis pour sa mauvaise gestion de la misère et exigeaient le dédouanement de leur marchandises piégées à la douane. Alexis si ou là ou met ale talè konsa moun okap pral leve nan deyè w tel était le refrain durant tout le parcours.

On pouvait signaler un nette augmentation des participants.

Faut-il noter que des leaders politiques comme Elusca Charles de l'OPL, avaient, dans la soir du 15 janvier 2008, appelé tous les citoyens à supporter le mouvement : C’est un mouvement civique qui vise à faire comprendre au pouvoir central qu’on ne dirige pas un pays aux mépris des citoyens. Le gouvernement doit prendre en compte la misère des familles.

La chambre de commerce du nord est invitée à s’engager au coté des petits commerçants logiquement comme suite à leur note de presse : LE CRI DE MINUIT publiée le 31 décembre 2007.

N.B. LE CRI DE MINUIT est disponible sur notre blog : , à la rubrique 2007.

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
16 Janvier 2008

mardi 15 janvier 2008

Cap-Haïtien 2008 : Nouvelle manifestation contre le gouvernement en place.

Cyrus Sibert, AVEC L’OPINION,
Radio Kontak Inter 94.9 FM
Cap-Haïtien, Haïti
48, Rue 23 -24 B,

Les marchands de la ville du Cap-Haïtien comptent organiser une nouvelle manifestation contre le gouvernement en place ce mercredi 16 janvier 2008. Ils entendent maintenir la pression sur les autorités haïtiennes qui rendent leur vie impossible avec des mesures douanières injustifiées visant à décourager les petits importateurs et à centraliser le commerce par le renforcement des monopoles proches du pouvoir central.

Dans une intervention sur Radio Kontak Inter, Cap-Haïtien, les petits marchands importateurs ont été très critiques à l’encontre du gouvernement en place. Le bateau dénommé Caribbean Express qui transporte en majorité des biens usés collectés aux Etats-Unis n’arrive pas à débarquer sa cargaison. Des inspecteurs de la douane, sous prétexte de lutter contre la corruption, empêchent aux petits marchands de dédouaner leur marchandises. Après chaque bordereau payé, la brigade anti-contrebande ajoute des frais supplémentaires et ce petit jeu dure environ 3 mois.

En conséquence, les petits marchands importateurs qui ont emprunté l’argent de la banque assistent avec impuissance au pourrissement de leur marchandises. Les marchands qui sont en règle subissent les retards imposés par les douaniers. Ces derniers n’autorisent pas le bateau à débarquer. L’affréteur du navire devra payer pour chaque jour de retard. Quant aux petits marchands ils devront verser des indemnités financières à la banque.

Les petits marchands importateurs se disent en difficulté. Ils entendent réagir.

Au marché de la rue 3, les gens se plaignent de cette situation. Grossistes, petits détaillants, transporteurs, tout le monde critique cette façon de procéder des inspecteurs de la douane dépêchés dans le Nord. A travers la brigade anti-contrebande, ils sont un Etat dans l’Etat et agissent arbitrairement. Les plaignants n’ont aucune voie de recours.

Yolette LAMOUR, l’une des responsables de l’ASOSYASYON MACHAN’N OKAP, nous dit : Ce sont des marchandises, souvent des produits périssables. Pourquoi ils ne fixent pas le montant à payer. A chaque fois ils ajoutent des suppléments. De plus, ils violent la loi en ouvrant nos boites à notre insu. Dans cette circonstance, on peut, facilement, accuser n’importe qui d’avoir importé un objet illicite.

Et pour répondre aux propos du Délégué Georgemain Prophète, insinuant ceux qui manifestent de contrebandiers qui refusent de payer, une autre marchande enchaîne :

Nous disons au délégué : nous sommes des citoyens honnêtes. Nous payons toujours les taxes. Aux Etats-Unis nous payons ce qu’on nous demande de payer. Le problème ici, les représentants de l’Etat travaillent plus à nous décourager qu’à exiger le respect des tarifs douaniers. Ce gouvernement cherche à enlever au peuple les acquis économiques. Avant, les gens du peuple ne pouvaient pas importer. Aujourd’hui, nous voyageons et nous importons sans intermédiaires. C’est là le problème ! Et, les riches profitent de Préval et d’Alexis pour nous ramener en domesticité. Ils veulent de nous des servantes au service de leurs femmes. Cela ne passera pas !

Le marché de la rue 3, où l’on vend des biens usés - [souvent des biens en état jetés par les pays de l’abondance] - représente le centre commercial du Grand Nord. Plus de 80% de la population de la région sont concernés par ce secteur. Les couches les plus vulnérables dépendent des importations faites par ce secteur. Face à la misère, ce marché joue on rôle important. Il permet aux pauvres de prendre part à la circulation de la monnaie. On y trouve des étudiants, des anciens fonctionnaires de l’Etat, tout le monde. Rue 3 est aussi un lieu de transit pour les jeunes en attente d’un avenir meilleurs en Amérique du Nord.

On se demande pourquoi le gouvernement Préval/Alexis attaque-t-il, simultanément, tout le monde ? Pourquoi monopoliser les importations ? On dirait que le gouvernement en place travaille pour les extrémistes. Car les politiques gouvernementales ne prennent pas en compte les couches les plus vulnérables. Nous pensons que toutes les conditions objectives sont réunies pour une révolte populaire. Le milieu rural connaît une misère atroce renforcée par les intempéries de l’année 2007. L’embargo sur les produits avicoles dominicains met sur le banc de touche une grande partie des masses qui résistaient en vendant des œufs bouillis, des sandwiches, des spaghetti et des saucissons. Connaissant les connexions du premier Ministre Jacques Edouard Alexis avec des groupes d’aristidiens extrémistes, on se demande s’il ne recherche pas une révolte populaire anti-Préval? Pourquoi gouverne-t-il au mépris des pauvres ?

En tout cas, ce mercredi 16 janvier 2008, les marchands manifestent à travers les rues de la ville du Cap-Haïtien. Même quand il n’y a pas un leadership considérable oeuvrant dans le sens d’un chambardement total, provoquer inutilement les masses miséreuses au point de les porter à organiser des manifestations ça et là, est un risque gratuit. Gratuit ! Vu qu’on connaît les contrebandiers. Aux dires de Charles Henri Baker : il y a à Port-au-prince un homme fort débiteur de l’Etat pour plus que dix millions de dollars de taxes non payés alors que les représentants de cet Etat s’amuse à emprisonner des créateurs d’emplois pour vingt mille dollars. Ce créateur d’emplois était concurrent à l’appel d’offre pour l’acquisition par l’Etat haïtien de plusieurs dizaines d’autobus. On a profité de son emprisonnement pour l’écarter, au nom de la lutte contre la corruption. Préval et Alexis devraient commencer par récupérer les millions à recevoir et mettre en place les structures capables de faciliter le payement des taxes, sans troubler le commerce fragile qui nous aide à survivre.

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
15 janvier 2008

dimanche 13 janvier 2008

Les sénateurs élus pour deux ans restent en poste en fin de compte jusqu’à l’adoption d’un nouveau décret électoral.

C’est ce qui fait le contenu d’une résolution née d’une ultime réunion tenue Samedi au Palais National entre le Président de la République, les chefs de partis représentés au parlement et des membres du Grand corps. Il reste à l’assemblée des sénateurs d’approuver dès ce lundi cette résolution qui a quand même été prise à l’unanimité.

La rencontre de ce samedi était la troisième du genre en vue d’une décision sur le sort des sénateurs élus pour deux ans. Au cours de la première Jeudi après-midi entre les membres du Sénat et les partis concernés, ces derniers avaient en majorité opté pour le départ de leurs représentants.

Cette entente entre les acteurs concernés évite une nouvelle crise institutionnelle au pays. Il va falloir cependant que le Conseil Electoral provisoire nouvellement reformé se mette au travail afin de d’accoucher une proposition de loi électorale dans le meilleur des délais. C’est après avoir voté texte que les sénateurs qui entrait en poste le 9 mai 2006 pourront partir.Le parlement était divisé jusqu’au début dernier week-end sur le départ ou non des sénateurs élus pour deux ans. Si certains d’entre eux annonçaient leur départ pour ce Lundi, d’autres voulaient rester en poste jusqu’à leur 24e mois.

Selon la constitution haïtienne, le sénat devrait être renouvelé lundi, le 2e du mois de janvier. Le problème c’est que l’élection devant rendre possible ce renouvellement n’a jamais eu lieu à cause pour cause de légitimité de l’ancien Conseil Electoral Provisoire. dimanche 13 janvier 2008

Cap-Haïtien : Premier Kidnapping pour l’année 2008

Cyrus Sibert, AVEC L’OPINION,
Radio Kontak Inter 94.9 FM
Cap-Haïtien, Haïti
48, Rue 23 -24 B,
L’homme d’affaire connu sous le nom de Eddy Boula, propriétaire de la station d’essence ELF de Vertières est kidnappé par des hommes armés venus du Sud du département du Nord (Artibonite ou Ouest).
Le samedi 12 janvier 2008, aux environs de midi, des hommes armés qui se trouvaient à bord d’une voiture Montéro I.O. de couleur blanche ont emmené de force Eddy Boula et six autres personnes qui l’accompagnaient. Tout le long de la route, les bandits ont libéré les autres personnes, pour ne garder que Eddy Boula, homme d’affaire très connu dans la ville. Eddy Boula est l’un de ces nouveaux riches qui achètent tout au Cap-Haïtien, des rumeurs circulent sur ses liens avec le milieu mafieux.
Nous apprenons de source confidentielle que la voiture était immatriculée officielle et que ses occupants ont dû affronter une patrouille policière. Il y a eu des échanges de tires, mais la police n’a pas pu arrêter les bandits. Ces derniers avaient abandonné leur véhicule endommagé pour continuer à bord d’une autre voiture location que conduisaient des employés d’une organisation internationale.
Depuis plusieurs mois, la ville du Cap-Haïtien connait ces genres de scènes de kidnapping. Des bandits venus du Sud du département arrivent en voiture officielle pour opérer tranquillement et repartir sans grand problème. Ces attaques sont menées contre des hommes d’affaire dits liés à la drogue.
Même quand, on considère ces actes au nombre des règlements de compte, la capacité opérationnelle des bandits et les couvertures qu’ils utilisent (plaque officielle, uniformes de police), constituent une source d’inquiétude pour la population toute entière.
Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
13 janvier 2008

samedi 12 janvier 2008

Manifestation au Cap-Haïtien.

Ce samedi 12 janvier 2008, plusieurs milliers de marchands (en majorité des femmes) ont investi les rues de la ville du Cap-Haïtien pour protester contre la politique du gouvernement visant à renforcer les monopoles. En tenue noire et avec coui en main, les marchands ont manifesté leur mécontentement contre la vie chère et les mesures douanières visant à renforcer les monopoles proches du pouvoir Alexis/Préval. La situation économique risque de mettre en difficulté le gouvernement en place.
Nous publierons sous peu un texte complet. Des photos de la manif seront disponibles au bas de notre blog :
Cyrus Sibert
Cap-Haitien, Haiti

dimanche 6 janvier 2008

APN/Cap-Haïtien : Un corps de sécurité parallèle pour les employés syndiqués.

Cyrus Sibert, AVEC L’OPINION,
Radio Kontak Inter 94.9 FM
Cap-Haïtien, Haïti
48, Rue 23 -24 B,

Le Lundi 31 décembre 2007, le corps de sécurité de l’APN/Nord est sous pression. Des membres du syndicat des employés du port de Cap-Haïtien, menés par leur président Lesly Cherfils, estiment inefficace le travail des agents de sécurité et de la sûreté. Ils engueulent Magny, le responsable, et réclament le contrôle de ce service par un corps de sécurité parallèle. Magny refusa de se laisser mener par les membres du syndicat des employés. La tension a monté d’un cran. Heureusement, ce jour là, Lesly Cherfils avait décidé d’ajourner son projet de prendre le contrôle de la sécurité.

Ces informations ont été recueillies de Magny lui même. Dans l’après midi de ce lundi, on pouvait le voir nerveux. Et à la question comment ça va au port? Il nous a répondu : Très mal. L’anarchie règne. Le syndicat cherche à tout contrôler. Nous ne pouvons plus travailler en toute sérénité. Les hommes de la sûreté et de la sécurité qui symbolisent l’application du code ISPS sont continuellement agressés. Vendredi dernier, soit le 28 décembre 2007, on a malmené Gaspard, Ronald Célicourt et moi Magny, le superviseur de la sécurité. Chaque jour, nous devons faire face à des individus qui ne veulent plus respecter les règles. C’est difficile de sécuriser le port. Nous n’avons plus le soutien nécessaire pour faire respecter le code.

Des informations recueillies font état d’une rébellion de certains employés du port face aux exigences du corps de sûreté et de sécurité. Depuis 2004, le port de la ville du Cap-Haïtien applique le code ISPS. Toutes personnes désireuses d’entrer sur l’espace géré par l’APN doivent se plier aux exigences du code ISPS. Depuis le 24 décembre 2007, jour de l’application d’une décision floue par la délégation gouvernementale chargée de négocier avec les syndicalistes en vue de relancer les activités au port, on observe une déchéance dans le niveau de sécurité du port du Cap-Haïtien.

Les agressions que Magny, le responsable du corps de sécurité et ses hommes subissent, sont dues à cette volonté de faire respecter l’ordre. Le vendredi 28 décembre 2007, Ronald Valmyr, assistant capitaine du port, refusa de mettre son badge. Il injuria les agents de sécurité, qui ont voulu l’empêcher de pénétrer dans le port sans afficher une pièce d’identification et agressa Magny. Les agents de sécurité et/ou de sûreté ne pouvaient pas non plus fouiller les quatre personnes qui l’accompagnaient. Cette situation provoqua de vive dispute sur le port. Magny a dû capituler.

En plus des agressions subies par les employés membres du syndicat, il y a les attaques venues de groupes postés devant le port. Rolex, Rico, Célicourt et Magny sont l’objet d’attaques continues d’individus liés à des membres du syndicat, des anciens employés du port, qui avaient été dédommagés par le gouvernement Préval/Alexis, des membres de la Mairie. A deux reprises, on a jeté des pierres sur le responsable de la sécurité.

Même quand Magny promet de ne pas céder aux pressions, le corps de sécurité mérite le support des autorités de l’Etat, s’ils veulent garder le port du Cap-Haïtien dans son statut international. Du 24 décembre 2007 à nous jours, on peut constater que Jean-Renet Latortue incarne l’application du code ISPS. A moins qu’il soit remplacé par un homme rigide, courageux et déterminé comme lui, son absence entraînera le laisser-aller. C’est ce qu’on observe déjà au second port international d’Haïti.

Les comploteurs au sein du personnel administratif, qui ont toujours participé à des mouvements de déchoucage dans l’unique but de renforcer leur marge de manœuvre, ne font rien pour supporter les agents de sécurité dans leur travail et renforcer les mesures de sûreté. Déjà, ils réorganisent les rackettes et activités de contrebande. Devant la barrière, beaucoup de ceux qui ont pris part au mouvement de protestation, attendent les clients pour leur proposer un moyen de contourner l’administration. Ils agissent avec l’appui de plusieurs membres du personnel administratif qui, tranquillement, attendent la recette du jour. Il est logique que ces responsables qui, actuellement, sont en position de force, n’agiront pas dans le sens d’un code ISPS jugé contre-productif pour leur petit business. Le gouvernement doit prendre en main la sécurité du port de la ville. Le Grand Nord ne souhaite pas perdre son port international, un acquis pour son développement.

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
6 Janvier 2008

jeudi 3 janvier 2008


Le 22 Septembre 2007 dernier, Monsieur Jean-Claude Duvalier, ancien président d’Haïti, envoyât un message de réconciliation au peuple haïtien. Cet évènement éveillât les passions, des discussions politiques s’ensuivirent, et la nostalgie s’installât dans certains cœurs. Pour les fêtes de fin d’année 2007, Mr. Duvalier présentait ses vœux les meilleurs a la nation haïtienne. C’était un geste très louable et appréciable.

Selon des sources non-officielles, Mr. Jean-Bertrand Aristide, ancien président d’Haïti, envoyât a maintes reprises, au cours de ces trois dernières années, des messages codés a ses partisans. Avec l’internet, il est archi-facile de communiquer avec ses amis et ses ennemis.

Les partisans de ces deux anciens chefs d’Etat réclament leur retour en Haïti.

Je m’abstiens de verser dans le passé pour faire un étalage des bonnes ou mauvaises actions posées par ces anciens présidents ou de même les comparer. Un plan national n’a jamais existé d’alors, doublé d’une manque de vision. Un fait demeure : Port-au-Prince, sous les deux gouvernements sus-cités, fut le centre névralgique de toutes machinations politiques. Apres tout, la conjoncture politique actuelle m’en interdit, elle crie et continue de crier très fort pour un nouveau leadership.

- Haïti a besoin d’un leader qui a fait preuve de son dévouement pour le peuple.

- Haïti a besoin d’un leader qui va sacrifier ses intérêts personnels au dépends des intérêts de ses concitoyens.

- Haïti a besoin d’un leader charismatique qui peut unir le pays.

- Haïti a besoin d’un leader qui a une vision et un plan et qui peut les partager avec toutes les couches sociales du pays.

- Haïti a besoin d’un leader nationaliste qui défendra ses intérêts quelque soient les circonstances.

- Haïti a besoin d’un leader qui est capable de lier les intérêts de l’Elite Haïtienne, de la classe moyenne, et les besoins des masses populaires.

- Haïti a besoin d’un leader qui n’hésitera pas a conduire le pays dans une voie de développement ou certaines factions ne voudraient pas y aller a cause de leurs intérêts de caste.

Que vous soyez duvaliériste ou aristidien, être haïtien prend la primauté sur toutes les autres affiliations. La question maintenant est de savoir quel est et quel sera votre contribution dans cette marche inexorable de l’histoire vers le devenir de la nation. Un pays ne meure jamais. Les deux « Jean » sont dans le passe...

LeGrand P. Salvant, MBA