Follow by Email / Suivez nous par Email.-

jeudi 7 mai 2009

Peut-on organiser des élections crédibles avec René Préval?





mardi 2 décembre 2008


Par Cyrus SIBERT
Cap-Haïtien, le 02 Décembre 2008 ; (Ré.Cit.).-
Photo de René Préval


"Ce qui compte, ce n'est pas ceux qui votent, c'est ceux qui comptent les votes." (Joseph Staline).

Le 4 novembre 2008, le monde observait l’élection de Barack OBAMA à la présidence des États-unis d’Amérique. L’afro-américain a pu, grâce à un système politique méritocratique remporter les élections. Ceux qui s’attendaient à un coup de force des conservateurs de l’establishment, ont eu la grande surprise: le mérite est l’idée directrice de l'hyperpuissance mondiale, les institutions sont adaptées en ce sens, leur renforcement a toujours été le souci des dirigeants américains. Elles sont là pour neutraliser les réflexes primaires des groupes ou des clans. Même là où le capital règne en maître, le peuple et son vote, légalement exprimé en toute liberté, constituent la base d’une démocratie.

Les élections ne sont pas un moyen de maintenir au pouvoir des régimes en faillite, des dirigeants voyous, comme on le voit dans plusieurs pays du tiers monde dont Haïti. Les lois sur le financement des partis empêchent aux riches et à la mafia d’imposer leurs candidats à coup d’argent sale. Le système de collecte de fonds de campagne reflète l’idée démocratique. Il permet aux citoyens de contrôler le système, grâce à leur contribution. On enquête sur la vie des candidats. Même avec des imperfections, on constate un souci de grande moralité dans le système électoral des États-unis. On est loin de ces élections de chez nous dont les candidats sont des repris de justice, des criminels de droits commun, des corrompus, des narcotrafiquants, des bandits de grands chemins, financés par la mafia et l’argent sale de la drogue, du kidnapping ou par des fonds occultes de pays amis comme le Taiwan. Les élections ne constituent pas un moyen de recycler les voyous et les nuls irresponsables qui à leur actif n’ont rien que la débauche et la perversion.

L’Institution électorale, pierre angulaire du projet démocratique haïtien.

Le mode de renouvellement des dirigeants à la tête de l’État constitue la pierre angulaire de la stabilité en Haïti. L’histoire des régimes dictatoriaux démontre le souci des tyrans de bloquer le cheminement des élites à des postes stratégiques au niveau de l’État. On cherche, comme aujourd’hui, à faire main basse sur la machine électorale. On se souvient encore de ces élections dirigées depuis le Ministère de l’intérieur, de ces résultats imposés par l’armée ou par la police – exemple 21 mai 2000. Les citoyens n’ont pas eu droit de vote. On utilisait toutes sortes de tactiques pour empêcher le vote populaire légalement exprimé et crier victoire avant même la proclamation officielle des résultats. En conséquence, le changement de régime et de politique se fait dans la rue. Dans l’impossibilité de s’exprimer, la subversion reste l’alternative. D’où l’instabilité que connaît Haïti depuis son indépendance. Les observateurs de la communauté internationale critiquent souvent les insurgés et les rebelles, les accusant d’être à la base des chambardements. Nous estimons ces critiques superficielles et irresponsables, car les observateurs ne sont pas sans savoir les dispositions de planification des fraudes électorales. Ils sont souvent complices. Le 14 novembre 2008, lors d’un point de presse du Chef Civil a.i. de la MINUSTAH Oumar BA dans le Nord, nous avions appris que l’appui de la MINUSTAH au Conseil Electoral Provisoire s’arrête à la sécurité et à la logistique. La Mission n’entend pas superviser tout le processus. C’est une affaire haïtienne. En réponse à la question: Pourquoi n'observez vous pas tout le processus, c’est à dire du recrutement du personnel de l’appareil aux opérations de vote? La réponse est: Notre travail s’arrête à la sécurité et à la logistique (transport et entreposage).

Une réponse inquiétante, vu que tout le monde est au courant des projets de main mise de la Présidence sur le Conseil Electoral Provisoire; déjà il est bruit que certains dossiers déposés par des jeunes diplômés pour intégrer l'appareil électoral au niveau des Bureaux Electoraux Communaux (BEC) du Nord sont portés disparus. L’ancien premier Ministre Jacques Edouard Alexis, à travers les cinq Ministères qu’il contrôle, finance déjà sa campagne électorale. Le Ministère de l’Intérieur se prépare à diriger comme aux temps des Duvalier, les élections. Les BED (Bureaux Electoraux Départementaux) seront aux mains des hommes du régime. Les présidents de bureau de vote seront des hommes d’Alexis. Toute la machine électorale actuelle sera dominée par le pouvoir en place. On s’achemine vers des élections officielles de jadis.

La démocratie n’avancera pas. Comme en 2000, les pressions du Palais national sur l'institution électorale en vue d'obtenir des élections officielles accoucheront la polarisation de l’espace politique, des conflits, des affrontements et l’instabilité.

Quel intérêt a un citoyen moral à participer à des joutes qui ne viseront qu’à redorer l’image des criminels, des trafiquants de drogue et des corrompus?

Dans le Nord, il est évident que les élections sénatoriales catapulteront Moise Jean-Charles, un homme accusé par une enquête de l"OEA d'incendies criminelles, impliqué dans le meurtre de Guy Salvant, le frère du Député de Limonade- Quartier Morin Hugues Célestin et Nawoon Marcelus ancien député Lavalas de la Grande Rivière du Nord accusé par l’Ambassade des Etats-unis de trafic de drogue. Car le CEP étant une succursale de Jacques Edouard Alexis, le peuple ne pourra pas s’exprimer en faveur d’autres candidats populaires.

La pédagogie des élections

Pourtant, les élections devraient constituer l’axe central du processus démocratique en Haïti. L’organisation de joute électorale devrait donner à la nation la possibilité de changer de politique sans violence, mais à travers les urnes. Le filtrage des candidats à partir de leur casier judiciaire et de leur niveau moral devrait servir d’exemple et encourager les jeunes à rejeter la délinquance. Les débats entre candidats devraient jouer un rôle d’éducation et de sensibilisation des citoyens face aux grands défis de la nation.

Les confrontations idéologiques devraient permettre de réduire les élans populistes d’explications faciles et de rejeter les approches manichéennes. En Haïti, nous sommes loin de cet objectif. Nous avons une démocratie sans le droit. Les résultats des élections de 1990 que l'on se tue à qualifier dans les milieux diplomatiques, de 1ère élection crédible dans l'histoire d'Haïti, ont été publiés sur les ondes de Radio France Internationale et les foules du candidat populaire Lavalas n’ont pas permis le respect scrupuleux de la loi électorale en ce qui concerne les protestations, le contrôle des procès-verbaux, etc. En 2006, la rue a encore une fois imposé le Président Préval avec 48% des votes exprimés, alors que la loi électorale réclamait 50% plus 1. Nous sommes loin d’avoir des élections crédibles en Haïti. Le processus électoral en reste une mascarade pour légitimer les criminels, les corrompus, les apprentis dictateurs et leur pouvoir personnel.

Conclusion

Le Président René Préval refuse de respecter les échéances constitutionnelles. Depuis son élection à la tête de l’Etat d’Haïti, il y a tout fait pour ne pas organiser des élections. Plusieurs diplomates qui le supportent ont abondé dans le même sens, répétant qu’Haïti organise trop d’élections. Ainsi, il n’a pas organisé les élections indirectes qui devaient renforcer la tradition électorale en élisant un Conseil Electoral Permanent, comme le veut la constitution en vigueur. Le parlement n’est pas renouvelé. Il avance vers un disfonctionnement de fait, car en 2010, le Sénat sera amputé de 2/3. Devant ce constat des dérives de la part du Chef de l'Etat, le consensus trouvé pour sa nomination par la communauté internationale en 2006 ne tient plus. En lieu et place du renforcement de la démocratie, il s'entête à manœuvrer, à affaiblir les institutions, dans le but de garder le pouvoir directement ou indirectement. La stratégie des démocrates devrait être de continuer la logique de blocage du processus électoral, jusqu’à la fin du mandat du Président René Préval. Car, il est connu de tous que le Palais national s’active à contrôler les Bureaux Electoraux Départementaux, les bureaux au niveau communal et les bureaux de vote. Le premier Ministre sortant Jacques Edouard Alexis, à partir de cinq (5) Ministères dont l’Intérieur qu’il contrôle promet des élections officielles. A travers le pays, on recrute des bandits comme candidats, membres de l’appareil électoral et/ou hommes de gangs pour les prochaines violences électorales. Avec la position géographique d'Haïti comme voie de transit pour les narcotrafiquants et les criminels de tout poil, on devrait mettre sur pied une procédure de ‘‘vetting’’ sur les candidats afin de réduire les nombres de bandits au pouvoir. La fin du mandat de René Préval et son départ diminueront la pression de ses hommes corrompus sur le système électoral. Une formule Président Provisoire et Premier Ministre Michèle D. Pierre-Louis serait un consensus idéal, pour la poursuite du processus constitutionnel et le rétablissement de la neutralité électorale et de l'esprit de négociation qui existait en 2006, celle qui avait permis à un homme comme René Préval de devenir Président d’Haïti, pour un second mandat. On pourrait profiter de cette nouvelle situation spéciale pour poser à partir d’accords entre les protagonistes de la classe politique et de la société civile, l’amendement de la Constitution ou de l’adoption d’une nouvelle Constitution. La réforme judiciaire et l’organisation des élections sont deux éléments fondamentaux pour la bonne gouvernance et la stabilité en Haïti. On comprend mal que les Nations Unies qui se disent en mission de stabilisation en Haïti refuse de s’engager à fond dans l’institutionnalisation des institutions électorales et judiciaires.

"Ce qui compte, ce n'est pas ceux qui votent, c'est ceux qui comptent les votes." (Joseph Staline).

RESEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 02 Décembre 2008, 12 heures 05.

Aucun commentaire: