Follow by Email / Suivez nous par Email.-

vendredi 31 juillet 2009

Bilten Meteyo Vandredi 31 Jiyè 09


Pou rive jouk 02 Dawou 09


SITIYASYON SINOPTIK NAN KARAYIB LA AK SOU ATLANTIK LA


Yon ond tropikal chita sou Sendomeng maten an. Pi fò selil ki gen lapli ak loraj ki mache ak ond sa, trouve’l sitou sou lanmè Karayib. Kèk aktivite lapli nan kèk zòn rete posib sou peyi d’Ayiti jodia ak demen.

PREVIZYON POU AYITI

- Tan an gen solèy ak kèk nyaj maten an;
- Ap gen nyaj de tanzantan nan fen jounen an ak nan aswè, sitou sou penensil Sid la ;
- Tanperati a ap yon ti jan bon nan lannwit ;
- Lapli ak loraj posib nan kèk zòn jodia ak demen sitou nan Sant, Latibonit, Lwès, Sidès, Sid ak Nip.


PREVIZYON POU PÒTOPRENS AK LÒT ZÒN KI BÒ KOTE’L YO

- Tan an gen solèy maten an;
- Ap gen nyaj nan fen jounen an ak nan kòmansman lannwit lan;

- Pi wo tanperati a ap rive pou jodia se 36°C , pi ba l’ap desan’n se 23°C;
- Gen chans pou lapli tonbe nan kèk zòn nan kòmansman lannwit lan.

Leve ak kouche solèy la pou pòtoprens

Jodia 31 Jiyè leve : 05 è 27 mn kouche :06 è 24mn
Samdi 02 Dawou leve : 05 è 27 mn kouche :06 è 24mn
Dimanch 03 Dawou leve : 05 è 27 mn kouche :06 è 23mn


Previzyon pou Lanmè a
Vandredi 31 Jiyè 09 pou rive 01 Dawou 09

Zòn kotyè Nò
Vandredi & Samdi

* Van an ap soufle nan sektè Ès- Sidès : 15-20 ne;
* Vag yo ap monte 4 – 7 pye ;
* Lanmè a ap yon ti jan ajite

Gòlf Lagonav
Vandredi & Samdi

* Van an ap soufle nan sektè Ès : 20-25 ne;
* Vag yo ap monte : 7 - 9 pye;
* Lanmè a ap ajite;
* N’ap mande vwalye yo, pou yo pran prekosyon nan lanmè a.

Zòn kotyè Sid
Vandredi & Samdi

* Van an ap soufle nan sektè ( Nò- Ès) Ès: 20 - 25 ne;
* Vag yo ap monte: 8 – 12 pye sitou nan laj;
* Lapli ak loraj posib sitou nan laj
* Lanmè a ajite;
* N’ap toujou mande kapitèn ti bato yo, pou yo pa rantre nan mitan lanmè .

Lancement ce jeudi 30 juillet 2009 du mouvement Perspective Citadelle 2020.

Des membres de la délégation de la diaspora haitienne.

Les deux Comités ''Citadelle 2020'' sur le podium.


Mgr Jacques Mary, Me Marcel Ménard et le Ministre Patrick Delatour
(Photos by Stanley Georges 3769-2065, coolstancy@yahoo.fr)


Par Cyrus Sibert
Radio Souvenir FM, 106.1 : souvenirfm@yahoo.fr

Cap-Haïtien, le 31 Juillet 2009

C’est dans la cour du bureau Régional de l’ISPAN que le ‘‘Comité Perspective Citadelle 2020’’ et le ‘‘Comité Citadelle de New York’’ ont lancé officiellement le Forum de Réflexion pour un Plan de développement du Nord. D’entrée de jeu M. Gesner Nelson, Président de PERSPECTIVE CITADELLE 2020 présenta le Comité local. Il est composé de Henry Claude Manigat -Vice Président, Magarette Georges –Trésorière, Mirlène Norzela – Secrétaire, Me Claude Péan - Relations Publiques, Ing, Harald Saint-Preux – Conseiller, James Georges- Conseiller, Ketly Julien- Directrice Exécutif, Marie Lourdes Trott- Conseillère, Steve Mathieu. Il en a profité pour faire l’éloge du Roi Henri Christophe et a justifié leur engagement par une citation de Vilfredo Pareto « Une élite incapable de défendre sa position est appelée à disparaitre » et Maitre Nelson d’ajouter « … le pays avec elle. » Aucun expert ne peu rien nous apprendre de plus sur le développement d’Haïti. [Comme les américains ont su suivre les pères fondateurs -NDLR] « … il nous suffit de suivre l’idéal christophien. La Perpespective 2020 est un prétexte pour définir d’autres actions spécifiques, de mobiliser le peuple en vue de contribuer au développement durable d’Haïti. Projet = idée, idée = représentation d’un phénomène en référence au passé et à une histoire assez proche ou lointaine. Les juifs étaient dispersés de par le monde. Ils croyaient pouvoir vivre loin de leur mère patrie. Le milieu du 20e siècle leur a montré que rien ne vaut la patrie. Le Roi Henri croyait qu’une nation peut avoir des hauts et des bas. Rien n’est définitif. Le Roi Henri croyait dans la renaissance. Au lendemain de notre esclavage il nous a montré la voie de la renaissance. L’idée de renaissance est basée sur le système de valeur fondé sur l’excellence, le courage, le travail bien fait, la mobilité sociale ascendante, l’instruction publique généralisée, la bravoure, l’enseignement supérieur, de grandes constructions, le refus d’accepter le peuple haïtien comme inférieur aux autres, la passion de l’excellence, le respect de la propriété privée, l’honnêteté. La Citadelle doit être un exemple, un moyen de mobiliser tous les citoyens.

Tous les haïtiens devraient se retourner vers la Citadelle chaque matin comme font les juifs pour Jérusalem et les Musulmans pour La Mecque. Nous devons rejeter nos préjugés pour matérialiser l’unité nationale comme Pétion a su dépasser ses préjugés pour reconnaitre Dessalines comme Général de l’Armée indigène et libérer à jamais la terre d’Haïti de troupes françaises. Aucun groupe ne peut s’approprier de la Citadelle. C’est un monument universel. Unissons-nous autour de la mémoire du Roi Henri. Le temps de l’humiliation doit passer.»
Monsieur Harry Fouché de l’organisation ‘‘Haitian-American Consortium’’ qui présidait une délégation de la diaspora des Etats-Unis qui comptait avec la délégation haïtienne pousser les dirigeants haïtiens à mettre en œuvre une série de préparatifs en vue de faire de la période 2010 – 2020 un moment important dans la reconstruction Nationale. « A l’instar des musulmans qui se rendent chaque année à la Mecque en Arabie Saoudite, nous pouvons développer une pratique touristique dans la diaspora et dans toute la Caraïbe qui consisterait à visiter la Citadelle du Roi Bâtisseur Henri Christophe. Une personnalité Caraibéenne si l’on considère qu’il a pris naissance à la Grenade, a combattu en Haïti et à Savannah, pour finir comme Roi progressiste dans le Nord d’Haïti. Un roi qui sur le champ de bataille comme dans l’administration voulait prouver qu’en dépit de la couleur de la peau du l’haïtien, il pouvait être un homme de grandeur. Mais pour le faire, il faut des infrastructures de base. L’Etat doit construire des infrastructures de base. L’aéroport du Cap-Haitien, la route Cap-Haitien Milot, la reconstruction des infrastructures de la ville du Cap-Haitien. »

Monsieur Fritz Clervil du SIMACT, toujours de la diaspora haïtienne appelle les autorités à ternir leur promesses. Expériences vécues, les autorités haïtiennes tiennent difficilement leurs promesses. Une petite route promise par le Ministère des travaux public n’a pas été construite. Ils ont du mobiliser des fonds dans la diaspora pour réhabiliter un tronçon de quelques kilomètres qui était indispensable pour la survie de paysans d’une localité du pays. Il a mis l’accent sur le fait que la Citadelle appartient à tout le monde. Originaire du sud d’Haïti, son organisation distribue des plantules de banane dans la commune de la Plaine du Nord et de l’Acul du Nord. La Citadelle est la référence de notre fierté de peuple.
Plusieurs Parlementaires ou maires - en fin de mandat ont intervenu avec des discours qu’on ne saurait prendre au sérieux, quand on connait le résultat de leur mission à la tête de leur municipalité ou au parlement, leur appétit pour les fonds des retraités de l’Office National d’Assurance (ONA) qu’ils empochent à partir de leur influence politique, leur implications dans des violences électorales, leur implication dans tous les scandales aux parlements, leur aliénation au service des monopoles de la République de Port-au-Prince au détriment des intérêts du Grand Nord abandonnant leurs électeurs dans la misère et le chômage, traitant ceux qui implorent leur intervention comme des chiens.
Pour la circonstance le Ministre du Tourisme Patrick Delatour est intervenu. Dans sa présentation, il a fourni beaucoup d’informations sur l’avenir du tourisme et le développement du Nord. Discours sur lequel nous concentrons l’essentiel de ce texte. Car, à nos yeux, même quand on doit rester critique et vigilant, il y a du suivi dans le travail de Monsieur Delatour. Il y a de la cohérence entre ses dires et ses faits. Son amour pour le Nord et spécialement pour la Citadelle nous parait sincère.
L’Architecte Patrick Delatour s’est inspiré du Général De Gaulle pour, une fois de plus, renouveler sa passion, son amour charnel, son respect devant l’histoire, son nationalisme profond « Mon père m’a amené visiter ce monument à l’âge de 9 ans, depuis lors, j’ai épousé ce monument. J’en ai fait ma thèse de maitrise à Columbia University, j’y travaille depuis 1974 et aujourd’hui au conseil des ministres, j’ai la mauvaise habitude de ramener les discussions sur la Citadelle» Selon lui, comme nos voisins Dominicains et Jamaïcains ont lancé leur tourisme à partir de points focaux Puerto Plata et Montego Bay, nous pouvons mettre les moyens nécessaires pour faire de la Cote Atlantique d’Haïti (le Nord), de Jacmel, de la Cote des Arcadins, et des stations balnéaires dans le Sud des points focaux pour la relance du tourisme. Le Nord est bien positionné pour jouer le rôle de locomotive. Nous pouvons tirer profit des 60,000 chambres d’Hôtel de la République Dominicaine, des 50,000 chambres de Cuba projetées pour 2010, des 32,000 chambres de la Jamaïque et des moins de 2000 chambres de standard international dont nous disposons.
Avec ses maigres ressources, la République d’Haïti ne peut plus exercer le paternalisme hérité de la révolution française. Il faut l’apport du secteur privé national et international. Pour le moment, il y a un plan touristique entériné par le gouvernement et le parlement haïtiens.
En 1970, OEA à partir d’une étude, annonçait : De tous les secteurs de croissance pour la caraïbe, le tourisme est le seul secteur économique qui portera le développement futur.
En 1972 les dominicains ont investi pour faire de Puerto Plata un pole d’attraction. Moins de 20 ans après, la Banque mondial, la Banque Interaméricaine de Développement (BID), l’Etat et le secteur privé Dominicains ont réalisé Puntacana. Un aéroport international, un système de drainage, des routes, des hôpitaux, des trottoirs, des écoles et des villages pour des travailleurs furent construits. Aujourd’hui, il y a déjà 5,000 à 6,000 chambres d’hôtels à Puntacana.
Poursuivant son intervention, le Ministre Delatour se considère comme invité à participer à une convention organisée à partir de l’union des haïtiens de l’extérieur et ceux de l’intérieur sur la Citadelle et le tourisme, déclare : « J’en profite pour répéter : Il est temps que nous mettions ensemble nos ressources économiques, intellectuelles et nos idées, pour qu’ensemble nous puissions accompagner le gouvernement de notre état dont la caractéristique fondamentale est la pauvreté. Il y a aujourd’hui un plan Touristique National. Tous les secteurs peuvent agir à l’intérieur de ce plan. Le salaire du président de la république est moins que le revenu annuel d’un chauffeur de taxi haïtien de New York. C’est une réalité. La 3e banque de la république, au moment ou mon frère était Directeur Général de cette banque avait un capital total de 5,000,000 dollars. Le secteur privé haïtien est très pauvre. On ne peut rien faire sans des investissements privés et la diaspora haïtienne a un grand rôle à jouer. L’un des plus grands problèmes auxquels nous devrions faire face est notre image.»
Il faut considérer notre situation à partir de cette image négative. L’image que nous projetons et l’image qu’on se fait de nous. Des notre indépendance, un système basé sur le colonialisme, des idées fondées sur l’exploitation de l’homme par l’homme, des notions de race inférieure ou supérieure et l’esclavage, empêchaient aux pays autour de nous, à commencer par les Etats-Unis et la France, d’accepter que 500,000 esclaves noirs décident de fabriquer leur propre destin et de créer un pays libre et indépendant. Dans la lettre de Thomas Jefferson adressée au Président Madison, j’ai lu : En ce qui concerne ce pays dénommé Haïti, nous sommes très sensibles au commerce avec cette ile, à savoir, le volume des échanges entre Boston, New York, Philadelphie et Haïti. Mais, à aucun moment de la durée nous ne devons reconnaitre son indépendance. Car, que ferions-nous d’un ministre Noir se promenant sur le Pennsylvania Avenue. Aujourd’hui, ce type de paradigme a fondamentalement changé puisque légalement, légitiment, un noir dort au 1500 Pennsylvania Avenue comme Président des Etats-Unis.»

«Notre manière historique de mener le questionnement sur la politique haïtienne, nos divisions traditionnelle basées sur des problèmes de race, de culture, de couleur de peau, de langue, notre incapacité à définir un nouveau programme commun en dehors du « Vivre libre ou mourir » de 1804, les disparités économiques, les différences fondamentales anthropologiques, ethnologiques et ethnographiques et le fait qu’un haïtien puisse parler un français châtié et en même temps se retrouver dans un cercle vodou d’ ‘‘Ogou Feray’’, le fait que dans notre culture, il y a des racines précolombiennes qu’on retrouve dans notre cuisine, toutes ces disparités constituant le fondement de notre structure mentale nous empêchent de faire de la politique de façon moderne comme accepter dans le monde actuel i.e. de la politique comme expression de valeur. Ce qui nous empêche de vendre l’image d’Haïti comme une destination touristique valable. Mais, ce ne sont pas des problèmes insurmontables. Nous avons décidé que la manière de relever l’image d’Haïti est de s’assoir sur des problèmes de terroir et d’histoire à travers la décentralisation. »

Notre « Plan de développement du Tourisme » est une réponse à une situation ironique : Le pays qui lance le tourisme dans la caraïbe dans les années 40 et 50 se trouve aujourd’hui être le dernier dans le train. Mais voyons plutôt le verre à moitié plein. Nous avons des possibilités.
« L’Ouest où de toute façon se trouve la capitale avec ses monuments et la cote des Arcadins où est localisé la plus grande concentration d’investissements privés haïtiens, le Sud comme plateau à partir duquel on pourra avancer sur la Grande Anse et les Nippes, le Sud-est où se trouve le centre et la capitale de la production artisanale et artistique de la Caraïbe, et le Nord berceau identitaire, non seulement de tous les haïtiens mais aussi de tout individu se réclamant de la race noire et de la diaspora africaine dans les Amériques. Ce berceau identitaire qui est composé du Parc National historique, de la ville du Cap-Haitien, la plus grande ville construite par les français en Amérique, les fortifications de montagne, les anciennes plantations coloniales : il nous faut trouver immédiatement et maintenant « Our success story » pour faire de ce berceau identitaire une destination touristique.»

La Citadelle - restaurée et mise hors d’eau, le Palais Sans-souci, le site des Ramiers sont trois (3) monuments du Parc national historique classés patrimoines de l’humanité trois (3) monuments stratégiques pour attirer des visiteurs, à partir de tours opérateurs, qu’ils séjournent en République Dominicaine, à Cuba, aux Iles Bahamas ou à la Jamaïque.

Les conditions existent dans le nord aujourd’hui dans du « palpable et du tangible », non seulement dans le rêve, non seulement dans la projection, non seulement dans le plan.

« La route Cap-Haitien/Ouanaminthe nous donne accès aux 60,000 chambres d’Hôtel. La Compagnie Royal Caribbean qui est notre partenaire et le plus grand partenaire international dans le secteur depuis 23 ans est en train d’investir 50 millions de dollars dans la construction d’un port à Labadie, en vue de recevoir le plus grand paquebot du monde accoster avec 6,200 visiteurs dans la projection pour l’année 2010 un million de visiteurs à l’Abadie par année. Le gouvernement est en phase de signer un contrat avec la République Vénézuélienne dans le cadre de l’accord Petrocaribe pour la construction de l’aéroport du Cap-Haitien 30,000,000 avec des avantages de remboursement relativement intéressants. De plus, avec la Banque Caribéenne de Développement (BCD) qui compte investir 42 millions de don puisque qu’Haïti en est membre, le Gouverneur de cette institution, ayant visité la Citadelle a dit qu’il faudra intégrer des projets capables, sur les deux(2) prochaines années, de donner la pactole nécessaire pour faire de ce monument Caribéen une destination touristique. Car, dit-il, c’est un devoir de mémoire pour tout caraïbéen. Il faut investir dans la Citadelle et en faire une destination touristique.»

Des plaques d’Honneur et Mérite ont été remises à Maitre Marcel Ménard - dramaturge, metteur en scène, poète et écrivain, à Mathias Pierre - Homme d’Affaire et la Compagnie aérienne TortugAir - pour sa contribution à la réussite de l’évènement. Ce 31 juillet 2009, une Conférence-Débats est organisée à la Citadelle. Le samedi 1er Aout 2009 ce sera la visite de sites historiques et Pittoresques.

RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 31 Juillet 2009, 18 heures 33.

Bras de fer ou dialogue pour un pacte de transition démocratique

Micha Gaillard

La publication des résultats des élections du tiers du Sénat s’apparente à un coup de force du Président Préval et risque de plonger le pays dans une crise jusqu’ici contrôlée par les différents acteurs politiques clefs.

Faisant fi des appels[i] à la sagesse politique des partis et des personnalités de la société civile, en particulier ceux qui ont accepté de mettre en péril leur crédibilité en s’associant à un processus de stabilité politique pour relancer le développement du pays, le chef de l’Etat en agissant ainsi semble vouloir imposer à la République sa volonté.

J’entends déjà les arguments juridiques, constitutionnels pour expliquer le fait accompli : « Le Président ne fait que publier les résultats transmis par une institution indépendante ». Classique. Du déjà vu. Mais ce qui est en train de se décider est du domaine purement politique : l’utilisation d’une position de pouvoir pour atteindre ses propres objectifs.

Le coup à son histoire. En habile manœuvrier, le Président de la République a commencé par inviter les dirigeants des partis politiques et des membres éminents de la société civile à s’associer dans un projet de production d’une vision commune de notre Haïti pour les 25 prochaines années. Certains acceptent même de participer dans le gouvernement tout en n’étant pas associés aux grandes orientations politiques du pouvoir. Ils en souffrent… au nom de la sacro sainte stabilité.

Parallèlement, le Président dissout un des meilleurs Conseil Electoral que le pays a connu, sous le fallacieux prétexte de mésentente (!) entre ses membres. Alors que le spectacle de révélations et de zizanie offert aujourd’hui par les membres de l’actuel CEP, qui ont réalisé l’une des pires élections depuis 1987, n’a pas fait sourciller notre Président qui a apposé sa signature sur le document publié dans Le Moniteur. Le tout avec la bénédiction de la Communauté internationale, en particulier de la MINUSTAH !

En s’impliquant personnellement dans le choix des candidats, en particulier ceux de la plateforme électorale qui l’a porté au pouvoir, le Président de la République est arrivé à se doter d’une majorité au Senat afin, selon moi, de façonner dans le sens de ses propres intérêts le paysage politique de la prochaine décennie.

Il se donne ainsi les moyens et les outils nécessaires pour, d’abord, amender la Constitution selon ses vues (pour peut-être un troisième mandat ; pour peut-être changer le régime politique actuel, en supprimant la Primature et le Sénat lui-même !). A travers ces « résultats électoraux », il s’offre également la possibilité de choisir les hauts fonctionnaires de l’Etat dont la nomination nécessite dialogue et compromis avec le Sénat (je pense particulièrement aux Délégués départementaux, aux Ambassadeurs, aux membres de la Cour de Cassation). Et enfin il risque de prolonger le mandat de l’actuel CEP pour « bon services rendues à la Nation » afin de réaliser les prochaines « élections » du mois de novembre.

Dans notre réalité de l’hyper présidentialisme, avec un Sénat à sa solde et une majorité à la Chambre des députés (le prochain vote sur l’augmentation du salaire minimum dans le sens voulu par le chef de l’Etat risque de confirmer mes dires), le Président Préval aura les coudées franches pour imposer sa volonté… et essayer d’éliminer sur l’échiquier l’actuelle classe politique, en commençant par la FUSION et l’OPL qui ont organisé au niveau du parlement et ailleurs la résistance aux dérives de ces dernières années (je pense entre autre à la tentative d’installation du gouvernement de Madame Michelle Pierre-Louis, l’été dernier, sans l’aval du Parlement).

Le Président est à un carrefour.

De deux choses l’une : soit il revient à la raison et trouve une formule pour répondre aux demandes des partis politiques qui ont eux aussi des intérêts (au même titre que le Président et ses amis politiques). Les responsables politiques n’accepteront pas que des mascarades électorales les excluent de la scène politique institutionnelle pour les prochaines années. Soit le Président reste sur sa position et ainsi il prendra sous sa responsabilité d’ouvrir les hostilités qui seront néfastes pour la stabilité du pays et donc pour le bien être des uns et des autres en particulier des plus défavorisés.

Le dialogue pour assurer une transition politique jusqu’à la fin du mandat du Président est la solution de sagesse. Le pays ne peut s’offrir une bataille entre d’un coté le Président et ses alliés de Lespwa et d’un autre la classe politique y compris Lavalas, exclu des élections sur recommandation, jusqu’aux partis de centre droit en passant par le centre gauche traditionnellement désigné sous le vocable de « secteur démocratique ».

Ce coup de force du Président pose encore plus que jamais la question de la construction d’une alternative politique majoritaire et cohérente capable de porter ensemble, dans la durée, un projet offensif et crédible de démocratie, de développement durable et de transformation sociale. Mais c’est une autre affaire. On y reviendra au moment opportun. L’heure aujourd’hui est à la résistance. Et ça nous Haïtiens, nous savons le faire !

Micha Gaillard
28 juillet 2009

[i] Voir en particulier les déclarations de la Fusion des Sociaux-Démocrates et de l’Organisation du Peuple en Lutte

mercredi 29 juillet 2009

Bilten Meteyo Mèkredi 29 Jiyè 09


Pou rive jouk 31 Jiyè 09


SITIYASYON SINOPTIK NAN KARAYIB LA AK SOU ATLANTIK LA


Rejyon Karayibeyèn nan anba enfliyans yon laj zòn bon tan, ki chita sou Atlantik la maten an. Sitiyasyon sa, toujou kenbe zòn bon tan an ak van sou peyi d’Ayiti jodia ak demen.

PREVIZYON POU AYITI

_ Gen bon tan maten an;
- Ap gen van ak kèk nyaj de tanzantan nan aprè midi;
- L’ap fè cho pandan jounen an ak lannwit lan;
- Gen fèb chans pou lapli tonbe aswè a sou depatman nou yo.

PREVIZYON POU PÒTOPRENS AK LÒT ZÒN KI BÒ KOTE’L YO

- Gen bon tan maten an;
- Ap gen kèk nyaj nan fen jounen an;
- Pi wo tanperati a ap rive pou jodia se 36°C , pi ba l’ap desan’n se 24°C;
- P’ap gen lapli aswè a.

Leve ak kouche solèy la pou pòtoprens

Jodia 29 Jiyè leve : 05 è 26 mn kouche :06 è 25mn
Jedi 30 Jiyè leve : 05 è 26 mn kouche :06 è 25mn
Vandredi 31 Jiyè leve : 05 è 27 mn kouche :06 è 24mn




Previzyon pou Lanmè a
Mèkredi 29 Jiyè 09 pou rive 30 Jiyè 09



Zòn kotyè Nò
Mèkredi & Jedi

* Van an ap soufle nan sektè Ès - Sidès :15-25 ne;
* Vag yo ap monte 6 – 8 pye ;
* Lanmè a ap yon ti jan ajite
* N’ap mande vwalye yo, pou yo pran prekosyon nan lanmè a.


Gòlf Lagonav
Mèkredi & Jedi


* Van an ap soufle nan sektè Ès : 20-25 ne;
* Vag yo ap monte : 8 - 11 pye;
* Lanmè a ap ajite;
* N’ap mande vwalye yo, pou yo pa rantre nan mitan lanmè.


Zòn kotyè Sid
Mèkredi & Jedi


* Van an ap soufle nan sektè ( Nò- Ès ) Ès: 20 -30 ne;
* Vag yo ap monte: 9 – 14 pye sitou nan laj;
* Lanmè a ajite bò kot yo; men l’ap pi ajite pi lwen
* N’ap mande kapitèn ti bato yo, pou yo pa rantre nan mitan lanmè.

Des articles d'actualité sur l'importance de l'utilisation de l'Internet.

Chers Collègues,

Veuillez trouver ci-dessous une liste de quatre (4) articles d’actualité relatifs à l’importance de l’utilisation de l’Internet.

M. Obama inaugure une ère nouvelle d'engagement via l'Internet
http://www.america.gov/st/usg-french/2009/June/20090601150815ajesrom0.8034632.html

Une fondation aide les Américains à trouver des informations officielles
http://www.america.gov/st/usg-french/2009/June/20090626164727ajesrom0.6839563.html

Les blogues contribuent à humaniser la bureaucratie gouvernementale
http://www.america.gov/st/usg-french/2009/June/20090616145620ajesrom0.6505396.html

La loi sur la liberté de l'information appliquée à la Toile
http://www.america.gov/st/usg-french/2009/June/20090612170536HMnietsuA1.184344e-04.html

Bonne lecture,

Micette Dubique
Information Assistant
US Embassy
Port-au-Prince, Haiti
Tel: (509) 2229-8351
Cell: (509) 3463-3668

Bulletin météo du mardi 28 juillet 2009


Courtoisie de Agr.Gabriel Archange Léon du Bureau Départemental Nord de Gestion des Risques et Désastres. Cap-Haitien, +509 3721 0665. Publié par Cyrus Sibert / RESEAU CITADELLE.

Valable jusqu’au 30 juillet 2009

Situation synoptique dans la Caraïbe et sur l’Atlantique

L’axe d’une faible onde tropicale est entrain de traverser Haïti ce matin. Toutefois, les conditions atmosphériques limitent les activités convectives (pluie et orages) et maintiennent du même coup un temps venteux sur une bonne partie de la caraïbe centrale aujourd’hui et demain.

Prévisions pour Haïti
* Temps ensoleillé ce matin ;
* Passages nuageux cet après-midi et en début de soirée;
* Vent d’alizé modéré à fort notamment sur la péninsule sud du pays ;
* Températures peu agréables en journée comme en soirée ;
* Possibilité de pluie isolée légère dans la région sud du pays ce soir.
Prévisions pour Port-au-Prince et environs
· Temps ensoleillé et brumeux ce matin ;
· Quelques passages nuageux en fin de journée ;
· Tº. max. : 36ºC ; Tº min: 24ºC ;
· Faible chance de plus ce soir.


Lever & coucher du soleil pour Port-au-Prince
Aujourd’hui
27 juillet.
Lever : 05h 25 mn
Coucher : 06h 26 mn
Mardi
28 juillet
Lever : 05h 26 mn
Coucher : 06h 26 mn

Mercredi
29 juillet
Lever : 05h 26 mn
Coucher : 06h 25 mn

Jacquet Jackson, Prévisionniste au CNM

Bulletin météo marine du mardi 28 juillet 2009
Valable jusqu’au 29 juillet 2009

Prévisions maritimes:

Zone côtière nord :
Mardi & mercredi
* Vent du secteur est sud-est: 15-25 nœuds;
* Hauteur des vagues : 6 à 9 pieds ;
* Mer plus ou moins agitée à agitée ;
* Les voiliers doivent prendre des précautions en mer.


Golfe de la Gonâve :
Mardi & mercredi
* Vent du secteur est : 20-30 nœuds ;
* Hauteur des vagues : 9 à 11 pieds ;
* Mer agitée ;
* Les voiliers ne doivent pas s’aventurer en haute mer aujourd’hui et demain.


Zone côtière sud :
Mardi & mercredi
* Vent du secteur est : 25-30 nœuds;
* Hauteur des vagues : 9 à 11 pieds près des côtes, mais allant jusqu’à 15 pieds au large;
* Mer agitée près des côtes, très agitée au loin. Par conséquent, il est demandé aux capitaines des petites embarcations de ne pas prendre le large jusqu’à jeudi.


Jacquet Jackson, Prévisionniste au CNM

lundi 27 juillet 2009

Rapatriement au Cap-Haitien d'un groupe de 124 immigrants illégaux haïtiens par les garde-côtes américains.

Le Bureau des Affaires Publiques de l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique tient à informer la presse que les garde-côtes américains ont procédé au rapatriement d’un groupe de 124 immigrants illégaux haïtiens dans la matinée du lundi 27 juillet 2009 au wharf du Cap-Haïtien.
Le mercredi 22 juillet dernier, les garde-côtes américains ont intercepté au Sud-est de Cuba un voiler dangereusement surchargé transportant cet effectif de 124 Haïtiens. Ce groupe d’immigrés clandestins est composé de 95 hommes, 18 femmes, 2 fillettes, 8 garconnets et un bébé. Ils sont tous en bonne santé.
Les gouvernements américain et haïtien continueront de travailler conjointement afin de garantir la sécurité de la vie en haute mer, et en vue de renforcer l’accord bilatéral en ce qui a trait aux opérations maritimes de lutte contre la drogue. Cette collaboration donne lieu à des patrouilles conjointes et le partage d’informations entre les garde-côtes haïtiens et américains.
La Garde-côte américaine en coopération avec les autorités haïtiennes, met tout en œuvre pour préserver la vie et rapatrier les migrants illégaux à leur pays d'origine. Le personnel de la garde-côte a assisté de nombreuses victimes qui ont été abandonnées en mer, dépouillées de toute leur économie, et battues ou sexuellement assaillies par les trafiquants de migrants ou par d'autres passagers. Le gouvernement américain recommande à quiconque qui aurait l’intention d’immigrer illégalement de ne pas prendre ce risque, de demeurer en sécurité en restant dans son pays.
Les voyages clandestins sont illégaux et dangereux. Dans le but de protéger les frontières des Etats-Unis et de renforcer les lois américaines relatives à l'entrée aux Etats-Unis, les navires des garde-côtes américains patrouillent les mers et les avions contrôlent les cieux. Toutefois, des procédures sont établies permettant l'immigration légale aux Etats-Unis. Pour plus d’informations, visitez le site électronique suivant: http://haiti.usembassy.gov/

(Fin du Texte)

Micette Dubique
Information Assistant
US Embassy
Port-au-Prince, Haiti
Tel: (509) 2229-8351
Cell: (509) 3463-3668

Tourisme : Haïti, une bouffée d’oxygène, malgré tout.



Sigrid Martin à Lakay Restaurant.
(Photo by Cyrus Sibert)

Par Cyrus Sibert
Radio Souvenir FM, 106.1 :
souvenirfm@yahoo.fr
Le Ré.Cit. :
www.reseaucitadelle.blogspot.com/

Cap-Haïtien, le 27 Juillet 2009


‘‘Je ne pensais pas qu’Haïti puisse, un jour être pour moi, une bouffée d’oxygène’’ : C’est en ces termes que Sigrid, une institutrice de Lyon (France), explique sa satisfaction de visiter Haïti en cette fin de juillet 2009.


C’est en pleine rencontre avec Madame Moural (la femme du Consul Français au Cap-Haitien, assassiné à Port-au-Prince) que nous avions aperçu Sigrid. Moural, propriétaire de l’Hôtel Roi Henry Christophe nous racontait ses péripéties avec l’administration haïtienne. D’après elle les entrepreneurs ne sont pas protégés. N’importe qui peut se permettre d’ harceler une entreprise. C’est le cas actuel de son hôtel.


Sigrid l’ex-Directrice de l’Alliance Française était là. On se croyait dans un rêve. Mais c’était la réalité : elle avait gagné un ticket promotionnel sur internet. Une nouvelle ligne aérienne assurant la liaison Paris/Haïti/Puntacana chaque jour, organise la vente aux enchères. Elle a eu le sien pour 350 Euros. Elle venait tout juste d’arriver. Pourtant, elle a eu quand même le temps de prendre son plat préféré : la langouste de Myriame à l’Hôtel Jardin de L’océan.


Des capois qui connaissaient cette dame dynamique qui avait ranimé l’Alliance Française du Cap-Haitien dans les périodes difficiles de 2003 à 2004, étaient nombreux à l’accueillir chaleureusement. Elle était la bienvenue et sans perdre de temps, elle voulait connaitre le programme du week-end. Elle comptait se rendre à la Plaine du Nord pour la fête de Saint-Jacques le 24 juillet puis à Limonade le lendemain soit le 25 juillet.


Même quand elle a pris une chambre à l’Hôtel Jardin de L’Océan, madame Moural de l’Hôtel Roi Christophe offre un verre en signe de bienvenue. Sigrid a pris un temps pour nous faire vivre la magie de son voyage. Elle voulait visiter ‘‘Haïti chérie’’, mais elle ne s’attendait pas à le faire cette année. Les choses étant difficiles en France, c’est de s’affairer à joindre les deux bouts. La vie est chère là-bas. L’Europe va mal et pourquoi pas tout le monde ; conséquences de la crise économique mondiale. Un vodouisant crierait au miracle de Saint Jacques ou de Parrain Ogou : elle a obtenu son billet comme décrit plus haut. Avec sa ‘’carte bleue’’ (carte de crédit) et quelques billets, elle décide de se rentre en Haïti. En (8) heures de temps, la voila en Haïti.


Sigrid nous racontait son voyage. Dans l’avion de 300 places, il y avait 250 passagers. La majorité était des haïtiens. Des gens qui n’ont pas visité Haïti depuis aux moins 10 ans. Les ressortissants haïtiens avaient peur. Ils racontaient des histoires sur l’insécurité, la crise politique ; ils n’avaient aucun programme, ne comptaient pas de déplacer à Port-au-Prince. La peur était dans les esprits, ils allaient rester cloîtrés dans leur maison d’accueil juste pour passer le temps. On dirait des gens à destination de Bagdad, des gens qui se rendent dans le sud de l’Afghanistan où il y a des combats intenses entre une armée régulière et une guérilla bien ancrée, dans une zone où la violence est généralisée.


Arrivée à Port-au-Prince, elle était la seule européenne d’origine à débarquer. Les autres européens allaient en République Dominicaine dans la ville touristique de Puntacana.


Selon elle, les choses ont changé positivement en Haïti : "D’un simple coup d’œil, j’ai vu le changement. C’est mieux que quand j’étais en poste en Haïti. Il reste beaucoup à faire, mais le pays se remet."


Avant de nous séparer pour la journée du 24 juillet, nous avions pris rendez-vous à Lakay Bar Restaurant, sur le Boulevard du coté de Carénage vers 20 heures avant qu’elle puisse se rendre à Plaine du Nord danser Tropicana ou Septentrional. Peut importe l’orchestre, elle voulait danser la musique haïtienne en Haïti.


Le 25 juillet dans la matinée, elle s’est rendue à Limonade pour visiter les réalisations de la coopération entre Lyon et la Ville de Limonade. Elle sait que sa commune avait financé un projet de distribution de vaches au profit des femmes de limonade. Puis dans la soirée, de nouveau à Lakay Restaurant, elle a fait la déclaration qui nous commande décrire ce texte : Tu sais Cyrus, j’ai eu de la fièvre ce matin, le changement de milieu entre la France et Haïti a été tellement brutal que mon corps a réagi. Aussi la poussière provoquée par cette foule à Plaine du Nord est irritante. Je vais boire du rhum et du citron et tout ira bien. Je ne regrette pas cette décision de faire un tour en Haïti. Il fallait faire un stop avec la routine de chez moi métro-boulot-dodo. Je ne pensais pas qu’Haïti puisse un jour être pour moi une bouffée d’oxygène.



Vite fait, elle commande du rhum avec du citron. Le barman de Lakay Restaurant se dépêche. Et quelques minutes plus tard, c’était reparti : elle se mettait à rigoler et à danser, jouissant de son séjour en Haïti, loin des tracasseries de la vie européenne.


Le dimanche 26 juillet, Sigrid prend l’avion pour Port-au-Prince. Elle compte se rendre à Montrouis - Cote des Arcadins, à Jacmel et dans le Sud du pays, jouissant de cette ‘‘bouffée d’oxygène’’ qu’offre qu’Haïti dans les conditions actuelles.


Signalons que les fêtes patronales dans les communes du Nord spécifiquement les villes Plaine du Nord et de Limonade sont un succès en termes de participation, d’animation, de commerce. Le nombre de pèlerins est en nette augmentation comparativement aux années récentes. Des habitants de ces deux communes expriment leur contentement et signalent que depuis plusieurs années la fête n’a connu un tel succès. La foule était compacte, les bals remplis. Les commerçants n’ont pas perdu leur temps. Coté sécurité, la Police Nationale et la MINUSTAH ont mis au point un dispositif impressionnant. Les bandits potentiels n’ont pas pu bouger. Aucun incident grave n’a été remarqué. Les cas recensés font état de larcins, de vols de portefeuilles et d’escrocs tentant de mettre de fausse monnaie en circulation. Des cas pour lesquels les auteurs ont été interpellés par la police.



Haïti-Tourisme, Sigrid Martin participe de notre amour pour Haïti. Avec tous les membres de la diaspora haïtienne qui ont fait le déplacement cette année, elle vient de démontrer comme l’écrivait Dom Elder Camara, « que lorsqu’on rêve tout seul ce n’est qu’un rêve alors que lorsqu’on rêve à plusieurs c’est déjà une réalité. » A force de penser à notre pays, ils ont su trouver les voies et moyens pour prendre part aux festivités dans le Nord. En partageant avec eux l’utopie qu’Haïti est « une bouffée d’oxygène », notre pays peut l’être pour tout le monde. Pour reprendre une idée de Jean R. Guion, Président International de l’Alliance Francophone, parue en Juin 2009, dans La Gazette # 140, journal de l’Union de la Presse Francophone : « L’utopie partagée, est donc bien le ressort de l’Histoire. »


RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 27 Juillet 2009, 16 heures 58.

samedi 25 juillet 2009

La Nationalité Haïtienne du Dr Guy Theodore …Pourquoi contester la Vérité?



Par Gérard Régulus,


Certains internautes insinuent avec insistance ces jours –ci que le Dr Theodore aurait tenté de tromper la vigilance du peuple haïtien en déclarant n’avoir jamais renoncé à la nationalité haïtienne.


Pour preuve, il a exhibé au cours d’une émission à la télévision son passeport haïtien et sa carte de résidence ( alien card ). Cela n’a cependant pas suffit pour convaincre les incrédules : le passeport haïtien et la carte de résidence ne constituent pas pour eux une preuve suffisante et crédible. Ils n’ignorent pas cependant que avant même d’obtenir la nationalité américaine le citoyen étranger doit remettre sa carte de résidence aux autorités de l’immigration américaine le jour de la cérémonie de naturalisation… En plus, Ils déclarent péremptoirement que le fait d’avoir été un officier dans l’Armée américaine prouve le contraire. En d’autre terme, selon eux, le docteur Théodore n’aurait pas dit la vérité.


C’est à croire que chez nous, il est si inhabituel et étonnant d‘entendre quelqu’un dire simplement la vérité que cela rends suspect de duplicité celui qui le fait délibérément pour informer le public de son éligibilité à la plus haute magistrature de l’état.


Ainsi donc c’est avec assurance et insistance et même un bri n de malfaisance que certains s’avisent de contredire le Dr Theodore dans le but évident de ternir sa réputation et créer le doute dans l’esprit de la communauté.


D’aucun déclare emphatiquement avoir lu le manuel de l’armée américaine dont le texte prouve que le Docteur Théodore aurait menti sans pour autant faire une citation de l’article du manuel militaire qui supporte leur assertion .


Pourtant une simple enquête auprès de plusieurs médecins haïtiens qui sont entrés dans le Corps Médical des Forces Armées Américaines (USAF, Infantry, Navy ) dans les années 70 et 80 révèlerait qu’ils y sont entrés comme Officiers, au moins au grade de capitaine, et ceci avec leur nationalité haïtienne. Il ne leur avait jamais été demandé d’être des citoyens américains et d’aucuns ont fait leur temps de contrat et sont sortis de l’armée avec leur nationalité haïtienne… Plusieurs d’entre eux vivent toujours aux Etats Unis soit en Floride, soit à New York ou aux Massachussets, etc.… Ces médecins haïtiens étaient rentrés dans l’armée pour donner leur services professionnels, sans être au préalable des naturalisés. Si plus tard quelques uns d’entre eux choisirent d’opter pour une autre nationalité c’était par leur choix et non par obligation.


Voila la Vérité qui viendrait démolir sans équivoque les allégations de ceux qui disent avoir consulté le Manuel du Code Militaire de l’armée américaine sans en préciser le texte et l’année


Disons en passant que nous ne nous insurgeons pas contre le questionnement de quiconque aspire à la Première Magistrature de l’État pour établir sa crédibilité, renseigner valablement la nation et établir la démarcation entre le bon grain et l’ivraie. Nous demandons seulement que cela se fasses avec impartialité et sans parti pris. Pourquoi, par exemple, mettre les projecteurs seulement sur le Dr Theodore et garder le silence sur les autres prétendants à la Présidence de notre pays? Nous aimerions bien entendre les autres candidats s’adresser à la Nation eux aussi, comme le Dr Theodore, pour qu’ils nous parlent d’eux et nous disent ce qu’ils ont déjà réalisé dans leur vie qui les habilitent à briguer la première magistrature de l’État et cela sans nous offrir les habituelles promesses mirobolantes qui ne vivent que l’espace d’un matin.


Nous invitons donc les autres candidats à se présenter devant la Nation avec le palmarès de leurs réalisations concrètes et vérifiables au lieu des belles rhétoriques vides de substance.


Le docteur Theodore serait-il le seul “ Mango mi “ sur le manguier? Où sont les autres?


La Nation a le droit de les examiner eux aussi ? Jouons donc franc jeu, messieurs, plus de “ chat nan makout “. Le Docteur Theodore est un livre ouvert… Qui dit mieux ?


Alors nous prenons la liberté de suggérer que cette fois-ci nous changeons la donne en pensant d’abord à Haïti et que le meilleur gagne… A travers l’histoire de notre pays, nous avons trop l’habitude de mettre au rancard les Anténor Firmin, les Lysius Félicité Salomon, les Dumarsais Estimé et tant d’autres citoyens honnêtes et compétents pour choisir à leur place des personnages douteux, sans envergures et peu recommandables simplement par égoïsme et par intérêt personnel.


Cette fois-ci, faisons sérieusement et honnêtement notre devoir de citoyen et que Haïti et le bien-être de toute sa population soit les seuls motifs de notre choix aux urnes en 2010 et que la VÉRITÉ soit notre seul guide.


Gérard Régulus

L'Ambassade des Etats-Unis met en garde contre les fraudes

L’Ambassade des Etats-Unis exprime sa profonde gratitude envers la Police Nationale d’Haïti pour les investigations menées dans des cas de fraudes relatives à la demande de résidence américaine, et qui ont permis de procéder récemment à trois arrestations. L’Ambassade américaine déplore que des personnes soient victimes de telles escroqueries, et continuera à travailler vigoureusement en vue de prévenir d’éventuelles fraudes.

Les trois individus interpellés se faisaient passer pour des employés de l’Ambassade des Etats-Unis et s’appliquaient à contacter des citoyens leur offrant de faire activer leur dossier de demande de résidence américaine. En utilisant des informations obtenues sur des postulants, ils arrivaient à convaincre les parents de ces derniers vivant aux Etats-Unis à effectuer des transferts d’argent allant de trois mille dollars (US$3.000) jusqu’à cinq mille dollars (US$5.000) sur un compte bancaire en Haïti. On estime que les suspects ont soutiré de l’argent à des douzaines de citoyens pour un montant de plus de cent mille dollars (US$100.000).

L'Ambassade américaine exhorte tous ceux qui ont ou qui auront à traiter des dossiers de demande de résidence d’être prudents. L’Ambassade américaine rappelle ce qui suit :
• Les frais de service requis pour la résidence américaine sont payés directement à la caisse du Consulat américain le jour du rendez-vous.
. Les frais de service requis pour le visa touriste américain sont payés à travers la Sogebank.
• Si un individu quelconque vous contacte et déclare être un employé de l’Ambassade américaine en vous offrant de faire « accélérer » votre demande de résidence américaine, ne divulguez aucune information concernant votre demande, et surtout n’effectuez aucun transfert d’argent.

Prière de rapporter tout appel ou e-mail suspect à la Section de Prévention de Fraudes de l’Ambassade en envoyant un e-mail à l’adresse électronique suivante: papfraud@state.gov

Le meilleur moyen de prévenir les fraudes est d’être bien informé. Les informations relatives aux frais de service sont disponibles sur internet sur le site: http://haiti.usembassy.gov. Vous pouvez également contacter le Centre d’Informations sur les Visas de l’Ambassade au (509) 2229-5001.

(Fin du texte)

vendredi 24 juillet 2009

Discours du Président de l’ATH /Nord (Association Touristique) au séminaire de OEA/PANOS/Ministère du Tourisme pour les journalistes.(Décembre 2008)


Par Cyrus Sibert
Radio Souvenir FM, 106.1 :
souvenirfm@yahoo.fr
Le Ré.Cit. :
www.reseaucitadelle.blogspot.com/

Cap-Haïtien, le 23 Juillet 2009

Une reproduction faite à partir de carnet de notes.

Mesdames, messieurs bonjour.

Je m’appelle Jean Bernard Simonet, Je suis le Directeur de Cormier Hôtel et Président du Comite de Direction Régional Nord de l'Association Touristique d'Haïti. Je suis ici pour vous parler de l’Association et son travail.
Tout d’abord, le tourisme concerne tout le monde. Ne croyez pas que le tourisme c’est l’affaire des propriétaires d’Hôtel. Il faut divorcer avec cette façon de voir le secteur. Car les agriculteurs, les universitaires, le trésor public, les artisans, les employés d’hôtel, tout le monde en profite. Ensuite, en Haïti, le secteur privé est mal perçu. Le vocable : se moun kap chache fe kob (les hommes d’affaire ne visent que l’argent). Dans tous les pays du monde, le but du secteur privé est de faire profit. Mais aussi de stimuler l’économie par des investissements. L’investissement privé dans le secteur touristique provoquera des investissements dans d’autres secteurs. Des jeunes pourront organiser par exemple des tours operateurs. Pour chaque touriste, il faut 1,5 personne donc le développement du tourisme crée des emplois. De ce fait nous pensons investir dans 400 chambres d’hôtel.
Dans le cadre du projet PRIMA de l’Union Européenne, nous comptons :
1- Développer un standard minimum. Des experts viendront pour indiquer comment faire de la nourriture de façon professionnelle pour les touristes. On fera aussi de la cuisine haïtienne, mais scientifiquement, c’est-a-dire les mêmes recettes. Les américains constituent une clientèle difficile parce qu’ils ont l’habitude de standard chez eux. Il y aura un certificat ATH pour mettre les touristes en confiance en indiquant le standard adopté par l’Association. Les membres qui ne respecteront pas le standard ne seront plus accrédités par l’ATH.
2- Nous devons faire l’inventaire des obstacles. Vous savez qu’en Haïti la structure des lois rend difficile l’investissement. L’insécurité était un problème. Aujourd’hui nous progressons. La Police Nationale d’Haïti semble avoir le contrôle de la situation. Il y a aussi les obstacles administratifs. Un directeur peut vous créer beaucoup de difficultés. Même un CASEC peut vous empêcher d’investir. Si le CASEC décide de vous rendre la vie impossible, il n’y a pas un circuit étatique vous permettant d’informer les autorités supérieures.

3- Comme avantages, seul Haïti offre l’opportunité d’investir rapidement – c'est-à-dire de se créer un marché - parce qu’elle est vierge. Les autres pays de la région étant saturés, c’est plus difficile de trouver son marché. 25 entreprises sont prêtes à investir la somme de 10 à 12 millions de dollars US pour renforcer le secteur.

4- ATH négocie avec CHF, une ONG américaine travaillant dans l’assainissement et le renforcement communautaire, le renforcement du syndicat des chauffeurs touristiques. Nous pensons qu’il faut 25 véhicules pour l’association des chauffeurs guides.

5- Nous travaillons avec les propriétaires de chevaux qui assurent le transport à dos de cheval des touristes vers la Citadelle. Nous optons pour l’achat d’un cheptel de mules. Les mules sont plus résistantes que les chevaux.
6- Quand au prix des chambres, nous sommes conscients qu’ils sont élevés comparativement aux hôtels dans d’autres pays de la Région. Voila la situation : Avoir plus de touristes nous aidera à ajuster les prix. Car il y a les frais fixes qui sont très rigides. On ne peut pas les ignorer sans disparaitre. Une augmentation des visiteurs permettra d’augmenter la marge bénéficiaire ; dans ce cas, on pourra concurrencer. Voila la situation : Les frais de Banque et l’Etat représentent 49% de charge pour les investisseurs. 33% pour l’Etat 16% pour les intérêts sur prêts bancaire. De plus, il y a la génératrice, l’inverter, le cout de fonctionnement dû à l’absence d’infrastructures de base. Dans la situation actuelle, cela rend la compétition entre nous et la République Dominicaine impossible. L’investisseur dominicain a un coût raisonnable comparativement à nous en Haïti. Souvent nous sommes obligés de garder des employés, même quand il n’y a pas de recette. C’est difficile de renvoyer une personne avec qui vous avez des habitudes de travail. Une personne que vous avez formée sur le tas durant plusieurs années et qui finalement devient un membre de la famille. Car entre nous, il existe souvent des liens de solidarité. Soit qu’elle est dans l’entreprise depuis sa fondation, soit qu’elle a consenti des sacrifices pour vous aider à construire l’entreprise, soit votre maman ou votre papa la connaissait et même quand ces grands parents ne participent plus à la gestion de l’entreprise, ils ne supporteront pas l’idée de renvoyer sans cause de faute grave cette personne avec qui ils ont tissé des liens.
7- Les entreprises touristiques sont très fragiles en Haïti. Le secteur hôtelier, ayant connu les conséquences des interminables troubles politiques, n’a pas de réserves, il résiste difficilement dans les situations de crise. Par exemple, 200 personnes ont perdu leur job à cause de l’inondation de la ville des Gonaïves en 2008. Les étrangers de la MINUSTAH qui actuellement constituent une clientèle de survie pour les hôtels, devaient se déplacer. Beaucoup d’hôtels étaient obligés de révoquer des employés ayant acquis un savoir-faire. Dans un pays comme Haïti, c’est dur. Il n’y a pas d’école en ce sens, ou du moins les écoles ne sont pas nombreuses. Donc, la formation du personnel est l’œuvre de l’entrepreneur. Le savoir-faire de ces gens constitue l’actif (Asset) principal d’un Hôtel.
8- L’ATH offre l’avantage de groupe. C’est mieux d’investir en groupe. Elle nous permet de développer la culture d’association et de regroupement. Un comportement difficile en Haïti.
9- Il y a aussi de la place pour les jeunes. De nombreuses ONG intéressées par le développement du tourisme en Haïti disposent des programmes d’encadrement en faveur des jeunes.

L’intervention de l’ATH dans le cadre du projet PRIMA est concentrée en 3 actions principales :
1-Un investissement de l’ordre de 10,000,000 dollars US
2-L’encadrement des petits entrepreneurs par les ONG. ATH négocie avec la SOFHIDES pour pouvoir constituer un fonds de développement. Ce sera un prêt sur le long terme à un taux raisonnable. Le Ministère du Tourisme fait office de facilitateur.
3- Contacts avec la diaspora pour la mise en place d’un bureau d’étude. Un haïtien travaillant à Puerto Plata depuis 18 ans dans le secteur touristique comme responsable de marketing pour 6000 chambres d’Hôtel, accepte de rentrer en Haïti pour un salaire plus petit que ce qu’il percevait en République voisine en vue de nous aider à promouvoir le tourisme en Haïti.

Nous discutons avec la Mairie du Cap-Haitien sur trois (3) points. Trois (3) petits points pour faciliter le retour progressif des touristes dans la ville du Cap-Haitien.
1- Propreté sur la route de l’Aéroport.
2- Un traitement spécial pour le Centre Historique de la ville du Cap-Haitien (Carénage à Rue 2). 3- La voirie.
Avec des progrès sur ces trois (3) petits points, nous comptons stimuler le retour des touristes. Notre objectif est 1000 touristes par semaine. C’est réalisable.

Les journalistes devraient collaborer pour changer l’image d’Haïti, c'est-à-dire présenter les nouvelles en mettant l’accent sur l’initiative des autorités pour remédier à la situation. Ce sera une information rassurante pour les touristes, si les autorités décident d’agir, bien sûr. Nous devons pouvoir faire chaque année une belle fête de la culture haïtienne, de l’histoire haïtienne et de la fierté haïtienne.

Je suis haïtien et j’en suis fier. Les haïtiens n’aiment pas la saleté. Visitez la campagne et dites moi s’il y a des immondices à chaque carrefour. En 1991, j’ai vu, des jeunes de classe terminale et des étudiants, nettoyer des canaux d’évacuation des eaux usées sans équipements, à mains nues. Les gens peuvent agir s’ils réalisent qu’un projet sérieux avec des gens crédibles vise à changer leur vie. Je suis haïtien. Mes parents (d'origine française NDLR) sont arrivés dans ce coin de terre. Ils ont été accueillis par la population haïtienne. Ensemble, ils ont travaillé et mes parents ont pu faire de Cormiers un espace extraordinaire. Avant, il n’y avait rien à l’endroit qui s’appelle aujourd’hui Hôtel Cormiers Plage. Ils ont fait de moi un haïtien et j’en suis fier. Mon pays a de la valeur. Il a une culture riche. Les européens adorent notre pays. Il faillait voir comment ils sont fous de la culture haïtienne. C’est un pays spécial. Et c’est le notre. A 53 ans, je crois en mon pays. Je sais que notre situation actuelle est passagère. Haïti se relèvera. C’est un pays spécial qui se relève toujours dans les moments difficiles, là où tout le monde prédit sa défaite et n’attend que sa perte. Alors, peuple courageux, organisons le changement ! Commençons par le tourisme !

RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 23 Juillet 2009, 18 heures 50.

Haiti : Une nation a batir, un pays a construire.


Par : Jean Herve Charles, MSW, JD
President
OLLAH
Dr. Joel Borgella
Fondateur
Contact : jeanhcharles@aol.com


Juin 2009


Plan

1- Une nation a batir : en forgeant une vision commune du futur parmi tous les citoyens.

2-Un pays a construire :

3-Par le developpement rural et urbain

4-Par une infrastructure qui englobe la campagne et la ville.

5-En reenforcant les institutions etatiques afin qu’elles servent les citoyens dans la dignite, l’efficacite et l’equite.

6-En engageant la Diaspora dans la construction nationale tout en protegeant et en defendant les citoyens Haitiens contre les abus discriminatoires en terre etrangere.

7- En mettant en valeur a travers une coordination eclairee la contribution de la cooperation internationale.

8- En batissant un budget raisonable, equitable et realistic.

9- En elaborant une base de revenue, universelle, comprehensive et realistique.

10- En supportant les initiatives legislatives qui faciliterons la politique d’une nation bienveillante a batir et un pays hospitalier a construire dans tous ces components.

11- En etablissant une unite d’anti-corruption et de support technique pour assurer la reussite de chacune des initiatives
12- En s’engagant dans un leadership regional et international dans les Caraibes d’abord en Afrique ensuite afin de faciliter une zone d’hospitalite pour chaque citoyen dans leur propre pays.


Une nation a batir

Haiti la premiere Republique noire et independante de l’Hemisphere Occidental, sortie victorieuse du joug de l’esclavage, avec ses propres moyens et sa propre bravoure a rate sa vocation de leadership pour transmettre au reste de l’Univers le concept de la vision partagee que l’Etat bienveillant devrait etablir envers et pour tous.

Le reve de Jean Jacques Dessalines de pourvoir, a ceux qui n’avaient pas une lignee Francaise dans leur progeniture, l’acces aux ressources de l’Etat pour faciliter leur epanouissement spiritual, materiel et social fut eclabousse dans les morceaux de chair et de sang eparpilles tout autour du Pont Rouge, la ou il fut assassine le 17octobre 1807, soit trois ans apres le jour fastidieux du 1ier janvier 1804, jour de la declaration de l’independance.

Henri Christophe a essaye et a reussi a initier une culture de nation building a la partie septentrionale d’Haiti. Cette experience a dure une quinzaine d’annees. A sa mort, les retombees pas encore bien enracinees furent brulees et leur cendres dispersees dans les vallees et les montagnes du Nord.

La Republique de Petion et de Boyer qui a dure 50 ans a impregne la jeune Haiti d’une mentalite et de l’ethos d’une nation hospitaliere seulement a une minorite d’elite, le gros de la population laisse pour elle meme pour se fendre et se defendre tout seul sans l’appui de l’Etat. Cette culture constitue l’Haiti d’aujourd’hui.

Il en fut ainsi jusqu’en 1946 ou l’indigenisme, le concept de nation building prone par Jean Price Mars fut prostitue par les politiciens comme Dumarsais Estime, Lorimer Denis, Francois Duvalier et leur successeurs comme Jean Bertrand Aristide, Rene Preval en un concept de noirisme et de sectarisme absolu: le Pouvoir aux hommes de couleur noir au mepris des mulatres, le Pouvoir a ceux qui peuvent s’approprier les leviers de l’Etat pour se perpetuer pour leur profit au detriment de la majorite alors que le pays s’enfonce sous leur gouverne vertigineusement dans le casier d’etat en faillite.

Nous vivons encore dans l’ere erronnee que l’hospitalite pour tous n’est concevable seulement que si elle est sectorielle et partisane. Aussi Haiti se trouve dans un etat de non lieu et de nation en faillite ou les forces etrangeres s’ingerent dans la protection de nos frontieres, souillent notre foi patriotique et retardent en fait la solidarite agissante qui doit prendre le dessus pour imprimer la responsabilite personelle afin de realiser un developpement integre ou chaque Haitien devrait se sentir solidaire l’un a l’autre et heureux de grandir et de s’enrichir dans son propre patelin.

Pour construire la nation Haitienne, nous devons remonter a l’ideal de Jean Jacques Dessalines , formule en 1804, revise pour l’Univers par Ernest Renan en 1888 et reconcu pour Haiti par Jean Price Mars en 1918. Le principle est clair et simple. Une nation doit etre maitre de ses territoires, elle doit se baigner dans la vision commune du passe, et forger ensemble un futur ou toutes les composantes du pays se retrouvent engage comme entite a part entiere mais soude dans une collaboration agissante pour le bien de chacun.


L’engagement intrafraternel ne peut pas se reposer sur des slogans creux et vides de significance qui n’apportent aucun bonheur individuel ou communal a la population. Haiti aujourd’hui est pareil aux Etats Unis en 1964. Sous l’instigation du Dr.Martin Luther King et le leadership du President Lyndon Jonhson, les Etats Unis se sont engages dans la voie d’une action affirmative envers les noirs et les desherites de la nation exclus de la vie nationale depuis 1776, refoule meme apres l’Emancipation en 1864. L’election de Barack Obama, le premier president noir americain constitue le couronnement d’une lutte non achevee mais que se trouve dans la bonne direction.

Haiti aux elections de 2011 doit retrouver son Martin Luther King qui definira les parametres du malaise Haitien dans des concepts clairs et raisonables. Elle devra aussi elir son President a l’instar de Jean Jacques Dessalines, Henri Christophe et Lyndon Jonhson qui n’hesitera pas a s’engager dans une action affirmative envers le monde rural tout en respectant et en sollicitant l’appui de la classe aisee et de la cooperation internationale. Les donnes de statistique dans le monde rural sont alarmants et inquietants : » la mortalite maternelle est parmi les plus eleveees du monde soit 5 par mille contre 37 par mille pour la region de la Caraibes. La pauvrete est d’abord et avant tout un phenomene rural avec 82% de la population rurale vivant en dessous de la ligne de pauvrete de $ 2.00 par jour. La pauvrete extreme en milieu rural est de l’ordre de 77%, la pauvrete tout court est de l’ordre de 85%. » Carte de Pauvrete d’Haiti version 2004. Ministere de la Plannification et de la cooperation externe.


III- Un pays a construire : engager le developpement urban et rural.

Haiti vegete dans les vestiges coloniales qui s’ecroulent avec le temps et avec la pression demographique. Elle n’a batit qu’une seule ville dans son histoire de 200 cent ans, la ville de Belladere. Les 565 villages ruraux n’ont recu durant les 200 cent ans comme infrastructure etatique q’une ecole primaire qui fonctionne a qui mieux mieux . Les 140 petites villes avec des maisons vestuses, des rues non betonnes, sans egouts, sans eau potable, sans electricite, sans ecole professionelle, sans accompagnement economique constituent aujourd’hui des sites sans vie ou les villagoies ne visent qu’a quitter leur habitat pour se refugier dans les villes ou tanter un voyage clandestin en Republique Dominicaine aux Bahamas, les Iles Turques ou la Floride.

Enfin les 10 grandes villes et la capitale Port au Prince sont devenues des bidonvilles geantes ou la masse rurale s’installe pele mele sans respecter les zones de protection environementale, compromettant le deroulement d’un developpement urbain moderne organise suivant les normes etablies dans toutes les grande cites du monde. La population urbaine qui s’elevait at 377.355 en 1950 s’est eleve a 3.204.965 en 2003 et grandissant tous les mois. La population rurale a diminue de 87%.8 en 1950 a 59.58% en 2003.

A- Nous commencerons par la racine, c’est a dire le developpement organise des 565 villages ruraux. Nous proposons un investissement de 500.000 US dollars ou 20 millions de gourdes par an pendant 5 ans dans chacune des sections rurales pour y apporter 10 indices de developpement dans les domaines suivants : education, sante, developpement economique, routes, habitat, eau potable, environnement, jeunesse et sport, promotion artitistique, administration ou governance.

Cette partie du developpement coutera 300 million de dollars. Elle comprendra aussi un nouveau Ministere, le Ministere du developpement rural qui s’occupera de coiffer cette entreprise de base qui permettra un developpement urbain organise tout en enracinant le paysan dans un milieu ou il pourra s’epanouir a part entiere.

b- Nous entamerons ensuite l’urbanisation des 140 communes avec les indices de developpement trouvees dans toutes les villes modernes du monde : betonnage des rues, egouts, ecole primaire et superieure et professionelle, hopital, centre de formation pour les jeunes, habitat, parc recreationel, eau potable, marche, petite industrie.

Nous comptons investir 1 million de dollars par an pour 5 ans dans chacune des communes. Une bourse de 150 million de dollars sera depense dans ce domaine.

c- L’urbanisation des grandes villes d’Haiti se fera suivant le meme modele. Sans compter la capitale, notre quadastre urbain comprend les villes suivantes : Fort Liberte, Cap Haitien, Gonaives, St Marc, Hinche, Petit Goave, Miragoane, Jacmel, Jeremie et les Cayes. Nous investirons 10 million de dollars dans chacune de ces villes pour y apporter une urbanisation ordonnee.
Le plan comprendra, le reamanagement de l’habitat, la reorganisation des marches publics, la construction d’une branche de l’Universite de l’Etat avec les disciplines propres aux ressources de la region. Il aura aussi des universites hospitaux, des centres de loisir et de civisme pour les jeunes, l’amenagement des egouts, la protection de l’espace environnementale. La transportation, les gares routieres, le betonnage des rues, l’electricite, la couverture optique de l’internet feront aussi partie de cette initiative urbaine.

Une bourse de 100 million de dollars par an pour 5 ans sera consacre dans ce domaine

d- La ville de Port au Prince ainsi que ses banlieux de Carrefour de Petionville et de Delmas feront l’objet d’un engagement intense de grand travaux dans les domaines de l’habitat, d’eau potable, de communication, de transportation, de sante, d’education de loisir pour assurer une urbanisation digne des grandes villes de l’hemisphere et de la Caraibe. Un budget de 100 million de dollars par an pour 5 ans est dedie a cette entreprise.

e- Enfin pas des moindres, nous depenserons aussi 100 million de dollars pour effectuer des etudes environementales dans les coves, et les presquiles des cotes d’Haiti afin de faciliter l’amenagment des nouvelles villes balneaires. Nous avons relever 22 coves qui peuvent servir de developement touristique dans le futur.

Le budget total pour le developement rural et urbain s’eleve a

-300 million de dollars pour le monde rural
-150 million de dollars pour les petites villes
- 100 million de dollars pour les 10 grandes villes
- 100 million de dollars pour la capitale
- 100 million de dollars pour les etudes des nouvelles villes balneaires.

Total : 750 million de dollars

IV- Un pays a construire : apporter une infrastructure appropriee.

Haiti ne peut pas se lancer sur la voie du developpement si elle n’est pas dotee d’un cordon d’infrastructure appropriee dans tous les domaines comme l’electricite, fiber optique communication, routes, airports, ports, transportation, voie maritime ( ferry), barrages, corridor ecologique, centre industriel et d’entrepot.

Nous comptons creer 9 entites semi gouvernementales, (authorities) public et prives qui seront charges de la mission de promouvoir ;
- la construction de grandes arteres reliant les communes , les villes et les sections rurales d’Haiti.
- la construction et l’amenagement des ports et aeroports dans les grandes villes
- la construction d’un reseau fiber optique qui recouvre toute l’etendue du territoire
- l’amenagement d’un reseau maritime ou ferry reliant les villes cotieres ainsi que d’autres iles de la Caraibes.
- la creation d’un reseau routier comprehensif pour transporter les personnes et les produits d’un endroit a l’autre
- l’amenagement d’un corridor ecologique de la partie septentrionale jusqu’a la partie sud du pays.
- la construction et l’amenagement de centre industriel et d’entrepot dans tous les departements.
- la construction de barrages tout en tenant compte des exigences enverionnemental dans les grandes rivieres du pays.
- la formulation d’une autorite qui aura soin de coordiner et de regulariser et de sanctionner les initiatives des 8 semi gouvernementales organizations.

Le gouvernement investira 800 million de dollars pour incuber ces authorites.

V- Un pays a construire : rendre les Institutions hospitalieres a tous les citoyens.

La connotation de failed state ou etat en faillite est souvent attachee a la qualification d’Haiti. En effet l’Etat n’existe guere dans 85% de la superficie territoriale. Le monde rural n’a qu’une ecole primaire, parfois un centre de sante qui fonctionne avec un budget et un personnel rudimentaire.

Les grandes villes ainsi que les bourgs ne sont pas mieux dotes. Elles n’ont pas une branche de l’Universite de l’Etat ainsi que les differentes unites des ministeres pour desservir les besoins etatiques des citoyens. Le citoyen haitien qui a besoin d’un passeport doit se rendre dans la capitale et attendre des mois avant de recevoir cet instrument.

Cette capitale qui englobe toutes les instances administratives et legislatives est inhospitaliere pour utiliser un terme qui decrit tres mal la reception reservee au citoyen qui n’a aucun patron pour l’introduire.

Dans tous les domaines, l’administration haitienne, sera bienveillante, hospitaliere, effective, celaire et conveniente.

Education :

Le gouvernement prendra sa responsibilite comme le pourvoyeur d’une education de premiere classe pour chaque haitien de la classe maternelle jusqu’a l’universite. Nous croyons fermement que la richesse d’une nation reside dans la multiplicite et la creativite des ces citoyens bien formes dans l’education classique et professionelle et dans l’etique des valeurs.

Chaque commune rurale aura une ecole maternelle, une ecole primaire et secondaire allant jusqu’a la classe fondamentale. Chaque petite ville aura en addition de plusieur ecoles primaires un ou plusieur lycees suivant le nombre d’eleves qui habitent la commune. Nous etablirons aussi une ecole professionelle dans chaque petite ville.

Chaque grande ville aura en addition d’un lycee dans chaque quartier aura aussi une branche de l’Universite de l’Etat avec plusieurs disciplines qui refletent les ressources particulieres de chaque region.

Le gouvernement Haitien etablira aussi une agence de regard et d’accreditation pour les ecoles et centre de formation privees. Elles devront repondre aux normes nationales et internationales d’instruction dans les disciplines et les degrees octroyes par leur institutions.
Une bourse de 200 million de dollars sera consacre a l’education en Haiti qui comprendra aussi l’alphabetisation pour tous.

Sante:

Le gouvernment Haitien aura une politique preventive de sante, en retablissant le corps d’agents d’hygiene publique qui sera deploye dans toutes les communes pour l’education et l’enforcement des mesures sanitaires.

Chaque section rurale aura un centre de sante rattache a l’hopital de chaque commune. L’hopital de commune sera aussi lie a l’hopital de l’Universite de l’etat qui aura une satellite dans chaque grande ville.

L’hopital de l’Universite de l’Etat sera reamenage et lie avec une Universite etrangere comme Columbia Presbyterian Hospital ou Nassau County University Hospital.

Les soins prodigues par l’ hopital de l’ Universite d’Haiti seront standartises suivant des normes internationales trouves dans les grand centres hospitaliers du monde occidental.

Une bourse de 150 million de dollars seront consacres pour batir un reseau sanitaire qui couvrera toute la population. Nous utiliserons dans un premier temps des mobiles d’unite sanitaires qui seront distribuees dans tous les coins du territoire.

Agriculture et environnement:

Haiti a cause de la majorite de sa population qui habite encore la campagne a une vocation agricole. Haiti a cause de son environnement vegetable completement degrade et denude doit etablir une politique d’urgence de retablissement du flora haitien.

Nous possedons quant a present un corps d’agronomes eduques en Haiti et en Republique Dominicaine qui ne sont pas embauches dans la relance agricole. Ils seront deployes dans toutes les sections rurales et dans toutes les communes pour accompagner nos planteurs dans la production, la conservation et le marketing des produits dans le pays et vers la terre etrangere.

Sur le plan de l’environnement, Haiti redeviendra le grenier des champs de mayogany et de bois precieux qu’elle fut avant l’occupation Espagnole et Francaise. Nous utiliserons le fond de pension des employes de l’Etat, des officiers de la force de police pour etablir des enormes champs de mahogany, de cedre, de chaine, de bois d’ebene pour enrichir non seulement la nation mais pour assurer le futur des contribuables.


Le gouvernement Haitien prendra a coeur d’essayer d’enrichir chaque citoyen par le travail et l’encadrement technique du travailleur. Aussi nous etablirons des cooperatives de processing de fruits et de produits pour le marche exterieur. Nos mangues Madame Francis bien prizes a l’etranger seront plantes ou greffes partout ou elles peuvent reussir. Notre proximite avec le plus grand marche du monde, les Etats Unis nous oblige a fructifier chaque hectare de terre en vue du marche national et le marche international. En hiver nous produirons les legumes que New Jersey, Californie et le Quebec ne peuvent pas produire. En ete en plus des mangoes nous exporterons des fruits subtropicaux dont les Chinois sont tres friands :les fruits comme le lychee, le star fruit, et le quiwi.

Nous etablirons une bourse de 250 million de dollars pour l’environnement et la production agricole.


Tourisme et production artistique :

Haiti est situee au coeur meme des activites touristiques les plus vibrantes du monde. Cependant comme une bete noire, elle est evitee, contournee et ostracisee par tous. Le gouvernement entreprendra une politique active de promotion touristique d’abord destinee vers la Diaspora ensuite envers le public international. Le calendrier touristique d’Haiti est riche et varie. Il commence par les fetes de fin d’annee. La semaine du 26 Decembre au 2 Janvier sera promu comme la Semaine de Solidarite Internationale avec la Republique d’Haiti. La Diaspora comme les etrangers seront invites a venir en Haiti pour se retramper a la Mecque du mouvement mondial de Liberation du joug de l’esclavage. Les orchestres, les artistres de la Caraibes et d’autres regions du monde alimenteront la grande fete de famille et de retrouvaille.

Aussitot finit les fetes de fin d’annee nous entrons dans les festivites carnavalesques. Apres le Bresil et Trinidad et Tobago, le Carnaval Haitien represente l’une des plus grandes manifestations culturellles de l’hemisphere occidental. Nous prendrons toutes les mesures afin qu’Haiti obtienne sa quote part de touristes qui viendront dans le pays pour se rejouir des fetes carnavalesques.

Nous rentrons tout de suite dans une periode de rejouissance propre a Haiti : les celebrites de Rara. Tres peu organize aujourd’hui mais d’un potentiel enorme dans le futur, le Rara ouvre la porte au tourisme ecologique. Nous chercherons a rendre le monde rural haitien une destination pour ceux qui sont a la recherche d’une experience nouvelle et riche en culture comme l’on trouve a Bali, Indonesie.

Fini les Rara, Haiti nous rentrons dans la periode heureuse des fetes champetres qui s’etalent du 1r Mai au 1r Novembre. Nous organiseront les fetes patronales pour stimuler le development economique et touristique dans toutes les communes. L’habitat sera promu afin que chaque villagois recoive les retoubees economiques du flux de touristes.

La production artitisque va de pair en pair avec les activites touristiques. Nous encadrerons les artistes et les ouvriers pour qu’ils produisent des oeuvres de qualite artistique soutenue afin qu’ils obtiennent le revenu adequat a leur talent et creativite. Nous etablirons aussi des cooperatives de comptoir de vente pour eviter les intermediaires qui dimunent leur quote de revenue.

Le gouvernement a l’instar des autres iles de la Caraibes engagera une agence de marketing qui preparera un marketing programme et un protocole pour vendre Haiti au monde entier. Nous utiliserons no stars vedettes comme Wyclif Jean comme le porte parole pour exhiber nos splendeurs, notre culture, la joie de vivre infectieuse de notre population en depit des difficultes .

Le gouvernement engagera aussi les agences de voyage, les hoteliers, les groupes de musique originaux comme ses partenaires dans les toutes les instances de presentation touristiques a travers le monde. Nous essayerons d’apporter un avant gout d’Haiti, sa musique, sa cuisine, son art en terre etrangere.

Le tourisme aura un budget de 100 million de dollars par annee.

Commerce et industrie :

Haiti devra a l’instar du Costa Rica, le Chili et la Republique Dominicaine definir la mission commerciale et industrielle en vertu de ses ressources de base humaine et spatiale. Sa proximite avec les Etats Unis ses contracts de marche avec la republique etoilee , son large diaspora en Amerique lui donne la possibilite de produire et de vendre en ete les produits et les fruits tropicaux dit nostalgiques (ceux que la Diaspora reve en terre etrangere). En hiver Haiti peut produire les legumes que le New Jersey et Quebec ne peuvent pas produire a cause du froid. Nous pouvons aussi exploiter la grande clientele chinoise aux Etats Unis pour planter les fruits sous tropicaux comme le lyche, le parsimmons et le star fruit evitant ainsi le cout enorme de transportation de l’Asie a l’Amerique.

Cette politique encourage et plannifie jusque dans les minutes details peut produire dans les 5 prochaines annees un monde rural qui s’enrichira incrementalement.

La relance de commerce et de l’industrie comprendra l’utilisation du genie artistique haitien. Nous pouvons devenir le pourvoyeur attitre de meubles pour le jardin d’exterieur toutes les villas du monde. La creativite de chaque ouvrier haitien une fois bien encadre avec le materiel industriel necessaire est presque sans limite.

L’etat haitien prendra les dispositions pour incuber les cooperatives de production artisanale dans chaque commune. Cette cooperative s’orientera vers l’acquisition de plus value des ressources ambiantes.

Une bourse de 100 million de dollars sera alloue a ce ministere pour cette mission.

Police, armee, service militaire, protection contre les desastres.

mercredi 22 juillet 2009

Bilten spesyal #2 Meteyo Mèkredi 22 Jiyè 09


Vijilans jòn pou gwo kout van, gwo lanmè ak lapli nan plan nasyonal jesyon risk ak desas (PNGRD)

Aks ond tropikal la kite peyi d’Ayiti, li chita kounye a sou pòsyon Lès Kiba maten an. Sa pa anpeche aktivite lapli ak loraj toujou rete posib sou kèk depatman nou yo jodia.

Pandan n’ap tan’n yon ameliorasyon nan tan an nèt pou demen, SPGRD kenbe jounen Mèkredi 22 jiyè 09 a dizè nan maten, nivo vijilans jòn ( ki vle di risk enpak entansite fèb a modere) pou gwo kout van , gwo lanmè, lapli e li anonse aktivasyon Plan Nasyonal Jesyon Risk ak Desas(PNGRD) fas ak menas gwo kout van, gwo lanmè, lapli ak loraj ak risk pou rivyè desan’n, deboulònman tè, ak inondasyon entansite fèb, sitou pou depatman Sant, Lwès, Nòdès, Sid, Sidès Nip ak Grandans.

SPGRD mete’l ansan’m ak SEMANAH, pou kenbe entèdiksyon operasyon Kabotaj sou tout Kòt Nò ak Sid peyi d’Ayiti, pou rive mèkredi nan aswè.

Konsèy sekirite
- Si ou rete nan zòn ki kon’n inonde, tè k’ap glise, prepare
nou pou’n kite zòn sa yo.
- Pa travèse larivyè k’ap desan’n pou anken’n rezon
- Si ou wè gen gwo kout loraj pa rete anba fenèt ak kote ki gen anpil pyebwa.

PROJET DE PROMOTION DU TOURISME COMMUNAUTAIRE DANS LE DÉPARTEMENT DU NORD D'HAÏTI

Banque Inter-Américaine de Développement (BID)


PROJET DE PROMOTION DU TOURISME COMMUNAUTAIRE DANS LE DÉPARTEMENT DU NORD D'HAÏTI (HA-M1012)


FOIRE HISTORICO-CULTURELLE DE MILOT
DU 28 JUILLET AU 2 AOÛT 2009



PROGRAMME SCIENTIFIQUE PRELIMINAIRE


MOTIVATION

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Promotion du Tourisme Communautaire dans le Département du Nord’Haïti HA-M1012 » financé partiellement par le FOMIN/BID (Fonds Multilatéral d’Investissement / Banque Interaméricaine de Développement) et en partenariat avec des institutions telles que: ADA (Association des Dondonnais en Action), RIVACOM (Les Rivanordais pour l’Avancement de leur Communauté), CBP (Comité de Bienfaisance de Pignon), FONDTAH (Fondation pour le Développement du Tourisme Alternatif en Haïti) en coopération avec Institut de Coopération Economique Internationale (ICEI), MDT (Ministère du Tourisme), AMNORD (Association des Maires du Nord), Association des Maires du Nord’Est (AMANE), la Mairie de Milot, ATN (Association Touristique du Nord), TOURINORD, Chambre du Commerce et d’Industrie du Nord, organise une grande foire historico-culturelle à Milot du 28 juillet au 2 août 2009 en vue de promouvoir les sites naturels, culturels et historiques identifiés au niveau dudit projet.

La foire historico culturelle de Milot est une manifestation qui s’étend à trois (3) niveaux : éducatif, récréatif et commercial. Elle sera célébrée durant six (6) jours et six (6) nuits et mobilisera trois mille visiteurs nationaux et internationaux sur la cour du Palais Sans Souci en réunissant les productions, les potentialités et les richesses des trente deux (32) communes du Grand Nord. Elle constitue manifestement un moyen de promouvoir les producteurs, les entreprises et les sites écotouristiques de cette région historique, dénommée à juste titre le bastion de la liberté qui représente, sans ambages, le pôle de développement touristique d’Haïti.

La Foire historico culturelle de Milot projette d'accueillir trois mille (3,000) visiteurs nationaux et internationaux poursuit son principal but celui de mobiliser une dizaine de milliers de nos frères et sœurs vivant à l’Etranger, lesquels viennent se ressourcer pour les fêtes patronales, de diversifier leur recréation ainsi que de sensibiliser et de mobiliser les populations des 19 communes du Département du Nord et 13 communes du Nord’Est sur la possibilité de préserver et mettre en valeur leur patrimoine naturel et leur identité culturelle tout en augmentant leur capacité productive, de création d´emplois et de revenus au moyen de l´écotourisme.

PROGRAMME

MARDI 28 juillet 2009

Cérémonie Inaugurale

2hres pm


DÉFILÉ
Défilé depuis le local de Crudem à Milot jusqu’au siège de la Foire devant le Palais Sans-Souci

Fanfare Symphonie Royale et Douce Mélodie (musique : Hymne National, Hymne à la jeunesse …, corps d’honneur + majorette)
Cordon de sécurité par le groupe Samba

Participation des officiels, des représentants des organisations partenaires, des représentants des organisations de la société civile des Départements du Nord et du Nord’Est ainsi que d’autres Délégations du reste des autres Départements.

Organisation du devant à l’arrière : Fanfare Symphonie Royale + majorette – Comité Organisateur- les officiels – Fanfare Douce Mélodie – Représentant des organisations partenaires et des organisations de la société civile des deux départements et d’autres – AFC – Contre danse - Groupes musicaux - troupes théâtrales et folkloriques – la population locale de Milot.

A l’entrée du Palais, les fanfares donneront un show de 10 minutes et s’arrangeront de façon parallèle pour laisser faufiler le comité organisateur et les officiels pour la cérémonie inaugurale.
3hres pm


CÉRÉMONIE INNAUGURALE
Acte Inaugural sur Stand construit à cet effet à l’entrée du Palais
Hymne Nationale par les deux Fanfares de Milot

Propos de circonstances du Maitre de Cérémonie et Président du Comité Organisateur : Jean Camille BISSERETH, Coordonnateur Général FONDTAH

Discours de Bienvenue par le Maire de Milot Paul Telfort

Propos du Représentant de la BID M. Phillipe Dewez

Propos du Président de l’Association des Maires du Nord’Est (AMANE) Moise Charles Pierre

Propos du Président de l’Association des Maires du Nord (AMNORD) Philoclés Saint Fleur

Discours du Président de la Chambre du Commerce et d’Industrie du Nord Monsieur Martin Malherbe Dorvil

Discours de la Directrice Exécutive de l’Association Touristique d’Haïti du Nord Madame Dieudonne Etienne

Discours du Président de NORD VERT, Alzi HENRILIO
Discours de la Députée de Milot et Plaine du Nord Marie Josie Etienne

Allocution du Sénateur du Nord Président de la Chambre du Sénat Kely C. Bastien

Allocution Du Ministre Patrick Delatour Ministre du Tourisme


Discours du Ministre de la Culture Olsen Jean Julien

Discours du Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales Paul Antoine Bien-Aimé Président d’Honneur de la Foire Historico Culturelle de Milot

Présentation artistique/ Amphithéâtre Reine Marie Louise
Association Folklorique Capoise
Groupe Culturel de Milot

6 :00hres pm

Animation Culturelle:
Sortie des 3 bandes à pied pour aboutir devant le Palais: Lolo band descend avec la population de Choiseul, Lea vient depuis cerca et Lil djèdjè dans la ville. Ces bands vont se positionner dans 3 positions stratégiques pour continuer à créer de l’ambiance à chaque pause ou retard.
Rosiyolè de Milot (musique évangélique), Contre Danse (danse des esclaves) de Grande Rivière, AFC du Cap-Haitien (danses folkloriques), Bel Koulè de Milot, Bel Poz de Milot.
Clôture à Minuit.


MERCREDI 29 JUILLET 2009

10 :00 am - 4:00pm
Rôle et importance du Parc National Historique Citadelle, Palais sans Souci et le site des ramiers dans le développement touristique du Grand Nord par Architecte Eddy Lubin, Directeur PNH

Présentation du Plan de Développement Régional du Nord’Est : par Ronel Céran

Table Ronde : Situation environnementale, socio-économique, culturelle, potentialités et perspectives du Département du Nord coordonnée par Georgemain Prophète, Délégué Départemental du Nord

Alzi Herilio Coordonnateur du NORD VERT

Possibilités de créer un circuit touristique avec une gamme de produits très diversifiés entre Limonade et Milot : de la Montagne à la Mer par le Maire de Limonade Jean Belavoix Manguira

6 :00 p.m.
Adorateur de Milot (musique évangélique), Veillé paysan de Limonade, AFC (danse Floklorique) Komedi Zèklè de Milot, Bel Poz de Milot


JEUDI 30 JUILLET 2009

Présentation et démonstration des concepts 3R (Réduction, Réutilisation et Recyclage) par Alzi Henrilio et agr. Obei Carolly

Le Nord Vert, les objectifs, le contenu et les Résultats escomptés, la Coordination du Nord Vert
Relance touristique dans le Département du Nord et la Protection de l’environnement par Romel Joseph


Présentation des résultats partiels du projet promotion tourisme communautaire dans le Nord d’Haïti dont la première phase est le circuit Dondon-Milot par Karl Maxime Alliance, Coordonnateur dudit projet

6 :00 p.m.
One in five, kl clean, Congo d’Afrique, Atis lakay, hip hop clean, Replik Skoard, Bel Poz


VENDREDI 31 JUILLET 2009

10 :00 am -1:00pm
Rôle du tourisme rural communautaire dans le développement local par Jempsy Fils-Aimé, Représentant du FOMIN/BID

Investissement probable dans le Grand Nord pour la relance du Secteur Touristique par Kesner Pharel

Problématique de l’assainissement des Villes, Nord Vert

Les Caisses Populaires dans le Développement des Micros Petites et Moyennes Entreprises en Haïti par Madame Yolène Jacquet Directrice Exécutive de l’ANACAPH

6 :00 p.m.
Cérémonie vodou, Flanm (théâtre), Samba kreyol, Atis Lakay, Bel Koulè, Flambo rap, Flambo Hip Hop, Bel Poz


SAMEDI 1ER AOUT 2009

10 :00 am -1:00pm
Dondon une mine d’or cachée pour le développement du tourisme rural communautaire par Jean Vilfort Eustache Secrétaire Général de l’ADA


La Production de Café dans le Département du Nord et Nord’Est, Henri David Eustache Vice Coordonnateur de l’ADA

Facilitation dans l’investissement pour la relance du Secteur Touristique par Guy Lamothe Directeur du Centre de Facilitation au Ministère du Commerce et de l’Industrie

La route de Gingembre par Michelle Falashi de ICEI
6 :00 p.m.
Génie Pitoresque (déclamation), Peze Rantre (troubadour), AFC, Mysti Chic, Kogo dafrik, Bel Koulè, Bel Poz


DIMANCHE 2 AOUT 2009
Les bassins versants hydrographiques du Grand Nord et leurs rôles dans l’écotourisme Alain Thermil Vice Président FONHDILAC
Résultats d’étude Nord Vert
Ecotourisme comme option de développement – Concepts et expériences.

Jean Camille Bissereth, Coordonnateur FONDTAH (Fondation pour le Développement du Tourisme Alternatif en Haïti)

Le Développement de l’Ecotourisme en Haïti, Bernard Ethéart Président de la FONHDHILAC

Le projet de Vallue en Haïti, Abner Septembre


4 :00 p.m. – 5 :30p.m.
Acte de clôture

Discours du Maire de Milot

Discours du Président de l’AMNORD

Discours du Président de l’AMANE

Discours de Alzi Henrilio, Nord Vert

Discours du Représentant FOMIN/BID Jempsy Fils-Aimé

6 :00 p.m.
Douce Melodie, Rosiyolè, Symphonie Royale, Adorateur, Solidarite, GAZ, Star Girl, Bel Poz


NB : Excursion tous les jours depuis 28 juillet jusqu'au 2 Août 2009 de 8heures am à 5heures pm navette Cap-Haitien-Palais Sans Souci- Citadelle un bureau est déjà ouvert au Cap- Haitien 71 Rue 24 BC tel (509) 3695 1842 pour faciliter le trajet et le bureau de la FONDTAH à Port-au-Prince est au 81 Rue Oswald Durand, tel (509) 3681 8703, (509) 3623 7753 et (509) 37380787. On peut passer la nuit à Milot ou au Cap-Haitien, prière nous contacter à l’avance pour planification et coordination.