Follow by Email / Suivez nous par Email.-

dimanche 31 janvier 2010

Le gouvernement haïtien choisit les ports dominicains au détriment des ports de province.

 

Par : Cyrus Sibert, souvenirfm@yahoo.fr

Le Ré.Cit.- Réseau Citadelle, Cap-Haïtien, Haïti.

www.reseaucitadelle.blogspot.com

Depuis le séisme du 12 janvier 2010, aucun navire de transport n'est arrivé dans le port du Cap-Haitien. Ils vont tous vers la République voisine. Avec la catastrophe, la République dominicaine est déclarée Port d'accueil pour les bateaux à destination d'Haïti. Le président René Préval a même remercié la ''générosité des autorités dominicaines qui mettent leurs ports au service du peuple haïtien sans taxer les produits.''

Une erreur de plus de la part du Président de la République, vu que les produits en transit ne sont pas taxables. René Préval semble signer et persister, comme le diable, dans l'erreur. Il est en train de perdre une occasion favorable pour dynamiser les ports des villes de province en  réduisant les droits de douane et les frais portuaires. De plus nos débardeurs, nos transporteurs et autres travailleurs du réseau perdent des revenus importants qui augmenteraient leur pouvoir d'achat et leur permettraient de venir en aide à tous ces parents et amis sinistrés qui ont fui la capitale.

Après l'endommagement du port de Port-au-Prince et d'autres ports commerciaux privés de la zone métropolitaine, le Port de la ville du Cap-Haitien est capable d'offrir les services d'import et d'export. Son développement permettrait de relancer l'économie locale. Le nord serait ainsi apte à faire face aux milliers de réfugiés sinistrés qui arrivent et habitent ses villages.

De plus, le développement d'activités portuaires commerciales – par opposition aux importations de produits humanitaires non taxables -  permettrait à l'Etat haïtien de relancer ses recettes.

L'un des malheurs de ce pays a toujours été la centralisation de toutes activités sociales, économiques et politiques à Port-au-Prince. Cette centralisation à outrance a asphyxié les villes de province tout en encourageant l'exode rural. La catastrophe que vit la capitale est la conséquence logique de cette politique. La reconstruction du pays ne peut se concevoir sans un nouveau projet de développement visant à  revitaliser les provinces d'Haïti.

En plus d'attendre la manne humanitaire, mieux que se battre pour la gestion de l'aide internationale, le gouvernement doit s'engager dans des réformes en profondeur pour la modernisation des ports, des infrastructures physiques, ce qui contribuerait à augmenter leur degré de compétitivité et leur permettrait d'attirer ces investissements  qui auraient tendance à quitter Port-au-Prince, la capitale au profit d'autres destinations de la région.

RESEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 31 Janvier 2010, 17 hres 15.


Haiti Boys' School Founder Charged in More Sex Abuse Allegations.

Haiti Boys' School Founder Charged in More Sex Abuse Allegations

By LEANNE GENDREAU
Updated 2:17 PM EST, Thu, Jan 28, 2010

Buzz up!TWITTER FACEBOOK

Fairfield University

 

The founder of a boys' school in Haiti has been charged with sexually abusing 18 boys in the country between 1998 and 2008.

 

Douglas Perlitz, 39, a  former Connecticut man and the founder and director of Project Pierre Toussaint, in Cap-Haitien, Haiti, was arrested on Sept. 16 and has been detained since. On Thursday, more charges were added.

 

Perlitz began traveling to Haiti in 1991 for a volunteer mission and was inspired to start a school to help the many street children in the poverty-ravaged area, according to the grand jury indictment.

 

Six years later, he obtained a grant from the religious organization, the Order of Malta, and founded Project Pierre Toussaint to open the school, which served boys as young as 6.

It soon grew to include a residential facility for the young boys, another for high school students, whom Perlitz hand-selected, and a house called "Bel Air," where American volunteers and Perlitz lived, according to the court documents.  

 

In Haiti, Perlitz befriended male street children and recruited them to his school, court records state. It is at the school he is accused of engaging in sex acts with 18 of them.

He's accused of luring them with promise of food, shelter, shoes, clothing, money, cell phones and other electronics, the court documents state – sometime both for the boys and their families. 

 

If the minors refused, court documents state, Perlitz would threaten to withhold benefits or expel them from school. 

 

He has been charged with nine counts of traveling outside of the United States with the intent to engage in sexual conduct with persons under the age of 18, and 10 counts of engaging in sexual conduct in foreign places with persons under the age of 18.

 

On Sept. 15, the grand jury returned an indictment, charging Perlitz with 10 counts related to alleged sexual abuse of nine boys. He has since been charged with nine additional counts. It also makes reference to nine more alleged victims.

 

Law enforcement agencies in New Haven, Colorado, Washington, D.C. the Caribbean and Haiti have been involved in the case.
 

samedi 30 janvier 2010

MESAJ POU PÈP BONDYE A.

Jou madi 12 janvye 2010 la, nan zòn 5è laprèmidi, yon tranblemann tè fòfyèl demantibile Pòtoprens, pase pran Kalfou, Gresye, Leyogann, Grangwav ak Tigwav, san l pa bliye Jakmèl. Katastwòf natirèl san manman sa a pote ale 200.000 kretyen vivan, blese 250.000 lòt, epi lage nan lari de bra pandye 2 mlyon lèzòt ki jounen jodi a pa wè ni devan ni dèyè. Devan trajedi sa a, mwen wete chapo m byen ba pou m salye memwa viktim yo, prezante kondoleyans mwen bay fanmi ak zanmi yo, san m pa bliye manifeste solidarite m ak sa k ap soufri yo epi k ap pase yon move momen kounye a.


Pandan pèp ayisyen nan detrès li, anpil move sije pa pè pa krenn di se yon pak nou siyen ak Ledyab ki fè malè sèk sa a rive peyi a. N ap di atoufè sa yo Ayiti se yon peyi tankou tout lòt peyi e Bondye renmen l menm jan ak yo. Lasyans ak lateknik explike byen orijin katastwòf natirèl tankou sa k sòt frape peyi nou an e yo di tou ki pwekosyon nou kab pran pou limite dega yo. Men lè pa gen Leta nan yon peyi, lè dirijan yo pa kwè nan lasyans ak lateknik, lè yo chwazi popilis ak anachi kòm metòd pou yo gouvène, lè yo pa bay edikasyon ak pwoteksyon anvironnman regle anyen pou yo, lè yo pa pran desantralizasyon ak dekonsantrasyon o serye, lè yo pa kite okenn espas pouvwa pou KAZÈK ak Konsèy Minisipal yo, lè Pòtoprens frape, se tout peyi a ki anfale.


Nou regrèt anpil Responsabs peyi a, 2 zè apre trajedi a, pat kanpe sou pelouz Palè Nasyonal la pou voye yon mesaj bay Nansyon an, pou fè wè gravite sitiyasyon an, dekrete Leta dijans, mete sou pye yon selil de kriz, rekizisyone tout ponp gazolin ak mwayen transpò pou pèmèt popilasyon an kite Pòtoprens nan lòd ak ladisiplin, lanse yon demann solidarite nasyonal ak entènasyonal ak viktim yo. Men kòm kalamite a deja fin frape nou, ann gade devan, san n pa bliye viktim yo.


Moman an rive pou nou menm elit politik, ekonomik ak entelektyèl peyi a nou di : se fòt nou, se fòt nou, se fòt majè nou. Mwen mande Bondye Gran Mèt la pou ba nou fòs ak kouray, pou nou rive fini ak chen manje chen, batay pou pouvwa ki se vanite, kaba ak zafè divizyon moun rich/moun pòv, Nèg nan mòn/Nèg lavil, Nwa/Milat, entelektyèl/analfabèt, dwat/goch, mwen se pitit gwo zotobre mwen pa kanmarad ou. Mwen mande Pè Letènèl ba nou fòs ak kouray pou nou rive fini ak bagay sa yo ki anpeche nou konstwi ansanm yon peyi pou nou tout, paske nan fos komin yo otorite yo jete kadav tout kalte Ayisyen. Kidonk se menm nou ye, nou tout se pitit yon sèl peyi e malè pandye kab pote nou tout ale lè nou pa atann.


Nan sans sa a, mwen mare sosis mwen ak yon bann patriyòt anndan peyi a kou lòt bòt dlo pou nou panse Leta, panse devlopman ak kouman pou nou rive viv ansanm, san pèsonn nan nou pa kandida pou okenn pòs. Nan jou k ap vini yo, n ap gen pou prezante Nansyon an yon PLAN ESTRATEJIK POU RIVE SOVE PEYI A. Mwen mande Bondye Gran Mèt la pou ede nou tout ansanm reyalize objektif majè sa a pou zòt rive konprann Ayiti pa gen anyen pou l wè ak madichon ni pichon.


Nou menm ki nan soufrans, nou menm k ap pase yon move moman, nou menm k ap viv yon sitiyasyon fòfyèl, pran kè, pa dekouraje. Lè nou wè li fè nwa pi plis, nou mèt konnen bajou pral kase, chimen delivrans la deja trase, paske Gran Mèt la ak nou e l ap kontinye gide pa nou !


Frè m ak sè m yo, lavi nou deja nan men Bondye, kidonk rès la nan men nou… Se frè nou Rudolph Henri Boulos ki t ap fè ti pale sa a ak nou.


Kimbe red, pa lage, Nap Entre Triomphalement Jerusalem reconstruite.

Depuis Port-au-Prince, frappée par le séisme, l'écrivain haïtien Lyonel Trouillot nous envoie chaque jour sa chronique de l'après.


Quatorze jours après le séisme, on a sorti un survivant des décombres du collège Canapé-Vert, où ont péri quelque deux cents personnes, formateurs et apprenants. On crie au miracle. Miracle, peut-être. Mais un jour il faudra aussi parler de quelques choix qui font honte aux humains. Par exemple "la sécurisation" du périmètre d'un supermarché effondré sur des dizaines de clients, dans les heures qui suivirent le tremblement de terre. Pour protéger le coffre ou le dépôt de marchandises. Difficile de chercher les vivants. Deux dames âgées qui ont pu récupérer le cadavre de leur fille et nièce veulent sortir leur voiture et emporter leur morte. Interdiction. L'une des dames se révolte et dit à l'agent : je vous passe la voiture sur le corps . Dans ce cas précis, on aura joué la marchandise contre les humains. On pourrait aussi parler de quelques médecins en bonne santé qui n'ont pas offert leur aide pour soigner les blessés. Il y en a même quelques-uns, possesseurs de visas ou de cartes de résident qui ont préféré partir. Fuir. L'attitude de solidarité qui caractérise le gros de la population haïtienne n'empêche pas de dénoncer les quelques bassesses et lâchetés. Au contraire. La petite histoire des réactions à l'horreur du tremblement de terre contient aussi sa part d'horreur.
Les journalistes, comme les autres humains, se suivent et ne se ressemblent pas. Il y en a un qui veut me faire dire que l'émission de télévision à laquelle participeront à Paris une quinzaine d'écrivains tient de la démagogie. Irez-vous ? Sauf si on m'assure un retour dans les deux jours qui suivent l'émission. Cela ne veut pas dire que c'est de la démagogie. C'est une bonne chose qu'elle ait lieu. Contre les clichés et les caricatures. L'attitude des journalistes est un élément majeur de l'actualité. Il y a ceux qui cherchent le sensationnalisme, le mauvais côté des grandes et des petites choses. Et ceux qui suivent les faits et leur donnent leur place dans le vaste ensemble. Le travail des médecins, toutes nationalités confondues. Les difficultés, les réussites.
"On ne peut pas remplacer le silence par la légèreté"

Retour au pays du Premier ministre. Il était au Canada. L'accueil de la communauté haïtienne n'était pas chaleureux, selon certains témoignages. Ses priorités : l'aide immédiate aux sinistrés et la reconstruction de l'administration publique. En attendant, devant la résidence (détruite) de l'ambassadeur de France (il n'existe pas de représentation diplomatique du Sénégal en Haïti) des citoyens veulent des renseignements sur la vie au Sénégal et les conditions de l'éventuel voyage. Le président du Sénégal (précipitation, mauvaise blague ou "solidarité raciale") a promis des terres aux Haïtiens qui voudraient habiter l'Alma Mater. Le voilà pris au mot...
Le ministre de l'Éducation nationale parle de mars pour la réouverture des classes. On comprend mal l'intérêt de sa déclaration. D'autant qu'il ne dit ni comment ni pourquoi. On s'attendait à ce qu'il y ait un appel aux responsables des institutions scolaires, à une évaluation des pertes humaines, très lourdes, dans le corps enseignant, des pertes matérielles, immenses. Quand un ministre avance des dates sans état des lieux ni concertation ni projet élaboré après une telle catastrophe, cela a de quoi inquiéter. On ne peut pas remplacer le silence par la légèreté.
Port-au-Prince semble une ville vivante. Des habitants sur les ruines, dans les rues, occupant les places et tous les espaces non couverts. Les gens commencent à se retrouver. Des amis. Des collègues de travail. On apprend qu'un tel a perdu un parent, un enfant. Mon ami Marc-Endy. Membre de l'Atelier jeudi Soir. Quand la maison s'est écroulée, il s'est rendu compte que l'enfant était mort, il fallait sauver sa compagne. Il a laissé l'enfant sous les décombres pour porter sa femme et lui chercher des soins. Il a passé la nuit auprès d'elle. Le lendemain, il est retourné à la maison détruite. Il a pris le corps de son enfant et il l'a brûlé. Puis il a ramassé les os et il les a mis dans une boîte, en attendant qu'un jour (qui peut savoir quand ?) il puisse les enterrer comme on a l'habitude ici d'enterrer les humains. Depuis la catastrophe, je n'ai encore revu qu'un petit nombre de mes amis. Moi qui ai fait métier de conter des histoires, j'ai très peur de celles qui m'attendent

(Dernier livre paru : Yanvalou pour Charlie , Actes Sud, prix Wepler 2009)

Les précédentes chroniques de Lyonel Trouillot :

JOUR 7 - L'activité principale consistera longtemps à compter les morts

JOUR 6 - Quel chat a pris la langue de l'exécutif ?

JOUR 5 - Faits divers de nos mauvais jours

JOUR 4 - Les nouvelles du matin

JOUR 3 - À Port-au-Prince, les scènes et les odeurs contrastent

JOUR 2 - La colère au réveil

JOUR 1 - Haïti, vivre avec la mort

Pour un nouveau paradigme de cooperation apres le seisme du 12 janvier

Le séisme du 12 janvier a déclenché toute une chaine de solidarité dans le monde envers notre pays, pourtant pour le Pasteur Pat Robinson connu pour ses élans racistes envers les minorités ethniques des Etats Unis, ce fut une excellente opportunité pour avancer des thèses discriminatoires envers notre culture et notre histoire.. D'après lui, il faut rechercher les causes de ce désastre naturel dans notre pacte avec le diable pour obtenir notre indépendance. Malheureusement beaucoup de personnes et secteurs en Haïti, par ignorance sans nul doute, servent de relais à ces thèses fallacieuses. Un cas concret en constitue le Consul Haïtien à Sao Paulo, Brésil, Monsieur Georges Samuel Antoine qui eut à déclarer dans une entrevue à la journaliste brésilienne du média électronique, Folha Online de Sao Paulo, Madame Elaine Cortez, que le séisme est aussi du au pacte avec le diable et à notre origine africaine.

(Source : http://www1.folha..uol.com.br/folha/mundo/ult94u679672.shtml)

A ce moment précis, les observateurs et intellectuels avisés ont pour devoir de concentrer leurs énergies positives sur des aspects beaucoup plus importants de la vie nationale, au lieu de chercher à créer une polémique sur ces affirmations obscurantistes. D'ailleurs, notre brillant Antenor Firmin, l'auteur de « l'Egalité des Races Humaines », « Les Lettres de Saint Thomas », etc., toujours vivant par sa pensée, en a déjà donné les répliques appropriées durant le siècle passé, à ces thèses insensées, infondées et ascientifiques.


Aujourd'hui, c'est le moment opportun de poser la problématique de la coopération internationale suite à cet élan de solidarité généré par ce séisme destructeur à travers le monde. Il est important de procéder à une profonde évaluation sur la qualité de la coopération internationale durant les 20 dernières années. En ce sens, nous centrons notre analyse sur une déclaration de David Brooks qui dans un article dans le New York Times en date du 14 janvier 2010 affirme que les microprojets financés par les multitudes d'ONGs qui œuvrent au nom de Dieu en Haïti n'ont donné aucuns résultats concrets jusqu'a date. Au contraire, elles ont contribue a renforcé notre dépendance et notre vulnérabilité. Il a ajouté, Haïti est le pays qui a le plus grand nombre d'ONG per capita que tout autre pays dans le monde.


En ce sens, nous pensons que l'international au même titre que nos dirigeants, a une grande responsabilité dans notre débâcle, il est aussi comptable des actifs et passifs des grands événements durant les 20 dernières années. Son poids a été toujours considérable dans la prise de grandes décisions stratégiques du pays, sa présence dans les institutions publiques du pays a été décisive.


Le constat aujourd'hui est tangible, la coopération internationale est improductive. Elle n'a pas su délivrer le résultat escompté.. Elle bénéficie seulement à la camarilla de fonctionnaires étrangers locaux fort souvent incompétents, aux directeurs d'ONG qui perçoivent des salaires mirobolants pour un travail sans résultats et aux dirigeants publics corrompus qui utilisent les fonds internationaux au bénéfice de leurs clans politiques. Le scandale des 197 millions de dollars des fonds d'urgence en est un exemple concret.


Le séisme du 12 janvier a créé une nouvelle dynamique de coopération, mais caractérisée par le même paradigme ONGiste, assistancialiste et de microprojets. Si nous ne changeons pas de cap, nous aurons encore à déplorer les résultats dans les 20 prochaines années. Les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets. Pour que la coopération internationale soit durable, efficace et productive, le momentum historique implique de prendre ces deux grandes actions :


1- Dans le court terme, la mise sur pied d'un observatoire sur la coopération internationale avec la participation du gouvernement, du pouvoir judiciaire, du pouvoir législatif et des secteurs organisées de la société civile en vue de contrôler l'efficacité des dépenses, la crédibilité des operateurs et la qualité des actions. Cet observatoire impliquera la mise en place d'un cadre global pour créer une synergie entre les différents acteurs et secteurs. C'est une rupture avec le paradigme ONGiste et de microprojets incapables de produire de résultats concrets.


2- La définition d'un plan stratégique sur le long terme à travers les idées de conférence nationale, contrat social, prônées respectivement par le Docteur Delpé et le Groupe des 184, avec la participation et l'inclusion de toutes les composantes de la vie nationale pour la mise sur pied d'un projet développement durable sur les 25 prochaines années. Apres la guerre de Corée au début des années 50, la Corée du Sud dépendait totalement de l'aide international. A partir de 1960, grâce à un plan stratégique d'actions de 35 ans, basé sur 7 quinquennats, ce pays a opéré un miracle selon les analystes et observateurs de la politique internationale pour emprunter la voie du progrès et du développement. D'un revenu per capita de 60 dollars dans le début de la décennie des années 60, il est passé au niveau des 13,000 dollars en 1997. Aujourd'hui, c'est l'une des économies les plus performantes du monde moderne avec un niveau de développement social très élevé. En ce sens , le miracle haitien est aussi possible..

Jean Garry Denis

Specialliste en Developpement Communautaire

vendredi 29 janvier 2010

Bulletin de presse du Gouvernement 27 Janvier 2010.

- Un tremblement de terre de magnitude 7.0 a frappé Haïti le 12 janvier 2010. Le tremblement de terre a été suivi de plus d'une centaine de répliques. C'est le tremblement de terre le plus destructeur de l'Histoire d'Haïti.

- Bilan partiel des dégâts : Les dégâts sont catastrophiques : environ 112 400 morts, 360 disparus, 196 500 blessés, 100 000 familles sinistrées, 1 million 42 mille de sans abris, 262 900 déplacés, la moitié des maisons détruites à Port-au-Prince, Jacmel et Léogane ; au moins 23 centres hospitaliers privés effondrés. Les écoles, les banques, l'industrie et le commerce sont très affectés ;

- Deux nouvelles répliques de moyenne intensité ont été ressenties le Mercredi 27 Janvier en Haïti. L'Institut géophysique américain (USGS) a détecté une secousse de magnitude 4,4 à 06H16 locales. Mais certains résidents de la région métropolitaine de Port-au-Prince et des journalistes ont également ressenti une autre réplique une heure plus tôt, vers 05H00.

- Le Premier Ministre Haïtien Jean Max Bellerive lance un appel à la vigilance à tous les citoyens haïtiens pour rappeler que les répliques peuvent causer des dégâts importants. Les 45 répliques enregistrées depuis le 12 Janvier ont causé des pertes importantes.

- Il faut à tout moment être conscient de la conduite à mener si le sol commence à trembler. Les espaces ouverts sont généralement sûrs, mais courir parmi des chutes de débris pour atteindre un espace ouvert peut être dangereux. Seuls des ingénieurs qualifiés peuvent déterminer si un bâtiment endommagé est sûr et peut être réoccupé. La règle à tenir tant que les ingénieurs ne sont pas sur place est la suivante : si un bâtiment n'a pas l'air sûr, c'est qu'il ne l'est pas. On doit éviter de pénétrer ou de réoccuper une structure clairement endommagée.

PRIORITÉS ET DIRECTIVES GOUVERNEMENTALES

Ø Conférence de Montréal : Le Premier Ministre Haïtien, Jean Max Bellerive, est satisfait des résultats obtenus lors de la conférence internationale sur Haïti. La rencontre avec les représentants des pays amis a permis de confirmer le gouvernement haïtien dans le rôle de principal responsable du programme de reconstruction d'Haïti.

Ø Le Chef du Gouvernement a prévenu que la reconstruction durerait au moins 4 ou 5 ans avant que le pays ne puisse revenir à la situation d'avant le 12 janvier 2010. En ce qui a trait à l'aide humanitaire, le Premier Ministre Bellerive a estimé qu'elle devra être disponible au cours des 12 prochains mois.

Ø Le Chef du Gouvernement envisage de réunir tous les ambassadeurs haïtiens en poste à l'étranger pour discuter avec leur ministère de tutelle de la politique du gouvernement en ce qui a trait à l'aide internationale et aux différents moyens par lesquels les pays amis peuvent manifester leur solidarité à l'égard d'Haïti.

Ø Le gouvernement haïtien est très préoccupé par la lenteur dans la distribution des tentes. Le président Préval a personnellement voulu s'enquérir de l'état des stocks en termes de tentes disponibles. Il semblerait qu'après évaluation, il y aurait eu des erreurs faites dans l'estimation faite par l'OIM de 20,000 tentes disponibles et que le nombre de tentes sur place serait de beaucoup inférieur. Cette confusion rend d'autant plus urgente la provision rapide par les partenaires d'Haïti de plusieurs milliers de tentes pour permettre à la population sinistrée de s'abriter avant l'arrivée de la saison des pluies.

Ø Le transport aérien de ces tentes doit être absolument priorisé, aux aéroports de Port-au-Prince en Haiti, Barahona et/ou San-Isidro en République Dominicaine, par avion de grande capacité. L'urgence s'aggrave avec la proximité de la saison des pluies. Entre-temps, un appel spécial est fait aux partenaires bilatéraux pour rendre disponible tous les stocks déjà en Haïti - en particulier militaires. Il est demandé à la communauté internationale de procéder à des commandes groupées de tentes pour faciliter la logistique sur le terrain.

Ø Grâce à une subvention de l'État Haïtien par le biais de la DINEPA, à partir du 27 Janvier 2010, les distributeurs privés « Eau Miracle » fourniront gratuitement de l'eau à la population.

Ø Les ONGs et autres donateurs sont vivement encouragés à coordonner leur distribution alimentaire avec le mécanisme de coordination des Nations Unies mis en place.

Ø Le Gouvernement est préoccupé par de nouvelles tentatives de constructions anarchiques. Des sismologues canadiens pourront dans les prochains mois réaliser une expertise géologique en vue de proposer un plan de logement.

ACTION GOUVERNEMENTALE

Le gouvernement prend des dispositions pour prendre en charge la coordination des actions humanitaires.

- Tous les jours à 7h du matin, le Ministre de l'Intérieur rencontre l`ensemble des agences des Nations Unies

- Tous les jours à 8h le Premier Ministre préside une réunion de travail de mise en commun avec tous les responsables gouvernementaux, les bailleurs de fonds, les ambassades et les agences de coopération

Coordination

- La stratégie vise le renforcement de l'appui technique aux Maires, aux Comités Communaux et locaux pour la gestion de l'événement en fonction des besoins. Au niveau du département de l'Ouest, un regroupement intercommunal en cinq grandes régions a été constitué pour assurer la coordination.

- Les missions d'évaluation de dégâts et d'analyse des besoins du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales se poursuivent.

Santé

- Huit (8) institutions sanitaires ont été approvisionnées en médicaments et huit (8) communes sont couvertes. A noter que la priorité est accordée à partir de lundi, 25 janvier 2010 à l'approvisionnement des hôpitaux dans le but d'éviter la circulation inappropriée de médicaments entre des mains non expertes.

- Actions planifiées et besoins

- La filière enregistre de sérieux problèmes d'équipements pour les traumatisés surtout : fixateurs externes, prothèses, fils pour suture, Hands sanitizer, canules, HTH, SRO, bombonnes d'oxygène, atèles, bandages élastiques, alcool, HTH, glucomètre, couvertures de laine, autoclaves, béquilles pour les amputés.

Aide alimentaire et eau

- Grâce à une subvention de l'État Haïtien par le biais de la DINEPA, à partir du 27 Janvier 2010, les distributeurs privés « Eau Miracle » fourniront gratuitement de l'eau à la population.

- Il y a environ 600 000 personnes regroupées dans près de 500 abris spontanés et plus de 400 000 autres dans les rues qui ont un besoin urgent d'aide alimentaire. Ce qui donne un total de plus d'un million de personnes. Ces chiffres ne concernent que la population de la grande région de Port au Prince. Près de 300 000 personnes auraient déjà quitté la capitale pour se refugier dans les villes des autres départements et dans les régions rurales.

- À ce jour, on estime que la capacité de distribution de l'aide alimentaire varie entre 200 000 à 300 000 rations par jour. Ce qui veut dire que, seulement à Port-au-Prince et ses environs, plus de 800 000 personnes ne peuvent être satisfaites. C'est le principal défi.

- Un autre problème auquel il faut faire face, c'est la coordination de la distribution de l'aide. Il existe des dizaines d'acteurs différents qui interviennent, avec toute leur bonne volonté, pour assister la population. Mais à cause des faiblesses dans la coordination, on constate que le peu d'aide disponible pourrait être mieux distribué. Certains campements ont bénéficié dans une journée de plusieurs distributions et d'autres n'ont rien reçu depuis le début de la crise. Pour faire face à ce problème le gouvernement a tout de suite monté une commission de coordination de l'aide alimentaire. Cette commission travaille à deux niveaux.

Premièrement au niveau national en rassemblant toutes les informations sur les institutions qui distribuent de l'aide :

- Quelles sont les quantités disponibles? Où interviennent-elles ? etc.

- Deuxièmement, au niveau de chaque municipalité, la commission s'est entendue avec tous les maires de la région métropolitaine pour envoyer une équipe de volontaires pour les appuyer dans leur travail d'identification des besoins.

- Aujourd'hui, dans la grande région de Port-au-Prince, nous commençons une phase où l'aide est distribuée en fonction d'une planification qui se fait au niveau de chaque commune. Les besoins sont évalués à ce niveau où on essaie de tenir compte de toutes les demandes exprimées par les groupes de citoyens, les organisations populaires, les représentants des campements, etc. Ensuite, des instructions sont passées aux agences qui disposent de stocks. Mais il faut se rappeler que les besoins (un million de personnes) dépassent largement la capacité actuelle (entre 200 000 à 300 000 rations par jour).

- Au début de la crise, le PAM disposait de 5 000 rations par jour. Rapidement cette organisation est passée à 10 000 puis 45 000 et 60 000, et s'approche aujourd'hui de 100 000 rations. La République Dominicaine a dépêché 7 unités de cuisines mobiles qui préparaient au début 12 000 plats chauds et arrivent aujourd'hui à environ 45 000. Le Programme National des Cantines Scolaires (PNCS) du Ministère de l'Éducation Nationale, prépare 25 000 plats chauds par jour. De plus, nous avons recensé environ une vingtaine d'autres organisations y compris certaines forces armées étrangères qui distribuent aujourd'hui environ 40 000 rations par jour dans la capitale et dans d'autres régions.

- Donc malgré tous ces efforts il y a insatisfaction.

- Pour la question de l'eau, le Directeur de la DINEPA (Direction National d'Eau Potable et Assainissement) dirige un groupe de travail qui rassemble les principales agences internationales, ONG et le secteur privé qui distribuent de l'eau. Aujourd'hui, les réseaux publics de distribution d'eau ont recommencé à fonctionner. De plus, près d'une centaine de camions sillonnent les rues de la capitale, l'eau est traitée et donc potable. Plus d'un million de dollars US ont déjà été dépensés pour ce dispositif qui permet de donner de l'eau potable à près de 300 000 personnes chaque jour dans la capitale. Peu à peu la distribution se fait en fonction des demandes exprimées au niveau de chaque municipalité.

Devant ce constat et ce grand défi il nous faut être clair sur les points suivants :

- Malgré la grande frustration exprimée un peu partout, il faut reconnaître qu'il y a distribution massive de l'aide alimentaire. Ces efforts doivent être reconnus malgré le problème de coordination constaté dès le début de la crise et qui s'explique par la gravité de la catastrophe.

- Les efforts de coordination permettent peu à peu de mieux gérer l'aide pour qu'elle soit distribuée plus efficacement et plus équitablement.

- Malgré tous ces efforts et la bonne volonté de la communauté internationale, l'assistance humanitaire ne pourra jamais nourrir et satisfaire à 100% les besoins des habitants de la capitale et encore moins ceux de toutes les personnes réfugiées dans les autres départements.

- La réouverture des banques et la reprise graduelle de certaines activités économiques vont permettre à beaucoup de gens de reprendre leur autonomie et de satisfaire eux même leurs besoins. Déjà avant la crise, on estime que plus de 50% des Haïtiens vivant dans la capitale recevaient un appui financier de leur famille de l'étranger. Les transferts d'argent représentent la première source de devises du pays et 75% de ces devises servaient aux importations de produits alimentaires. Il faut compter sur la reprise des transferts, et de l'activité commerciale pour satisfaire comme avant une grande partie des besoins alimentaires de la population.

- L'aide internationale doit aussi consister en une aide économique pour créer du travail. Le pays a non seulement besoin de nourriture mais aussi d'argent pour assainir les villes, reconstruire etc. Avec des programmes de haute intensité de main-d'œuvre, la population pourra disposer d'argent pour s'alimenter dignement.

- La production agricole nationale satisfaisait ces dernières années 40% des besoins alimentaires du pays. Fort heureusement, ce secteur a peu été touché par la catastrophe. Des efforts importants avaient été consentis ces dernières années pour la relance de la production nationale. Il est urgent de reprendre ces programmes. Les réponses à la crise constituent une opportunité pour augmenter la production nationale agricole, la transformation et la commercialisation des produits. En ce sens, le gouvernement a préparé une série de propositions pour appuyer massivement la prochaine campagne agricole du mois de février de façon à ce qu'on puisse disposer dans les trois prochains mois de plus de produits agricoles pour mieux satisfaire les besoins de la population.

- Le gouvernement est conscient de l'ampleur de la catastrophe, des souffrances que vit la population et met tout œuvre pour trouver les réponses appropriées.


Abris provisoires et reconstruction

- Le Président de la République a réaffirmé sa volonté de voir des tentes distribuées aux populations sans-abris dans les plus brefs délais.

- Dans la capitale, un campement temporaire sera aménagé sur la route de Tabarre pour abriter environ 4 000 personnes vivant actuellement dans des abris de fortune devant la Primature. Un autre site a été identifié dans la zone de Léogane.

- Le Gouvernement haïtien et les Mairies du Grand Port-au-Prince ont poursuivi jusqu'à hier leur accompagnement des populations locales pour leur déplacement volontaire vers des régions peu ou pas affectées par le tremblement de terre. Cependant, une diminution de la demande a été mentionnée et des communes tampons commencent à désemplir.

Sécurité

- Sur Port au Prince, rien de particulier à signaler à ce niveau, sinon la persistance des tirs d'armes à feu nocturnes dans quelques quartiers de la capitale, en particulier au niveau de la Plaine du Cul-de-Sac.

REPRISE DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

- Les activités commerciales reviennent à la normale dans certains quartiers de Port-au-Prince avec la reprise des services bancaires, l'ouverture des supermarchés et la disponibilité de carburant dans la plupart des stations. Le gouvernement a contracté diverses entreprises afin de distribuer de l'eau dans la capitale.

- La circulation automobile est difficile et d'importants embouteillages obstruent des points névralgiques de la zone métropolitaine.

- Le Gouvernement met également l'emphase sur la reprise de l'administration publique (à travers notamment la reprise du payroll de la fonction publique et du système de pension).

- Les services fournis par les trois opérateurs de téléphonie mobile ont atteint un niveau acceptable. Cependant, l'interconnexion entre les opérateurs présente toujours des difficultés, en partie due à une plus forte demande liée à la reprise des activités.

- L'aéroport de Jacmel fortement endommagé par le tremblement de terre a été réhabilité par le Gouvernement Haïtien avec l'aide des forces canadiennes. Les avions et les hélicoptères peuvent maintenant se poser à Jacmel et 64 atterrissages ont eu lieu dans la seule journée du 26 Janvier.

- L'équipe de coordination (EDH, RD, USA, Corée, France) a mis en place cinq (5) équipes d'inspection pour les lignes de distribution, 2 pour les lignes de la transmission et 4 pour les sous-stations. Ces équipes ont inspecté plus de 700 poteaux et des conducteurs pour les réseaux dans la zone Métropolitaine. Elles ont également évalué et testé des équipements dans les sous-stations de: CPV, CAF et TOB ; évalué le poste de Carrefour et inspecté la ligne de transmission de 115 KV.

- Le bâtiment principal du siège social est opérationnel (EDH, France, USA ; un sectionneur est réparé à Delmas.

- Par ailleurs, un total de 16 MW est maintenant disponible à la centrale tripartite de Pétion (Hyundai) et la communication radio est restaurée entre CPV, TOB et Nouveau Delmas (RD, USA, EDH).

DONATIONS

- L'appel de fonds fait à la suite du tremblement de terre est couvert à 48%, ce qui représente 273 millions de dollars en contributions et un montant supplémentaire de 111 millions en promesses de dons. Vu l'urgence, les donateurs sont encouragés à rapidement concrétiser les promesses faites.

- Le Premier Ministre Haïtien, Jean Max Bellerive, est satisfait des résultats obtenus lors de la conférence internationale sur Haïti. La rencontre avec les représentants des pays amis a permis de confirmer le gouvernement haïtien dans le rôle de principal responsable du programme de reconstruction d'Haïti.

- Une conférence des bailleurs sur Haïti est prévue pour Mars 2010 à New-York.

U.S. ATTORNEY Press Release -- SUPERSEDING INDICTMENT CHARGES FORMER CONNECTICUT RESIDENT WITH SEXUALLY ABUSING 18 BOYS IN HAITI

U.S. Department of Justice

United States Attorney

District of Connecticut

www.justice.gov/usao/ct

 

FOR IMMEDIATE RELEASE
January 28, 2010
CONTACT:
Tom Carson
Public Information Office
(203) 821-3722
(203) 996-1393 (cell)  
                       

SUPERSEDING INDICTMENT CHARGES FORMER CONNECTICUT RESIDENT WITH SEXUALLY ABUSING 18 BOYS IN HAITI

 

        Nora R. Dannehy, United States Attorney for the District of Connecticut, announced that a federal grand jury sitting in Bridgeport returned a superseding indictment today charging DOUGLAS PERLITZ with additional counts related to the alleged sexual abuse of several boys in Haiti .  PERLITZ was the founder and director of Project Pierre Toussaint, a boys school in Cap-Haitien , Haiti .
        The superseding indictment charges PERLITZ, 39, a former Connecticut resident, with nine counts of traveling outside of the United States with the intent to engage in sexual conduct with persons under the age of 18, and 10 counts of engaging in sexual conduct in foreign places with persons under the age of 18.  The alleged activity occurred between 1998 and 2008.
        On September 15, 2009, the grand jury returned an indictment charging PERLITZ with 10 counts related to the alleged sexual abuse of nine boys.  The superseding indictment adds nine counts and references an additional nine alleged victims.
        PERLITZ has been detained since his arrest on September 16, 2009.
        U.S. Attorney Dannehy stated that this is an ongoing investigation and encouraged anyone with information that may be relevant to the investigation to call ICE in Connecticut at 203-773-2029.
        If convicted, PERLITZ faces a maximum term of imprisonment of 30 years and a fine of up to $250,000, on each count of the Indictment.
        U.S. Attorney Nora R. Dannehy stressed that an indictment is only a charge and is not evidence of guilt.  The defendant is entitled to a fair trial at which it is the government's burden to prove guilt beyond a reasonable doubt.
        This matter is being investigated by United States Immigration and Customs Enforcement ("ICE") in New Haven , with the assistance of ICE in Grand Junction , Colorado ; ICE International Affairs in Washington , D.C. and the Caribbean Attaché, and the U.S. Department of State, Regional Security Office at the U.S. Embassy in Haiti .
        U.S. Attorney Dannehy also acknowledged the critical assistance provided by the Haitian National Police Department, the Brigade of Protection of Minors, and the assistance of individuals who have come forward to provide information to law enforcement.
        This case is being prosecuted by Assistant United States Attorneys Krishna R. Patel and Stephen B. Reynolds.

###


Le Gouvernement Haïtien est en train de commettre des erreurs irréparables


Figure 1: Paul Gustave Magloire

- Un tremblement de terre de magnitude 7.0 a frappé Haïti le 12 janvier 2010. Le tremblement de terre a été suivi de plus d'une centaine de répliques. C'est le tremblement de terre le plus destructeur de l'Histoire d'Haïti.

- Bilan partiel des dégâts : Les dégâts sont catastrophiques : environ 112 400 morts, 360 disparus, 196 500 blessés, 100 000 familles sinistrées, 1 million 42 mille de sans abris, 262 900 déplacés, la moitié des maisons détruites à Port-au-Prince, Jacmel et Léogane ; au moins 23 centres hospitaliers privés effondrés. Les écoles, les banques, l'industrie et le commerce sont très affectés ;

- Deux nouvelles répliques de moyenne intensité ont été ressenties le Mercredi 27 Janvier en Haïti. L'Institut géophysique américain (USGS) a détecté une secousse de magnitude 4,4 à 06H16 locales. Mais certains résidents de la région métropolitaine de Port-au-Prince et des journalistes ont également ressenti une autre réplique une heure plus tôt, vers 05H00.

- Le Premier Ministre Haïtien Jean Max Bellerive lance un appel à la vigilance à tous les citoyens haïtiens pour rappeler que les répliques peuvent causer des dégâts importants. Les 45 répliques enregistrées depuis le 12 Janvier ont causé des pertes importantes.

- Il faut à tout moment être conscient de la conduite à mener si le sol commence à trembler. Les espaces ouverts sont généralement sûrs, mais courir parmi des chutes de débris pour atteindre un espace ouvert peut être dangereux. Seuls des ingénieurs qualifiés peuvent déterminer si un bâtiment endommagé est sûr et peut être réoccupé. La règle à tenir tant que les ingénieurs ne sont pas sur place est la suivante : si un bâtiment n'a pas l'air sûr, c'est qu'il ne l'est pas. On doit éviter de pénétrer ou de réoccuper une structure clairement endommagée.

PRIORITÉS ET DIRECTIVES GOUVERNEMENTALES

Ø Conférence de Montréal : Le Premier Ministre Haïtien, Jean Max Bellerive, est satisfait des résultats obtenus lors de la conférence internationale sur Haïti. La rencontre avec les représentants des pays amis a permis de confirmer le gouvernement haïtien dans le rôle de principal responsable du programme de reconstruction d'Haïti.

Ø Le Chef du Gouvernement a prévenu que la reconstruction durerait au moins 4 ou 5 ans avant que le pays ne puisse revenir à la situation d'avant le 12 janvier 2010. En ce qui a trait à l'aide humanitaire, le Premier Ministre Bellerive a estimé qu'elle devra être disponible au cours des 12 prochains mois.

Ø Le Chef du Gouvernement envisage de réunir tous les ambassadeurs haïtiens en poste à l'étranger pour discuter avec leur ministère de tutelle de la politique du gouvernement en ce qui a trait à l'aide internationale et aux différents moyens par lesquels les pays amis peuvent manifester leur solidarité à l'égard d'Haïti.

Ø Le gouvernement haïtien est très préoccupé par la lenteur dans la distribution des tentes. Le président Préval a personnellement voulu s'enquérir de l'état des stocks en termes de tentes disponibles. Il semblerait qu'après évaluation, il y aurait eu des erreurs faites dans l'estimation faite par l'OIM de 20,000 tentes disponibles et que le nombre de tentes sur place serait de beaucoup inférieur. Cette confusion rend d'autant plus urgente la provision rapide par les partenaires d'Haïti de plusieurs milliers de tentes pour permettre à la population sinistrée de s'abriter avant l'arrivée de la saison des pluies.

Ø Le transport aérien de ces tentes doit être absolument priorisé, aux aéroports de Port-au-Prince en Haiti, Barahona et/ou San-Isidro en République Dominicaine, par avion de grande capacité. L'urgence s'aggrave avec la proximité de la saison des pluies. Entre-temps, un appel spécial est fait aux partenaires bilatéraux pour rendre disponible tous les stocks déjà en Haïti - en particulier militaires. Il est demandé à la communauté internationale de procéder à des commandes groupées de tentes pour faciliter la logistique sur le terrain.

Ø Grâce à une subvention de l'État Haïtien par le biais de la DINEPA, à partir du 27 Janvier 2010, les distributeurs privés « Eau Miracle » fourniront gratuitement de l'eau à la population.

Ø Les ONGs et autres donateurs sont vivement encouragés à coordonner leur distribution alimentaire avec le mécanisme de coordination des Nations Unies mis en place.

Ø Le Gouvernement est préoccupé par de nouvelles tentatives de constructions anarchiques. Des sismologues canadiens pourront dans les prochains mois réaliser une expertise géologique en vue de proposer un plan de logement.

ACTION GOUVERNEMENTALE

Le gouvernement prend des dispositions pour prendre en charge la coordination des actions humanitaires.

- Tous les jours à 7h du matin, le Ministre de l'Intérieur rencontre l`ensemble des agences des Nations Unies

- Tous les jours à 8h le Premier Ministre préside une réunion de travail de mise en commun avec tous les responsables gouvernementaux, les bailleurs de fonds, les ambassades et les agences de coopération

Coordination

- La stratégie vise le renforcement de l'appui technique aux Maires, aux Comités Communaux et locaux pour la gestion de l'événement en fonction des besoins. Au niveau du département de l'Ouest, un regroupement intercommunal en cinq grandes régions a été constitué pour assurer la coordination.

- Les missions d'évaluation de dégâts et d'analyse des besoins du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales se poursuivent.

Santé

- Huit (8) institutions sanitaires ont été approvisionnées en médicaments et huit (8) communes sont couvertes. A noter que la priorité est accordée à partir de lundi, 25 janvier 2010 à l'approvisionnement des hôpitaux dans le but d'éviter la circulation inappropriée de médicaments entre des mains non expertes.

- Actions planifiées et besoins

- La filière enregistre de sérieux problèmes d'équipements pour les traumatisés surtout : fixateurs externes, prothèses, fils pour suture, Hands sanitizer, canules, HTH, SRO, bombonnes d'oxygène, atèles, bandages élastiques, alcool, HTH, glucomètre, couvertures de laine, autoclaves, béquilles pour les amputés.

Aide alimentaire et eau

- Grâce à une subvention de l'État Haïtien par le biais de la DINEPA, à partir du 27 Janvier 2010, les distributeurs privés « Eau Miracle » fourniront gratuitement de l'eau à la population.

- Il y a environ 600 000 personnes regroupées dans près de 500 abris spontanés et plus de 400 000 autres dans les rues qui ont un besoin urgent d'aide alimentaire. Ce qui donne un total de plus d'un million de personnes. Ces chiffres ne concernent que la population de la grande région de Port au Prince. Près de 300 000 personnes auraient déjà quitté la capitale pour se refugier dans les villes des autres départements et dans les régions rurales.

- À ce jour, on estime que la capacité de distribution de l'aide alimentaire varie entre 200 000 à 300 000 rations par jour. Ce qui veut dire que, seulement à Port-au-Prince et ses environs, plus de 800 000 personnes ne peuvent être satisfaites. C'est le principal défi.

- Un autre problème auquel il faut faire face, c'est la coordination de la distribution de l'aide. Il existe des dizaines d'acteurs différents qui interviennent, avec toute leur bonne volonté, pour assister la population. Mais à cause des faiblesses dans la coordination, on constate que le peu d'aide disponible pourrait être mieux distribué. Certains campements ont bénéficié dans une journée de plusieurs distributions et d'autres n'ont rien reçu depuis le début de la crise. Pour faire face à ce problème le gouvernement a tout de suite monté une commission de coordination de l'aide alimentaire. Cette commission travaille à deux niveaux. Premièrement au niveau national en rassemblant toutes les informations sur les institutions qui distribuent de l'aide :

- Quelles sont les quantités disponibles? Où interviennent-elles ? etc.

- Deuxièmement, au niveau de chaque municipalité, la commission s'est entendue avec tous les maires de la région métropolitaine pour envoyer une équipe de volontaires pour les appuyer dans leur travail d'identification des besoins.

- Aujourd'hui, dans la grande région de Port-au-Prince, nous commençons une phase où l'aide est distribuée en fonction d'une planification qui se fait au niveau de chaque commune. Les besoins sont évalués à ce niveau où on essaie de tenir compte de toutes les demandes exprimées par les groupes de citoyens, les organisations populaires, les représentants des campements, etc. Ensuite, des instructions sont passées aux agences qui disposent de stocks. Mais il faut se rappeler que les besoins (un million de personnes) dépassent largement la capacité actuelle (entre 200 000 à 300 000 rations par jour).

- Au début de la crise, le PAM disposait de 5 000 rations par jour. Rapidement cette organisation est passée à 10 000 puis 45 000 et 60 000, et s'approche aujourd'hui de 100 000 rations. La République Dominicaine a dépêché 7 unités de cuisines mobiles qui préparaient au début 12 000 plats chauds et arrivent aujourd'hui à environ 45 000. Le Programme National des Cantines Scolaires (PNCS) du Ministère de l'Éducation Nationale, prépare 25 000 plats chauds par jour. De plus, nous avons recensé environ une vingtaine d'autres organisations y compris certaines forces armées étrangères qui distribuent aujourd'hui environ 40 000 rations par jour dans la capitale et dans d'autres régions.

- Donc malgré tous ces efforts il y a insatisfaction.

- Pour la question de l'eau, le Directeur de la DINEPA (Direction National d'Eau Potable et Assainissement) dirige un groupe de travail qui rassemble les principales agences internationales, ONG et le secteur privé qui distribuent de l'eau. Aujourd'hui, les réseaux publics de distribution d'eau ont recommencé à fonctionner. De plus, près d'une centaine de camions sillonnent les rues de la capitale, l'eau est traitée et donc potable. Plus d'un million de dollars US ont déjà été dépensés pour ce dispositif qui permet de donner de l'eau potable à près de 300 000 personnes chaque jour dans la capitale. Peu à peu la distribution se fait en fonction des demandes exprimées au niveau de chaque municipalité.

Devant ce constat et ce grand défi il nous faut être clair sur les points suivants :
- Malgré la grande frustration exprimée un peu partout, il faut reconnaître qu'il y a distribution massive de l'aide alimentaire. Ces efforts doivent être reconnus malgré le problème de coordination constaté dès le début de la crise et qui s'explique par la gravité de la catastrophe.

- Les efforts de coordination permettent peu à peu de mieux gérer l'aide pour qu'elle soit distribuée plus efficacement et plus équitablement.

- Malgré tous ces efforts et la bonne volonté de la communauté internationale, l'assistance humanitaire ne pourra jamais nourrir et satisfaire à 100% les besoins des habitants de la capitale et encore moins ceux de toutes les personnes réfugiées dans les autres départements.

- La réouverture des banques et la reprise graduelle de certaines activités économiques vont permettre à beaucoup de gens de reprendre leur autonomie et de satisfaire eux même leurs besoins. Déjà avant la crise, on estime que plus de 50% des Haïtiens vivant dans la capitale recevaient un appui financier de leur famille de l'étranger. Les transferts d'argent représentent la première source de devises du pays et 75% de ces devises servaient aux importations de produits alimentaires. Il faut compter sur la reprise des transferts, et de l'activité commerciale pour satisfaire comme avant une grande partie des besoins alimentaires de la population.

- L'aide internationale doit aussi consister en une aide économique pour créer du travail. Le pays a non seulement besoin de nourriture mais aussi d'argent pour assainir les villes, reconstruire etc. Avec des programmes de haute intensité de main-d'œuvre, la population pourra disposer d'argent pour s'alimenter dignement.

- La production agricole nationale satisfaisait ces dernières années 40% des besoins alimentaires du pays. Fort heureusement, ce secteur a peu été touché par la catastrophe. Des efforts importants avaient été consentis ces dernières années pour la relance de la production nationale. Il est urgent de reprendre ces programmes. Les réponses à la crise constituent une opportunité pour augmenter la production nationale agricole, la transformation et la commercialisation des produits. En ce sens, le gouvernement a préparé une série de propositions pour appuyer massivement la prochaine campagne agricole du mois de février de façon à ce qu'on puisse disposer dans les trois prochains mois de plus de produits agricoles pour mieux satisfaire les besoins de la population.

- Le gouvernement est conscient de l'ampleur de la catastrophe, des souffrances que vit la population et met tout œuvre pour trouver les réponses appropriées.

Abris provisoires et reconstruction

- Le Président de la République a réaffirmé sa volonté de voir des tentes distribuées aux populations sans-abris dans les plus brefs délais.

- Dans la capitale, un campement temporaire sera aménagé sur la route de Tabarre pour abriter environ 4 000 personnes vivant actuellement dans des abris de fortune devant la Primature. Un autre site a été identifié dans la zone de Léogane.

- Le Gouvernement haïtien et les Mairies du Grand Port-au-Prince ont poursuivi jusqu'à hier leur accompagnement des populations locales pour leur déplacement volontaire vers des régions peu ou pas affectées par le tremblement de terre. Cependant, une diminution de la demande a été mentionnée et des communes tampons commencent à désemplir.
Sécurité
- Sur Port au Prince, rien de particulier à signaler à ce niveau, sinon la persistance des tirs d'armes à feu nocturnes dans quelques quartiers de la capitale, en particulier au niveau de la Plaine du Cul-de-Sac.

REPRISE DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

- Les activités commerciales reviennent à la normale dans certains quartiers de Port-au-Prince avec la reprise des services bancaires, l'ouverture des supermarchés et la disponibilité de carburant dans la plupart des stations. Le gouvernement a contracté diverses entreprises afin de distribuer de l'eau dans la capitale.

- La circulation automobile est difficile et d'importants embouteillages obstruent des points névralgiques de la zone métropolitaine.

- Le Gouvernement met également l'emphase sur la reprise de l'administration publique (à travers notamment la reprise du payroll de la fonction publique et du système de pension).

- Les services fournis par les trois opérateurs de téléphonie mobile ont atteint un niveau acceptable. Cependant, l'interconnexion entre les opérateurs présente toujours des difficultés, en partie due à une plus forte demande liée à la reprise des activités.

- L'aéroport de Jacmel fortement endommagé par le tremblement de terre a été réhabilité par le Gouvernement Haïtien avec l'aide des forces canadiennes. Les avions et les hélicoptères peuvent maintenant se poser à Jacmel et 64 atterrissages ont eu lieu dans la seule journée du 26 Janvier.

- L'équipe de coordination (EDH, RD, USA, Corée, France) a mis en place cinq (5) équipes d'inspection pour les lignes de distribution, 2 pour les lignes de la transmission et 4 pour les sous-stations. Ces équipes ont inspecté plus de 700 poteaux et des conducteurs pour les réseaux dans la zone Métropolitaine. Elles ont également évalué et testé des équipements dans les sous-stations de: CPV, CAF et TOB ; évalué le poste de Carrefour et inspecté la ligne de transmission de 115 KV.

- Le bâtiment principal du siège social est opérationnel (EDH, France, USA ; un sectionneur est réparé à Delmas.

- Par ailleurs, un total de 16 MW est maintenant disponible à la centrale tripartite de Pétion (Hyundai) et la communication radio est restaurée entre CPV, TOB et Nouveau Delmas (RD, USA, EDH).

DONATIONS

- L'appel de fonds fait à la suite du tremblement de terre est couvert à 48%, ce qui représente 273 millions de dollars en contributions et un montant supplémentaire de 111 millions en promesses de dons. Vu l'urgence, les donateurs sont encouragés à rapidement concrétiser les promesses faites.

- Le Premier Ministre Haïtien, Jean Max Bellerive, est satisfait des résultats obtenus lors de la conférence internationale sur Haïti. La rencontre avec les représentants des pays amis a permis de confirmer le gouvernement haïtien dans le rôle de principal responsable du programme de reconstruction d'Haïti.

- Une conférence des bailleurs sur Haïti est prévue pour Mars 2010 à New-York.

jeudi 28 janvier 2010

Haiti Earthquake May Have Exposed Gas, Aiding Economy (Update1)

Jan. 26 (Bloomberg) -- The earthquake that killed more than 150,000 people in Haiti this month may have left clues to petroleum reservoirs that could aid economic recovery in the Western Hemisphere's poorest nation, a geologist said.
The Jan. 12 earthquake was on a fault line that passes near potential gas reserves, said Stephen Pierce, a geologist who worked in the region for 30 years for companies including the former Mobil Corp. The quake may have cracked rock formations along the fault, allowing gas or oil to temporarily seep toward the surface, he said yesterday in a telephone interview.
"A geologist, callous as it may seem, tracing that fault zone from Port-au-Prince to the border looking for gas and oil seeps, may find a structure that hasn't been drilled," said Pierce, exploration manager at Zion Oil & Gas Inc., a Dallas- based company that's drilling in Israel. "A discovery could significantly improve the country's economy and stimulate further exploration."
 
Haitian Prime Minister Jean-Max Bellerive met yesterday in Montreal with diplomats, including U.S. Secretary of State Hillary Clinton, to discuss redevelopment initiatives. Canadian Foreign Affairs Minister Lawrence Cannon said wind power may play a role in rebuilding the Caribbean nation, where forests have been denuded for lack of fuel, the Canadian Press reported.
"Haiti, from the standpoint of oil and gas exploration, is a lot less developed than the Dominican Republic," Pierce said. "One could do a lot more work there."
 
Abraham Lincoln's Consul
The Dominican Republic shares the island of Hispaniola with Haiti. It may have 3 million barrels of oil in a shallow offshore formation that's probably also shared by Haiti, Pierce said.
"One of the main reasons for the dearth of information on reserves in Haiti is that the Dominican Republic has numerous surface-hydrocarbon seeps while Haiti had very, very few," he said.
 
Abraham Lincoln's consul to the Dominican Republic reported oil seeps there in 1862. Neither nation produces oil or gas. As much as 1 trillion cubic feet of gas may be trapped in a border formation near the earthquake fault, Pierce said.
 
Pierce hasn't worked in Hispaniola since joining Zion in February 2005. He said he's unaware of any petroleum geologists conducting fieldwork in Haiti. There has been exploration of Ocoa Bay, the largest potential oil deposit in the Dominican Republic, he said.
 
600,000 Without Shelter
"All basins cross the border," said Paul Mann, co-author of a 1991 paper in the Journal of Petroleum Geology on Hispaniola's petroleum potential. The paper concluded that "existing seismic data indentify undrilled prospects."
 
More than 600,000 people are without shelter in the Port- au-Prince area, the United Nations said Jan. 22. The 7.0- magnitude quake destroyed about one-third of the buildings in Port-au-Prince. It also knocked out the capital's seaport and water and sewage systems.
"Relief and recovery for the survivors is the priority now," Mark Fried, a spokesman for British charity Oxfam, said in a statement. "Hundreds of thousands who lost everything but their lives" need water, shelter and toilets to stop the spread of disease, he said.
'Colossal' Reconstruction
Haiti will need "massive support" for a "colossal" reconstruction from the earthquake, Bellerive said at the meeting yesterday in Montreal.
 
The Greater Antilles, which includes Cuba, Haiti, the Dominican Republic, Puerto Rico and their offshore waters, probably hold at least 142 million barrels of oil and 159 billion cubic feet of gas, according to a 2000 report by the U.S. Geological Survey. Undiscovered amounts may be as high as 941 million barrels of oil and 1.2 trillion cubic feet of gas, according to the report.
 
Among nations in the northern Caribbean, Cuba and Jamaica have awarded offshore leases for oil and gas development. Trinidad and Tobago, South American islands off the coast of Venezuela, account for most Caribbean oil production, according to the U.S. Energy Department.
 
To contact the reporter on this story: Jim Polson in New York at jpolson@bloomberg.net.
Last Updated: January 26, 2010 09:15 EST

La démission du Président René Préval, une solution envisagée.

Dans un hôtel de la ville du Cap-Haitien, j'ai observé un citoyen américain de passage dans la ville. Il lisait un paragraphe de l'email de sa femme à l'un de ses camarades.

« Le président haïtien donnera sa démission, il y aura des élections à la fin de l'année 2011 »

La conservation étant en anglais, j'ai dû consulter un ami de la diaspora haïtienne qui suivait aussi la conversation pour m'assurer que ma traduction était bonne : c'était bien ça.  Il en a profité pour me demander, si – normalement-  les élections ne sont pas prévues pour 2011 et que - normalement - le Président Préval devrait démissionner en 2010. Je lui ai dit non. Normalement- les élections présidentielles sont prévues pour la fin de 2010 et le Président Préval n'a pas à démissionner, mais à passer le pouvoir à la fin de son mandat en février 2011 au celui qui sortira vainqueur des élections présidentielles.

La nouvelle me parait plus crédible quand, répondant à son ami qui protestait n'avoir pas lu cette information sur le web, notre ami visiteur déclara : Ma femme travaille dans un milieu dit sensible.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haïti.


Editorial : Fairfield should have helped Haiti months ago.

January 27, 2010
By:
Editorial Board

Even before the earthquake, Fairfield has had a strong connection to Haiti. Its students have traveled to the country for service trips and one alumnus even founded a school and boarding home for poor children in Cap-Haitien.
 
Cap-Haitien is the second largest city in Haiti, to Port-au-Prince, but is located on the northern tip of Hispaniola, whereas the earthquake struck the southern portion.
While Fairfield's strong reaction and outreach to the Republic of Haiti in the aftermath of the earthquake is commendable, it should not distance itself from the pain and hurt it may have had a hand in causing.
 
The alumnus who founded the school in Cap-Haitien, Doug Perlitz '92, was indicted last fall by a Bridgeport grand jury on ten counts relating to traveling to a foreign country to have sex with a minor. The relationship between Perlitz and the University may not have been suspect if it were just that: an alumnus who allegedly made a bad decision. But it went deeper.
 
Former Director of Campus Ministry Rev. Paul Carrier, S.J., was the chairman of the board for the Haiti Fund, which raised money for Perlitz's work. In 2006, Thomas Regan, S.J., removed Carrier from his post at Fairfield to take a sabbatical. He resurfaced at St. Thomas More where he continued to try to raise money for the Haiti Fund despite the fact that he had been removed as its chairperson months before. The government and several sources have hinted at Carrier's involvement with at least assisting Perlitz in his alleged crimes.
 
But not only were Perlitz and Carrier involved, but eight of the 16 board members had direct Fairfield ties, including faculty, staff, alumni and Jesuits.
 
So while the response to the earthquake victims from Fairfield was generous and heartwarming, why didn't the University address concerns in Haiti months ago?
While Fairfield will never admit to any wrongdoing in Perlitz's case, the fact still remains that Project Pierre Toussaint, his school, has been shut down for over a year. While Fairfield may not be formally linked to the charity, it was its de facto sponsor since it's inception. Fund raising events and collections at mass were held at the University.
 
Helping the earthquake victims is a noble endeavor, but why can't the University help the victims of poverty and abuse in northern Haiti as well?
 
Anyone can respond to a crisis situation. The situation in Haiti has elicited help and sympathy from people all over the world. But Fairfield should have been there sooner. It shouldn't have taken an earthquake to get the University involved in solving Haiti's problems.
 
While the allegation of sexual abuse have sullied the reputation of Project Pierre Toussaint, the University should attempt to resurrect the school to really show its commitment to helping the Haitian people. Money can only go so far. Teaching and investing the community will improve Haiti more than any donations every will.
 
Fairfield continually stresses to its students be "Men and women for others," and to think differently and diversely. In fact, the freshman convocation speaker in 2006, Paul Farmer, emphasized that everyone should think outside of their own isolated bubble at Fairfield. All of these are ideals which Fairfield students should strive to achieve.

Douglas Perlitz ---- Day Four in Haiti.

January 27, 2010
By:
Paul Kendrick '72
Tags: Doug Perlitz, Haiti

The police covered the kid's comments about Doug sexually abusing them with yellow paint (on the walls surrounding the Village).

 
Editor's Note – This is the fourth in a five part series of diary entries written by Fairfield alumnus Paul Kendrick '72, who spent the week of January 10th through January 16th in Haiti. Kendrick is a long time advocate for sex abuse victims and a co-founder of Voice of the Faithful in Maine, which formed in response to the Roman Catholic sex abuse cases. He had visited Project Pierre Touissant, which was run by fellow Fairfield alumnus Doug Perlitz '92 in 2003. Last year, Perlitz was indicted by a Bridgeport grand jury on ten counts of abusing Haitian children. His trial is scheduled to start in April.
 
UPDATE : The Project can and must open immediately, if only on a limited basis to provide the kids with food, water and shelter. No more talk, no more meetings. I was there. It can be done. I offer my service.
In his letter from a Birmingham Jail, Dr. Martin Luther King, Jr. lamented, "Wait means never."
 
Cap-Haitian - For the first time since I arrived in Haiti on Sunday, there were glimpses of sun in the distant sky. Most of the past three days were consumed by torrents of rain. The pot holes in the dirt streets were filled with water making driving more difficult than usual.
My first thoughts today were of the heroic people here in Haiti who put aside their own desire for privacy and safety to stop a popular, well-liked child molester child from sexually abusing children. The boys had lived in constant fear of Douglas Perlitz for many years. They knew if they resisted his sexual advances, he would take away their privileges or, perhaps they might even be tossed out of the school.
 
Cyrus Sibert, a husband, father and local journalist first broke the story of Perlitz's abuse of children only after careful investigation and testimony from teachers and students. Sibert became the object of criticism from prominent Haitian business leaders, many of whom benefited from Doug doing business with them. Sibert is a thoughtful, but outspoken advocate for human rights. I have come to know him as a man of intellect, deep compassion, and abundant pride in his roots and heritage.
 
I am also grateful for the moral fortitude and personal courage of the remaining Haiti Fund, Inc. board members who responded to Sibert's allegations by initiating a private investigation and cooperating with U.S. and Haitian investigators. They removed Perlitz as Executive Director against overwhelming adversity from Father Paul Carrier and other prominent and influential Fairfield County Catholics.
 
Margarette is employed as a social worker at the Justinian Hospital. Formerly, she was employed as a social worker at the Project's drop-in center. The boys who were abused love Margarette. They know they can share their worries and troubles with her. She helps them understand that the abuse was not their fault.
 
There are others, including former teachers, who tried to stop Perlitz from abusing children. They were up against huge odds. Who would believe them? Would the school be forced to close if Doug left? How would the children be fed? Where would they live?
 
The sexual abuse of a child is a non-erasable fact. It affects the healthy lives of young and old, poor and rich, successful and not successful. What happened to these children must never happen to any child, at any time, at any place.
 
And then Rev. Paul Carrier, S.J. comes to mind. The kids call him Pere Paul. Carrier devoted himself to the Project. He traveled to Haiti once a month, he spoke on the phone with Doug several times each day, he focused his campus ministry on the Project, he preached constantly about the good work being done here (by Doug) and raised money at every opportunity. In fact, Carrier exercised almost complete control of the Haiti Fund, Inc., the non-profit entity he created.
 
Carrier was the Haiti Fund's first and only board Chairman. Donations to the Haiti Fund were received at a Fairfield University mailing address on North Benson Road. Carrier saw to it that Perlitz was awarded an honorary degree by the University, was a keynote speaker at a commencement ceremony and was regularly featured in University publications.
As a result of my recent immersion experience in Haiti and my personal encounters with the pain and suffering of the victims, it is fair for me to ask Father Carrier to explain what he knew about the sexual abuse of children by Perlitz and when he first became aware that it was happening. Carrier knew.
 
I could sense the anger in the Project's senior staff member who told me that Carrier did not speak to him for three years in the aftermath of the staff member's confrontation with Doug about his abuse of the kids. We should all be angry. The staff member made a heroic attempt to stop children from being abused and the Haiti Fund's Chairman of the Board won't speak to him anymore? Carrier, the pied piper of social justice, must be held accountable.
 
It did not take me but a few days in Haiti to realize that the people in the Cap Haitian community want and need the school and drop-in center to reopen – now – today!
To do any less would continue to show our disrespect for the dignity and pride of the Haitian people. After all, we came and said we wanted to help, but, instead, we came and raped their children. When, at first, the children spoke about their abuse, many of us called them liars and abandoned them back to the dangerous streets. We took away their food and water. We said no to books, crayons and paper. Go sleep again in the alley. It will be a further insult to the community in Haiti if the facilities are used for any other purpose than a school and drop-in center for street kids.
 
In late 2002, my wife and I traveled to Bolivia, the poorest country in South America, as part of an Ignatian Immersion Experience. In preparation for our trip, our Jesuit spiritual director asked us to reflect upon the following:
 
Our first task in approaching
another people
another culture
another religion
is to take off our shoes
for the place we are
approaching is holy.
Else we find ourselves
treading on another's
dream. More serious
still, we may forget…
that God
was here before our arrival.
-Anonymous
 
ASAP - Psychotherapy and Counseling
There is a caring and compassionate social worker by the name of Margarette who is employed by Justinian Hospital in Cap-Haitien. Margarette was formerly employed by the Project and has continued to help the boys who were abused deal with the emotional and spiritual trauma of their abuse. Margarette needs our support now. We must provide her with both financial support and the professional assistance of psychologists and licensed clinical social workers who are experienced in treating victims of child sex abuse (for instance, my wife is a licensed clinical social worker with experience working with child sex abuse victims as part of a Sexual Assault Trauma team at a local mental health agency).
 
ASAP – Reopen the Drop-in Center in the inner city
This operation doesn't need to immediately return to full capacity. It is my understanding that the former inner city facility is still available to rent. With immediate funding, a small staff can be hired to begin providing the children with three hot meals, water for bathing, athletic activities, games, schooling, etc.
 
ASAP – Reopen the Village
The Village is Project Pierre Toussaint's residential program on the outskirts of town with space for 60 to 70 kids. In addition to a core curriculum of reading and writing, the children are offered a wide variety of vocational training, including sewing, driving, welding, woodworking, and tailoring.
 
While in Haiti two weeks ago, I visited the facility which appeared to be in good shape thanks to security having been provided for. The Village must be reopened immediately, employing at first a small staff to provide food and shelter to 50 or so former students who have been roaming the streets for the past year.
 
Circumstances may provide for the rehiring of a former senior staff member who is in the process of moving back to Cap-Haitien from Port-au-Prince because he lost his home in the earthquake. This individual is capable of overseeing the restructuring of both the village operation and the drop-in center.
 
ASAP – Reopening Team Assembled from Haiti and U.S.
At first, a few dedicated people from both the U.S. and Haiti will form a new Board of Directors or Advisory Committee to begin the process of reopening the Project. At first, the one and only task will be to open the doors so that the kids can be fed and provided with a safe place. People I spoke with in Haiti do not want the project to be named Project Pierre Touissaint.
 
ASAP – Financial Support
Fairfield University President, Jeffrey von Arx, S.J., has the ability to quickly raise $500,000 as the beginning of a new and revitalized capital campaign for the project.
 
ASAP - We Must Never Forget What Happened
I envision that part of a new mission statement is an unwavering commitment to become a center to provide educational support and child sex abuse awareness programs as a way of combating child sex abuse in Haiti. The new school would become a "beacon" for all other schools, orphanages and non profit organizations to reach out to. It is my firm belief that the Fairfield University and Order of Malta communities have a moral and ethical obligation to take the first step in making reparations and restitution to the boys for the harms and injuries inflicted upon them as a result of their abuse by providing immediate funding to a get the doors reopened.
 
ASAP means just that. Now, immediately, no more waiting.
 
April 2006 – It was unexpectedly announced by New England Jesuit Provincial, Rev. Thomas Regan, S.J., that Rev. Paul Carrier, S.J., Fairfield University's longtime Director of Campus Ministry, would begin a sabbatical at the conclusion of the current academic year. It is interesting to note that, in the University's official announcement of Carrier's leaving, there was no direct mention of Project Pierre Toussaint, a main focus of Carrier's campus ministry. Instead, Rev. Jeffrey von Arx, S.J., President of Fairfield University, stated, "I am particularly aware of the need for continuity in support of the outreach programs that have characterized the apostolic commitments of this worshiping community, especially our programs in Haiti, and I will be working with Fr. Carrier to assure that continuity."
 
September 2007 – In breaking news, Cyrus Sibert, a journalist located in Cap-Haitian, Haiti, began reporting that an American who helped street kids in Cap-Haitien was sexually abusing the children. Soon after, an investigation of these child sex abuse allegations against Douglas Perlitz was initiated by the Haiti Fund's Board of Directors.
 
April 2008 – Rev. Thomas Regan, S.J. instructs Carrier to resign as Chairman of the Haiti Fund's Board of Directors and to resign as a member of the board. Regan also informs Carrier that he must resign from his non-salaried teaching position at the Convent of the Sacred Heart school in Greenwich, CT.
 
September 2008 – A letter, signed by the newly appointed Chairman and President of the Haiti Fund, Inc., is sent to supporters and donors of Project Pierre Toussaint, announcing, among other things, the termination of Executive Director, Douglas Perlitz. The letter concludes by saying, "…We are pleased to inform you that books and supplies have been ordered and that school will start on September 10th. Because of your caring, over 300 street children in Cap-Haitien will be off the streets and in a classroom."
 
September 2008 – Twelve individuals, including several former Haiti Fund, Inc. board members (Rev. Paul Carrier, S.J., Hope Carter, Amber Gray, Madeline E. Laccovara, Philip Allen Lacovara, Esq., Jessica Lozier, Dr. Suzanne MacAvoy, Deborah Picarazzi, Nick Preneta, Jeanne Tisdale and Thomas L. Tisdale, Esq), signed a letter that was sent to the same donors in which the signers disputed the firing of Perlitz. They wrote in part, "We cannot judge our Haitian friends, but we will not in good conscience allow their poverty, and the depth of their struggle to destroy Doug Perlitz." In other words, the boys who had the courage to report their abuse by Perlitz are liars.
 
October 2008 – I wrote several email messages to Jesuit Provincial, Rev. Thomas Regan, S.J. and senior Fairfield University officials, including Nancy Habetz and Dr. Mark Reed (with copies to President von Arx), requesting that the Fairfield University website be updated to reflect that Perlitz was fired from the Project due to credible allegations of child sex abuse (the official letter from the Haiti Fund's board of directors to supporters and donors announcing the firing of Perlitz was available for publication). Regan responded, "The Society fully supports the decision of the Board, which had as its primary goal assuring the protection of children."
 
November 2008 – Dr. Mark Reed, Vice President for Administrative & Student Affairs, refused to publish any updated information about Perlitz on the University website.
 
December 2008 – The Haiti Fund, Inc. runs out of money. Project Pierre Toussaint is forced to close and the kids are returned to the streets with no food, water or shelter.
 
September 2009 – Perlitz is indicted by a federal grand jury on ten counts of child sex abuse. He is arrested and transported to Connecticut.
 
December 2009 – Dr. Mark Reed cancels a scheduled meeting between Reed, Vice President Marketing and Communications, Rama Sudhakar, and me due to the advice of the University's lawyers.