vendredi 30 avril 2010

Cap-Haïtien : des logements sociaux, une aubaine pour des déplacés.


Plusieurs centaines de familles ont fui Port-au-Prince aux lendemains du séisme du 12 janvier. Cette soudaine migration pose de nombreux problèmes dont celui du logement. Au Cap-Haitien, dans le Nord, l'ONG Food of the Poor a décidé de mettre des logements sociaux à la disposition de quelques familles déplacées de la capitale.


galerie

Construite en six jours environ, chaque maison se compose d'une chambre à coucher, d'un salon, d'une mini galerie, d'une cuisine et des toilettes. Un ou deux lits sont remis aux locataires des maisons au moment de la remise des clés. L'eau est fournie par un puits munis de deux pompes à bras.

Quelque six familles déplacées de Port-au-Prince sont logés dans ces maisonnettes fraîchement construites à Chastenwa, une localité de la commune de Quartier Morin ( 10 kilomètres de Cap-Haïtien). Elles vivaient dans les quartiers défavorisés de Solino et Delmas 32, situés dans la commune de Delmas.

Au prime abord, le projet visait à offrir un logement à des habitants de Shadda I et II, Fort St-Michel et quelques autres quartiers défavorisés situés aux alentours de la métropole du Nord. Cependant, suite au tremblement de terre survenu à Port-au-Prince, « la priorité a été accordée aux personnes déplacées », a affirmé le Directeur de Food For The Poor, le Révérend père Dicken Augustin.

A date, 16 maisons ont déjà été construites sur 34 prévues au cours de la première phase du projet. A terme, le village devrait compter 500 maisons. Débuté en janvier 2010, les constructions doivent s'étendre sur 13 hectares de terre mis à la disposition du projet par le délégué départemental du Nord, Georgemain Prophète.

Parmi les déplacés de Port-au-Prince, Roudeline, 18 ans, déjà mère de deux enfants âgés de 5 et 3 ans. Elle a perdu son mari et deux de ses frères au cours du séisme, et s'est refugiée dans le Nord. Elle remercie le patron de Food for the Poor qui l'aide à nourrir sa famille au jour le jour. Toutefois, elle insiste sur la nécessité d'avoir un travail. Car depuis qu'elle s'est installée au village, elle fait l'objet de toute sorte d'humiliations en raison de sa précarité financière.

Ces logements sont également bénéfiques pour d'autres locataires en provenance de quartiers populeux du Cap-Haitien. Parmi eux, Nelly Etienne, la quarantaine. Elle , son mari et leurs 6 enfants habitaient une maison louée à Quartier Morin. « Ajouté au fait que cette maison était incapable de défier la pluie, le prix du loyer a quintuplé en deux ans. N'était-ce ce projet, ma famille et moi serions en train de dormir dans la rue aujourd'hui », a-t-elle déclaré.

Bernier Joseph, lui, habitait à Fort Saint-Michel. Ancien portefaix de profession, sa bâtisse était construite dans une zone marécageuse, ce qui lui faisait craindre une inondation à chaque averse. Il se réjouit que ses démarches auprès du CASEC de la zone aient abouti. Malgré l'isolement et la misère qui règnent autour du village, il le préfère à son ancienne maison.

Aux yeux de certains nouveaux résidents, cette initiative, quoique « louable », mériterait quelques corrections. Entre autres défaillances évoquées, l'absence d'électricité, de services de santé et d'espace de loisir. De plus, la proximité des toilettes et de la cuisine constitue une sérieuse préoccupation du point de vue sanitaire.

Rédaction : Nelcius Florestal & Louicius Micius Eugène

Edition : Hugo Merveille

Enregistrer un commentaire