Follow by Email / Suivez nous par Email.-

vendredi 13 août 2010

MISE AU POINT DE MAITRE JEAN-HENRY CEANT CIBLÉ PAR LE DIRECTEUR DE L’UCREF

MISE AU POINT DE MAITRE JEAN-HENRY CEANT CIBLÉ PAR LE DIRECTEUR DE L'UCREF

Depuis que l'UCREF (UNITE CENTRALE DE RENSEIGNEMENTS FINANCIERS), sous la houlette de Monsieur Jean Yves Noël, comptable … ou gestionnaire en titre … et plus particulièrement un professeur d'université…, s'est empressé, dans des circonstances particulières, d'achever un rapport dit préliminaire sur des faits de blanchiment des avoirs, donc de l'argent sale, le directeur de l'Unité s'est imaginé avoir atteint ses fins primordiales qui ont été, non pas, avant toutes choses, de dénoncer à la justice pénale les auteurs présumés de blanchiment des avoirs, mais plutôt de s'en prendre tout spécialement à certains professionnels du notariat, eux qui, comme en un sacerdoce, se dédient quotidiennement au service de leur clientèle dans les conditions prévues par la loi, dans le respect de soi, de leur famille, et de leur appartenance sociale.

Monsieur Jean Yves Noël, en proie au souci de paraître et ne pouvant résister au goût du scandale, loin de remettre son rapport préliminaire, qui aurait dû être confidentiel, en toute discrétion à celui qui le lui avait commandé, en l'occurrence, le juge d'instruction, a choisi de le publier en toute hâte sur internet et d'en distribuer des copies, en dehors et en violation des dispositions de loi qui normalement devraient régir ses activités et diligences. Ce rapport sur les activités de la Fondation Jean Bertrand Aristide et l'utilisation de l'argent provenant du trésor public (Détournement de Fond), prend occasion pour impliquer, à un titre quelconque, sans aucune explication, sans l'évidence d'un rapport de causalité entre les imputations et la perpétration des faits de blanchiment, deux notaires à la résidence de Port-au-Prince, comptant des dizaines d'années de vie professionnelle irréprochable, tous deux membres de l'Association Syndicale Professionnelle de Notaires de Port-au-Prince.

Nous dénonçons à toutes les fractions saines de la Nation ces diligences insolites de Monsieur Jean Yves Noël, directeur de l'UCREF. Monsieur Jean Yves Noël a succombé à l'impulsion de ses sentiments naturels de basse vengeance contre le notaire Jean-Henry Céant à qui il impute de lui avoir porté le coup de publier et diffuser à grande échelle des photos qui le présentent en joyeuse compagnie avec les nommés Black Alex et Serge Edouard alias Sergo (Persévérance Borlette), actuellement dans les prisons de la Floride, en attente de jugement pour trafic illicite de stupéfiants. Personne ne peut être tenu pour responsable des fréquentations, accointances ou relations de parenté de Monsieur Jean Yves Noël avec les sus-nommés. Nul ne saurait être responsable de ses pratiques et coutumes.

L'impétuosité du directeur de l'UCREF qui s'est trop vite assimilé à un détenteur de la puissance publique, ayant pouvoir de soumettre tous les citoyens et les professionnels à ses désirs même les plus fantaisistes, a, par une requête signée de lui, sollicité du Doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, (Homme de délicatesse et respectueux des professionnels du notariat), une ordonnance prescrivant ce qui suit: «ORDONNONS au notaire Jean Henry Céant de transmettre à l'UCREF, sans délai aucun, les informations suivantes: les expéditions de tous les actes de vente, d'échange, de donation, d'hypothèque, de tous les actes translatifs de droits réels immobiliers, de tous les actes de société ainsi que les expéditions des actes pour les valeurs détenues en fidéicommis passés en votre Etude et dans lesquelles les personnes physiques et morales ci-dessous mentionnées (une liste de 22 personnes physiques, sociétés ou entités) seraient parties à titre personnel ou par l'intermédiaire d'une société civile ou commerciale, par ses ayants droit ou ayants cause ou par toute autre personne physique ou morale par l'entremise de laquelle il (elle) aurait agi, vu l'urgence, autorisons l'usage de notre ordonnance avant son enregistrement».

Cette demande de Monsieur Jean-Yves Noël, au seuil de ses travaux, traduit sa méconnaissance totale de la nature et des délicatesses de la profession notariale. Elle viole, en effet, toutes les règles sur le notariat et ne peut, par conséquent, recevoir exécution par un notaire quelconque de Port-au-Prince ou de n'importe quelle autre commune de la République. Cette technique inusitée de «plon gayé» s'est donc heurtée à la réaction unanime des notaires qui ont brandi les exigences de la loi sur le notariat. Depuis, Jean Yves Noël, attiré par les racontars, suivant lesquels le notaire Céant aurait passé les affaires de la famille Lavalas, a dirigé sa hargne vers ce notaire, lui reprochant, à tort, d'avoir reçu plusieurs chèques, sans relater dans son rapport les causes de l'opération, la provenance et l'affectation desdits chèques.

C'est avec on ne sait quelle fierté que Monsieur Jean Yves Noël vantera ses réflexes de policier et d'enquêteur. Il a traité des professionnels de valeur comme des parias. Pourtant ces professionnels ont réussi dans ce milieu difficile; ils jouissent de la meilleure considération de leurs confrères, de leur clientèle et de l'appréciation générale des différents milieux sociaux. Ces efforts ne peuvent inspirer que du respect. S'acharner contre de tels professionnels indépendants sans souci d'établir à leur encontre la nature des faits punissables, la cause d'un paiement ou d'un versement de fonds, la provenance des fonds versés, les faits desquels peut être déduite la participation consciente à des activités criminelles, c'est persister dans ses idées préconçues pour se livrer à une œuvre de pure méchanceté. En matière de blanchiment, n'est pas enquêteur qui veut. Quelle meilleure preuve que de telles enquêtes sur le blanchiment des avoirs doivent être le lot de professionnels ayant le sens presqu'inné du devoir, de la dignité et de l'honneur, fermés par la noblesse de leur caractère, aux sentiments de basse vengeance, aux soucis mesquins de règlements de compte à ceux qui ont été, sinon leurs bienfaiteurs ou leurs créanciers, du moins des personnes plus chanceuses!

Jean Yves Noël n'a donc jamais accepté l'échec de ses tentatives illégales devant le Doyen qui, pour sa part, bien imbu de la délicatesse des questions de droit soulevées, avait préféré réunir toutes les parties intéressées à la saine application de la loi sur le blanchiment: les notaires, les magistrats, le responsable de l'UCREF pour indiquer à tous la marche à suivre, la seule valable, qui pourrait attirer des réponses positives de la part des notaires. Ce document relatant l'accord des parties sur les points litigieux soulevés, et dûment signé a été précédemment publié dans les colonnes du Nouvelliste No :37195 du lundi 18 juillet 2005, pour l'édification de tous.

Depuis, le directeur de l'UCREF, mécontent, a discontinué, malgré les promesses verbales, faites tant par lui que par l'un de ses avocats, ses investigations auprès des notaires. Au-delà de son rapport préliminaire, Noël multiplie ses combines machiavéliques. Il se répète à présent, plutôt avec insistance, que Monsieur Jean Yves NOËL s'est juré de faire assassiner le notaire Jean Henry Céant ou de faire procéder à son arrestation soit en le présentant au Gouvernement américain comme un dealer de drogue dans les mêmes conditions qu'il a tenté de l'assassiner professionnellement en le désignant dans son fameux rapport d'investigation sur la Fondation Aristide comme complice de blanchiment d'argent, soit en contaminant ses bagages à l'aller ou au retour de voyage des Etats-Unis, soit en ourdissant un complot à travers les différents dossiers qu'il a professionnellement traités, soit, enfin, en faisant traîner en son Etude ou dans sa résidence privée des traces de cocaïne ou autres drogues à la portée de Jean-Yves Noël.

Me Jean-Henry Céant, notaire de son état, officier public, détenteur légalement d'une partie de la puissance publique, régulièrement nommé par commission du Président de la République, réitère au Gouvernement de la République sa demande formelle de faire à Monsieur Noël injonction de dire publiquement POURQUOI il a fait figurer son nom et celui du notaire Emile A. Giordani sur sa liste d'infamie dans le cadre de l'enquête sur la fondation Aristide pour la démocratie, pourquoi il a voulu étendre sa vendetta jusqu'à des officiers publics dont le ministère est légalement forcé.

Maître Jean-Henry Céant en appelle, de toutes ses forces, aux Autorités de son pays qui sont ici averties des projets macabres de Jean Yves Noël qui le rend responsable de la circulation de ses photos en compagnie de Serge EDOUARD (Sergo Persévérance Borlette) emprisonné aujourd'hui en Floride, et de Black Alex.

Maître Jean-Henry Céant tient à réaffirmer, s'il en était besoin, qu'il n'a jamais été ni un délateur ni un braconnier, que sa vie de citoyen et de professionnel marquée du sens de la disponibilité au service de toutes les couches sociales, a toujours été guidée par son souci de compter parmi les jeunes, dignes, intègres, respectables et respectés des classes moyennes qui n'ont que le mérite d'avoir trimé dur et de persévérer dans la voie droite afin d'offrir à leur progéniture des modèles de droiture et de dignité.

Si, pour cela, Maître Céant devait périr, il dit, une fois pour toutes, à Monsieur Noël et à tous ceux qui s'avisent d'abattre ou de phagocyter ces figures emblématiques d'une classe d'hommes qui, par leur talent, leur zèle et leur application, ont pourtant réussi avec l'aide des modestes clients des classes défavorisées, des classes moyennes, de la bourgeoisie et de l'élite économique haïtiennes que:

«Maître Jean-Henry Céant est prêt».

Port-au-Prince, le 10 Août 2005

Me Jean Henry CEANT

Notaire Public


Cc : Président de la République

Premier Ministre

Ministre de la Justice

Ministre de l'Economie et des Finances

Ministre de l'Intérieur

Secrétaire d'Etat à la Sécurité Publique

Commission Nationale de Lutte contre le Blanchiment des Avoirs

Commission Nationale de Lutte Contre la Drogue

Commissaire du Gouvernement

Doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince

Commandant en Chef de la Police

D.C.P.J.

Office de la Protection du Citoyen

Association Syndicale Professionnelle de Notaires de Port-au-Prince

Collectif des Notaires

A.J.H.

A.N.M.H

La Presse

Aucun commentaire: