Follow by Email / Suivez nous par Email.-

dimanche 31 octobre 2010

Haïti : La continuité a toujours été une affaire de subalterne plus incapable que son prédécesseur.

Haïti : La continuité a toujours été une affaire de subalterne plus incapable que son prédécesseur.


Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 :
souvenirfm@yahoo. fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) : www.reseaucitadelle.blogspot.com

 

Le 17 octobre 2010, à l'occasion du 204e anniversaire de l'assassinat de Jean-Jacques Dessalines, le Chef de l'Etat, René Préval, a invité le peuple haïtien à voter pour la continuité. Il entendait par là orienter l'électorat vers son dauphin Jude Célestin qui, selon ses vœux, devrait le remplacer à la tête de l'Etat d'Haïti pour continuer sa politique exclusiviste et monopolistique.


Pourtant, historiquement, le choix d'un poulain pour la continuité en Haïti a toujours été un désastre. Faustin Soulouque en est une figure emblématique. La cause, dans toute l'histoire d'Haïti, le choix d'un dauphin pour la continuité est basé  sur la logique  « court-termiste » qui consiste à  choisir une personne fidèle et surtout faible d'esprit, facilement manipulable.


Point n'est besoin de comparer Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines, il n'est pas nécessaire de rappeler le choix de Soulouque pour prouver que le dauphin est traditionnellement moins intelligent que son mentor ou son prédécesseur. François Duvalier avait jeté son dévolu sur son garçonnet de 18 ans, un jeune épicurien qui a conduit son régime à la faillite.


Plus proche de nous, dans les années 90, l'intelligentsia de la gauche haïtienne choisit Jean Bertrand Aristide avec l'espoir qu'elle pourra dominer le prêtre limité par la métaphysique de la théologie de la libération. Après son élection le 16 décembre 1990, Aristide nomma René Préval  Premier Ministre. Ainsi, il rejetât les hommes les plus formés de sa plate-forme comme Rosny Smart, Smack Michel, Victor Benoit, Gérard Pierre-Charles...  Avec la certitude de pouvoir dominer la Primature, il décida de faire de Préval, homme faible d'esprit, plus faible que lui, son frère jumeau. Il le plaça à la tête de FAES (Fonds d'Assistance Économique et Sociales) avant de le propulser comme Président de la République. Une doublure de plus dans l'histoire d'Haïti.


Comme s'il ne ferait pas appel à un médecin bien formé à l'école de médecine pour soigner sa famille, ni d'un avocat bien formé à la faculté de droit pour défendre ses intérêts, il avait répandu dans les milieux populaires des commentaires contre les intellectuels, les indexant pour responsables de la situation du pays.


Aujourd'hui, ce René Préval qui était considéré par Jean-Bertrand Aristide comme un idiot facilement manipulable, cherche et trouve Jude Célestin comme poulain dont il entend se servir comme figurant à la présidence. En toute logique, Préval le prend pour un incapable dépendant des idées reçues qu'il pourra facilement manipuler. Si la perception du Président de la République est conforme à l'état objectif de l'homme, il ne pourra en aucun cas conduire la reconstruction du pays. Car, s'il est plus dégénéré que son mentor qui lui aussi était plus incapable que Jean-Bertrand Aristide, Jude Célestin ne pourra sortir Haïti du trou.


Alors que depuis 20 ans nous assistons à une descente aux enfers avec l'arrivée de leaders de plus en plus nuls, pour garantir, dans un souci de contrôle, la continuité d'un leadership nihiliste et le maintient au pouvoir d'un secte de débiles, de criminels et de corrompus, les problèmes du pays ne font qu'augmenter. La logique de cause à effet fera le reste! La mauvaise gouvernance laisse irrésolus des dossiers qui à un certain moment produisent des catastrophes. Les inondations aux Gonaïves sont le résultat de l'absence totale de mesures de curage des lits des rivières, d'absence de contrôle sur l'abattage des arbres, sur l'environnement, les constructions dans les lits des rivières, etc ; les 300,000 morts de la capitale lors du séisme du 12 janvier 2010 est le résultat des constructions anarchiques sans normes parasismiques ; l'épidémie de choléra actuelle, le résultat d'absence de structures d'hygiène publique, des centres de soins, etc. Des institutions qui existaient dans le temps.


On peut facilement comprendre que pour un poulain plus faible d'esprit au bout de la chaine, il y a plus de problèmes en Haïti. Une situation qui normalement exige un leader compétent, capable et qualifié. Dans la logique de Préval, le dernier des Chefs d'Etat qui cherchent à garder le pouvoir au travers d'une marionnette, ce n'est pas les résultats qui comptent. Alors, il cherche un homme plus inepte que lui pour être catapulté au pouvoir.


Sur une échelle de niveaux (1) un à (10) dix, si l'intelligentsia avait choisi Aristide auquel nous attribuons le niveau (8) huit pour avoir été un prêtre formé  avec des connaissances pratiques de la réalité haïtienne, Préval son poulain plus fiable que lui serait de niveau 4. Le bilan de la gouvernance de Préval prouve qu'il n'est rien qu'un simple chef de bande sans vision, obsédé par l'instinct de survie et la jouissance dans tous les sens. Un homme obsédé par son libido dominandi. Ce que beaucoup d'observateurs candides applaudissent comme une capacité politique à dominer la scène politique haïtienne n'est rien qu'un ensemble de manœuvres que n'importe quel chef de gangs de Cité soleil pourrait tenter dans le but de survivre. Toujours sur cette échelle de (1) à (10), le figurant de Préval, Jude Célestin ne peut se trouver qu'au niveau (2) deux. La logique reste et demeure que le poulain doit être un faible d'esprit incapable et dépendant de son mentor qui logiquement chercherait un homme ayant au plus, la moitié de ses capacités.


Sur le plan parlementaire, Aristide de niveau 8 avait accepté des professionnels, des médecins avec une certaine capacité intellectuelle. Ayant été un prêtre formé, il n'éprouvait aucun problème à s'entourer des jeunes loups comme Dr Prince Pierre Sonson, Dr Gérald Gilles, Dr Martineau Guerrier, Dany Toussaint … Il les considérait comme plus faibles que lui. Préval de niveau 4, choisit des hommes comme John-Joël Joseph, Moise Jean-Charles,…  Ne faisant pas confiance à des hommes comme Dr Kelly C. Bastien, Me Youri Latortue et Dr Roudy Heriveaux, il cherche à les remplacer par une nouvelle vague de parlementaires plus faibles encore qui n'oseront pas discuter les ordres du régime. Les groupes monopolistiques de la bourgeoisie qui l'entourent, aiment bien avoir affaire à des abrutis incapables de discuter quoi que ce soit. Ces mêmes hommes qui avaient commandité l'arrivée de Soulouque au pouvoir, supportent les démarches du Chef de l'Etat.


Les élections, le parlement, en un mot toute cette apparence procédurale de la démocratie sert à légitimer cette déchéance de leadership à la tête de l'Etat haïtien. Une situation causée par une absence de volonté de juguler les dérives totalitaires des hommes au pouvoir et  le refus du principe d'alternance. En conséquence, les élections deviennent une aberration avec toutes les scènes de violence, de fraudes massives, d'assassinats, que nous connaissons. (Lisez : Peut-on organiser des élections crédibles avec René Préval? By Cyrus Sibert *)


Face  à cette tragédie, la communauté internationale se contente de constater la situation et de trouver toutes formes d'explications relativistes en termes de « jeune démocratie » pour valider le désordre et accueillir des leaders de plus en plus incompétents, de plus en plus criminels liés à la drogue, à la mafia… Elle en trouve une satisfaction d'avoir un interlocuteur incapable de discuter correctement l'application de son agenda  de gouvernement mondial en Haïti.


Dans cette logique de leaders plus incapables que son prédécesseur, qu'adviendra t-il si Jude Célestin, de niveau 2, déciderait de choisir son successeur pour une nouvelle continuité  dans le désordre? Les prochains parlementaires ne seront-ils pas plus tarés que John Joël Joseph et Moise Jean-Charles ? Avec un pays à reconstruire, pouvons-nous continuer à descendre à un niveau plus bas dans la représentation républicaine? Ne devons nous pas casser cette chaine de la médiocrité au pouvoir  en optant pour un système qui garantit que ceux qui agissent en notre nom œuvrent pour la paix, la prospérité et le respect de nos droits les plus précieux ? 


* http://reseaucitadelle.blogspot.com/2010/10/peut-on-organiser-des-elections.html


RÉSEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 31 Octobre 2010, 15 heures 53.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Aucun commentaire: