Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 30 novembre 2010

Haiti-Élection : Un répit qui annonce la guerre civile.

Une climat de guerre civile domine la pays. Même quand au niveau de la capitale on assiste a des dialogues civilisés, des réunions diplomatiques et des conférences de presse, dans les communes éloignées, il existe une montée vertigineuse de la violence. C'est le cas a la Grande Riviere du Nord, a Plaisance, a Pignon, a La Victoire et dans d'autres communes du pays. Dans l'Artibonite, plusieurs maisons ont été incendiées ce mardi 30 novembre 2010.

Le Conseil Électoral, le gouvernement et la communauté internationale doivent agir vite pour désamorcer cette bombe. La violence est pour demain, le pays risque de s'embraser.

Contrairement qu'en 2006, conséquence de l'arrogance d'Edmond Mullet, la Minustah n'étant plus perçue comme une force neutre, les soldats de l'ONU et les fonctionnaires civils risquent d'être pris pour cibles par des manifestants mécontents.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti.
30 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Élections : La délégation du Nord fait son bilan.

La délégation du Nord se félicite d'avoir fait un travail extraordinaire pour préserver un bon déroulement du scrutin ce 28 novembre 2010.

Accompagné de la Police, le Délégué Ardouin Zephirin a été sur le terrain superviser les conditions de sécurité et agir contre les fauteurs de trouble.

Comme bilan, 23 personnes ont été arrêtées, dont 2 policiers qui accompagnaient l'ancien député de Pilate Espady Georges. Ces policiers sont accusés de violence sur les centres de vote en vue de perturber le déroulement du scrutin dans les endroits défavorables a leur patron-député sortant.

4 délégués de ville du Cap-Haitien ont été arrêtés dans la commune de la Plaine du nord, Kalachnikov a la main. Ils étaient a bord d'un véhicule Nissan Patrol blanc et cherchaient a incendier un centre de vote au profit du Parti INITE.

Les autorités de la Délégation du Nord ont procédé a des fouilles de maisons dans la commune de l'Acul du Nord où plusieurs centres de vote ont été violentés, il y aurait des morts dans cette commune.

La délégation du Nord continue pour déclarer que grâce a son travail impartial contre tout fauteur de trouble, sans préjugé, sur 191 centres de vote au niveau du département, 16 seulement ont été éliminés pour fraudes et violence dans les communes de Saint Raphaël, de la Grande Riviere du Nord et de l'Acul du Nord.

Plusieurs armes ont été saisies : 3 kalachnikov a Plaine du Nord, des revolvers et pistolets, un gilet pare balle et des munitions.

Faut-il signaler que selon des observateurs, la violence avait touché également la commune de Borgne, de Pilate et Dondon, des communes dans lesquelles on devrait éliminer des centres ou bureaux de vote.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
30 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

lundi 29 novembre 2010

Violence : Un char de la Minustah a l'intérieur de l'hôpital Bienfaisance de Pignon.

La violence a éclaté ce lundi a Pignon. Des manifestants mécontents ont incendié le Bureau Électoral de la commune pour protester contre les fraudes enregistrées la veille.

Des soldats de la Minustah sont intervenus pour réprimer la manifestation.

Un char de l'ONU est intervenu a l'intérieur de l'hôpital en lançant des bonbonnes de gaz lacrymogène et en tirant a hauteur d'homme.

Il n'y aurait pas de mort jusqu'à présent. Toutefois, un malade souffrant de problèmes cardiaques a eu des difficultés. Il a été réanimé de justesse par le personnel medical.

L'hôpital Bienfaisance de Pignon condamne l'intervention des soldats de l'ONU dans l'enceinte de son établissement, exige une enquête et des sanctions contre les soldats fautifs et la réparation dans l'immédiat de la barrière endommagée par le char de l'ONU.

Les comportements des soldats de l'ONU cantonnés dans des communes reculées sont de plus en plus dénoncés par la population.

Lors des émeutes du mois de novembre 2010 au Cap-Haitien, plusieurs personnes ont été tuées de façon délibérée par des soldats de l'ONU, dans des circonstances injustifiées. Le cas d'un jeune de 16 ans abattu a la rue 24 J par des soldats Uruguayens alors qu'il traversait la rue, paisiblement, pour acheter une carte de recharge de téléphone, est le plus révoltant.

Il y a aussi, ce jeune homme tué au voisinage de l'hôtel Impérial, par des soldats de l'ONU, aux yeux de tout le monde, cas pour lequel ils ont rapporté n'avoir tiré a aucun moment.

Le comportement de certains soldats de la Minustah en Haiti frôle ainsi, le mépris pour la population et/ou le racisme.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
29 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

dimanche 28 novembre 2010

Affrontement entre INITE et PNH dans le Nord.

Des hommes lourdement armés qui tentaient d'attaquer un centre de vote dans la commune de la Plaine du Nord ont eu la surprise de rencontrer une patrouille du Corps départemental de Maintient de l'Ordre, avec laquelle, ils ont changé des coups de feu.

Trois des bandits ayant été touchés par balles, ont été arrêtés. Des fusils Kalachnikov et douze ont été saisis.

Cet acte de violence est une preuve de plus pour confirmer les informations faisant état de distributions d'armes par des membres de l'INITE en prévision de l'exécution d'une opération de fraudes massive lors des élections.

Les armes saisies ont été signalées depuis plusieurs semaines par une source crédible. Elles auraient été entreposées dans la zone de Bois de Lance une section communale de Limonade.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Violence post-électorale au Cap-Haitien.

Au moins deux jeunes supporters de Michel Martelly ont été blessés par un groupe de partisans de l'INITE qui ont tiré sur une foule réunie pour une manifestation spontanée, a hauteur de la rue Espagnole, Cap-Haitien.

Les blessés ont été transportés a l'hôpital Justinien.

Une situation de tension règne a la rue Espagnole. Des riverains signalent la violence de groupes de jeunes mécontents qui attaquent les voitures a coups de pierres.

Le trafic est paralysé.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Manifestation au Cap-Haitien. "Révolution rose"

Plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestent au Cap-Haitien pour rejeter les élections de ce dimanche 28 novembre 2010 et exprimer leur amour pour Michel Martelly.

"Martelly est notre président, ABA Préval, ABA INITE" tel est le slogan des manifestants.

Ce qu'on pourrait appeler "La Révolution Rose" se montre de plus en plus sérieuse.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogpot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Manifestation au Cap-Haitien. "Révolution rose"

Plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestent au Cap-Haitien pour rejeter les élections de ce dimanche 28 novembre 2010 et exprimer leur amour pour Michel Martelly.

"Martelly est notre président, ABA Préval, ABA INITE" tel est le slogan des manifestants.

Ce qu'on pourrait appeler "La Révolution Rose" se montre de plus en plus sérieuse.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogpot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Mirlande Manigat réclame l'annulation des élections

Mirlande Manigat réclame l'annulation des élections

La candidate favorite aux élections Mirlande Manigat réclame l'annulation des élections présidentielles et législatives sur toute l'étendue du territoire. Dans une déclaration diffusée dans les medias à la mi-journée, la candidate du RDNP a dénoncé des fraudes massives orchestrées par les dirigeants de l'Inité de concert avec les autorités électorales.

Elle révèle que des partisans de l'Inité ont dormi dans les centres de vote et ont bourré les urnes. Mme Manigat a dénoncé des magouilles dans tous les centres de vote notamment dans l'Ouest, où les membres des bureaux de vote ont empêché aux mandataires des autres partis d'entrer dans les bureaux de vote.

Elle soutient que le gouvernement est impliqué dans les fraudes massives. La candidate du RDNP exhorte les membres de la communauté internationale à ne pas cautionner les fraudes du gouvernement.

LLM / radio Métropole Haïti
____________________
"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

13 candidats à la présidence réclame l'annulation du scrutin.

13 candidats à la présidence réclame l'annulation du scrutin

Jacques Edouard Alexis, Michel Martelly, Mirlande Manigat, Jean Henry Ceant, Wilson Jeudy, Leslie Voltaire, Charles Henry Baker, Josette Bijou, Yvon Neptune, Eric Charles, Garaudy Laguerre, Chavannes Jeune, Leon Jeune ont dans un communiqué conjoint réclamé l'annulation des élections législatives et présidentielles.

Au cours d'une conférence de presse à l'Hôtel Caribe à 2 heures PM, les candidats ont dénoncé des magouilles et irrégularités à travers le pays.

Les candidats accusent le chef de l'Etat d'être les instigateurs de ces magouilles. Le peuple doit se mobiliser pacifique contre les magouilles indique Mme Bijou pour qui le peuple doit défendre ses votes. Les 13 candidats à la présidence soutiennent que les fraudes visent à favoriser le candidat de l'unité Jude Célestin.

Leon Jeune invite la population à gagner les rues afin de protester contre un " scrutin piégé".

LLM / radio Métropole Haïti
____________________
"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Peut-on organiser des élections crédibles avec René Préval? By Cyrus Sibert

René Préval

Par Cyrus SIBERT

Cap-Haïtien, le 02 Décembre 2008 ; (Ré.Cit.).-


"Ce qui compte, ce n'est pas ceux qui votent, c'est ceux qui comptent les votes." (Joseph Staline).


Le 4 novembre 2008, le monde observait l'élection de Barack OBAMA à la présidence des États-unis d'Amérique. L'afro-américain a pu, grâce à un système politique méritocratique remporter les élections. Ceux qui s'attendaient à un coup de force des conservateurs de l'establishment, ont eu la grande surprise: le mérite est l'idée directrice de l'hyperpuissance mondiale, les institutions sont adaptées en ce sens, leur renforcement a toujours été le souci des dirigeants américains. Elles sont là pour neutraliser les réflexes primaires des groupes ou des clans. Même là où le capital règne en maître, le peuple et son vote, légalement exprimé en toute liberté, constituent la base d'une démocratie.


Les élections ne sont pas un moyen de maintenir au pouvoir des régimes en faillite, des dirigeants voyous, comme on le voit dans plusieurs pays du tiers monde dont Haïti. Les lois sur le financement des partis empêchent aux riches et à la mafia d'imposer leurs candidats à coup d'argent sale. Le système de collecte de fonds de campagne reflète l'idée démocratique. Il permet aux citoyens de contrôler le système, grâce à leur contribution. On enquête sur la vie des candidats. Même avec des imperfections, on constate un souci de grande moralité dans le système électoral des États-unis. On est loin de ces élections de chez nous dont les candidats sont des repris de justice, des criminels de droits commun, des corrompus, des narcotrafiquants, des bandits de grands chemins, financés par la mafia et l'argent sale de la drogue, du kidnapping ou par des fonds occultes de pays amis comme le Taiwan. Les élections ne constituent pas un moyen de recycler les voyous et les nuls irresponsables qui à leur actif n'ont rien que la débauche et la perversion.


L'Institution électorale, pierre angulaire du projet démocratique haïtien.

Le mode de renouvellement des dirigeants à la tête de l'État constitue la pierre angulaire de la stabilité en Haïti. L'histoire des régimes dictatoriaux démontre le souci des tyrans de bloquer le cheminement des élites à des postes stratégiques au niveau de l'État. On cherche, comme aujourd'hui, à faire main basse sur la machine électorale. On se souvient encore de ces élections dirigées depuis le Ministère de l'intérieur, de ces résultats imposés par l'armée ou par la police – exemple 21 mai 2000. Les citoyens n'ont pas eu droit de vote. On utilisait toutes sortes de tactiques pour empêcher le vote populaire légalement exprimé et crier victoire avant même la proclamation officielle des résultats. En conséquence, le changement de régime et de politique se fait dans la rue. Dans l'impossibilité de s'exprimer, la subversion reste l'alternative. D'où l'instabilité que connaît Haïti depuis son indépendance. Les observateurs de la communauté internationale critiquent souvent les insurgés et les rebelles, les accusant d'être à la base des chambardements. Nous estimons ces critiques superficielles et irresponsables, car les observateurs ne sont pas sans savoir les dispositions de planification des fraudes électorales. Ils sont souvent complices. Le 14 novembre 2008, lors d'un point de presse du Chef Civil a.i. de la MINUSTAH Oumar BA dans le Nord, nous avions appris que l'appui de la MINUSTAH au Conseil Électoral Provisoire s'arrête à la sécurité et à la logistique. La Mission n'entend pas superviser tout le processus. C'est une affaire haïtienne. En réponse à la question: Pourquoi n'observez vous pas tout le processus, c'est à dire du recrutement du personnel de l'appareil aux opérations de vote? La réponse est: Notre travail s'arrête à la sécurité et à la logistique (transport et entreposage).


Une réponse inquiétante, vu que tout le monde est au courant des projets de main mise de la Présidence sur le Conseil Électoral Provisoire; déjà il est bruit que certains dossiers déposés par des jeunes diplômés pour intégrer l'appareil électoral au niveau des Bureaux Électoraux Communaux (BEC) du Nord sont portés disparus. L'ancien premier Ministre Jacques Édouard Alexis, à travers les cinq Ministères qu'il contrôle, finance déjà sa campagne électorale. Le Ministère de l'Intérieur se prépare à diriger comme aux temps des Duvalier, les élections. Les BED (Bureaux Électoraux Départementaux) seront aux mains des hommes du régime. Les présidents de bureau de vote seront des hommes d'Alexis. Toute la machine électorale actuelle sera dominée par le pouvoir en place. On s'achemine vers des élections officielles de jadis.


La démocratie n'avancera pas. Comme en 2000, les pressions du Palais national sur l'institution électorale en vue d'obtenir des élections officielles accoucheront la polarisation de l'espace politique, des conflits, des affrontements et l'instabilité.


Quel intérêt a un citoyen moral à participer à des joutes qui ne viseront qu'à redorer l'image des criminels, des trafiquants de drogue et des corrompus?


Dans le Nord, il est évident que les élections sénatoriales catapulteront Moise Jean-Charles, un homme accusé par une enquête de l"OEA d'incendies criminelles, impliqué dans le meurtre de Guy Salvant, le frère du Député de Limonade- Quartier Morin Hugues Célestin et Nawoon Marcelus ancien député Lavalas de la Grande Rivière du Nord accusé par l'Ambassade des États-unis de trafic de drogue. Car le CEP étant une succursale de Jacques Édouard Alexis, le peuple ne pourra pas s'exprimer en faveur d'autres candidats populaires.


La pédagogie des élections

Pourtant, les élections devraient constituer l'axe central du processus démocratique en Haïti. L'organisation de joute électorale devrait donner à la nation la possibilité de changer de politique sans violence, mais à travers les urnes. Le filtrage des candidats à partir de leur casier judiciaire et de leur niveau moral devrait servir d'exemple et encourager les jeunes à rejeter la délinquance. Les débats entre candidats devraient jouer un rôle d'éducation et de sensibilisation des citoyens face aux grands défis de la nation.


Les confrontations idéologiques devraient permettre de réduire les élans populistes d'explications faciles et de rejeter les approches manichéennes. En Haïti, nous sommes loin de cet objectif. Nous avons une démocratie sans le droit. Les résultats des élections de 1990 que l'on se tue à qualifier dans les milieux diplomatiques, de 1ère élection crédible dans l'histoire d'Haïti, ont été publiés sur les ondes de Radio France Internationale et les foules du candidat populaire Lavalas n'ont pas permis le respect scrupuleux de la loi électorale en ce qui concerne les protestations, le contrôle des procès-verbaux, etc. En 2006, la rue a encore une fois imposé le Président Préval avec 48% des votes exprimés, alors que la loi électorale réclamait 50% plus 1. Nous sommes loin d'avoir des élections crédibles en Haïti. Le processus électoral en reste une mascarade pour légitimer les criminels, les corrompus, les apprentis dictateurs et leur pouvoir personnel.


Conclusion

Le Président René Préval refuse de respecter les échéances constitutionnelles. Depuis son élection à la tête de l'État d'Haïti, il y a tout fait pour ne pas organiser des élections. Plusieurs diplomates qui le supportent ont abondé dans le même sens, répétant qu'Haïti organise trop d'élections. Ainsi, il n'a pas organisé les élections indirectes qui devaient renforcer la tradition électorale en élisant un Conseil Électoral Permanent, comme le veut la constitution en vigueur. Le parlement n'est pas renouvelé. Il avance vers un dysfonctionnement de fait, car en 2010, le Sénat sera amputé de 2/3. Devant ce constat des dérives de la part du Chef de l'État, le consensus trouvé pour sa nomination par la communauté internationale en 2006 ne tient plus. En lieu et place du renforcement de la démocratie, il s'entête à manœuvrer, à affaiblir les institutions, dans le but de garder le pouvoir directement ou indirectement. La stratégie des démocrates devrait être de continuer la logique de blocage du processus électoral, jusqu'à la fin du mandat du Président René Préval. Car, il est connu de tous que le Palais national s'active à contrôler les Bureaux Électoraux Départementaux, les bureaux au niveau communal et les bureaux de vote. Le premier Ministre sortant Jacques Édouard Alexis, à partir de cinq (5) Ministères dont l'Intérieur qu'il contrôle promet des élections officielles. A travers le pays, on recrute des bandits comme candidats, membres de l'appareil électoral et/ou hommes de gangs pour les prochaines violences électorales. Avec la position géographique d'Haïti comme voie de transit pour les narcotrafiquants et les criminels de tout poil, on devrait mettre sur pied une procédure de ''vetting'' sur les candidats afin de réduire les nombres de bandits au pouvoir. La fin du mandat de René Préval et son départ diminueront la pression de ses hommes corrompus sur le système électoral. Une formule Président Provisoire et Premier Ministre Michèle D. Pierre-Louis serait un consensus idéal, pour la poursuite du processus constitutionnel et le rétablissement de la neutralité électorale et de l'esprit de négociation qui existait en 2006, celle qui avait permis à un homme comme René Préval de devenir Président d'Haïti, pour un second mandat. On pourrait profiter de cette nouvelle situation spéciale pour poser à partir d'accords entre les protagonistes de la classe politique et de la société civile, l'amendement de la Constitution ou de l'adoption d'une nouvelle Constitution. La réforme judiciaire et l'organisation des élections sont deux éléments fondamentaux pour la bonne gouvernance et la stabilité en Haïti. On comprend mal que les Nations Unies qui se disent en mission de stabilisation en Haïti refuse de s'engager à fond dans l'institutionnalisation des institutions électorales et judiciaires.


"Ce qui compte, ce n'est pas ceux qui votent, c'est ceux qui comptent les votes." (Joseph Staline).


RÉSEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 02 Décembre 2008, 12 heures 05.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?

Annulation des Elections et Départ de Préval demandée par des candidats.

Conférence de presse imminente pour demander l'annulation des élections du 28 Novembre 2010 et le départ de René Préval selon entente des candidats suivants: 

 

Jean Henri Céant,

Michel Martelly

Charles Henry Baker

Yvon Neptune,

Jacques Édouard Alexis

Josette Bijou, 

Wilson Jeudi,

Chavannes Jeune

Leslie Voltaire,

Léon Jeune

 

Il se peut que Myrlande Manigat du RDNP se joigne a ce front nouvellement forme.


Harry Fouché


____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

samedi 27 novembre 2010

Déploiement de nouvelles unités spécialisées dans la ville du Cap-Haitien.

Des unités spécialisées des corps BIM (Brigade d'Intervention Motorisée) et de Swat team sont présentes dans la ville du Cap-Haitien.

Nous venons d'apercevoir des policiers du corps BIM au niveau de la rue 8 L. Ils étaient plusieurs accompagnés du commissaire municipal de la ville du Cap-Haitien au voisinage du marché public de la ville.

La Direction Générale de la PNH semble avoir réagi aux informations de complaisance et de complicité de policiers du Nord dans plusieurs événements liés aux élections.

A moins que, sous l'influence de puissants hommes du régime, ces unités soient déployées pour réaliser la fraude électorale massive, leur présence ne peut être que rassurante pour les électeurs qui iront voter ce dimanche 28 novembre 2010.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
27 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Le Journaliste Gérard Maxineau, supporté par des confrères de la presse dans le Nord.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Le journaliste Gérard Maxineau et son frère Hervé dit Ti Pouch accompagnent leur famille.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

La mère de Gérard Maxineau dans un geste symbolique rappelant a l'homme qu'il est poussière.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Le journaliste Gérard Maxineau, endeuillé au Parc du Repos.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Roilliace et Pharel, 2 neg Okap.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Des amis aux Funérailles de Maitre Maze.

Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Funérailles de Maitre Maze Maxineau, 73 ans.

(Photo du journaliste Gérard Maxineau a l'église Sacre-Coeur du Cap-Haitien)

Funérailles ce samedi 27 novembre 2010, de monsieur Jean Mary Maze Maxineau, le père du journaliste Gérard Maxineau, correspondant de Radio Kiskeya et collaborateur de Réseau Citadelle.

En cette occasion, nous présentons nos condoléances a Gerard Maxineau, Hervé Maxineau (Ti Pouch) et a toute famille Maxineau.

Maitre Maze est connu dans la ville du Cap-Haitien comme un ancien professeur exemplaire. Il représente une perte énorme pour la communauté capoise qui caractérise le départ d'une génération d'hommes sérieux, studieux, courageux qui personnifaient la fierté christophienne.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
27 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

vendredi 26 novembre 2010

Sagesse électorale : René Préval devait négocier sa reddition.

La campagne électorale prend fin ce vendredi 26 novembre 2010. Les élections législatives et présidentielles se tiendront ce dimanche 28 novembre 2010. Après plusieurs mois de palabres, de violence et d'incertitude, nous voici au jour J. Comme deux armées dans l'antiquité, dans quelques heures les guerriers seront en contact, les camps vont croiser le fer. Dieu seul sait qui seront les survivants, qui remportera la victoire et qui accéderont au pouvoir pour les cinq prochaines années.

Pourtant, Il est certain que le grand perdant de toute cette mise en scène est le régime en place. Malgré les millions déversés sur le pays, le candidat du parti au. pouvoir n'arrive pas a décoller dans les sondages. Le pire, cette dernière semaine, ses déboires ont multiplié, il a connu des moments difficiles sur le terrain. Depuis son débat contre Mirlande Manigat et Yvon Neptune, on observe dans les grandes villes un phénomène Martelly. Les jeunes exclus se retrouvent dans son discours contestataire, son langage simple, ses expériences de simple citoyen en lutte dans un pays difficile et sans opportunités pour eux. Ce sentiment pousse des partisans du musicien-candidat a envahir ses meeting publics au cris d'Aba Inite, Vive Martelly, Boeuf la manje fey la. De plus, Madame Manigat continue de creuser l'écart le laissant loin avec 16 points de différence.

Les émeutes "anti-Minustah, anti- choléra" de la semaine du 18 novembre 2010, créent un sentiment de rébellion populaire. Des jeunes n'attendent qu'un élément déclencheur pour réagir. Une crise électorale mettrait le feu au poudre.

Dans ces circonstances, René Préval n'a d'autre choix que de respecter le verdict des urnes. Un leader intelligent passerait des instructions a ses bases pour faciliter un plébiscite du candidat dont l'élection est le plus plausible tout en se concentrant sur une majorité parlementaire.

Il est clair que toute magouille pour imposer Jude Célestin enfoncera notre société dans la violence. Il ne pourra pas gouverner dans ce contexte de catastrophes en cascade. La propagation du choléra entraînera d'autres violences. Les sinistrés du 12 janvier 2010, n'ont pas encore dit leur mot.

Une décision de sagesse sur la présidence mettrait fin a cette situation de polarisation née de la période électorale. Le second tour des législatives serait plus calme et plus serein. A ce stade, Préval pourrait jouer sa survie avec sérénité.

Au pouvoir, les gens perdent leur lucidité. Les groupes d'intérêts qui dépendent du régime verront en cette analyse une stupidité a rejeter. Cependant, nous sommes sûrs que si le régime en place prend le risque de déclencher la violence par l'exécution de son plan de fraudes massives, non seulement il ne pourra pas gouverner, mais aussi, il perdrait l'avantage de pouvoir survivre grâce a une représentation au parlement et dans des mairies. Avec, des candidats a tous les niveaux, l'INITE peut représenter une force politique non négligeable. Même sans la Présidence, Préval et sa clique pourraient rester au pouvoir a un niveau ou a un autre.

Cependant, si le régime en place met a exécution son plan de fraudes massives, ce que les radicaux souhaitent, on devrait s'attendre a une rébellion grandissante qui aboutirait a son renversement, son déchoucage, jusqu'aux collectivités. René Préval et les groupes d'intérêt qui le supportent seront attaqués jusque dans leur fief avec des conséquences économiques graves.

Nous souhaitons que le pouvoir en place pourra suivre l'exemple de Juan Bosch, de Pena Gomez et de Juaquim Balaguer pour éviter le chaos politique en cette conjoncture difficile de la vie nationale.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
26 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

jeudi 25 novembre 2010

Flash! Des coups de feu dans un meeting du RDNP, la situation...

Nous sommes témoins d'un incident survenu sur la place Notre Dame du Cap-Haitien.

Madame Mirlande Manigat s'adressait a une foule quand des inconnus ont envoyé des objets sur le podium. Ce qui a provoqué la réaction de ses agents de sécurité rapprochée qui ont tiré en l'air.

Quelques minutes après, Madame Manigat est revenue au micro pour terminer son discours en demandant aux assistants de rentrer chez eux.

Durant tout le meeting, un groupe de jeunes scandait "Vive Martelly", il y a aussi les partisans aigris du parti INITE qui souhaitaient perturber la rencontre.

Pour le moment tout est rentré dans le calme. Madame Manigat a pu retourner a son hôtel sans difficulté.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
25 novembre 2010
www.reseaucitadelle.blogspot.com
Envoyé par mon BlackBerry de Digicel

Election en Haïti: JUDE CELESTIN s’invente un titre d’ingénieur de l’EPFL

Électionen Haïti: JUDE CÉLESTIN s'invente un titre d'ingénieur de l'EPFL

PRÉSIDENTIELLE | Parmi les 18 candidats à la présidentielle, Jude Célestin, affirme être diplômé de la haute école. Or il n'en est rien.


http://www.24heures.ch/actu/monde/election-haiti-favori-invente-titre-ingenieur-epfl-2010-11-24


© AFP | Grâce à ses gros moyens, Jude Célestin a fait tapisser les murs des villes avec ses affiches.

Dominique Roux | 25.11.2010 | 00:00

«Je suis diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) en génie mécanique. Dans sa catégorie, L'EPFL est l'une des meilleures écoles au monde.»

Flatteuse pour la haute école des bords du Léman, cette phrase est tirée de la présentation de Jude Célestin, l'un des 18 candidats à la présidentielle, dont le premier tour aura lieu dimanche en Haïti. A 48 ans, ce proche du président sortant René Préval (qui ne peut pas se représenter) est l'un des favoris du scrutin.

Dans un pays frappé par le choléra et dont plus de 1 million et demi d'habitants vit encore dans des conditions effroyables, dix mois après le tremblement de terre du 12 janvier, se présenter comme ingénieur serait un magnifique argument électoral. Qui de mieux, en effet, qu'un scientifique – actif ces dernières années à la tête du Centre national d'équipement qui gère l'essentiel des travaux publics en Haïti – qui de mieux, donc, pour diriger le pays et sa reconstruction?

Pas dans la liste

Le problème, c'est que Jude Célestin n'apparaît nulle part dans les registres de l'EPFL. Son porte-parole, Jérôme Grosse, est formel: «La personne en question n'apparaît pas dans la liste des diplômes d'ingénieurs de l'EPFL.» L'institution n'en dira pas plus.

Cependant, à la décharge de Célestin, d'anciens étudiants n'excluent pas qu'il ait pu fréquenter tel ou tel cours en auditeur libre, mais de cursus menant à un diplôme, pas de trace.

Selon nos informations, Jude Célestin, né le 19 juin 1962 à Port-au-Prince, a bénéficié de 1983 à 1986, d'un permis B délivré par les autorités vaudoises, puis d'un visa touriste de 5 jours en 2007. Mais qu'a donc fait le jeune homme durant ces années passées en Suisse?

«Oh, vous savez, c'était un homme à femmes qui aimait faire la fête», raconte un Haïtien de Lausanne qui l'a bien connu à l'époque, mais préfère garder l'anonymat pour ne pas mettre en danger sa famille restée au pays. «Il passait la plupart de son temps à l'Association des travailleurs antillais de Suisse où il aimait faire le DJ», ajoute ce témoin.

Jude Célestin n'a donc pas laissé le souvenir d'un étudiant studieux, dans la communauté haïtienne lausannoise. On y dit aussi qu'il aimait les voitures et que c'est à cause d'elles qu'il a dû quitter la Suisse.

«Il ne payait plus ses assurances ni ses amendes, dit un autre témoin, et un jour il a été pris, par hasard, dans un contrôle de police à la gare de Lausanne.» A-t-il été expulsé, ou a-t-il quitté la Suisse de son plein gré? «On ne peut pas le dire, répond l'Office fédéral des migrations, cela relève de la protection des données.»

Jude Célestin sera-t-il élu à la tête d'Haïti? Selon les observateurs, il a les moyens financiers et les appuis politiques nécessaires. Malgré des démêlés avec le fisc de Floride – où il posséderait plusieurs maisons – il pèserait plusieurs millions de dollars et bénéficie du soutien du parti présidentiel INITE (unité en créole). Cependant, une victoire au premier tour de «l'ingénieur» semble difficile. Réponse dimanche.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Des électeurs dans un état cholérique / 20 minutes.

Des électeurs dans un état cholérique

 

24 novembre 2010


Amélie Baron


HAïTI - Le peuple ne comprend pas l'urgence de tenir des élections, seulement dix mois après le séisme « Chaque matin en me levant, je n'ai rien à donner à manger à mes enfants, je n'ai pas les moyens de les envoyer à l'école. Le choléra tue le peuple haïtien et on me parle d'aller voter ? » Vita Sauveur enrage. Elle qui survit sur la place du Champ-de-Mars, face aux ruines du palais présidentiel, ne comprend pas l'urgence de tenir des élections.


Crispations


Pourtant dans trois jours, 4,7 millions d'électeurs seront appelés aux urnes pour élire 98 députés, 11 sénateurs et le nouveau président de la République. Quand en juin, les autorités avaient pris la décision d'organiser ce 28 novembre les élections, elles savaient que les défis seraient de taille. La situation s'est aggravée avec l'épidémie de choléra, qui a fait plus de 1 400 morts en un mois, mais l'Etat veut poursuivre le difficile processus électoral. Depuis le départ de Duvalier en 1986, Haïti a toujours connu des crispations à l'approche des élections.


Cette année n'a pas échappé à la règle : la crise humanitaire a exacerbé la colère. Au Cap-Haïtien, la population a violemment manifesté contre les casques bleus, soupçonnés d'avoir apporté le choléra dans le pays. Les confrontations ont causé la mort de deux personnes. Depuis, les barricades ont été levées dans la deuxième ville du pays mais la tension reste forte. Et dans la capitale, ce que redoute la population, ce sont des manifestations violentes.


Premières concernées : les milliers de familles qui vivent sur le Champ-de- Mars. A l'approche du jour du vote, Ketline Cadet craint pour sa vie. « A chaque élection, le pays est sens dessus dessous. On est toujours pris au milieu des tirs, les murs de nos maisons étaient marqués d'impacts. Mais maintenant nous sommes devant le palais national, sous les tentes.» Son plus jeune fils dans les bras, elle oscille entre désespoir et colère. « Une seule cartouche suffira pour percer les bâches. J'ai peur parce que je n'ai aucun endroit pour m'endormir en sécurité. »


Une grande inconnue, la participation


Déjà les partis politiques se livrent une bataille acharnée : pas un mur de la ville qui ne soit recouvert d'innombrables affiches des candidats. Les enjeux du pouvoir n'ont sans doute jamais été aussi importants : l'équipe qui sera au pouvoir à compter de février aura à charge, avec la Commission intérimaire pour la reconstruction (coprésidée par le Premier ministre actuel, Jean-Max Bellerive, et l'ancien président américain Bill Clinton), de gérer les milliards de dollars d'aide venus de l'international après le séisme. Mais avant même de penser à l'avenir du pays, avec la crainte des violences, la psychose du choléra, la grande inconnue reste la participation des Haïtiens au vote.


La reproduction, la redistribution ou la syndication du texte ci-dessus, dans son intégralité ou en partie, nécessitent l'autorisation préalable et expresse de


20 Minutes.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)