mercredi 30 juin 2010

Trauma assistance and relief for the child sex abuse victims in Haiti.

June 30, 2010

Joseph H. Miller, KM


Order of Malta

American Association, U.S.A.

New Canaan, Connecticut

Re: Trauma assistance and relief for the child sex abuse victims in Haiti.

Dear Joe,

Thank you for taking time to speak with me on Tuesday. In the aftermath of our discussion, though, I have some concerns that I would like to express to you. In addition, I think it is important to put the role of Connecticut Malta leaders in perspective.

First, I was pleased to learn that the national board of the Order of Malta USA ( has approved funding to provide immediate assistance to the boys who were sexually abused by Douglas Perlitz, the former Executive Director of Project Pierre Toussaint in Cap Haitian, Haiti .

You indicated to me that you are in the final stages of working out an arrangement with Catholic Relief Services. I am still not sure, though, what it is that you propose to do for the victims. Further, it is of concern that you have not already contacted Cyrus Sibert and Margarette Joseph in Haiti .

Are you aware that Cyrus and Margarette have been the primary caregivers for the abuse victims since the abuse was first publicly reported in November 2007?

I also wonder what you know regarding recent efforts by abuse survivors/victims and their supporters throughout New England to raise money for the basic needs of the boys. Mental health care professionals have advised us that traditional psychotherapy won't work for children and adults until certain basic needs are met.

As one clinical social worker told me, "A psychotherapist who travels to a place like Haiti and thinks that all he or she is going to need to do is meet with clients in a private office is mistaken. First, the children who were abused are going to need structure in their lives. They will need food. They will need a safe place to live. They will need to be enrolled in school. The social worker's first job will be to work towards providing the boys with these basic needs."

Other professionals told me that the same toxic feelings of shame, guilt, self loathing, remorse, etc. are evident in all children who have been sexually abused, no matter what culture or country they come from.

In recent weeks, the survivors' group, STTOP, has raised over $2,500 for the Haiti sex abuse victims. The funds are already being used to purchase shoes, provide food kits, and pay certain tuition expenses, etc. for the victims. These simple gestures help the boys feel loved and cared for. In a real sense, the therapeutic process has begun.

You may be offended, Joe, but I need to ask you; where have you been? It's been over 18 months since the school closed and the boys were forced back into the streets.

For the past twelve years, the Order of Malta has provided both personal and generous financial support to Project Pierre Toussaint (PPT). In fact, several senior Connecticut Malta officials served as members of the PPT board of directors. They include Jeanie (DM) and Tom Tisdale (KM) who are the current heads of Connecticut Malta, Madeleine Lacovara (DM) who serves as the Connecticut Area Hospitaller, Madeleine's husband, Philip Lacovara (KM), Hope Carter (DM) who is a committee member for Malta USA and, of course, former PPT board chairman, Rev. Paul Carrier, S.J. (KM) who serves as a spiritual director to Malta members.

A bit of background. In the aftermath of an investigation of child sex abuse, Perlitz was fired. Each and every one of the above mentioned Malta leaders vehemently opposed the decision to fire Doug. And then the unbelievable happened. The Tisdale's, the Lacavara's, Hope Carter, and Paul Carrier signed a letter to donors in which they disparaged and berated the other board members who voted to fire Perlitz and insinuated the boys in Haiti were lying.

Thanks to these Order of Malta leaders, donations dried up and the school was forced to close.

In other words, Joe, your Malta colleagues chose to act like spoiled children instead of behaving like mature, adult Christians. They could have disagreed with the other board members, shaken off the dust, and moved forward to maintain and preserve the mission of Project Pierre Toussaint. But they didn't do that. Instead, they abandoned an entire group of homeless, hungry, street kids.

This brings us to where we are today.

One cannot ignore the fact that under the PPT Board's watch, innocent children were raped and sodomized by Perlitz for ten plus years. I suspect the criminal trial will reveal who knew what and when they knew it.

Therefore, I hope you can understand the discomfort and uneasiness I and others have when the very same institutions under whose watch the abuse occurred become in charge of helping the very same kids who were abused.

Don't get me wrong. Your financial support is desperately needed. But, I urge you and Catholic Relief Services' officials to work closely with Cyrus, Margarette and other members of the Cap Haitian community who are concerned for the well being of the boys.

As your first priority, please take time to ask Cyrus and Margarette for their advice and guidance as how to best help the boys. Please include them in your plans. The boys trust Cyrus ( and Margarette.


Paul Kendrick

Freeport, Maine

207 838 1319

lundi 28 juin 2010

Crues de la rivière "Grande Rivière du Nord" : Rapport d'évaluation des dégats.

Rapport de la mission d'évaluation

Mission conjointement réalisée par : DPC- TPTC- OIM - UNPOL- HDCS

Date : Dimanche 27 Juin 2010

Résumé des faits justificateurs :

Inondation de certaines localités au niveau de quatre commune du département du nord dans la soirée du samedi 26 juin 2010 et dans la nuit du samedi et dimanche pour la commune de quartier Morin et de Limonade 3 heures de pluies au niveau des communes de Bahon, de Valière ont provoquées une montée brusque d'eau de la rivière « la grande rivière du nord » qui a surpris les habitants qui se trouvent au niveau des berges de cette rivière. Les gens, tard dans la nuit, ont du évacués leur maison pour se protéger de l'eau et des boues.

Les communes touchées sont :

· Commune de Bahon : l'eau est montée au niveau de la grande rue de la ville

· Commune de la Grande rivière du Nord : toutes les sections que la rivière côtoie, ont été fortement touchées

· Commune de Limonade : la section Basse Plaine, le village de bord de mer de Limonade a été fortement inondé

· Commune de quartier Morin, section de Basse Plaine, le tout nouveau village construit par Food For the Poor a été littéralement immergé ;

Bilan des dégâts enregistrés :

· Bahon : l'évaluation se limite à ce que nous a dit le Maire ca nous n'avons pas pu atteindre le bourg du fait que la route qui conduit à Bahon est coupé du coté de la commune de la Grande rivière du nord, section Jolitrou

· Grande rivière du Nord :

o coupure de la route (grande rivière –Bahon) coupé au niveau de Joilitrou et de Mazère

o 2 maisons détruites au niveau de la section de Gambade

o Un poteau du réseau électrique affecté par l'eau menace de tombeau

o Plusieurs quartiers de la ville sont inondés, nombre de maisons estimées à 700

o Les pertes au niveau des familles se retrouvent au niveau des ustensiles de cuisine et des lingeries

· Quartier Morin : la zone inondée est essentiellement le village récemment construit où l'on retrouve certaines familles déplacées après le séisme du 12 janvier. L'eau est monté à plus de 1,20 m à l'intérieur des maisons, les gens ont du abandonner leur lit surpris par l'eau à 1 heure 30 du matin, craignant le pire. Ils rapportent qu'ils ont perdu le peu de ce qu'ils possédaient en termes de produit alimentaire et d'ustensiles de cuisine et tous leurs linges sont abimés par l'eau.

· Bord de mer de Limonade :

o La route est coupée au niveau d'un pont qui conduit au village

o Les maisons du village situé presque dans l'embouchure de la rivière sont totalement inondées. les pertes enregistrées a niveau des maisons sont du même ordre que celles des familles de la grande rivière.

o Plusieurs têtes d'animaux ont été emportées par l'eau.

o Les jardins inondés présages la perte des récoltes

Analyse sommaire de la situation

En l'espace de trente (30) jours plusieurs crues de cette même rivière ont produits pour des intensités plus ou moins différentes les mêmes dégâts.

· La rivière en plusieurs points n'a pas de lit bien déterminé et les habitations des gens semblent se retrouver au même niveau que le lit de la rivière

· Les ravines qui se jettent à la rivière, refluées par l'eau de crue se déverse au niveau de la ville de la Grande rivière du Nord, (la ravine Grand jean est la plus en cause)

· Le non curage du lit de la rivière

· Les berges observées en plusieurs points de la rivière

· Des constructions en dehors des normes d'urbanisation

· L'état des bassins versants ;

Les actions de réponse urgente

· Intervention de la TPTC pour la reprise de la circulation au niveau des routes

· Distribution de kit de nourriture par OIM (très peu de kit sont disponible) pour les gens du village de Quartier Morin.

· Installation de structure en gabion pour protéger le pont au niveau de bord de mer de limonade

· Distribution de moustiquaire pour les gens de ce même village (les moustiques inquiètent beaucoup)

· Évaluation approfondie des dégâts et des besoins générés par les crues de la rivière

Les actions à moyen terme (à approfondir)

· Construction de mur de soutènement (30 mètres) au niveau de points névralgiques de la rivière du coté de la route menant à Bahon

· Installation de structure de protection de la berge, (200 m de gabions) du coté de la route Grande rivière-Bahon

· Curage du lit de la rivière en plusieurs points pour reprendre le lit de la rivière.


Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,

Bonne fête Joël Deeb!

Ce 28 juin 2010 marque l'anniversaire de naissance de Joël Deeb, Chairman de OMEGA MILITARY COUNSULTANT. Bonne fête Joël ! Tu m'as appris à ne pas oublier le jour le plus important dans la vie d'un homme, son anniversaire de naissance. Même dans la misère, tout le monde à une admiration spéciale pour le jour qui rappelle sa naissance.

Bonne fête Brother !
Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,

samedi 26 juin 2010

Cap-Haïtien : L’U.E. finance une campagne contre les excréments humains.

Cap-Haïtien : L'U.E. finance une campagne contre les excréments humains.

Par : Cyrus Sibert,
Le Ré.Cit.- Réseau Citadelle, Cap-Haïtien, Haïti.

Au Cap-Haitien, à l'occasion de la Coupe du Monde de Foot-Ball, on peut lire sur le petit écran un message important: Pa jete poupou nan lari, pa poupou bo lanme ak bo ravine. Poupou nan latrine. Moun paka viv nan sa. (Ne pas jeter des excréments humains dans la rue. Ne pas déféquer au bord de la mer. En cas de besoin aller dans une latrine.) Durant toutes les rencontres, on fait passer un ruban sur les chaines de télévision de la ville avec le message suivi des noms des organisations et institutions qui ont patronné le projet : Santé Publique, Projet EAUCAP - suivi du nom du bailleur de fonds : Union Européenne.

Un message clair qui certes, traduit la réalité. Même quand les dirigeants de la ville du Cap-Haitien n'ont jamais pensé une fois à ce problème d'élimination des déchets fécaux. La ville du Cap-Haitien est une grosse poubelle à ciel ouvert. Chaque bloc de 1600 m2 contient de grosses latrines indigènes vieilles du temps de la colonie ; des latrines conçues pour 5 à 6 familles et qui aujourd'hui doivent desservir plusieurs dizaines ménages entassés dans des espaces devenus trop exigus.

Les quelques remarques faites dans la presse sur cette réalité triste n'ont pas été prises en considération. La mairie, le Ministère de la Santé publique, le Ministère des Travaux Publics, l'ISPAN sont les instances qui normalement devaient se pencher sur la situation et proposer des mesures comme solution. L'état des toilettes publiques de la majorité des institutions est une preuve qu'il n'y a aucune différence entre nos cadres-dirigeants et le bas-peuple.

Emportés par les flots du populisme et de la corruption, supportés par d'autres médiocres-rampeurs qui ne voient dans le pouvoir public qu'un moyen de jouir et de faire fortune, les dirigeants ont failli à leur mission. Dans la deuxième ville du pays, on continue de construire sans toilettes adéquates. Les maisonnettes construites illégalement sur le flanc des mornes de la ville par des agents de la Mairie pour être louées à des pauvres venus des Gonaïves et des milieux ruraux n'ont pas de toilettes. Dans certains cas, on transforme l'espace où il y avait une toilette en chambre, ne laissant aux locataires que le bord de mer comme alternative.

Celui qui en public se fait passer pour une personne cultivée, habite, vit, cuisine et mange à coté d'une latrine puante, aussi ancienne que la ville. Dans d'autres cas, on défèque dans des sachets qui seront balancés aux premières gouttes de pluie. Les pauvres travailleurs qui se livrent au nettoyage manuel des latrines remplies déversent le contenu de leur chargement dans des égouts de la ville ou dans la mer. Ces esclaves de notre société à INTERNET ou à TELEPHONES CELLULAIRES sont généralement des éboueurs employés par la Mairie ou le Ministère des travaux publics. Ils peuvent être vus dans un caniveau de la ville trempés jusqu'aux cheveux dans les eaux usées de la ville, tentant manuellement de déboucher les canaux d'évacuation.

Il a fallu une intervention de l'UNION EUROPEENNE pour dire à cette société qu'on ne joue pas avec les excréments, qu'on ne peut pas déféquer au bord de la mer, d'une rivière, d'un ravin, qu'on ne peut continuer à profiter des eaux pluviales pour se débarrasser des déchets humains en les jetant dans la rue.

A ce niveau, on ne peut que se demander jusqu'où ira cette descente aux enfers ? Cette culture de marronnage et d'irresponsabilité collective semble hanter à jamais nos esprits au point de vivre dans la merde tout en nous faisant passer pour des hommes modernes. Déjà notre pays pollue les plages de certains pays de la Caraïbe avec ses déchets de toutes sortes. La pauvreté n'explique pas la malpropreté. En plus d'être pauvres, nous ne faisons pas preuve d'un peuple ayant des notions élémentaires d'hygiène publique. L'Union Européenne est obligée de financer des messages que nous devrions apprendre à l'école ou au berceau. Nous sommes peu soucieux des conséquences nocives que ce comportement moutonnier entraine. Le pire, nous n'avons plus le courage d'en avoir honte.

RÉSEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 26 juin 2010, 19 hres 43.


Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,

Cap-Haitien : IMED dénonce les lacunes du Parquet, une prime à l'impunité.

& Institut Mobile d'Education Démocratique


8, Impasse Jeanty Port-au-Prince Haïti. Tél. /Fax: (509) 3784-7966 / 3 454-0332 Email :

Port-au-Prince, le 24 Juin 2010

Me Clersias Célancieux

Commissaire de Gouvernement

Près le Parquet du Tribunal de Première Instance du Cap-Haitien

En son Parquet.-

Monsieur le Commissaire du Gouvernement,

L'Institut Mobile d'Education Démocratique (IMED) qui s'est donné pour mission de dénoncer les violations des Droits de l'Homme commis par qui que ce soit sur le territoire Haïtien veut appeler votre attention sur un cas qui doit voir le Parquet s'armer de courage pour faire jaillir la lumière. C'est par ce seul moyen que la justice pénale joue son rôle éducatif en ce qu'elle porte à la connaissance de l'opinion publique l'existence de comportements inadmissibles et les conséquences que la commission de ces derniers entrainent dans une société qui se veut démocratique. Les vices doivent être combattus car ils mettent en péril l'ordre social.

Le fait

Le 22 octobre 2009, le Coordonnateur du CASEC de la Bande du Nord Gracius Laguerre, au vu et au su de plusieurs citoyens, à la suite d'une discussion avec Nixon Jean Laguerre âgé de 26 ans tira son revolver et fit feu sur le paisible citoyen qui trouva la mort à l'hôpital Justinien du Cap-Haitien. Il s'agit là d'un flagrant délit caractérisé au regard de l'article 31 du Code d'Instruction Criminelle.


Neuf mois plus tard la population en général et les parents de la victime en particulier ne disposent d'aucune information sur une quelconque avancée de la poursuite et de l'instruction en vue de rechercher et de mettre à la disposition de la justice le délinquant à la solde du meurtre. Cette lacune constitue une importante prime à l'impunité et un sauf conduit aux bandits. Le présumé assassin connu, identifié par la clameur publique court les rues sans qu'il ne soit aucunement inquiété. Le dimanche 20 Juin 2010, il se trouvait accompagné des Maires du Cap-Haïtien Michel St Croix et Fritz Joseph parmi les officiels venus accueillir le Premier Ministre Jean Max Bellerive à l'aéroport du Cap-Haïtien, au grand mécontentement de la population.


Pourquoi l'IMED, Monsieur le Commissaire, vous adresse la correspondance du jour pour s'éclairer sur la marche de la procédure telle qu'elle est mise en branle, telle qu'elle évolue dans sa forme actuelle.

Dans l'espoir d'une considération par votre parquet de sa requête, Monsieur le Commissaire du Gouvernement l'IMED vous prie de recevoir ses salutations distinguées.


Kettly Julien

Directrice Exécutive


Le commissaire n'a pas reçu la lettre, disant qu'il n'a pas de compte à rendre aux organisations de Droits Humains.
De toute façon on doit suivre le dossier

Kettly Julien

jeudi 24 juin 2010

Météo : Bulletin spécial # 8 du jeudi 24 juin 2010.

Bulletin spécial # 8 du jeudi  24 juin 2010

Vigilance orange  aux fortes pluies du Plan National de Gestion des Risques et des Désastres(PNGRD)


            L'axe de la rigoureuse onde tropicale s'est écarté totalement d'Haïti ce matin. Cependant l'autre onde tropicale aussi puissante qui balayait les petites Antilles hier affectera notre île aujourd'hui. Donc, des averses de pluie accompagnées d'orages et des rafales de vent sont encore attendues sur Haïti aujourd'hui. Selon les modèles d'ensembles la plus forte probabilité de pluie se retrouve sur le Sud-est, le Sud, les Nippes et la Grande-anse.


             En conséquence, le SPGRD maintient ce mercredi 24 juin 2010 à 10 h Am le niveau de vigilance orange (i.e. risque d'impact d'intensité modérée à sévère) aux fortes pluies dans le plan d'urgence national pour les départements du sud-est, du sud, de l'ouest, des nippes, de la grand' anse et le niveau de vigilance jaune (i.e. risque d'impact d'intensité faible à modérée) pour les autres départements.


            Le Centre National de Météorologie (CNM) de concert avec le SPGRD et la DPC demande particulièrement à la population des zones à risques d'inondation, de rester vigilante et d'appliquer scrupuleusement les consignes de sécurité suivantes en cas d'inondation, d'éboulements, de glissement de terrain et d'orages violents (éclair et tonnerre).


        Remarque: Les probabilités de fortes pluies diminuent à partir de ce vendredi.  


·         Restez à l'écoute des messages météo et respecter les consignes des autorités.

·         Surveillez la montée des eaux. Si votre habitation est menacée par des inondations et de glissement de terrain, préparez vous à évacuer.

·         Ne pas traverser les rivières en crues sous aucun prétexte.

  • En cas d'orages violents, ne vous abritez pas près des fenêtres et en zone boisée.


Jacquet Jackson, Prévisionniste au CNM  


Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,

mercredi 23 juin 2010

Campus universitaire du Nord Flash !!!

Campus Universitaire  interdisciplinaire dans la région du Nord

Première visite des Représentants du Gouvernement Dominicain et des Hauts Dignitaires du Gouvernement Haïtien dont le Premier Ministre Jean Max Bellerive.

Limonade, Dimanche 20 juin 2010


            La Coalition Régionale des Jeunes du Nord et du Nord-est (COREJENE) prend acte des premières actions concrètes des autorités haïtiennes et dominicaines en vue de réaliser le projet de campus Universitaire qui devrait être en mesure d'accueillir entre cinq milles à dix milles étudiants  Haïtiens d'après le Président de la république voisine  son Excellence Leonel Fernandes, l'instigateur du projet.

            En effet, ce dimanche 20 juin 2010, une grande délégation composée par des Hauts Dignitaires des gouvernements Haïtien et Dominicain était présente  pour cette grande première dans la région, des sénateurs, Directeurs généraux, le président du Sénat Haïtien, Kelly C. Bastien, ainsi que le premier Ministre Haïtien Jean Max Bellerive, l'Ambassadeur Dominicain en Haïti, des représentants du Corps diplomatique, d'autres personnalités de la Société civile et des responsables de l'Université d'État d'Haïti dont le Recteur  Henry Vernet.

            Cette visite entre dans le cadre préparatif en vue de poser la première pierre de ce projet ambitieux, qui fut suivi de plusieurs discours d'encouragement, en présence de plusieurs centaines de jeunes-étudiants, membres de plusieurs autres organisations réunies au sein de la Coalition Régionale des Jeunes du Nord et du Nord-est (COREJENE); cette initiative nous laisse dans une très grande joie, car nous sentons déjà combien la réalisation d'un tel projet serait bénéfique pour la jeunesse Haïtienne et en particulier celle de la région du grand Nord; qui réclame depuis longtemps un campus universitaire avec des disciplines variées, question de les rendre plus compétitifs sur le marché du travail.

            Il reste maintenant à questionner s'il y aurait effectivement de la volonté parfaite pour la réalisation de ce projet ou une propagande électoraliste pour les prochaines joutes lancées par le Président Préval, qui devient de plus en plus impopulaire à cause de ses mauvaises pratiques politiques après les élections de 2005. A un moment ou la majorité des partis politiques et des organisations de la société civile organisée dont la Coalition régionale des jeunes du Nord et du Nord-est (COREJENE), demandent sans condition le départ du Conseil Électoral Provisoire mené par Gaillot Dorsainvil, qui n'inspire pas confiance auprès de la population Haïtienne, car nous réclamons des élections honnêtes, crédibles et démocratiques dans le pays avec un CEP impartial qui n'est pas un outil du Président de la République.

La COREJENE encourage également les acteurs politiques à œuvrer dans le but d'avoir un consensus réel qui reflète l'opinion nationale pour la tenue des élections, tout en demandant aux partis politiques qui ne sont pas au sein du parti de Préval (L'INITE) de travailler rapidement sur une bonne alternative, non pas uniquement pour les élections; mais une opposition constructive qui prend en charge l'ensemble des revendications de tous les secteurs vitaux de la société, spécialement celles de la jeunesse, qui représente plus de 67 % de la population.  De ce fait, nous confions la suite aux différents acteurs qui devraient travailler pour rendre réalisable ce grand rêve pour le bien bien-être de la jeunesse qui constitue l'espoir du pays, qui est à la recherche de nouveaux leaders, capables de mettre le pays sur les rails de développement tant souhaité.

Toutefois, la COREJENE réclame la pleine et entière participation du Rectorat de l'Université d'État d'Haïti dans un tel projet, afin de l'orienter conformément aux besoins et exigences de la nation haïtienne. Les jeunes ne veulent pas que cette institution soit un outil de formation de cadres uniquement pour la consommation internationale. C'est en ce sens que la COREJENE, au nom des jeunes haïtiens et haïtiennes, remercie la communauté internationale et défend l'idée de réformes structurelles durables et adaptées aux réalités haïtiennes sans lesquelles la reconstruction du pays ne sera rien d'autre que la reconstitution des richesses de quelques privilégiés du statu-quo exclusiviste, monopolistique et néo féodal, qui existent en Haïti depuis son indépendance.  



Herns Mesamours

229 364-8330 (USA)

3770-4070 (HAITI)

Albany State University, Georgia

Responsable des Relations Internationales de la COREJENE.

Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,

US Senate report says Haiti rebuilding has stalled By JONATHAN M. KATZ (AP) - 10

US Senate report says Haiti rebuilding has stalled

By JONATHAN M. KATZ (AP) – 10 hours ago

PORT-AU-PRINCE, Haiti — Haiti has made little progress in rebuilding in the five months since its earthquake, because of an absence of leadership, disagreements among donors and general disorganization, a U.S. Senate report says.

Obtained Monday by The Associated Press, the eight-page report is meant to give Congress a picture of Haiti today as U.S. legislators consider authorizing $2 billion to support the country's reconstruction.

That picture is grim: Millions displaced from their homes, rubble and collapsed buildings still dominating the landscape. Three weeks into hurricane season, with tropical rains lashing the capital daily, construction is being held up by land disputes and customs delays while plans for moving people out of tent-and-tarp settlements remain in "early draft form," it says.

The report was written by staff of Sen. John Kerry, the Massachuetts Democrat who is chairman of the Senate Foreign Relations Committee, and other Democrats who interviewed U.S., Haitian, United Nations and other officials and visited resettlement camps, hospitals and schools throughout the quake zone.

"While many immediate humanitarian relief priorities appear to have been met, there are troubling signs that the recovery and longer term rebuilding activities are flagging," said the report, which is scheduled to be released Tuesday.

Three times it says the rebuilding process has "stalled" since the Jan. 12 disaster.

The report also criticizes the government of Haitian President Rene Preval and Prime Minister Jean-Max Bellerive, saying it has "not done an effective job of communicating to Haitians that it is in charge and ready to lead the rebuilding effort." The report calls on Preval to take a "more visible and active role, despite the difficulties."

Bellerive responded to the criticism in a Monday interview with the AP. He said officials are working hard behind the scenes to ensure reconstruction does not simply mean the rebuilding of barely livable slums.

"We understand the impatience and we are the ones more frustrated than anybody," the prime minister said. "It took some time. I believe four months (since a U.N. donors' conference in March) to plan the refoundation from such a disaster is pretty acceptable."

With a chuckle, he also said it is unfair for U.S. officials to take him to task when the Senate still has not approved aid money that Secretary of State Hillary Rodham Clinton promised at the donors' conference.

"They ask me to move more projects when the money is still on hold," Bellerive said.

In all, just 2 percent of the $5.3 billion in near-term aid pledges have actually been delivered, up from 1 percent last week.

The report expresses concerns that even once the money is in hand, it will not move quickly enough to help. The funds are managed by a 26-member reconstruction commission led by Bellerive and former U.S. President Bill Clinton that started its operations last week.

While the report calls the commission the "best near-term prospect for driving rebuilding," it also says the panel "has the potential to dramatically slow things down through cumbersome bureaucratic obstacles at a time when Haiti cannot afford to delay."

The report notes disagreements among donors over strategy, approach and priorities, saying the disputes "are undercutting recovery and rebuilding."

The reconstruction panel includes representatives of donors who pledged at least $100 million in cash or $200 million of debt relief, including the United States, Venezuela, Brazil, Canada, the European Union, the Inter-American Development Bank and the World Bank.

Bellerive said the report's criticism that the panel has been too slow in organizing is already moot. "We had a meeting, we have an office, we have administrative support," he said.

One thing on which all parties agree is the importance of November elections. The legislature has almost entirely dissolved after members' terms expired because the quake forced the cancellation of February legislative elections. Preval's five-year term ends next February; an attempt to prolong his term by several months if elections are not held resulted in protesters clashing with police in front of the ruins of the presidential palace.

Failing to hold the November elections on time, even despite the losses of the electoral commission's headquarters and records, could imperil "Haiti's fragile democracy," the report says. But it expresses limited optimism that a plan for holding the vote is "apparently imminent."

Copyright © 2010 The Associated Press. All rights reserved

Worry, harsh words from U.S. on Haiti recovery

The chairman of the powerful Senate Foreign Relations Committee called on foreign donors to speak with one voice on Haiti and for President René Préval to show greater leadership.


PORT-AU-PRINCE -- More than five months after a devastating earthquake, there are worrisome signs that the massive rebuilding efforts have stalled, a strongly worded report by the chairman of the powerful U.S. Senate Foreign Relations Committee says.

Sen. John F. Kerry, D-Mass., is calling on Haitian President René Préval to show greater leadership in Haiti's post-quake reconstruction and for international donors, including the United States, to improve coordination and speak with one voice.

``Key decisions remain in flux and critical humanitarian issues related to shelter and resettlement are not resolved,'' the report said.

The report, to be released Tuesday, also notes that fragmentation and lack of coordination among donors ``are undercutting recovery and rebuilding.''

Haitian Prime Minister Jean-Max Bellerive, who co-chairs the Interim Haiti Reconstruction Commission, defended the government's handling of the crisis, saying that Préval's leadership has allowed for Haitians to remain united despite the challenges.

``We've kept a united nation during this period; that is leadership,'' he said.

And Bellerive said the government has a plan to rebuild the country.

``We know where we are going but no one is going to make us go any faster, or in a direction that doesn't benefit the Haitian people,'' he said.

The , 7.0-magnitude quake on Jan. 12 killed a government-estimated 300,000 Haitians, and 1.5 million people remain underneath tents and tarps in a country where a few days of rain could lead to deaths.


It is the second time this month that an influential member of Congress has issued a report critical of Préval's lack of prioritization and decision-making.

Richard Lugar, R-Ind., ranking member of the Senate Foreign Relations Committee, earlier this month urged Préval to move faster to schedule presidential and parliamentary elections, or risk losing the confidence of the U.S. Congress.

Kerry and Lugar hold significant sway over U.S. efforts in Haiti, and can hold up funds to the embattled country if they're not satisfied with the pace of reconstruction. The United States is Haiti's biggest ally, and while support for Haiti remains on Capitol Hill, a $2.8 billon aid package the Obama administration is seeking remains stalled in Congress.

Foreign Affairs Committee staffers compiled the report after site visits and extensive interviews with those involved in Haiti's recovery.

It cites the lack of scaffolding on a crumbled presidential palace as emblematic that the rebuilding has stalled.

While the rebuilding must be Haitian-government led, the United States has to take an active role in the process, Kerry wrote.

The report cites 10 critical issues for Haiti's rebuilding that require urgent attention by the Haitian government and Obama administration. They include conflicting messages from donors to Préval, setting an election schedule and the lack of government guidance about its plans.

``The government has not done an effective job of communicating to Haitians that it is in charge and ready to lead the rebuilding effort,'' the report said. ``President Préval should take a more visible and active role, despite the difficulties confronting his government.''

Préval, who has relied on close supporters to lead the recovery and reconstruction, should make the rebuilding more inclusive and empower top lieutenants to make key decisions about land tenure, for instance, to relocate Haitians living in squalor camps, the report says.

U.N. CONCERN The U.S. Senate's reservations are echoed by others in the international community including the U.N. Security Council. Member states have expressed concerns about building materials being delayed and donors -- who pledged more than $5 billion over the next two years -- not fulfilling their pledges. At the same time, the international community appears poised for a showdown with Préval over presidential and parliamentary elections. Préval and the international community want to avoid an interim government after his term ends early next year. But two diplomats say their governments are growing increasingly frustrated and impatient with ``his disengagement.''

Préval has yet to formally set the elections date, and has refused repeated requests to revamp the beleaguered Provisional Electoral Council (CEP), which is responsible for carrying out elections. The credibility of the body is key to avoiding a boycott or another Haitian political crisis, top diplomats warned as late as last Thursday in a close-door meeting with Préval.

``The extraordinary challenges Haiti must face in the coming years demand responsive leadership, unwavering commitment and a clear vision,'' Lugar said in a statement.

``If elections are not held before President Préval's mandate expires, Haiti may be confronted by a vacuum of power at every level of its government. Haiti does not need to add a political crisis to the death and destruction caused by the Jan. 12 earthquake.''

Préval has countered that changing the CEP -- which would require groups to appoint members -- could invite spoilers from opponents who have been demanding his resignation and the move toward an interim government.

``What's important is that the Haitian people have an opportunity to go to the polls and make their choice,'' Préval told The Miami Herald.

But there is growing concern that a Haitian political crisis could derail U.S. efforts to help.

``Republicans and Democrats may disagree on many issues related to U.S. Haiti policy, but the importance of having fair, transparent and free elections is not one of them,'' said a top Republican aide.

Special correspondent Stewart Stogel at the United Nations contributed to this report.

Read more:

Pour vos activités Import-Export :
57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040,