Follow by Email / Suivez nous par Email.-

lundi 28 février 2011

Mirlande Manigat est sur le point de conquérir les masses populaires (metropolehaiti.com)

Mirlande Manigat est sur
le point de conquérir les masses populaires

Le courant passe entre Mirlande Manigat et les masses populaires du Bel Air. « Ban –m manman –m » en créole Je veux ma mère, ont lancé les manifestants ayant pris part samedi à un meeting de la candidate à la présidence du RDNP, Mirlande Manigat. Je veux bien être votre mère a répondu Mme Manigat soulignant qu'une mère est soucieuse de la santé, de l'éducation et de l'alimentation de ses enfants.

Une mère responsable est également prompt a exiger la discipline de ses enfants a rappelé la candidate à la présidence dans un dialogue dans le style question réponse avec la population. Elle a fait ainsi allusion à la nécessité de maintenir l'ordre pour la relance de l'économie.

Dans son style propre, Mme Manigat a dialogué avec les résidents de ce quartier populeux autrefois contrôlé par des gangs. La pè nan tèt la pè nan poch a lancé un manifestant pour appuyer l'explication de la candidate à la présidence sur la nécessité de renforcer la sécurité alimentaire. Oui c'est bien cela a renchéri Mirlande Manigat acquiescant ainsi ce slogan de l'ex président Jean Bertrand Aristide.


Les couches vulnérables de Bel air ont scandé le nom de Mirlande lors de ce quatrième meeting dans un quartier populeux. Apres Solino, Cité Soleil et Carrefour Péan, la candidate du RDNP a pu drainer des milliers de fan dans le bidonville du Bel Air, bastion du mouvement lavalas.

L'ex Première Dame a promis d'œuvrer à l'amélioration des conditions de vie de la population. Plusieurs milliers de personnes ont exprimé leur appui à Mirlande Manigat mais également leur opposition à son concurrent.

LLM / radio Métropole Haïti

dimanche 27 février 2011

Flash! Des membres de bureaux de vote qui cherchent a recevoir leur paie sont maltraités et blessés par des Policiers du corps UDMO au Cap-Haitien.

Comme pour punir les membres des bureaux de vote qui n'ont pas soutenu le candidat du pouvoir Jude Célestin, des policiers se livrent a des actes de bastonnade sur tous membres de bureaux de vote qui cherchent a retirer leur salaire a la Sogebank du Cap-Haitien, zone route de l'aeroport.

Des membres de bureaux de vote qui cherchaient a recevoir leur paie sont maltraités et blessés par des Policiers du corps UDMO au Cap-Haitien. C'est le de cas Jean Hugner Aurel, originaire de Port-Margot.

Les policiers en question se sont arrangés pour ne pas porter leur numéro de matricule, ce qui empêche aux victimes de pouvoir identifier leurs bourreaux. L'intervention de "Réseau Citadelle" auprès du commandement départemental a permis de comprendre qu'ils ont agi de leur propre gré. Des instructions formelles auraient été passées pour faire cesser les dérives.

Toutefois, l'organisation de cette distribution de salaire laisse a désirer. Elle renforce le doute sur la capacité de ce Conseil Électoral a corriger ses erreurs et a traiter les citoyens avec respect.

Réseau Citadelle, www.reseaucitadelle.blogspot.com
Publié par Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti

Le tourisme dans le Nord : le devoir de bilan. Par Cyrus Sibert.

Après cinq 5 années de beaux discours - et même de "pale mete la" - sur le tourisme Réseau Citadelle propose une série d'articles pour aider l'opinion publique a se faire une idée de l'Etat des lieux. Le patrimoine physique --- Parc national historique, le patrimoine culturel, la contribution des bailleurs de fonds, le degré d'implication des communautés dans la relance, les ONGs, tels sont les points a analyser pour une meilleure compréhension du problème en cette conjoncture d'alternance politique.

Réseau Citadelle, www.reseaucitadelle.blogspot.com
Publié par Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti

Introduction au système verbal du créole haïtien

Décrire, pas prescrire: un coup d'œil sur le système verbal du créole haïtien

(Première partie)

Par Hugues St. Fort

Il est d'usage de considérer la linguistique comme une pratique, descriptive, scientifique, opposée à la grammaire traditionnelle qui reflète une attitude prescriptive, normative vis-à-vis de la langue. Les linguistes observent le comportement linguistique des locuteurs, en font une description aussi rigoureuse que possible et la proposent à leurs pairs et à la communauté. Dans une deuxième phase, à partir de leurs observations et de leurs descriptions, ils proposent des explications et tachent de construire des hypothèses qui déboucheront sur des lois déterminant le fonctionnement de ces langues. A l'opposé, les grammairiens traditionnels occidentaux se réfugiant derrière l'autorité et le prestige du latin considéré comme le modèle à suivre pour la plupart des langues occidentales, se prononcent en faveur de constructions validées par de « bons auteurs », énoncent des règles, proposent ce qu'il faut dire et ce qu'il ne faut pas dire.

Dans les pages qui suivent, je présenterai une introduction au système verbal du kreyòl tel que le locuteur natif l'utilise dans ses communications de tous les jours. Je tacherai de faire cela dans un langage dépourvu dans la mesure du possible d'un certain vocabulaire technique puisque mon texte se veut avant tout un texte de vulgarisation. Mon objectif est de révéler aux locuteurs haïtiens non-initiés à la linguistique que le kreyòl est une langue comme toutes les autres, ne souffrant d'aucune infériorité.

A cause de l'absence de morphologie inflexionnelle en kreyòl, le verbe kreyòl se distingue par son invariabilité et se trouve au centre d'un système verbal profondément original. Ce système diffère complètement du système de la langue française qui fonctionne pourtant comme le superstrat du kreyòl. Un mot acquiert un statut verbal par la présence de marqueurs verbaux spéciaux qui lui sont préposés. Ces marqueurs verbaux proviennent des temps simples ou composés du français ou de structures périphrastiques anciennes du français (te, ap, ava, …) cf. DeGraff, 2000, Hall 1979,). Ces marqueurs verbaux se combinent entre eux pour mettre en place un système verbal kreyòl connu dans la littérature créolistique sous le nom de système TMA dont le linguiste haïtien Michel DeGraff dit qu'il est l'un des plus subtils et des plus complexes de la grammaire du kreyòl. (The TMA system of HA is one of the most subtle and intricate aspects of the grammar) DeGraff 2007, 102.

TMA représente TEMPS MODE ASPECT. Le temps situe le procès par rapport à un repère temporel. Il le place en un point fixe soit dans le passé, soit dans l'avenir. Les repères temporels dans une langue comme le français par exemple sont hier, demain qui disent quand le procès ou l'action s'est déroulé ou se déroulera. Les modes « aident à la traduction de l'état d'esprit du locuteur au moment où il considère l'action exprimée par le verbe ». L'aspect s'oppose au temps au sens où il ne se réfère pas à la division en époques. L'aspect « désigne le déroulement de l'action quelle que soit l'époque dans laquelle le procès a eu lieu ».

Selon les linguistes Arrivé, Gadet et Galmiche (1986, 77), en français, les indications de temps et d'aspect sont données de façon syncrétique par les mêmes formes, ce qui a pour effet de faire naitre certaines ambigüités. En kreyòl, c'est beaucoup plus compliqué. Il y a en kreyòl trois marqueurs verbaux de base. Ce sont : te, ap, et a/va/ava. Ils précèdent toujours le lexème verbal qu'ils modifient et se combinent entre eux pour enrichir le système en ajoutant des sens toujours plus compliqués.

Te est un marqueur de temps. Il indique l'antériorité.

Jak te renmen Mari men li te pè di l sa. Jacques aimait Marie mais il avait peur de le lui dire.

Ap est le marqueur verbal spécialisé dans l'indication de l'aspect progressif mais dans certains contextes, il peut aussi exprimer le futur.

M ap repare òdinatè mwen an Je répare mon ordinateur

A/va/ava sont des marqueurs modaux qui expriment un futur indéfini ou des situations hypothétiques.

N a wè On se verra

Ces marqueurs verbaux de base peuvent se combiner pour enrichir le système verbal.

L'antérieur te peut se combiner avec le futur indéfini a pour indiquer le conditionnel.

Mwen ta renmen achte yon lòt òdinatè J'aimerais acheter un autre ordinateur.

Ce même antérieur te peut également se combiner avec le marqueur progressif ap pour signifier un passé progressif ou un futur dans le passé (DeGraff 2007, 105) ou un imperfectif.

Yo t ap lapriyè Ils étaient en train de prier

Si li te pi piti, yo t ap fè l antre san peye S'il était plus petit, on aurait pu le laisser passer sans qu'il ait à payer.

Nou t ap gade yon fim franse lè lapli a kòmanse tonbe On était en train de regarder un film français quand la pluie s'est mise à tomber.

DeGraff (2007, 108) présente des combinaisons du type : futur indéfini suivi du marqueur progressif ainsi que du marqueur d'antériorité suivi du futur indéfini et du marqueur progressif.

Eske ou kwè y av ap dòmi lè n a rive ? Croyez-vous qu'ils seront en train de dormir quand nous arriverons ? [ma traduction]

Eske ou kwè li t av ap danse pandan manman l ap chache l toupatou ? Croyez-vous qu'il/elle serait en train de danser alors que sa mère le/la cherche partout ? [ma traduction].

Ce qui rend la description aspectuelle un peu difficile à maitriser, ce sont les différences de termes généralement utilisés par les linguistes. Voici un petit condensé de termes de TMA qui peuvent servir à comprendre les valeurs aspectuelles dominantes en kreyòl. Le linguiste Arthur Spears (1997, 86) en a présenté un résumé des principaux termes de TMA applicables au kreyòl.

· Le perfectif renvoie à une situation qui est complètement achevée. On le distingue de l'imperfectif qui signale la durée d'une situation sans préciser si elle est achevée.

· Le continu renvoie à une situation « en progrès au moment d'un événement, mais ne caractérisant pas une durée significative de temps » (Spears 1997, 86). On le distingue de l'aspect discontinu où le procès se répète.

· Une grande division aspectuelle concerne l'aspect accompli par opposition à l'aspect inaccompli. Cependant, ces deux distinctions ne doivent pas se confondre avec celle du perfectif et de l'imperfectif.

· Le progressif renvoie à l'aspect continu dans le cas des prédicats non-statifs (Spears). Il évoque une notion de degré, d'accroissement de l'action. Il s'oppose à l'aspect linéaire.

Ce qui est remarquable chez les locuteurs du kreyòl, c'est qu'ils aient réussi à construire à partir de différentes sources (le superstrat : formes dialectales ou archaïques ou populaires du français et le substrat : formes de langues appartenant à la famille linguistique du Niger-Congo, principalement le fongbe) et durant un temps relativement court, entre le 17ème et le 18ème siècle, une langue possédant des structures aussi complexes. Nous continuerons la semaine prochaine la suite de cette série sur le système verbal du kreyòl.

Contacter Hugues St. Fort à : Hugo274@aol.com

Références citées :

Arrivé, Gadet et Galmiche (1986). La grammaire d'aujourd'hui. Guide alphabétique de linguistique française. Paris, Flammarion.

DeGraff, Michel (2000). A propos de la syntaxe des pronoms objets en créole haïtien : Points de vue croisés de la morphologie et de la diachronie. In Langages, juin 2000, # 138. Numéro spécial sur la Syntaxe des langues créoles, édité par Daniel Véronique, pages 89-113.

______________

(2007). Kreyòl Ayisyen, or Haitian Creole ('Creole French'). Comparative Creole Syntax, edited by John Holm & Peter L. Patrick. Westminster Creole Series 7, pgs. 101-126. London: Battlebridge Publications.

Hall, Robert (1979). Haitian Creole: Grammar, Texts, Vocabulary. With the collaboration of Suzanne Comhaire-Sylvain, H. Ormonde McConnell, Alfred Métraux. Millwood, NY, Kraus Reprint Co.

Spears, Arthur (1997). Vers un modèle des systèmes Temps Mode Aspect dans trois langues créoles : l'Haïtien, le Guadeloupéen et le Martiniquais. In Etudes créoles, vol. XX, # 2.

samedi 26 février 2011

Le Bel-Air a accueilli Mirlande Manigat

La candidate Mirlande Hyppolite Manigat a tenu un meeting de campagne dans le quartier populaire et historique du Bel-Air (centre de Port-au-Prince), un bastion de Lavalas, samedi après-midi devant une foule de partisans et spectateurs.

Très attendue dimanche à Ouanaminthe (nord-est), la dirigeante démocrate-chrétienne, qui revenait d'une tournée à l'Arcahaie (ouest, environ 40 km au nord de la capitale), s'est une fois de plus engagée à transformer les conditions de vie de la population et à instituer de nouvelles méthodes de gouvernance si elle remporte les présidentielles du 20 mars. spp/Radio Kiskeya

Samedi 26-02 / Haiti + Ramdin + CIRH + Élections...

Haïti - Élections : Réouverture du centre d'appel
Haïti - Élections : Réouverture du centre d'appel
26/02/2011 14:14:30
Le Conseil Électoral Provisoire (CEP) informe la population en général [...] les candidats et les citoyens ayant la qualité d'électeurs [...] que le Centre d'appel du CEP, permettant aux électeurs d'identifier...
http://www.haitilibre.com/article-2426-haiti-elections-reouverture-du-centre-d-appel.html
Haïti - Économie : Les marchés binationaux en chiffres
Haïti - Économie : Les marchés binationaux en chiffres
26/02/2011 11:30:05
Selon le premier recensement des vendeurs et la seconde étude des acheteurs [...] Sur les 5.221 vendeurs...
http://www.haitilibre.com/article-2425-haiti-economie-les-marches-binationaux-en-chiffres.html
 Haiti - Élections : Voilà, 100,000$ pour les élections
Haiti - Élections : Voilà, 100,000$ pour les élections
26/02/2011 09:08:45
La compagnie de téléphonie mobile Voilà, une filiale de Trilogy International Partners, dit comprendre le besoin critique pour Haïti d'avoir une élection présidentielle réussie ce 20 Mars...
http://www.haitilibre.com/article-2424-haiti-elections-voila-100-000$-pour-les-elections.html
Haïti - Reconstruction : 5ème réunion de la CIRH ce 28 février
Haïti - Reconstruction : 5ème réunion de la CIRH ce 28 février
26/02/2011 08:10:41
Ce 28 février 2011, se tiendra la 5ème réunion du Conseil de la Commission Intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) [...] pour discuter de 13 nouveaux projets qui seront soumis à leur vote ainsi que des projets déjà en cours d'approbation...
http://www.haitilibre.com/article-2423-haiti-reconstruction-5eme-reunion-de-la-cirh-ce-28-fevrier.html
Haiti - Reconstruction : De l'eau pour 2,5 millions de personnes
Haiti - Reconstruction : De l'eau pour 2,5 millions de personnes
26/02/2011 07:35:39
Elle accompagnera l'opérateur public d'Haïti dans la mise en place de solutions adaptées aux besoins d'urgence des 2,5 millions d'habitants de la région de Port-au-Prince et la gestion de long terme de ses services essentiels d'eau et...
http://www.haitilibre.com/article-2422-haiti-reconstruction-de-l-eau-pour-2-5-millions-de-personnes.html
Haïti - Élections : Ramdin en Haïti, rencontres avec Préval, Manigat, Martelly et le CEP...
Haïti - Élections : Ramdin en Haïti, rencontres avec Préval, Manigat, Martelly et le CEP...
26/02/2011 05:30:44
...Il y a un long chemin à parcourir après les élections, et toutes les personnes impliquées doivent être capables de travailler ensemble pour répondre aux attentes du peuple haïtien pour une vie meilleure...
http://www.haitilibre.com/article-2421-haiti-elections-ramdin-en-haiti-rencontres-avec-preval-manigat-martelly-et-le-cep.html

__._,_.___

Le développement du sécuritaire dans les ONGs internationales en Haiti

Catoche

Travaillant en Haiti depuis 5 mois pour le compte d'une ONG internationale, je viens de démissionner après 20 ans de bons et loyaux services dans cette entreprise humanitaire.

Mon acte est un acte politique contre le système sécuritaire que la communauté humanitaire internationale a mis en place pour ses employés. Ce système pour la soi-disant sécurité des expatriés contribue au fait que les expatriés ne peuvent pas rencontrer les Haïtiens et ainsi ne peuvent pas comprendre le contexte, connaitre la culture et éprouver les besoins. Ils ne peuvent donc agir qu'en réduisant la personne à sa part universelle, la privant délibérément de ses affiliations et de ses propres stratégies de survie.

Ce système sécuritaire qui fait naitre chez l'expatrié la peur de l'Autre, la peur de Celui qu'il vient aider n'est pas la seule raison à ma démission. Simplement, les autres raisons ne seront pas abordées ici car elles ont déjà été mille fois récriées dans les médias et ailleurs. En effet, la réponse humanitaire n'a jamais été aussi médiocre alors que Haiti est le pays où le nombre d'ONGs est le plus grand au prorata de la population.

Ce qui m'a conduit finalement à cet acte définitif après tant de questionnements, c'est justement d'avoir réussi à rencontrer quelques haïtiens et particulièrement en dehors de l'activité « travail », au risque de me faire virer par mon organisation plutôt qu'égorgée par des haïtiens malveillants…

Des haïtiens qui n'en peuvent plus de l'occupation de la « communauté internationale », de l'hégémonie des grandes puissances en particulier celle de la France, du Canada et des Etas unis, de la suprématie des ONGs internationales, des mécanismes de reconstruction Onusiens ou Clintonien (CIRH) et des haïtiens qui ne supportent plus le discours des autres sur Haiti. Des haïtiens qui voudraient faire entendre leur voix et que l'on censure, que l'on relègue à la marge, comme tous les « pauvres » de ce monde.

L'humanitaire et le monde de l'urgence dérive en partie de cette longue tradition de prise en charge des plus démunis depuis le haut Moyen âge. Aujourd'hui comme Patrick Bruneteaux l'a démontré dans une étude réalisée en France, l'urgence découle d'une politique nouvelle de la question sociale qui déploie une nouvelle conception des plus pauvres et donc une nouvelle manière de leur venir en aide. On n'exclut plus les pauvres, ce n'est plus correct, mais on les inclut à la périphérie du système mondial capitaliste avec quelques moyens de survivance ; ce nouveau système est un système de relégation démocratique.

Alors je me demande si les expatriés de cet humanitaire ne seraient pas plus nombreux à démissionner s'ils les rencontraient les haïtiens ? Autrement dit, s'il n'y avait pas toutes ces règles qui contribuent à l'impossibilité de les rencontrer, n'y aurait-il pas plus de monde qui s'offusquerait ? Quelle est la logique qui a conduit à mettre en place cette stratégie sécuritaire ? Est-ce que les « french docteurs » des années 70 ne sont pas à réinventer au XXIe siècle ?

Tout est fait pour que chacun reste cloisonné dans sa voiture, sa maison, son bureau, son ordinateur, son système de pensée étriqué, formaté et occidentalisé… Tout est fait pour qu'on ne trouve pas le temps à penser… l'espace pour partager… matière à créer… domaine à révolutionner !

C'est grâce à Hannah Arendt aussi, qui en me chuchotant de plus en plus fort dans mes rêves, a contribué à mon passage à l'acte : rappelles-toi, la banalité du mal…

Hannah Arendt, philosophe et spécialiste de théorie politique, juive allemande, s'est réfugiée aux États-Unis. En 1961 et 1962, elle suit en Israël le procès d'Adolf Eichmann, criminel de guerre nazi, en tant qu'envoyée spéciale du New Yorker. Elle estime qu'Eichmann, loin d'être le monstre sanguinaire qu'on a décrit, est un homme tristement banal, un petit fonctionnaire ambitieux et zélé, entièrement soumis à l'autorité, incapable de distinguer le bien du mal. Eichmann croit accomplir un devoir, il suit les consignes et cesse de penser. C'est ce phénomène qu'Arendt décrit comme la banalité du mal. Il ne s'agit pas de le disculper : pour Arendt, cette attitude est impardonnable, et Eichmann est coupable. Ce concept pose des questions essentielles sur la nature humaine : l'inhumain se loge en chacun de nous. Dans un régime totalitaire, ceux qui choisissent d'accomplir les activités les plus monstrueuses ne sont pas si différents de nous. Continuer à « penser » (c'est-à-dire s'interroger sur soi, sur ses actes, sur la norme) est la condition pour ne pas sombrer dans cette banalité du mal ou encore dans la « crise de la culture ». Dans un régime totalitaire, cela est rendu plus difficile par l'idéologie, la propagande et la répression.

Les humanitaires sont-ils coupables ?

INVITATION --- Programme de déplacement de Mme Mirlande H. Manigat.


Invitation

La candidate à la présidence Mirlande H Manigat sera dans le quartier de bel' air, en face de l'église du Perpétuel Secours, aujourd'hui à 15hres 30. Tous les journalistes sont invités à ce grand événement dans cet espace mythique et populaire.

Demain, la candidate sera dans le Nord' Est, spécialement à Ouanaminthe, où elle a fait un tabac au premier tour des élections.

A rappeler que Madame Manigat a déjà visité, depuis ce 17 fevrier, les quartiers de Solino et de Cité Soleil ; les communes de Thomazeau, d'Arcahaie et de Cabaret.

Restez en contact avec Mirlande Manigat 24/24 sur les pages facebook et twitter de Jean Junior Joseph et de Jean Venel Casseus.
Merci a tous et toutes

vendredi 25 février 2011

Le dossier du « Massacre de Guayabin » est par-devant la C. I. D.H.

Le GARR se felicite de la décision de la Commission Interaméricaines des Droits de l'Homme de transférer le dossier du « Massacre de Guayabin »par-devant la Cour Interaméricaine de Droits Humains: la date du procès devrait être fixée dans 2 mois

----------------------------------------------------------
Port-au-Prince, le 24 février 2011 – (AHP) – Le Groupe d'Appui aux rapatriés et Refugies (GARR) a vivement applaudi jeudi la décision de la Commission Interaméricaines des Droits de l'Homme de transférer par-devant la Cour Interaméricaine de Droits Humains (CIDH) le dossier du « Massacre de Guayabin » perpétré par un groupe de militaires dominicains le 18 janvier 2000.

Ce jour-la, 4 militaires dominicains ont fait feu sur un bus qui transportait un groupe de citoyens haïtiens tuant sur le champ six d'entre eux et un citoyen dominicain. Ces militaires ont été blanchis par la justice militaire dominicaine mais des organisations de droits humains dont le GARR, allait porter l'affaire par-devant la Cour Suprême Dominicaine puis a la Commission Interaméricaine de Droits de l'Homme.

Pour Patrick Camille, responsable de la section Droits Humains et Migration du GARR, la transmission de cette affaire a la CIDH est un pas important en vue de rendre justice aux nombreuses victimes et aux proches de celles qui sont décédées.

Il a indiqué qu'actuellement des démarches sont en cours pour que la Cour Interaméricaine fixe une date pour que le début du procès.

Cette date sera fixée, une fois les preuves produites, dans un délai de 2 mois et après la réaction du gouvernement dominicain qui devra intervenir dans un délai de 4 mois à compter de la date où les preuves auront été produites, a indiqué Patrick Camille.

Pour sa part, le chargé d'assistance légale du GARR, Me Saint-Pierre Beaubrun a rappelé que les organisations de droits humains se sont heurtées à des difficultés de tous genres pour que finalement l'affaire soit portée par-devant la CIDH.

Parmi ces difficultés, il cite les problèmes d'identification des victimes qui n'avaient pas de pièces d'identification ou qui disposaient de documents comportant des erreurs, les difficultés de communication avec les victimes qui resident dans des lieux reculés, la lourdeur du système judiciaire, des problèmes d'ordre économique et l'inertie de l'Etat haïtien.

Me Beaubrun a confié que le gouvernement haïtien n'a fait que diligenter une enquête et produire un rapport dont le suivi na jamais été fait, même pas la régularisation des problèmes de documentation des victimes.

Ces dernières ont accueilli avec satisfaction et grande joie la nouvelle du 11 février dernier relative a la tenue prochaine d'un procès par-devant la CIDH.

Joseph Desravine, 47 ans ainsi que sa femme Silvie Félizor, 48 ans, étaient tous deux du voyage du 18 janvier 2000. M. Desravine a indiqué que son objectif premier n'est pas de toucher de l'argent en guise de réparation, mais a dit souhaiter que ce procès pousse les dominicain a mieux traiter les haïtiens qui, dit-il, continuent de malmener des partis à la recherche de travail de l'autre coté de la frontière.

Le ministre dominicain des affaires étrangères Carlos Morales Troncoso a annoncé que son gouvernement dominicain est déterminé à se défendre comme il en a l'habitude.

Du coté haïtien, aucune réaction officielle n'a été faite et les organisations de droits humains continuent de dénoncer ce qu'elles appellent la passivité du gouvernement haïtien dans ce dossier.

http://groups.yahoo.com/group/5rgroup/join

www.radiopeyizan.com , La Radio qui vous écoute!

Les maires du nord revendiquent.

Haïti-Elections : L'Association des maires du Nord brandit ses revendications

vendredi 25 février 2011

Correspondance – Wedlyne Jacques

Cap-Haitien, 25 fév. 2011 [AlterPresse] --- Le prochain gouvernement devra travailler à l'élaboration d'un cadre légal pour la décentralisation, a déclaré le président de l'Association des Maires du Nord (AMNORD), Philoclès Saint Fleur, moins d'un mois avant le second tour des élections et quelques jours après l'ouverture de la campagne électorale.

Dans une interview accordée à AlterPresse, Saint Fleur a profité pour se faire le porte-parole des élus locaux de la région, et brandir son cahier les revendications des maires du Nord à l'intention de l'équipe qui succédera le 14 mai prochain à celle de René Préval et de Jean Max Bellerive.

Le prochain gouvernement devra travailler à la concrétisation des prérogatives garanties par la Constitution de 1987 aux Collectivités Territoriales (CT), indique le président de l'AMNORD, également maire adjoint de la commune du Cap Haïtien.

Ce gouvernement devra également élaborer des projets et des propositions de loi qui favorisent la mise en place de certaines structures comme le Conseil Départemental, le Conseil Interdépartemental et le Conseil Electoral Permanent.

Par ailleurs, compte tenu de la faiblesse des recettes fiscales des collectivités, Philoclès Saint Fleur plaide en faveur du transfert des ressources et de subventions aux communes du département du Nord. Selon lui, Labadee est un exemple d'un manque à ce niveau, car les recettes perçues sur cette plage touristique ne sont jamais retournées à la commune du Cap Haïtien.

Il réclame, de même, que les prochains dirigeants de l'administration centrale, permettent aux départements d'élaborer leur propre budget de sorte que l'ensemble de ces budgets puissent constituer le budget national. Outre des moyens financiers adéquats, Saint Fleur dit souhaiter que des crédits soient octroyés aux mairies afin de leur permettre d'exécuter des projets de développement dans les municipalités.

En ce qui a trait aux activités économiques, le président de l'AMNORD exige la relance de l'industrie touristique dans le département du Nord, qui, selon lui, a de fortes potentialités dans ce domaine. Il souhaite la restauration et la valorisation des différents sites historiques et touristiques de ce département, ainsi que de grands projets d'investissement industriels pour la région.

Le département du Nord recèle d'une cinquantaine de sites historiques et touristiques, selon un responsable de l'Association Touristique d'Haïti branche Nord, qui en a effectué l'inventaire dans le cadre du projet "PRIMA" financé par l'Union Européenne.

En plus des plages, comme celle de Labadee, qui génère plus de 20 millions de dollars l'an, selon le maire Philoclès Saint Fleur, la culture et les vestiges de l'histoire de la création de la nation Haïtienne ainsi que le paysage, sont autant d'atouts que possède le département du Nord. Des atouts jamais valorisés par les différents gouvernements qui se sont succédé au cours dernières décennies. [wj kft gp apr 25/02/2011 14 :00]

Vendredi 25-02 / Haiti + Cartes macrosismique + Élections + Manifestation Cap-Haitien...

 

Haïti - Technologie : La Maison Henri Deschamps construire un centre de données
Haïti - Technologie : La Maison Henri Deschamps construire un centre de données
25/02/2011 16:42:11
La Maison Henri Deschamps (RETEL), la principale société d'édition pour le secteur de l'éducation en Haïti, annonce le lancement de sa nouvelle division de technologies de l'information (IT), RETAL, et la construction d'un centre de données...
http://www.haitilibre.com/article-2420-haiti-technologie-la-maison-henri-deschamps-construire-un-centre-de-donnees.html
 
Haïti - Social : Manifestation au Cap pour le retour d'Aristide
Haïti - Social : Manifestation au Cap pour le retour d'Aristide
25/02/2011 15:29:42
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce vendredi à travers les rues de la cité Capoise, ils demandaient le retour avant le 20 mars 2010...
http://www.haitilibre.com/article-2419-haiti-social-manifestation-au-cap-pour-le-retour-d-aristide.html
 
Haïti - Société : «Il faut en finir avec l'impunité»
Haïti - Société : «Il faut en finir avec l'impunité»
25/02/2011 14:16:17
Au moment où le pays s'apprête à choisir son prochain président, je souhaite que des engagements solennels soient pris dans le domaine des droits de l'homme et que des signaux soient envoyés pour un plus grand respect des droits de la personne...
http://www.haitilibre.com/article-2418-haiti-societe-il-faut-en-finir-avec-l-impunite.html
 
Haïti - Éducation : l'UEH prête à alléger les sanctions sous conditions...
Haïti - Éducation : l'UEH prête à alléger les sanctions sous conditions...
25/02/2011 13:20:07
Le Conseil pose également comme conditions que les étudiants doivent reconnaissent qu'ils ne peuvent exprimer leurs revendications en recourant à des écarts de langage et des agressions physiques...
http://www.haitilibre.com/article-2417-haiti-education-l-ueh-prete-a-alleger-les-sanctions-sous-conditions.html
 
Haiti - Jacmel : Reconstruire la cathédrale, mais pas sans mission
Haiti - Jacmel : Reconstruire la cathédrale, mais pas sans mission
25/02/2011 12:36:20
...la reconstruction physique des bâtiments n'était pas tout. Selon lui il n'y a « pas de reconstruction sans mission, sans évangélisation...
http://www.haitilibre.com/article-2416-haiti-jacmel-reconstruire-la-cathedrale-mais-pas-sans-mission.html
 
Haïti - Élections : Tournées et soutiens des deux candidats...
Haïti - Élections : Tournées et soutiens des deux candidats...
25/02/2011 10:54:59
La tournée des deux candidats se poursuit à travers le Pays et au-delà des frontières...
http://www.haitilibre.com/article-2415-haiti-elections-tournees-et-soutiens-des-deux-candidats.html
 
Haïti - Reconstruction : Préval à la Grenade
Haïti - Reconstruction : Préval à la Grenade
25/02/2011 08:20:39
Le Président René Préval est à la Grenade aujourd'hui pour assister au 22ème sommet de la CARICOM [25 et 26 février]. La délégation haïtienne est composée d'Alex Larsen (Ministre de la Santé), Evans Lescouflair (Ministre des sports)...
http://www.haitilibre.com/article-2414-haiti-reconstruction-preval-a-la-grenade.html
 
Haïti - Social : Plusieurs centaines d'Haïtiens arrêtés à Santo-Domingo
Haïti - Social : Plusieurs centaines d'Haïtiens arrêtés à Santo-Domingo
25/02/2011 07:52:54
Autobus, camions et fourgonnettes, les militaires accompagnés d'agents de l'immigration ont arrêté cette semaine, plusieurs centaines d'haïtiens en situations irrégulières dans les rues et avenues principales de la capitale Santo-Domingo...
http://www.haitilibre.com/article-2413-haiti-social-plusieurs-centaines-d-haitiens-arretes-a-santo-domingo.html
 
Haïti - Reconstruction : Cartes de zonages macrosismique pour Port-au-prince
Haïti - Reconstruction : Cartes de zonages macrosismique pour Port-au-prince
25/02/2011 07:11:28
Dans le cadre du projet de réduction des risques de désastres naturels et plus particulièrement dans le cadre de l'atténuation de la menace sismique, le PNUD, a livré aux institutions haïtiennes les cartes de zonage macrosismique de Port-au-Prince...
http://www.haitilibre.com/article-2412-haiti-reconstruction-cartes-de-zonages-macrosismique-pour-port-au-prince.html

__._,_.___

Samedi Midi Inter (ckut.90,3 FM) Raymond Laurent 26 février 2011

Dernière heure

http://radiotime.com/station/s_31297/CKUT_903.aspx

Dernier heure Samedi 26 février 2011

de 10h30 à 14h00

Samedi Midi Inter

Raymond Laurent reçoit sur les ondes de CKUT 90,3 www.ckut.ca

EN ENTREVUE :

Monsieur Édouard St Jean, le représentant Pastorale haïtienne sur la situation des haïtiens vivants en Publiquement Dominicaine

Député Serge Jean Louis, de Libération Ex-parlementaire du 46e Législature:

Faits saillants sur la scène politique en

Haïti

Le journaliste Cyrus Sibert : Reportage de la visite de Madame Mirlande Manigat,

candidat de RNPD, dans le Nord du Pays

EstrellaMartelly ganaría con 60,3% de votos, según sondeo

Martelly ganaría con 60,3% de votos, según sondeo

Según los datos la muestra da a la rival de Martelly, la ex primera dama Mirlande Manigat, el 38,9 por ciento de los sufragios

SANTO DOMINGO.- Michel Martelly ganaría con el 60,3 por ciento de los votos las elecciones a la Presidencia de Haití, que se celebrarán en marzo próximo, según los resultados de una encuesta divulgada hoy por la oficina del candidato en Santo Domingo.

Según los datos enviados a Efe, la muestra da a la rival de Martelly, la ex primera dama Mirlande Manigat, el 38,9 por ciento de los sufragios.

El estudio contactó a 6.951 personas, de las que 5.310 aseguraron que votarán en la segunda y definitiva vuelta del 28 de marzo próximo, en tanto que 1.641 afirmaron que no sufragarán.

La encuesta de Martelly fue elaborada por la firma Dagmar entre el 6 y el 10 de febrero pasados, según el documento.

Martelly, quien recientemente obtuvo el apoyo del astro del hip-hop, Wyclef Jean, ocupó el segundo lugar en la primera vuelta de las elecciones de noviembre pasado.

El candidato de la formación 'Repons Payzan' (Respuesta Campesina), pidió recientemente la destitución del presidente del Consejo Electoral Provisional (CEP), Gaillot Dorsainvil, y de su director general, Pierre Louis Opont, de cara a la segunda vuelta electoral debido a las irregularidades cometidas en la primera.



Haiti! Éditorial du Journal Le Matin. Par Daly Valet!

Haïti !

Le Matin, du 25 au 3 mars 2011

Par Daly Valet

Samedi 19 février, il fallait célébrer notre Haïti. Le bicolore national bleu et rouge est enfin sorti de sa léthargie forcée pour marcher à Port-au-Prince, dire sa colère face aux insolences jamaïcaines et autres outrances rastas. Il le fallait. Après avoir assez détruit et déconstruit de ce qu'il nous restait, en tant que peuple, de capital historique et symbolique, il ne nous restait qu'à mobiliser, en ce jour, en ce lieu et en cet instant, nos référents historiques et culturels proprement haïtiens pour dire au monde qu'Haïti, au-delà des apparences, entend être respectée. Ce fut la marche de l'honneur pour le respect et la dignité.

Policiers, petits marchands, intellectuels, cireurs de chaussures, professionnels du privé et cadres de l'État, entrepreneurs des classes moyennes et bourgeois, noirs, mulâtres, c'était une Haïti arc-en-ciel, unie et solidaire, qui, dans un élan de patriotisme transclassiste, voulait exprimer son indignation, réaffirmer son appartenance commune à la même histoire de grandeur après s'être sentie flétrie dans son orgueil depuis les dérapages d'essence haïtianophobe de Montego Bay. C'est dire qu'en dépit des récents effondrements physiques et symboliques dont a été témoin notre société, il subsiste un substrat communautaire qui fait de nous une nation, fût-elle encore fragmentaire.

Les autorités sanitaires jamaïcaines savent évidemment que la malaria n'est point une maladie contagieuse se transmettant par voie humaine. Que trois des jeunes joueurs haïtiens aient été testés comme porteurs de la malaria suite à des dépistages forcés, aucune exigence sanitaire en elle-même ne saurait expliquer cette expulsion humiliante de leur territoire, et sous la pointe des armes, de la sélection nationale haïtienne U-17. Leurs agressions contre la sélection des mineurs haïtiens participent d'autres ressorts autrement plus vicieux. Les mêmes ressorts faits de préjugés et de dispositions d'esprit anti- haïtiens, qui font que d'autres lieux des Antilles, comme la Guadeloupe, sont de plus en plus très inhospitaliers à l'endroit des Haïtiens. Au-lendemain du séisme du 12 Janvier, la Jamaïque à été le premier pays voisin à entreprendre des rapatriements forcés et des expulsions en série d'Haïtiens de leur territoire. Ces compatriotes n'étaient point infectés de malaria. Les épanchements de l'ancien Premier ministre de la Jamaïque, P.J. Patterson, sur les ratés de la reconstruction en Haïti et sur le fonctionnement boiteux, monopolistique et déséquilibré de la CIRH, ne nous feront pas oublier que son pays n'a pas été généreux envers le nôtre dans la période post-séisme comme le fut la République Dominicaine d'un Leonel Fernandez. D'ailleurs cette Caricom que M. Patterson représente au sein de la CIRH a encore à nous convaincre de son utilité pratique pour Haïti vu que cette organisation cautionne encore des politiques migratoires ouvertement orientées contre les Haïtiens. L'espace caribéen se ferme, en fait, plus qu'il ne s'ouvre à Haïti.

A la candidate à la présidence, Mirlande H. Manigat, nous disons: nos besoins réels et pressants, par ces temps d'adversité, ce n'est point un Aristide qu'il faudra faire revenir au pays. Pour des gains électoraux immédiats, c'est bien de vouloir caresser dans le sens du poil l'électorat aristidien. Il y a, cependant, de ces dossiers toxiques avec lesquels il ne faut pas toujours jouer à de la politique politicienne. Au candidat Michel Martelly, nous dirions: le bal des obscénités publiques et des platitudes langagières marchandes est bien fini. Il ne faut point penser à y revenir.

Il s'agit désormais pour ces deux prétendants à la magistrature suprême du pays de mieux se définir, de mieux préciser leurs programmes et leur vision d'Haïti. Car il s'agira après le 14 mai de redéfinir les rapports d'Haïti avec ses voisins et le reste du monde. Il s'agira aussi de refaçonner Haïti de l'intérieur. Et de faire naitre une autre Haïti pour laquelle Montego Bay aura constitué les dernières manifestations angoissantes d'un long cauchemar.


D.V

AFFAIRE JAMAIQUE: EVANSLESCOUFLAIR ACCEPTE LA VERSION DES JAMAICAINS ET COMDAMNE LA FEDERATION HAITIENNE DE FOOTBALL.

Toute la vérité n'avait pas été dite

Haïti: Ce qui s'est passé à la Jamaïque avec la sélection de football des moins de 17 ans est le résultat de l'absence des institutions haïtiennes aux côtés de l'équipe qui devait pourtant défendre les couleurs nationales, a révélé ce jeudi la mission d'investigation envoyée par le gouvernement Préval-Bellerive en territoire jamaïcain.
Cette mission était composée notamment du ministre de la jeunesse et des sports, Evans Lescouflair, du directeur général de la santé publique, Gabriel Timothé, et du journaliste Marcus Garcia. La mission a fourni ses conclusions après avoir rencontré les différents acteurs jamaïcains impliqués dans l'incident.
Ces conclusions réfutent une bonne partie des témoignages recueillis auprès du président de la Fédération haïtienne de football, Yves Jean Bart ainsi que certains joueurs, et faisant état d'un traitement humiliant et discriminatoire à leur égard de la part des autorités jamaïcaines.
« Les jamaïcains avançaient dans un sens et nous dans le sens contraire. Tout ce qu'ils disaient était encadré par leurs institutions. Mais nous, nous étions venus tout seuls », a déclaré le journaliste Marcus Garcia.
« Débrouillardise » haïtienne VS structures jamaïcaines
Selon la mission, à aucun moment les haïtiens n'ont respecté les procédures. Ils sont arrivés à la Jamaïque sans annoncer le jour de leur arrivée et les autorités ont été surprises de voir les joueurs haïtiens s'entrainer. Certaines instances concernées en Haïti n'étaient, elles non plus, pas au courant du départ de la sélection qui n'était pas accompagné de son staff médical comme toute équipe digne de ce nom.
De plus alors que trois membres de la délégation ont été déclarés positifs à la malaria, les joueurs ont refusé de se soumettre aux tests sanguins, soulevant dans l'esprit de leurs hôtes des suspicions inutiles, indique Garcia.
Pire l'un des joueurs possédant un passeport américain a déclaré qu'il ne subira pas les tests parce qu'il est américain. Le maire de la ville a donc appelé le consulat américain pour dire qu' « un joueur américain » ne voulait pas subir les tests, rapporte Patrick Blanchet, membre de la mission.
Le président de la fédération, Yves Jean Bart s'est présenté à une pharmacie pour acheter de la chloroquine - médicament contre la malaria - ce qui lui a été refusé et a poussé les pharmaciens à alerter le ministère de la santé. Selon le docteur Timothé, la Jamaïque a vécu une épidémie de malaria l'an dernier et renforcé depuis son protocole.


« Nos gars n'étaient pas renseignés sur la façon dont la malaria est perçue, particulièrement à Montigo Bay. Actuellement c'est la haute saison, il y a des touristes partout. Si une seule ligne dans le journal fait état d'une épidémie de malaria tout le monde va paniquer...Maintenant le fait de ne pas connaitre les règlements fait qu'on les a perçus comme une discrimination », explique Marcus Garcia.
Le journaliste rapporte également que les haïtiens ont été reçus dans un hôpital « correct » contrairement à ce que disaient les témoignages et qu'ils n'ont jamais été sous la surveillance de gardes armés.
Le peuple haïtien manque de fair play ?
La mise en quarantaine des joueurs à la Jamaïque et leur expulsion a provoqué une onde gigantesque d'indignation en Haïti. Une importante manifestation de rue a eu lieu à Port-au-Prince durant le week-end et le drapeau de la CARICOM a été incendié par les manifestants.
Les protestataires, dont un grand nombre arboraient le drapeau national, ont évoqué le boycott des produits jamaïcains ainsi que des initiatives susceptibles d'avoir des incidences sur le nombre de touristes qui visitent régulièrement la Jamaïque.
A la lumière des révélations de la mission, est-ce la délégation haïtienne qui a eu tort ? La disqualification de la sélection nationale est-elle justifiée ?
Selon Patrick Blanchet c'est la CONCACAF qui a décidé de disqualifier l'équipe haïtienne sous recommandation du ministère de la santé jamaïcain. Cette décision a été prise alors que la sélection disposait de suffisamment de joueurs pour poursuivre le tournoi.
En tout, trois personnes, deux joueurs et l'entraineur de nationalité brésilienne qui accompagnait l'équipe ont été testées positifs à la malaria. 8 autres personnes dont un parent ont montré des signes de la maladie sans que la malaria ait été confirmée.
Pour Daniel Louis Charles membre de la mission, il y a eu « excès de zèle » de la part des jamaïcains. Ils« ont bien traité le dossier mais ils auraient pu le faire différemment », juge t-il.
On pourrait par ailleurs s'interroger sur l'apparition subite de cette fameuse maladie chez les joueurs, plusieurs jours après leur arrivée sur le sol jamaïcain. Deux des cas avérés de malaria concernent des personnes qui ne vivent pas en Haïti. De plus l'hôtel où logeait la sélection est à proximité de marécages, signale Gabriel Timothé.
« Ce sont les jeunes qui sont sortis perdants dans l'affaire, parce que participer à la Coupe du Monde des moins de 17 ans est une opportunité [unique] (...). On aurait pu renverser la situation », pense Patrick Blanchet.
Le directeur de la santé publique, préconise que les sélections haïtiennes soient accompagnées désormais par une équipe médicale lors de leurs déplacements à l'étranger, et que chaque équipe dispose d'un kit d'urgence.
Le ministre de la jeunesse et des sports, Evans Lescouflair a pour sa part promis de prendre en compte ces recommandations. Lescouflair dit avoir l'intention d'engager une « bataille sur le plan sportif » pour la réintégration de l'équipe U-17 haïtienne à la compétition.
(ALTERPRESSE)

Tweets de @ZoGrann et accusations contre Cyrus Sibert, faute d'avoir critiqué le service communication de la Campagne de Mirlande Manigat.

@ZoGrann: RT @beehayv @reseaucitadelle Se pa jis Cyrus Sibert ki genle sou payroll Sola #TetKale?Mache Pranyo #Manigat. http://tumblr.com/xkl1lpr491.

@ZoGrann: Ou pa ta di Cyrus Sibert @ReseauCitadelle sou payroll #TetKale? Msye ap pede bay manti sou kanpay #Manigat. http://tumblr.com/xkl1lpr491.

Cyrus Sibert, Journaliste, Cap-Haitien, Haiti

[ Un autre journaliste capois fait le même constat] [Cyrus Sibert a Zo Gran paws]--- Arrogance non! Ayez le courage de corriger les erreurs---En réponse a Cyrus Sibert de Réseau Citadelle (@Zogrann)

Vous avez raison confrere comme j'ai pas ete informe malgre que je suis online. Neg sa yo toujou kwe yo pi bon yo tonbe sou tet. An 90 ekip kanpay Baxin an te afiche menm arogans sa jodya rezulta a nou tout konnen li. Mwen sonje mwen tal mande yon dirijan FICA yon enteviou li di se peye poum peyel poul pale nan ti jounal mwen. Twa zan apre ekip la tonbe. Yo bliye byen pre pa lakay. Map di fo ak ou ke lapres pate enfome de vizit kandida a nan no. Si madan an ta pedi eleksyon an moun yo ki bo kotel yo pou bokou yo pa fe travay yo korekteman. La presse capoise n'a pas ete informe de la tournee de. Mme Manigat. Ou pa we yap pran pou egzanp jounalis radyo Kiskeya. Se lide repiblik Potoprens lan. Fok mesye gen kouraj di se fot yo
Gerard L Mesidor

Sent from my BlackBerry® device from Digicel


Messieurs, vous faites preuve d'une autosuffisance dangereuse. Au lieu de suivre mes remarques pour apporter les corrections nécessaires, vous vous amusez a cacher la vérité.


Au mois de janvier 2011, madame Manigat a passé 3 jours dans la ville du Cap-Haitien, elle est allée au Lycée Philippe Guerrier, au Marché rue 3 et a la Faculté de Droit de la ville. La tournée n'a pas bénéficié d'une bonne couverture médiatique parce que votre Bureau de communication n'avait pas pris le temps pour informer la presse sur le programme de la tournée.

Vous devriez avoir la liste des journalistes dans le Nord, leurs numéros de téléphone, leurs emails. Vous devriez mettre a leur disposition le programme, les messages, le but, l'objectif fixé et toute la littérature nécessaire. C'est ce que fait un attaché de presse, un bureau de communication de campagne : Faciliter le travail de la presse, envahir son espace avec des communiqués et des documents sur le profil et le programme du candidat.

C'est ce que font les professionnels en communication des ambassades, de la Minustah et de toutes les compagnies internationales. Rendre l'information disponible pour les médias, chercher a influencer leur bulletin de nouvelles.

Vous devez faire plus qu'un travail au rabais qui empêche a la candidate du RDNP de prendre avantage des infrastructures médiatiques disponibles. Au lieu de perdre votre temps dans des initiatives personnelles irréfléchies, concentrez-vous sur les centaines de milliers d'indécis de l'électorat qui refusant de voter pour Michel Martelly risquent de voter blanc.

Ce jeudi 27 juillet 2011, j'ai décidé de publier le texte sur les " Failles dans la campagne de Mirlande Manigat" après avoir reçu plusieurs appels de confrères qui voulaient avoir une idée des meetings programmés par le Comité de Campagne du Candidat du RDNP. Ce soir, je viens de parler a des jeunes partisans de l'INITE qui se plaignent du déficit de communication qui les empêchent de contribuer volontairement, a l'élection de Madame Manigat, juste pour venger Jude Célestin.

D'ailleurs, ce n'est pas professionnel de chercher a m'insulter en pleine campagne électorale. De plus, je n'ai jamais parlé de faute de madame Manigat, mais de "failles dans la campagne"; des remarques qu'une équipe professionnelle et sage utiliserait pour corriger certaines erreurs.

Qu'il soit de Sorbonne ou de l'UEH, de Petion-Ville ou de Lafossette, l'homme ne saurait être parfait, il y a toujours des ajustements a apporter.

Cyrus Sibert, Journaliste, Cap-Haitien, Haiti


En réponse a Cyrus Sibert de Réseau Citadelle

Si Cyrus Sibert suivait Madame Manigat sur Twitter (@mirlandemanigat) il aurait appris qu'elle était dans le Nord d'Haiti.


Tweet.MM - Copy.png

Ce tweet a ete poste hier a 10h48 AM donnant plein de temps aux journalistes avertis et autres intéressés d'apprendre la nouvelle. Ça a été retweeté dans toute la twittosphère Haitienne. Ce n'est pas de la faute de la candidate si Mr. Cyrus Sibert n'etait pas a l'écoute.

Par contre, certains de ces confrères, eux, l'etaient.

Par exemple, voir l'article suivant de Radio Kiskeya


Ban deye: fe devwa w anvan w pale!!!


--
ZoGrann Paw - SitwayenPou Mirlande
Suiv nou sou TWITTER: @Zogrann
Kore Mirlande POU TOUT MOUN JWENN!

jeudi 24 février 2011

[Cyrus Sibert a Zo Gran paws]--- Arrogance non! Ayez le courage de corriger les erreurs---En réponse a Cyrus Sibert de Réseau Citadelle (@Zogrann)

Messieurs, vous faites preuve d'une autosuffisance dangereuse. Au lieu de suivre mes remarques pour apporter les corrections nécessaires, vous vous amusez a cacher la vérité.

Au mois de janvier 2011, madame Manigat a passé 3 jours dans la ville du Cap-Haitien, elle est allée au Lycée Philippe Guerrier, au Marché rue 3 et a la Faculté de Droit de la ville. La tournée n'a pas bénéficié d'une bonne couverture médiatique parce que votre Bureau de communication n'avait pas pris le temps pour informer la presse sur le programme de la tournée.

Vous devriez avoir la liste des journalistes dans le Nord, leurs numéros de téléphone, leurs emails. Vous devriez mettre a leur disposition le programme, les messages, le but, l'objectif fixé et toute la littérature nécessaire. C'est ce que fait un attaché de presse, un bureau de communication de campagne : Faciliter le travail de la presse, envahir son espace avec des communiqués et des documents sur le profil et le programme du candidat.

C'est ce que font les professionnels en communication des ambassades, de la Minustah et de toutes les compagnies internationales. Rendre l'information disponible pour les médias, chercher a influencer leur bulletin de nouvelles.

Vous devez faire plus qu'un travail au rabais qui empêche a la candidate du RDNP de prendre avantage des infrastructures médiatiques disponibles. Au lieu de perdre votre temps dans des initiatives personnelles irréfléchies, concentrez-vous sur les centaines de milliers d'indécis de l'électorat qui refusant de voter pour Michel Martelly risquent de voter blanc.

Ce jeudi 24 fevrier 2011, j'ai décidé de publier le texte sur les " Failles dans la campagne de Mirlande Manigat" après avoir reçu plusieurs appels de confrères qui voulaient avoir une idée des meetings programmés par le Comité de Campagne du Candidat du RDNP. Ce soir, je viens de parler a des jeunes partisans de l'INITE qui se plaignent du déficit de communication qui les empêchent de contribuer volontairement, a l'élection de Madame Manigat, juste pour venger Jude Célestin.

D'ailleurs, ce n'est pas professionnel de chercher a m'insulter en pleine campagne électorale. De plus, je n'ai jamais parlé de faute de madame Manigat, mais de "failles dans la campagne"; des remarques qu'une équipe professionnelle et sage utiliserait pour corriger certaines erreurs.

Qu'il soit de Sorbonne ou de l'UEH, de Petion-Ville ou de Lafossette, l'homme ne saurait être parfait, il y a toujours des ajustements a apporter.

Cyrus Sibert, Journaliste, Cap-Haitien, Haiti


From: ZoGrann Paw <zogrann@gmail.com>
Sender: grandsdebats@yahoogroups.com
Date: Thu, 24 Feb 2011 20:53:10 -0500
To: <reseaucitadelle@yahoo.fr>
ReplyTo: grandsdebats@yahoogroups.com
Subject: [GrandsDébats] En réponse a Cyrus Sibert de Réseau Citadelle (@Zo grann)

 

En réponse a Cyrus Sibert de Réseau Citadelle


Si Cyrus Sibert suivait Madame Manigat sur Twitter (@mirlandemanigat) il aurait appris qu'elle était dans le Nord d'Haiti.


Tweet.MM - Copy.png

Ce tweet a ete poste hier a 10h48 AM donnant plein de temps aux journalistes avertis et autres intéressés d'apprendre la nouvelle. Ça a été retweeté dans toute la twittosphère Haitienne. Ce n'est pas de la faute de la candidate si Mr. Cyrus Sibert n'etait pas a l'écoute.

Par contre, certains de ces confrères, eux, l'etaient.

Par exemple, voir l'article suivant de Radio Kiskeya


Ban deye: fe devwa w anvan w pale!!!



--
ZoGrann Paw - SitwayenPou Mirlande
Suiv nou sou TWITTER: @Zogrann
 
 
Kore Mirlande POU TOUT MOUN JWENN!

__._,_.___