Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 16 mars 2011

Présentation ce 16 mars 2011 d'une pétition d'un groupe d'acteurs du secteur de la protection de l'enfance en difficulté dans le département du Nord aux futurs décideurs engagés dans la course électorale.

 



 

APPEL POUR UNE POLITIQUE ET DES MESURES CONCRÈTES DE PROTECTION DES ENFANTS VULNÉRABLES, EN PARTICULIER LES FILLES ET GARÇONS EN SITUATION DE RUE

 

Pétition d'un groupe d'acteurs du secteur de la protection de l'enfance en difficulté dans le département du Nord adressée aux futurs décideurs engagés dans la course électorale, 16 mars 2011

 

 

Après deux sessions de travail tenues les 4 et 9 mars 2011 sur la problématique des enfants vulnérables dans la région du Nord et notamment la situation des enfants de/dans la rue, les signataires de la présente pétition expriment leurs vives préoccupations par rapport aux faits suivants :

 

  1. La persistance et même l'augmentation évidente du nombre d'enfants vivant dans les rues du Cap-Haïtien ;
  2. L'absence d'un cadre institutionnel approprié pour accueillir et réinsérer ces enfants ;
  3. L'incapacité de l'antenne de l'IBESR (Institut du Bien-être Social et de Recherche)  au Cap-Haïtien d'intervenir efficacement en leur faveur, faute d'un service de protection opérationnel et doté des moyens matériels, logistiques et humains nécessaires ;
  4. L'inexistence de normes et de protocoles appropriés pour garantir la protection des enfants placés dans les institutions privées (centres d'accueil, orphelinats) ;
  5. Le manque de professionnalisation des acteurs œuvrant dans le secteur surtout caractérisé par le volontarisme ;
  6. Le manque d'autonomie d'une institution aussi importante pour la protection des enfants en détresse comme l'IBESR, relégué au niveau de direction du Ministère des affaires sociales ;
  7. La faiblesse des moyens de l'IBESR (budget, personnel, logistique) et l'absence de stratégie à long terme pour cette institution ;
  8. L'absence d'un Code de la famille (exigence de la Constitution), d'une politique d'assistance sociale aux familles défaillantes et de prévention de l'abandon des enfants ;
  9. L'existence de réseaux de malfaiteurs recrutant en toute impunité des enfants dans diverses communes de la région (en particulier à Plaisance et Pilate) pour les trafiquer en république dominicaine avec des proxénètes ou des réseaux de mendicité ;

 

Fort de ces constats accablants, les signataires de la présente pétition en appellent à l'engagement des futurs parlementaires actuellement élus ou en campagne et du futur Président ou de la future Présidente de la république pour la prise en compte dans leur agenda politique des actions suivantes :

 

  1. Révision de la Loi-cadre du Ministère des affaires sociales pour convertir l'IBESR en un organisme autonome sous la tutelle du MAST, avec l'autonomie administrative et financière lui permettant d'avoir plus de liberté d'action, un personnel approprié à sa mission et un budget plus substantiel ;
  2. Exiger et appuyer l'élaboration d'un Plan stratégique  de IBESR pour la mise en œuvre duquel la direction générale et son ministère de tutelle auront à rendre compte au Parlement deux fois par année ;
  3. Exiger et appuyer la professionnalisation de l'IBESR, notamment par un contrôle des processus de recrutement et la formation continue du personnel supportée par le budget de l'État ;
  4. Doter l'IBESR d'au moins un Centre d'accueil avec un quartier dédié à la rééducation des mineurs en rupture sociale ou en conflit avec la loi au niveau de chaque département (tel qu'il a été envisagé depuis 2005 dans le Cadre de coopération intérimaire) ;
  5. Accompagner et contrôler le fonctionnement des Maisons d'enfants (centres d'accueil, orphelinats et crèches) privées ;
  6. Adopter le Code de la famille prévu par la Constitution de 1987 ainsi qu'une politique d'assistance sociale aux familles défaillantes et de prévention de l'abandon des enfants ;
  7. Réprimer la traite des enfants et assurer la protection des victimes, notamment en commençant par la mise en débat et l'adoption du projet de loi contre la traite des personnes à la prochaine session du Parlement.

 

Les organisations, institutions et personnalités signataires sont les suivantes :

 

Prénom et Nom

Organisation/Institution

Fonction

Signature

Manel Regis Louis

AFCEN (association pour la formation des cadres educateurs du nord)

Directeur executif

 

Abdonel Doudou

JURIMEDIA

Directeur des programmes

 

Cyrus Sybert

Reseau Citadelle

Coordinateur

 

Alzi  Calito

Brigade pour mineurs( BPM)

Responsable regional

 

Louis Mary Petit-frere

 IBESR (institut  de bien etre social et de recherches

Directeur regional

 

Jn-Ralph Prevost

Juge d'instruction charge des mineurs

Juge d'instruction

 

Harold Francois

Village S.O.S

Directeur

 

Jacques Jeanty

Centre des fuineurs sans frontieres

Coordinateur

 

Rebecaline Ziky Decelmond

OFASO ( Oganizasyon fanm solide)

Coordinatrice

 

Melody Rene

Nous et les autres

Coordinateur

 

Madame Moise Toussaint

CHCH

Directrice

 

Taules Etienne

Ministere des affaires sociales et du travail

  Vice Directeur    nord

 

Roland Belizaire

ADEC

Directeur executif

 

Veronique Dorcil

Fondation Secours du bon samaritain

Coordinatrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivent les signatures des futurs parlementaires actuellement élus ou en campagne, des représentants des candidats à la présidence et qui s'engagent pour la prise en compte des recommandations susmentionnées dans leur agenda politique au cas où ils sont élus.



[1] Élu, candidat-e à la Députation, candidat-e au Sénat, candidat-e à la présidence, représentant-e de candidat-e à la présidence



____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Aucun commentaire: