Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 31 août 2011

Funérailles Nationales du Depute Dionald Polyte sur InfoHaiti.net


Funérailles nationales du député Dionald Polyte

Mardi, 30 Août 2011 17:14
Funérailles du du député Dionald Polyte C'est ce matin qu'ont été chantées au parlement les funérailles nationales du député Dionald Polyte (Pestel/Beaumont) en présence du président Joseph Michel Martelly, des membres du parlement et du gouvernement démissionnaire, des diplomates accrédités, des parents et proches du défunt en Haïti, etc ...
Agé de 41 ans, le parlementaire a été tué par balles le 25 juillet dernier par l'un de ses gardes de corps Ronald Souffrant qui était activement recherché par la justice. L'inhumation du cadavre du défunt aura lieu demain à Duchity, section communale où il a pris naissance.

Par ailleurs, nous venons d'apprendre que des agents de la Police Nationale d'Haïti (PNH) ont procédé à la libération, ce mardi après-midi, Franck Jean-Baptiste, haïtiano-américain enlevé vendredi dernier à Port-au-Prince.
Les parents et proches du défunt (photo de Gérald Bordes)
Le président Martelly ce matin au parlement

Mer. 31-08 / Haiti + Dionald + HUEH + Gary Conille reactions + Insécurité + Agri

Haïti - Insécurité : Une force nationale de sécurité et une agence de renseignements...
Haïti - Insécurité : Une force nationale de sécurité et une agence de renseignements...
31/08/2011 14:10:17
Haïti est très faible, et lorsque vous êtes dans un gouvernement de transition comme actuellement, le pays devient encore plus faible. La structure de la sécurité est basé sur 3 entités qu'il n'y a pas dans la pays, un service...
http://www.haitilibre.com/article-3703-haiti-insecurite-une-force-nationale-de-securite-et-une-agence-de-renseignements.html
Haïti - Agriculture : Renforcement de la production agricole à Gascogne
Haïti - Agriculture : Renforcement de la production agricole à Gascogne
31/08/2011 13:15:10
Deux Projets proposés par l'Organisation des Paysans de Gascogne (OPG) assurent désormais aux paysans un meilleur rendement agricole, grâce à la réhabilitation d'un canal d'irrigation et la construction de deux bassins piscicoles...
http://www.haitilibre.com/article-3702-haiti-agriculture-renforcement-de-la-production-agricole-a-gascogne.html
Haïti - Éducation : Inauguration du nouveau Collège Andrew Grene à Cité Soleil
Haïti - Éducation : Inauguration du nouveau Collège Andrew Grene à Cité Soleil
31/08/2011 12:36:55
Le Président Michel Martelly, a inauguré, hier mardi, les nouveaux locaux du Collège Andrew Grene, situé au Village des rapatriés haïtiens, dans la commune de Cité Soleil...
http://www.haitilibre.com/article-3701-haiti-education-inauguration-du-nouveau-college-andrew-grene-a-cite-soleil.html
Haïti - Insécurité : Le Secrétaire d'État à la Sécurité publique, déplore la situation
Haïti - Insécurité : Le Secrétaire d'État à la Sécurité publique, déplore la situation
31/08/2011 12:13:29
À la réunion du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) qui s'est tenue samedi dernier, le Président Michel Martelly a donné des instructions très ferme à toutes les forces de l'ordre afin de lutter contre l'insécurité...
http://www.haitilibre.com/article-3700-haiti-insecurite-le-secretaire-d-etat-a-la-securite-publique-deplore-la-situation.html
Haïti - Politique : Réactions parlementaires à l'éventuelle candidature de Gary Conille
Haïti - Politique : Réactions parlementaires à l'éventuelle candidature de Gary Conille
31/08/2011 11:03:27
La rumeur de l'éventuelle désignation, par le Chef de l'État, du Dr. Gary Conille comme Premier Ministre, suscite de nombreuses réactions chez les parlementaires, pour ou contre, Gary Conille ne laisse pas indifférent...
http://www.haitilibre.com/article-3699-haiti-politique-reactions-parlementaires-a-l-eventuelle-candidature-de-gary-conille.html
Haïti - Santé : Reprise des activités à l'HUEH
Haïti - Santé : Reprise des activités à l'HUEH
31/08/2011 09:46:01
Le Dr Gabriel Timothée Directeur Général du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) s'est réjouit de cette décision, et en a profité pour démentir formellement les rumeurs qui circulent au sujet de la fermeture de l'HUEH...
http://www.haitilibre.com/article-3698-haiti-sante-reprise-des-activites-a-l-hueh.html
Haïti - Politique : Le Parlement salue la mémoire de Dionald Polyte
Haïti - Politique : Le Parlement salue la mémoire de Dionald Polyte
31/08/2011 08:50:31
Sorel Jacinthe, le Président de la Chambre des Députés, lors de la cérémonie de funérailles du Député Dionald Polyte, qui s'est déroulée hier dans la salle des séances de la Chambre, a salué une dernière fois, ce jeune Député qui nous a quitté..
http://www.haitilibre.com/article-3697-haiti-politique-le-parlement-salue-la-memoire-de-dionald-polyte.html
__._,_.__

Inauguration de l'OFATMA : Martelly sera au Cap-Haitien ce 1er septembre 2011.

Envoyé par mon BlackBerry
---------------
"Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi" Margaret Mead (1901-1978)

Tweet de @reseaucitadelle: Martelly est actuellement à Saint-Raphael présentant son discours à la population qui refuse que le Maire prenne la parole.

@reseaucitadelle: Président Martelly est actuellement à Saint-Raphael présentant son discours à la population qui refuse que le Maire prenne la parole.


Envoyé par mon BlackBerry
---------------
"Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi" Margaret Mead (1901-1978)

LE DOCUMENT DE L'INITE ET QUELQUES COMMENTAIRES DESTANLEY LUCAS

L'INITE a publie le document qui suit sur le choix du Premier Ministre et les pourparlers. Dans ce document on retrouve une incoherence totale entre ce que les hommes de l'INITE ecrivent, leurs performances recentes et leurs declarations dans la presse. Vous trouverez mes commentaires en rouge.

INITE-GPR

POURPARLERS IMMEDIATS ET SERIEUX POUR L'INSTALLATION D'UN GOUVERNEMENT FONCTIONNEL ET DURABLE.

Le G-16 est plus que jamais conscient des urgences et des priorités nationales du moment (Lucas: Ou etaient ces senateurs depuis cinq ans? N'ont-ils pas ignore les priorites nationales pendant dix ans ou ils votaient absents au parlement?) . Avec des indices socio-économiques en rouge, avec un budget national supporté aux deux tiers par la Communauté internationale, avec des cris d'alarme de la FAO dénonçant les avancées de la famine dans certaines parties du pays, avec des enfants en âge d'être scolarisés et qui ne le seront point encore cette année, avec des concitoyens et citoyennes croupissant dans l'insalubrité des camps de fortune, (Lucas: Ces parlementaires n'ont-ils pas contribue au sein des 47em et 48em Legsislatures a la degradation des conditions de vies des citoyens de notre pays? En 2008 le Senat a vote huit lois en douze mois) ce groupe parlementaire estime devoir de s'apprêter à tous moments à rencontrer le Président de la République, en vue d'échanges, d'entretiens et de négociations devant mener à la désignation et à la ratification d'un premier Ministre compétent et integre (Lucas: Vraiment? Pourquoi bloquent-ils la ratification du Premier Ministre depuis trois mois? Pourquoi ont-ils refuse deux hommes integres Daniel Rouzier et Bernard Gousse comme Premier Ministre? Separation gateau?). Dans son souci d'arrêter - une fois pour toutes - les spéculations concernant les vrais motifs de son action et de sa position (Lucas: Ce ne sont pas des speculations, priere d'ecouter les declarations du senateur Wencelcass Lambert: http://chirb.it/d9L3Im c'est de la corruption pure et simple et une violation des articles 137 et 157 de la constitution) , le G-16 déclare publiquement à l' intention des Partis politiques, des regroupements politiques, de la société civile élargie, de la Communauté internationale, et en particulier des Amis d'Haïti, que la majorité qu'il regroupe au Sénat de la République ne constitue point une majorité de blocage à la mise en oeuvre de la politique de changement prônée par le Pouvoir du 14 mai 2011 (Lucas: Les declarations des senateurs Moise Jean Charles et Evaliere Beauplan sur les radios de la capitale contredisent cette affirmation). Au contraire, il forme un rassemblement unifié, propice à une interaction fructueuse entre le parlement et les différents pouvoirs (Lucas: Cette declaration http://chirb.it/d9L3Im du Senateur Lambert est tout a fait contraire a ce qui est dit dans ce texte, si yo pa bay INITE ministe ke li vle yo pap genyen gouvenman pandan 6 mwa). Il espère que le Pouvoir Exécutif accueillera cette démarche de bonne foi comme une étape déterminante dans la maturation politique des institutions haïtiennes. Il invite donc le pouvoir concerné à :

A.- Prendre le temps de conclure un compromis avec :

1. Les groupes politiques au Parlement : majorité, minorité et indépendants... Pas question d'ignorer ou de négliger minorité et indépendants. Plus le groupe du consensus est large, moins il existera d'aléas dans la conduite de la politique gouvernementale ; (Lucas: C'est un mensonge puisque l'INITE-GPR n'a pas respecte les droits de la minorite au Senat lors de la constitution du bureau et des commissions). Ne parlons pas de la facon dont la loi d'urgence et les amendements constitutionnels ont ete vote au sein de la 48em et la 49em Legislatures. Premiere falsification: Amendment vote en 2009 different de publication Moniteur 6 Octobre 2009, Amendement vote 9 Mai 2011 different publication Moniteur 13 Mai 2011. C'est un crime de haute trahison. Rodolphe Joazile et Jocelerme Privert ont-ils repondu aux questions de la commission d'enquete sur la falsification du 13 Mai 2011? A quand la publication du rapport de la commission?)

2. La classe politique : chefs de partis représentés au Parlement et autres formations jugées utiles... Il serait enfantin de croire que les directoires des partis n'ont aucune influence sur leurs élus. Pour ténus que soient les liens entre eux, ils existent tout de même et les élus se rabattent toujours finalement sur ces directoires pour analyse et conseils ; (Lucas: De qui parlent-ils? de Preval?)

3. La société civile : organisations, syndicats et autres à identifier... Engager tous les acteurs dans le consensus garantit la paix sociale et la stabilité gouvernementale.


B.- Base du compromis : obligation assumée d'implications et partage raisonnable des responsabilités dans l'exécution d'un programme minimal : (Lucas: l'INITE semble vouloir suggerer le prise en main des responsabilites constitutionnelles du President et de l'Executif par le Senat ou une separation du gateau comme l'a suggere le senateur W. Lambert pour la continuite et la corruption, ecoutez: http://chirb.it/d9L3Im )

Ce programme minimal couvre divers domaines en rapport avec les exigences conjoncturelles et les besoins fondamentaux de la société haïtienne. Bornons-nous à considérer ici les niveaux essentiels: institutionnel, politique, économique et financier, social, etc. (Lucas: l'INITE veut mettre de cote le programme du President Martelly et imposer le programme bidon du groupe INITE qui a echoue en 2006-11)

Niveau institutionnel

1. Publication de l'amendement constitutionnel (Lucas: INITE remet sur le tapis l'amendement falsifie deux fois. Pour constater la premiere falsification comparer le contenu du video de la séance de Septembre 2009 au texte publie dans le Moniteur le 6 Octobre 2009. VOus trouverez les details de la premiere falsification. La seconde falsification texte vote le 9 Mai 2011 n'est pas le texte publie le 13 Mai 2011. Sans parler des autres violations legales et constitutionnelles multiples, voir textes Georges Michel, Chantal Ceant et Dore Guichard. L'INITE n'a pas renonce a son coup d'etat) préalable indissociable pour l'accomplissement des trois points suivants, et surtout super-motivant pour la diaspora si régulièrement sollicitée, notamment dans le programme d'éducation gratuite prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République.

2. Nomination des Juges de la Cour de Cassation sur une liste soumise par le Sénat (Lucas: Pendant les cinq ans de Preval, ces memes Senateurs du CPP-LESPA-INITE etaient restes silencieux sur ce dossier. Subitement yo presse. Ils n'ont rien vote pour l'education)

3. Institution du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire. (Lucas: Ceci devrait se faire après les elections de Novembre 2011)

4. Formation du CEP permanent tel que prévu par la nouvelle constitution, pour la tenue des prochaines élections du tiers du Sénat et des Collectivités. (Lucas: Il n'y a pas de provisions legales pour monter un CEP permanent, le prochain CEP devra etre provisoire conformement a l'article 289 de la constitution. Si les elections locales se tiennent a ce moment la le permanent pourra voir jour)

N.B : La constitution d'un CEP provisoire de consensus risque de provoquer trop de remous et de conflits de personnes et d'intérêts entre les protagonistes. C'est pour le moins inopportun dans les conditions actuelles de fragilité. (Lucas: Ah! C'est a eux de juger ce qui est bon et ce qui ne l'est pas? N'est-ce pas une prerogative du President de la republique et aussi des obligations de l'article 289?)

5. Elaboration par le CEP nouveau de la Loi électorale devant être votée avant novembre (Lucas: Pourquoi une nouvelle loi electorale? Pour permettre a l'INITE de redefinir les regles du jeu? Une loi sur mesure pour l'INITE? La loi electorale des elections de 2010 n'a aucun probleme, pourquoi ne pas l'utiliser?)

6. Mise en place du Conseil Constitutionnel (Lucas: La constitution de 1987 est toujours en vigueur. Il n'y a pas de Conseil Constitutionnel mise en place pour preparer un coup d'etat pour l'INITE)

7. Reconduction éventuelle de la CIRH, avec les corrections appropriées et largement discutées (Lucas: Deja dans l'agenda Presidentiel, declaration Daniel Rouzier)

8. Réorientation du mandat et de la mission de la MINUSTAH ; et / ou élaboration d'un calendrier de retrait progressif concomitant à la mise en place d'une force nationale de sécurité. (Lucas: Deja dans l'agenda Presidentiel. Ignore pendant 20 ans par Lavalas-CPP-Lespwa-INITE)

9. Mise en application sereine du projet d'éducation gratuite prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République ou d'un corollaire acceptable, avant octobre. (Lucas: Deja dans l'agenda Presidentiel)

10. Renforcement de la diplomatie haïtienne par le rajeunissement et la dynamisation des cadres (Lucas: Deja dans l'agenda Presidentiel)

N.B. Les points 7et 8 ne peuvent attendre (Lucas: Deja dans l'agenda Presidentiel); ils devraient être soumis à l'analyse et au vote du Parlement avant la fin-septembre, pour qu'au début d'octobre tout soit clair pour tout le monde.

Niveau politique

1. Etude consciencieuse et sereine du profil d'un Premier Ministre (Lucas: Prerogatives du President de la republique article 137 de la constitution). Dans la conjoncture actuelle, un Premier Ministre, au-delà des prescrits constitutionnels, devrait être une personne : (Lucas: violation article 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Responsable et dotée d'une forte personnalité ; (Lucas: violation article 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Compétente aux points de vue académique, technique, administratif ... ; (Lucas: violation article 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Ayant un rayonnement social et une bonne maîtrise des dossiers internationaux. Haïti vit un moment crucial où l'amitié et l'influence de l'international sont déterminantes. Un Premier Ministre qui jouirait du support des grandes instances financières et politiques nationales et internationales, et qui aurait ainsi la capacité de les rassurer et de les engager en faveur du programme de redressement et de reconstruction nationale serait l'idéal. (Lucas: violation article 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Bénéficiant de la confiance du Président de la République et partageant sa vision des politiques publiques à mettre en place pour le développement du pays. (Lucas: violation articles 137 et 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Ayant la capacité et la volonté d'assurer un dialogue continu entre les trois pouvoirs. (Lucas: violation article 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Respectueux en toute circonstance de la prééminence du Chef de l'Etat. Ceci est capital pour la cohésion de l'Exécutif. (Lucas: violation article 137 et 157 de la constitution, redefinition des regles du jeu)

Cependant, il appartient au Chef de l'Etat, et à lui seul, d'arrêter son choix ou d'élargir la plate-forme des options à proposer (Lucas: Affirmation apres des efforts de grapillage sur les responsabilites constitutionnelles d ela Presidence). De même, le G-16 continuera à exercer son pouvoir dans les limites de ses attributions (Lucas: INITE vient juste de faire le constraire dans ce document ou plusieurs fois ils essaient de grapiller sur les responsabilites constitutionnelles de l'Executif), dans le respect absolu du territoire de chacun des acteurs politiques et institutionnels.

2. Lancement du dialogue national pour l'établissement du Pacte de Gouvernabilité (Lucas: Remise en question des resultats des elections et creation de mecanisme pour reprendre le pouvoir? Le President peut lui meme sur besoin rencontrer et diasloguer separement avec des secteurs de la vie nationale). C'est là une démarche d'envergure qui devrait séduire et interpeller tous les secteurs de la vie nationale sincèrement désireux de dépasser les cloisons et les clivages purement artificiels qui nous retiennent dans la division improductive, nous empêchent de retrouver l'unité (Lucas: Efforts de l'INITE pour reorienter les promessses du President et l'agenda de l'Executif?) nationale afin de nous atteler à la tâche du relèvement et de la reconstruction nationale. Le Président d'Haïti devrait s'approprier les leviers de cette opération salutaire et sonner vigoureusement le ralliement derrière un tel projet (Lucas: Le President ne fait que ca depuis sa prestation de serment malgre le blocage de l'INITE) qui aurait la vertu de vider les contentieux sociaux et politiques, de calmer les acrimonies et de renouer les liens du vouloir-vivre-ensemble qui constitue le ciment d'une nation, dans sa définition sociologique, sentimentale et émotionnelle (Lucas: Creer par qui? une analyse des 20 dernieres annees de gestion pourrait apporter la reponse).


Niveau économique et financier.

La situation économique du pays ne cesse de se degrader (Lucas: La gestion des 20 dernieres annees 1990-201 n'a-t-elle pas grandement contribue a cette degradation generale?). Les indicateurs macro-économiques accusent des signes évidents d'inquiétude (Lucas: Qu'a fait l'INITE pendant les cinq dernieres annees 2006-11 pour changer cette realite et ameliorer cette situation? ). Parmi les plus visibles, on retient :

Une nette accélération du taux d'inflation passant de 6% en début d'année à 9.3% au cours de ce mois de juin ; (Lucas: grace a 10 ans de gestion naje pou soti de Lespwa-CPP-INITE)

La chute des importations avec toutes ses conséquences sur les recettes fiscales tenant du poids des impôts sur le commerce extérieur dans la structure fiscale nationale ; (Lucas: grace a 10 ans de gestion naje pou soti de Lespwa-CPP-INITE, les parlementaires de l'INITE n'ont-ils pas reduit le budget de l'agriculture en 2007-08 qui passait de 3.7 milliards de gourdes a 2.7?)

Les indicateurs dans le secteur agricole qui n'inspirent pas la quiétude d'esprit selon la Coordination Nationale pour la Sécurité alimentaire (CNSA) ; (Lucas: Ou sont les 163 millions de gourdes du petrocaribe qui avaient ete alloues a l'agriculture? – Qui a coupe les 400 millions de gourdes annuelles de l'ODVA? – Ce sont les hommes de l'INITE-CPP-LESPWA qui ont reduit le budget de l'agiculture de 3.8 milliards de gourdes a 2.8. De quoi parlent-ils aujourd'hui?)

Le surplus de liquidité qui dort actuellement dans les comptes des banques commerciales et qui est évalué à environ 56 milliards de gourdes. Ces fonds auraient pu être utilisés pour la relance de l'investissement particulièrement dans le secteur de l'immobilier. Or de l'avis de plus d'un, le crédit est loin d'atteindre les prévisions. (Lucas: Pandan INITE ap kale je li sou lajan prive moun, kisa yo fe pandan 10 lane pou favorize anviwonman pou moun kapab envesti? Anyen. Eske se pa yo men'm kap pase lwa ekspwopriyasyon pou vole te moun lavil la?)

Le projet loi de finances de l'exercice 2011-2012 n'a pas été, conformément à la loi, soumise au Parlement à la date du 30 juin écoulé. Au premier octobre 2011, le pays risque de se réveiller avec une nouvelle reconduction de la loi de finances de l'exercice 2009-2010. Les opérateurs, devant l'évidence d'une telle situation, sont dans l'incapacité d'identifier: (Lucas: INITE a cree cette situation en refusant la ratification d'un premier minister et d'un ministre des finances. Est-ce que le budget qui devait etre vote depuis le 30 Juin est en place?)

Les principales priorités du nouveau Président dans le domaine économique et financier ; (Lucas: INITE donne des ordres a Martelly)

Le cadre macro-économique dans lequel va s'exercer l'action gouvernementale ; ; (Lucas: INITE donne des ordres a Martelly)

Les grandes orientations de la politique fiscale et de la politique d'investissement du nouveau Pouvoir ; ; (Lucas: INITE donne des ordres a Martelly)

Le volume de ressources publiques qu'entend mobiliser le Gouvernement pour répondre aux principaux engagements électoraux. ; (Lucas: INITE donne des ordres a Martelly)

La mise en application du programme de scolarisation universelle obligatoire et gratuite annoncé prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République et auquel le Parlement, dans son intégralité a adhéré, risque aussi d'en souffrir. Aucune provision légale, pour l'instant, n'autorise ni la création du Fonds National de l'Education, ni l'utilisation des ressources collectées par la BRH et le CONATEL pour son financement. ; (Lucas: Pourquoi les homme de l'INITE ont-ils le pourcentage de l'education dans le budget de 2007-08 qui est passe de 8.86% a 8.61% ce qui sabote tout effort d'atteindre les objectifs du millenaire de scolarisation universelle? INITE n'a rien fait pour l'education au cours des cinq dernieres annees 2006-11, aujourd'hui ils font semblants )

Force est d'admettre que cette situation d'incertitude est facteur d'instabilité macro-économique. Elle n'encourage et n'incite pas à l'investissement. La création d'emplois au coeur de cette politique économique de relance maintes fois avancée par le Président de la République dans ses différentes interventions publiques, va demeurer un slogan électoral, aussi longtemps que persiste ce vide gouvernemental. (Lucas: Pendant dix ans l'INITE n'a rien fait pour favoriser l'investissement et la croissance economique. Est-ce que ce ne sont pas ces memes hommes de l'INITE qui sabotaient au Cap Haitien et a Jacmel les efforts recents du President pour relancer les investissements et le tourisme?)


Niveau social

Plus que tout autre, le contenu social du compromis fascine le Groupe des 16. Car, somme toute, notre mission, notre vocation, en tant qu'élus du peuple, se résume à satisfaire les besoins et les aspirations de nos mandants. A côté de nos attributions constitutionnelles de législateurs et de contrôleurs de l'action gouvernementale, un droit usuel et coutumier haïtien, plus impératif que le droit écrit, nous assigne une fonction de représentation locale qui fait de l'élu un père ou une mère de famille pour tous, un havre, une assurance contre les tempêtes de l'existence, (Lucas: Des phrases de bluff qui ne correspondent pas a leurs actions. Ils sont au pouvoir depuis plus de vingt ans, quelles sont les realisations? Pourquoi n'ont-ils rien fait?) un conseiller, un supporteur, un agent de développement, astreint à la tâche de contribuer au bonheur de chacun et de tous. A cet égard, il ne peut se désintéresser totalement du profil ni de la posture ni de la composition ni du programme du gouvernement qu'il ratifie (Lucas: Vraiment? les declarations suivantes du Senateur Lambert http://chirb.it/d9L3Im sont en contradictions avec ce texte, manque de coherence?). Ce programme ne devrait pas ignorer les questions qui compliquent la situation actuelle. Le G-16 tient à apporter sa collaboration en vue de :

1. Dégager le plus rapidement possible les moyens de construire des dizaines de milliers de maisons, à Port-au-Prince et dans certaines villes de provinces. Créer même, patiemment, de nouveaux villages avec tous les services de base et les commodités modernes d'urbanisme ; (Lucas: Pourquoi n'ont-ils rien fait en 24 mois avec les 5.5 milliards de la reconstruction? C'est l'INITE qui a donne au pays la loi sur la reconstruction. INITE est responsable de l'echec de la reconstruction. Pourquoi ne parlent-ils pas de la gestion des 24 derniers mois? )

2. Libérer le Champ-de-Mars et les places publiques de la capitale et des métropoles dans le plus bref délai, en offrant aux actuels occupants des logements décents, des services et des commodités honorables pour la condition et la dignité humaines ; (Lucas: Au cours des trois dernieres semaines INITE criait contre ces deplacements )

3. Réaménager les infrastructures agricoles dans la dynamique d'une politique objective de relance de la production nationale ; subventionner les intrants agricoles, engrais et outils agricoles ; créer des moyens et primes d'incitation pour fixer le paysan à sa terre et lui redonner le goût du travail agricole ; (Lucas: INITE fait encore des promesses bidons. Au cours des cinq dernieres annees ils ont reduit le budget de l'agriculture de 3.8 milliards de gourdes a 2.8 lors du vote des budgets par la 48em, ils ont coupe les allocations de l'ODVA et des prgrammes de credits agricoles)

4. Intensifier la lutte contre le choléra, surtout au lendemain du cyclone Irène qui a causé des inondations susceptibles de potentialiser l'expansion et l'extension de l'épidémie ; (Lucas: INITE n'a meme pas mene une enquete pour determiner l'origine du cholera – Preval et INITE n'ont meme pas cree une commission nationale d'enquete pour etablir la responsabilite de la MINUSTAH dans la propagation du cholera en Haiti. l'INITE n'a jamais vote sur les accords entre l'executif et les Nations Unies permettant a la MINUSTAH d'etre en Haiti. INITE a carrement accepte l'occupation - INITE n'a jamais vote des fonds speciaux pour combattre le cholera - A cause de la mauvaise gestion apres Novembre 2010 le cholera a laisse deux departements pour contaminer les dix et ce sont ces memes hommes de l'INITE qui veulent faire des recommandations?)

5. Construire, dans chaque section communale, des centres de santé avec lits, desservis par un personnel médical compétent et présent en tout temps ; (Lucas: Dans le budget de l'INITE de 2007-08 le pourcentage de la sante est passee de 8.09% a 2.62%, alors que les soins de sante representent l'un des besoins prioritaires de la population haitienne? INITE-Lespwa n'ont rien fait en dix ans au niveau de la sante maintenant ils voudraient que Martelly fasse le tout en trois mois)

6. Réhabiliter les routes secondaires, désenclaver les sections communales, greniers du pays, pour permettre la circulation aisée des personnes et des denrées qui ne devraient plus pourrir dans les provinces, faute de voies et de moyens pour les écouler et les transporter vers les marchés ; (Lucas: En 2007-08 l'INITE a donne au Ministere des TPTC 22 milliards de gourdes soit une augmentation de 18%. Des 22 milliards de gourdes19 ont ete au CNE. Les resultats pour les 19 milliards depenses par le CNE sont tellement maigres qu'on parle de corruption generalisee. Sans mentionner le scandale des 100 millions sans appel d'offre pour l'achat de bus qui aurait cause la mort de Robert Marcello le President de la Commission des Marches. INITE-Lespwa n'a rien fait en dix ans maintenant voudrait tout faire en trois mois)

7. Construire et faire fonctionner en deux vacations une ou deux écoles nationales dans chaque section communale : c'est là un procédé utile pour appliquer le programme de l'éducation gratuite du Chef de l'Etat ; (Lucas: En dix ans l'INITE-LESPWA-CPP n'ont pas contruit d'ecole. Ils ont reduit le pourcentage de l'educations dans le budget de 2007-08 qui est passe de 8.86% a 8.61%. En plus a cause de la gestion catastrophique de l'INITE-Lespwa-CPP en 2011, 70% du budgget national depend de l'etranger alors que c'estait seulement 7% en 1990. Sans parler de la disparition des 4 tranches du petrocaribe 197 millions, 167 millions, 106 millio, 103 millions et 219 millions projet Fort national: http://www.youtube.com/watch?v=scpOaf3IeIM INITE qui n'a rien fait en dix ans pour l'education voudrait tout faire en trois mois)

8. Considérer vaillamment le problème des employés révoqués ; envisager les moyens de payer les arriérés de salaire, de trouver avec ces frustrés un compromis valable en vue de les réinsérer dans le circuit du travail, de la production et de leur restituer le sens de l'utilité sociale ; (Lucas: INITE-Lespwa n'ont rien dit quand certains volaient les fonds de pension de la Minotrie, du Ciment d'Haiti, de la Teleco, de l'ONA et le fond de pension des soldats, sous officiers eyt officiers de l'armee d'Haiti. La 48em avec la majorite INITE-CPP-LESPWA qu'ont-ils dit quand Preval et Charles Castel liquidaient la teleco pour 50 millions? Que disaient-ils quand les employes de la teleco recevaient leurs lettres dans compensations. Bluff sa yo nou pap pran ladan yo)

9. Statuer rapidement sur le 14ème mois aux employés de la fonction publique ; (Lucas: 13em ou 14 em mwa? Kote yo pral jwenn 14 mwa sa nan yon peyi ki pa gen lajan?)

10. Former le personnel éducatif, utile au programme de scolarisation universelle et gratuite ; (Lucas: dans le domaine de l'education INITE-Lespwa n'a rien fait en dix ans maintenant voudrait tout faire en trois mois)

11. Résoudre de façon rationnelle, cohérente et équitable le cas des professeurs travaillant depuis plusieurs mois sans lettre d'emploi ni salaire ; (Lucas: Les ministres de l'INITE-Lespwa ont nomme des centaines de professeurs qu'ils ne pouvaient pas payer. Ils essaient d'utiliser ce dossier pour saboter le nouveau programme de l'educations.)

12. Mettre en place un programme de crédit au secteur informel, appuyer la classe moyenne pour potentialiser les capacités de production, d'éducation et de développement ; (Lucas: Pourquoi INITE-Lespwa n'ont rien fait en dix ans pour favoriser le credit dans le secteur informel? Pourquoi les petites parchandes etaient-elles forcees de prendre des ponya a 35% sans aucune action de l'INITE?)

13. Renforcer et intensifier les grands projets d'infrastructure nationale. (Lucas: Les budgets des TPTC atterissaient au CNE. Ou sont passes ces fonds? Pourquoi lNITE n'a pas construit et mis en place des infrastructures viables?

Tels sont, de façon succincte, les aspects institutionnel, politique, économique et social de la collaboration que le Groupe des 16 du Sénat entend offrir au Pouvoir Exécutif pour sortir de l'impasse actuelle.

Ce groupe parlementaire réaffirme ici qu'il ne saurait constituer un élément de blocage(Se manti comme le montre cette declaration: http://chirb.it/d9L3Im ). Son intention et ses projets, au contraire, visent à trouver des solutions utiles à l'intérêt national(Se manti, saki enterese neg yo se woulman tande sa anko: http://chirb.it/d9L3Im ). Il invite tous ceux, acteurs politiques, leaders, groupes organisés de la politique et de la société civile, tous les patriotes conscients des enjeux, des défis et des périls du moment à se joindre à lui pour trouver avec le Président de la République la voie sereine et pacifique du déblocage.

Une fois de plus, le Groupe des 16 encourage la communauté internationale à continuer à accompagner le peuple haïtien dans sa quête de changement par le renforcement des institutions démocratiques.

Enfin, il nous faut travailler ensemble pour rétablir la confiance, préserver la stabilité propice aux investissements nationaux et internationaux, à la génération d'emplois, de revenus et de richesses et à l'amélioration des conditions de vie des populations haïtiennes.

Que Dieu sauve Haïti !

Fait à Port-au-Prince au Sénat de la République, le 26 août

mardi 30 août 2011

Mardi 30-08 / Haiti + Kidnapping + Joazile PM + HUEH + Garry Conille PM + $1.4MM

 
Haïti - Reconstruction : 1,4 millions de dollars pour des projets de reconstruction innovants
Haïti - Reconstruction : 1,4 millions de dollars pour des projets de reconstruction innovants
30/08/2011 12:24:39
Dans ses efforts continus pour soutenir Haïti, le fonds Clinton-Bush Haiti a annoncé aujourd'hui 1,4 millions de dollars dans de nouveaux engagements pour trois nouveaux projets : un programme de logements basée sur la franchise, un programme de...
http://www.haitilibre.com/article-3696-haiti-reconstruction-1-4-millions-de-dollars-pour-des-projets-de-reconstruction-innovants.html
 
Haïti - Politique : L'ex-Chef de cabinet de la Fondation Clinton, candidat à  la Primature ?
Haïti - Politique : L'ex-Chef de cabinet de la Fondation Clinton, candidat à la Primature ?
30/08/2011 11:53:28
Selon des sources proches du Parlement, le Président Martelly, à l'issue d'une réunion lundi, avec les Présidents des deux Chambres, aurait présenté le Dr Garry Conille, comme la personne qu'il souhaiterait désigner comme prochain candidat...
http://www.haitilibre.com/article-3695-haiti-politique-l-ex-chef-de-cabinet-de-la-fondation-clinton-candidat-a-la-primature.html
 
Haïti - Justice : Mettre fin «aux petits arrangements», pour faire respecter la loi
Haïti - Justice : Mettre fin «aux petits arrangements», pour faire respecter la loi
30/08/2011 11:15:29
Dans une déclaration, le Commissaire Frantz Lerebours, Porte-parole de la Police nationale a expliqué la raison principale qui empêche l'application efficace de la loi, source de l'impunité pour plus d'un citoyen...
http://www.haitilibre.com/article-3694-haiti-justice-mettre-fin-aux-petits-arrangements-pour-faire-respecter-la-loi.html
 
Haïti - Social : Les grévistes de l'HUEH ont manifesté hier à Port-au-Prince
Haïti - Social : Les grévistes de l'HUEH ont manifesté hier à Port-au-Prince
30/08/2011 10:15:01
Le personnel en grève de l'Hôpital de l'Université d'État d'Haïti (HUEH) ont manifesté hier dans la Capitale, suite a une rumeur persistante de fermeture de l'hôpital général...
http://www.haitilibre.com/article-3693-haiti-social-les-grevistes-de-l-hueh-ont-manifeste-hier-a-port-au-prince.html
 
Haïti - Politique : Rodolphe Joazile se prendrait-il pour le Premier Ministre  ?
Haïti - Politique : Rodolphe Joazile se prendrait-il pour le Premier Ministre ?
30/08/2011 09:23:48
Rodolphe Joazile, Président du Sénat poursuit la stratégie du G16 qui vise à faire croire à la population, que la Présidence n'a pas de programme et que les Sénateurs « responsables » font tout ce qu'il peuvent pour établir les priorités du gouvernement...
http://www.haitilibre.com/article-3692-haiti-politique-rodolphe-joazile-se-prendrait-il-pour-le-premier-ministre.html
 
Haïti - Insécurité : Toujours sans nouvelle de l'américain enlevé vendredi (MAJ)
Haïti - Insécurité : Toujours sans nouvelle de l'américain enlevé vendredi (MAJ)
30/08/2011 08:45:59
Le Commissaire François Dossous, Responsable de la Cellule Contre Enlèvement en Haïti, a confirmé officiellement, hier lundi, l'enlèvement de Frank Jean-Baptiste, citoyen américain vendredi dernier...
http://www.haitilibre.com/article-3691-haiti-insecurite-toujours-sans-nouvelle-de-l-americain-enleve-vendredi-maj.html
__._,_.___

Thèmes de l’Emission de la semaine

 

Thèmes de l'Emission de la semaine 
Orlando le 26 août, 2011
Actualités Politiques : Grandes Lignes

Dans le cadre de l'exécution par les parlementaires de cette stratégie de la continuité qui ne cesse de se réinventer, pour devenir vraiment un élément de blocage, même s'ils refusent de l'admettre. Pourquoi dans cette conjoncture cette différence manifeste entre le comportement des deux chambres ? A première vue, cette différence n'est certainement pas sur une base idéologique, ni doctrinale. Nos parlementaires s'y perdraient d'ailleurs, s'il s'agissait de cela. Les notions de droite et de gauche n'existant dans le domaine du populisme qu'au niveau du discours. Dans l'arène politique, les populistes fascistoïdes et anarchopopulistes s'entre-déchirent, se rivalisent et se détestent. Ceci est absolument vrai. Mais c'est plutôt parce qu'ils sont en compétition exploitant la même clientèle, l'ignorance des masses populaires illettrés. Certes, on constate, qu'il y a un plus grand nombre de députés adeptes de la continuité. Et pourtant c'est le groupe des 16 sénateurs qui dans ses menés s'est constitué le fer de lance de la continuité et s'est révélé le goulot d'étranglement de cet effort de blocage.
 
L'ultimatum du député Anaèl Belizaire et les dernières déclarations des sénateurs Wenceslas Lambert, Simon Dieuseul Desras et Jean Hector Anacassis, ont mis en exergue encore plus clairement qu'il ne s'est jamais agi de négociation entre deux pouvoirs indépendants, mais d'imposition d'une volonté politique et de domination d'un pouvoir sur l'autre. Pourquoi les sénateurs se sont constitués de fait les acteurs principaux dans cet effort de blocage ? Il faut d'abord remarquer que les députés parce qu'ils viennent d'être élus pour un mandat de 4 ans, ne sont pas tellement concernés par les élections de la fin d'année. Mais qu'un tiers du Sénat devra en 4 mois aller aux élections pour retenir leurs sièges, d'une part. Mais d'autre part, que Martelly lui-même tient mordicus à obtenir aux prochaines élections, la majorité des postes électifs des autorités locales et des sièges sénatoriaux en question. Voilà où se situe le nœud du conflit !
 
Or ces sénateurs qui ont été sélectionnés aux élections de 2006 avec Préval, se trouvent exposer à une situation inhabituelle d'incertitude, n'ayant aucune garantie d'être réélus venant du nouveau pouvoir. Quel sera leur sort ? Vont-ils être réélus ? Voilà le hic ! Anacassis dans son entrevue du samedi 27 août 2011 à la radio CKUT de Montréal, en a fait l'aveu ! Il a déclaré clairement et publiquement à cette émission que ses collègues sont extrêmement inquiétés par la situation incertaine des prochaines élections ! Ils auront des difficultés à se faire réélire.
 
Sachant comment traditionnellement les sélections népotiques se sont toujours arrangées sous le régime anarchopopuliste au cours de ces 20 dernières années. Il est logique, naturel et compréhensible, à partir de cette tradition de chasse gardée pour certains candidats, que ces sénateurs qui doivent aller aux élections, sont paniqués à l'idée de se trouver dans une compétition électorale sans l'appui d'une main forte, ni la garantie formelle du pouvoir en place ! Mise à part les manœuvres et manipulations politiques d'Aristide et de Préval influençant le parlement, en faveur de la continuité, voilà l'une des raisons fondamentales de la position antagonique de certains sénateurs qui craignent s'engager sans protection du pouvoir en place dans la compétition aux prochaines joutes.
 
Tenant compte de la complexité des pré-requis de chacun des commandements de l'ensemble du décalogue débité allégrement par Wenceslas Lambert et le bref délai imparti pour leur mise à exécution et leur matérialisation, montrent clairement l'intention du groupe des 16, d'emballer la machine gouvernementale avec toutes sortes d'exigences d'une quantité excessive de « time-consuming deeds » à accomplir qui l'obligerait à aller au-delà de la date du calendrier électorale, au profit de la prolongation du mandat des 10 sénateurs, si les élections n'ont pas lieu le dernier dimanche du mois de novembre. L'intention de cette tactique sournoise est absolument évidente. Elle est intentionnellement conçue dans le but de prolonger et de maintenir le blocage pour coincer Martelly dans un échec et mat ! Un homme averti en vaut deux !
 
Comment aurait-il pu être autrement quand le véritable enjeu est irréfutablement la continuité pour le groupe des 16. Il est alors compréhensible que le premier commandement du décalogue selon Wenceslas Lambert, soit naturellement la publication des amendements annulés par arrêté présidentiel. Ces amendements, tel que promulgué par Préval, constitueraient le moyen le plus efficace et la garantie la plus formelle pour imposer la continuité. Mise à part la nécessité d'authentification des amendements et supposons que ce soit possible, après l'annulation par arrêté présidentiel, d'amender à nouveau la constitution, au point où nous en sommes aujourd'hui, lorsqu'un nouveau chef d'état vient d'être intronisé, il y a 3 mois. Entre Préval et Martelly lequel des deux pourra légalement promulguer la nouvelle version de la constitution amendée ? Selon la version originale de la constitution, Martelly ne pourra promulguer une constitution amendée qu'en février 2016, à la fin de son mandat. De fait, Préval n'étant plus chef d'état, comment pourrait-on utiliser sa signature pour promulguer une version d'amendement qui soit différente de celle qu'il a vraiment signée antérieurement ? De plus la version signée par Préval n'étant pas conforme à celle votée par les deux chambres du parlement, a été dénoncée en premier lieu par le sénateur Steven Benoît ! S'engager dans l'imbroglio de la légalité d'une nouvelle promulgation par un nouveau ou un ancien chef d'état, l'établissement de l'authenticité de l'ultime version à promulguer et tant d'autres aspects légaux, plongeraient le pays dans une crise constitutionnelle sans précédent, qui ne pourra pas se résoudre en 3 mois avant d'engager le pays dans la compétition électorale. Et ainsi, chacun des commandements du décalogue selon Wenceslas Lambert, pris séparément, a des pré-requis complexe qui emballeraient le gouvernement dans des débats à n'en plus finir, qui comme conséquence l'empêcheraient d'organiser les élections de la fin d'année pour les autorités locales et sénatoriales partielles. Alors que c'est précisément à partir des résultats de ces élections de la fin d'année que l'autorité du nouveau pouvoir pourra se décanter et s'affirmer ! Voilà ce que les chantres de la continuité craignent comme première faille ! 

L'Administration de Michel Martelly ne va pas tolérer la corruption --- Marinio Jeune accusé de détournements de fonds est mis aux arrêts

Marinio Jeune mis aux arrêts
Convoqué par le commissaire du gouvernement des Cayes, le citoyen Marinio Jeune a été mis aux arrêts. Il est accusé de détournements de fonds.

Des plaintes ont été déposées contre Marinio Jeune qui avait en sa possession un chèque de 3.5 mi

Convoqué par le commissaire du gouvernement des Cayes, le citoyen Marinio Jeune a été mis aux arrêts. Il est accusé de détournements de fonds.

Des plaintes ont été déposées contre Marinio Jeune qui avait en sa possession un chèque de 3.5 millions de gourdes pour la fête patronale de la Notre Dame. WPC/LM


J.B.Aristide: Absent Par Sa Présence (Ainsi Pense jean-Rony Monestime)


Ainsi Pense Jean-Rony Monestime
 
Par A. Jean-Rony Monestime
 
 Jean-Bertrand Aristide : Absent Par Sa Présence
Historié parmi les plus tripotés de la république, J. B. Aristide est chassé deux fois du palais national par des mains similaires mais avec des pieds contraires. Il est reçu deux fois d'exil sous les mêmes ovations mais l'une avec symphonie, l'autre avec cacophonie. Titid est aussi vu par les mêmes yeux dans des rétines antagonistes ; Il est écouté dans une seule langue par des oreilles acharnées.
L'ancien prêtre-président est un homme d'un passé confus, d'un présent inédit et d'un futur incertain qui n'a jamais dit une messe sans une homélie contestée. Il a marqué le paysage politique haïtien à travers des événements nuageux sans faire tomber de pluie; il a brillé aux cotés du soleil d'Haïti sans rayons lumineux ; Il a chassé l'ombre de nos campagnes sans la lune et a même fait écho sans vacarme.
Évidemment, c'est l'allure de son second retour d'exil qui illustre son épithète d' « Homme Insolite ». Dr Aristide est accueilli à l'aéroport de Port-au-Prince ce 18 mars 2001 sous les regards enflammés des grands de la terre. Un appel personnel de Barak Obama a été méprisé ; des menaces peu diplomatiques du Département d'Etat ont été sous-estimées et des démarches impériales de la communauté internationale, en général, ont été infructueuses.
Néanmoins, en moins de 24 heures de son arrivée, il a disparu de la scène politique dans la plus grande discrétion. Le silence de l'idéologue de Fanmi Lavalas peut s'expliquer dans plusieurs paramètres.  D'une part, conscient de sa popularité qui va decrescendo, il peut compter sur un silence réparateur pour changer la barre, à en croire le vieil adage qui stipule que : « celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher ».
En effet, Titid n'accorde aucune entrevue, n'est plus visible, se recueillant sur des jours maussades qui ont marqué son existence. De plus, il laisse planer d'amples doutes sur son actuelle résidence. Aux Cayes pour les athées, Tabarre pour les croyants et chez Henry Céant pour les agnostiques. Aussi, à en crédibiliser certaines rumeurs, la femme du président aurait déménagé à Santo Domingo. Alors qu'un diplomate dominicain, incognito, les a démenties avec  poigne.
D'autre part, pour certains analystes, le profil zéro de l'apôtre du 16 décembre a été une décision forcée par le triangle néocolonialiste (France-Canada-USA), artisan intellectuel du février 2004. C'est fort probable que son retour ait été négocié au prix d'un abandon du firmament  politique.
Entre-temps, c'est l'impact de ce silence qu'il faut enjoliver. Son parti Lavalas est certainement démantelé et Maryse Narcisse est comparable à une reine qui n'a jamais  vécu les honneurs militaires. Cependant, cette fêlure est loin d'être un enrayement de la carte politique. Titid demeure  intrépide ; On le ressent à travers les prises de position de Moises Jean-Charles.  Lavalas est imbattable ; On le constate à travers les refus du groupe des seize.
Autrement dit, l'effet psychologique de la présence de J.B. Aristide dérange plus d'un. C'est en vain qu'on essaie de le sous-estimer.  Il  est muselé mais pas menotté.  On lui a donné des revers,  il en a fait un titre ; On lui a légué des lamentions, il les a changées en prières. On lui a craché deux exils ; il a cravaché deux retours. L'invisibilité d'Aristide, aujourd'hui, traduit l'effet caméléon qui a toujours bruni l'image de la politique haïtienne. Titid ne parle pas, pourtant il inquiet. Il s'absente par sa présence.

Le Compromis Miraculeux en Gestation! (Texte de Emmanuelle Gilles)

A l'issue de leur rencontre à l'Ambassade Américaine, les G16 du parlement ont sorti la note ci-dessous. Veuillez la lire avec attention. On sait que ce n'est pas vraiment le langage des parlementaires. Ils sont des achetables sauf que cette fois c'est pour une cause plus noble, celle d'installer un gouvernement plutôt que des chimères. C'est une diplomatie à double tranchant qui pourrait à la longue marcher. Quand le blanc parle, il faut écouter.   Qui est le plus fort ?  l'homme de Tabarre ou l'homme du Capitol? Allons donc! Je note parmi les points, l'installation d'un Conseil Electoral Permanent, Un Conseil Constitutionnel, reconduction de la CIRH, la réorientation de la MINUSTHA concomitant à la mise en place d'une force de sécurité.  Génial ! ….. On aurait l'impression que les parlementaires s'étaient engagés dans de si profondes réflexions sur Haïti qu'ils sont prêts à présenter des points et pas n'importe lesquels au Président Martelly.  10/10 émanant des éléments nuls et irresponsables d'une institution éhontée.  Un compromis miraculeux en gestation.   Le plus important dans cette note, c'est la description du profil du Premier Ministre souhaité. Il ne s'agit plus de négocier des postes au niveau des Ministères, car le profil est clair et net. Le Premier Ministre devrait être une "personne responsable et dotée d'une forte personnalité; Compétente aux points de vue académique, technique, administratif ... ; Ayant un rayonnement social et une bonne maîtrise des dossiers internationaux. Haïti vit un moment crucial où l'amitié et l'influence de l'international sont déterminantes. Un Premier Ministre qui jouirait du support des grandes instances financières et politiques nationales et internationales, et qui aurait ainsi la capacité de les rassurer et de les engager en faveur du programme de redressement et de reconstruction nationale serait l'idéal. Bénéficiant de la confiance du Président de la République et partageant sa vision des politiques publiques à mettre en place pour le développement du pays." J'espère que les internautes suivent bien les évènements -  Je dirais que c'est du top diplomacy".   Attendons notre prochain Premier Ministre.  J'avais toujours dit lorsque nous laissons un vide, d'autres en profitent pour le remplir.
Emmanuelle Gilles
-----------------------------------------------------------------------------------------
Déclaration du Groupe des 16 
Le G-16 est plus que jamais conscient des urgences et des priorités nationales du moment. Avec des indices socio-économiques en rouge, avec un budget national supporté aux deux tiers par la Communauté internationale, avec des cris d'alarme de la FAO dénonçant les avancées de la famine dans certaines parties du pays, avec des enfants en âge d'être scolarisés et qui ne le seront point encore cette année, avec des concitoyens et citoyennes croupissant dans l'insalubrité des camps de fortune, ce groupe parlementaire estime devoir de s'apprêter à tous moments à rencontrer le Président de la République, en vue d'échanges, d'entretiens et de négociations devant mener à la désignation et à la ratification d'un premier Ministre compétent et intègre. Dans son souci d'arrêter - une fois pour toutes - les spéculations concernant les vrais motifs de son action et de sa position, le G-16 déclare publiquement à l' intention des Partis politiques, des regroupements politiques, de la société civile élargie, de la Communauté internationale, et en particulier des Amis d'Haïti, que la majorité qu'il regroupe au Sénat de la République ne constitue point une majorité de blocage à la mise en oeuvre de la politique de changement prônée par le Pouvoir du 14 mai 2011. Au contraire, il forme un rassemblement unifié, propice à une interaction fructueuse entre le parlement et les différents pouvoirs. Il espère que le Pouvoir Exécutif accueillera cette démarche de bonne foi comme une étape déterminante dans la maturation politique des institutions haïtiennes. Il invite donc le pouvoir concerné à :
A.- Prendre le temps de conclure un compromis avec :

1. Les groupes politiques au Parlement : majorité, minorité et indépendants... Pas question d'ignorer ou de négliger minorité et indépendants. Plus le groupe du consensus est large, moins il existera d'aléas dans la conduite de la politique gouvernementale ;
2. La classe politique : chefs de partis représentés au Parlement et autres formations jugées utiles... Il serait enfantin de croire que les directoires des partis n'ont aucune influence sur leurs élus. Pour ténus que soient les liens entre eux, ils existent tout de même et les élus se rabattent toujours finalement sur ces directoires pour analyse et conseils ;
3. La société civile : organisations, syndicats et autres à identifier... Engager tous les acteurs dans le consensus garantit la paix sociale et la stabilité gouvernementale.

B.- Base du compromis : obligation assumée d'implications et partage raisonnable des responsabilités dans l'exécution d'un programme minimal :
Ce programme minimal couvre divers domaines en rapport avec les exigences conjoncturelles et les besoins fondamentaux de la société haïtienne. Bornons-nous à considérer ici les niveaux essentiels: institutionnel, politique, économique et financier, social, etc.
Niveau institutionnel
1. Publication de l'amendement constitutionnel, préalable indissociable pour l'accomplissement des trois points suivants, et surtout super-motivant pour la diaspora si régulièrement sollicitée, notamment dans le programme d'éducation gratuite prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République.
2. Nomination des Juges de la Cour de Cassation sur une liste soumise par le Sénat
3. Institution du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire.
4. Formation du CEP permanent tel que prévu par la nouvelle constitution, pour la tenue des prochaines élections du tiers du Sénat et des Collectivités.
N.B : La constitution d'un CEP provisoire de consensus risque de provoquer trop de remous et de conflits de personnes et d'intérêts entre les protagonistes. C'est pour le moins inopportun dans les conditions actuelles de fragilité.
5. Elaboration par le CEP nouveau de la Loi électorale devant être votée avant novembre
6. Mise en place du Conseil Constitutionnel
7. Reconduction éventuelle de la CIRH, avec les corrections appropriées et largement discutées
8. Réorientation du mandat et de la mission de la MINUSTAH ; et / ou élaboration d'un calendrier de retrait progressif concomitant à la mise en place d'une force nationale de sécurité.
9. Mise en application sereine du projet d'éducation gratuite prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République ou d'un corollaire acceptable, avant octobre.
10. Renforcement de la diplomatie haïtienne par le rajeunissement et la dynamisation des cadres
N.B. Les points 7et 8 ne peuvent attendre ; ils devraient être soumis à l'analyse et au vote du Parlement avant la fin-septembre, pour qu'au début d'octobre tout soit clair pour tout le monde.
Niveau politique
1. Etude consciencieuse et sereine du profil d'un Premier Ministre. Dans la conjoncture actuelle, un Premier Ministre, au-delà des prescrits constitutionnels, devrait être une personne :
• Responsable et dotée d'une forte personnalité ;
• Compétente aux points de vue académique, technique, administratif ... ;
• Ayant un rayonnement social et une bonne maîtrise des dossiers internationaux. Haïti vit un moment crucial où l'amitié et l'influence de l'international sont déterminantes. Un Premier Ministre qui jouirait du support des grandes instances financières et politiques nationales et internationales, et qui aurait ainsi la capacité de les rassurer et de les engager en faveur du programme de redressement et de reconstruction nationale serait l'idéal.
• Bénéficiant de la confiance du Président de la République et partageant sa vision des politiques publiques à mettre en place pour le développement du pays.
• Ayant la capacité et la volonté d'assurer un dialogue continu entre les trois pouvoirs.
• Respectueux en toute circonstance de la prééminence du Chef de l'Etat. Ceci est capital pour la cohésion de l'Exécutif.
Cependant, il appartient au Chef de l'Etat, et à lui seul, d'arrêter son choix ou d'élargir la plate-forme des options à proposer. De même, le G-16 continuera à exercer son pouvoir dans les limites de ses attributions, dans le respect absolu du territoire de chacun des acteurs politiques et institutionnels.
2. Lancement du dialogue national pour l'établissement du Pacte de Gouvernabilité. C'est là une démarche d'envergure qui devrait séduire et interpeller tous les secteurs de la vie nationale sincèrement désireux de dépasser les cloisons et les clivages purement artificiels qui nous retiennent dans la division improductive, nous empêchent de retrouver l'unité nationale afin de nous atteler à la tâche du relèvement et de la reconstruction nationale. Le Président d'Haïti devrait s'approprier les leviers de cette opération salutaire et sonner vigoureusement le ralliement derrière un tel projet qui aurait la vertu de vider les contentieux sociaux et politiques, de calmer les acrimonies et de renouer les liens du vouloir-vivre-ensemble qui constitue le ciment d'une nation, dans sa définition sociologique, sentimentale et émotionnelle.

Niveau économique et financier.
La situation économique du pays ne cesse de se dégrader. Les indicateurs macro-économiques accusent des signes évidents d'inquiétude. Parmi les plus visibles, on retient :
• Une nette accélération du taux d'inflation passant de 6% en début d'année à 9.3% au cours de ce mois de juin ;
• La chute des importations avec toutes ses conséquences sur les recettes fiscales tenant du poids des impôts sur le commerce extérieur dans la structure fiscale nationale ;
• Les indicateurs dans le secteur agricole qui n'inspirent pas la quiétude d'esprit selon la Coordination Nationale pour la Sécurité alimentaire (CNSA) ;
• Le surplus de liquidité qui dort actuellement dans les comptes des banques commerciales et qui est évalué à environ 56 milliards de gourdes. Ces fonds auraient pu être utilisés pour la relance de l'investissement particulièrement dans le secteur de l'immobilier. Or de l'avis de plus d'un, le crédit est loin d'atteindre les prévisions.
Le projet loi de finances de l'exercice 2011-2012 n'a pas été, conformément à la loi, soumise au Parlement à la date du 30 juin écoulé. Au premier octobre 2011, le pays risque de se réveiller avec une nouvelle reconduction de la loi de finances de l'exercice 2009-2010. Les opérateurs, devant l'évidence d'une telle situation, sont dans l'incapacité d'identifier:
• Les principales priorités du nouveau Président dans le domaine économique et financier ;
• Le cadre macro-économique dans lequel va s'exercer l'action gouvernementale ;
• Les grandes orientations de la politique fiscale et de la politique d'investissement du nouveau Pouvoir ;
• Le volume de ressources publiques qu'entend mobiliser le Gouvernement pour répondre aux principaux engagements électoraux.
• La mise en application du programme de scolarisation universelle obligatoire et gratuite annoncé prévu par l'article 32-1 de la Constitution et supporté par le Président de la République et auquel le Parlement, dans son intégralité a adhéré, risque aussi d'en souffrir. Aucune provision légale, pour l'instant, n'autorise ni la création du Fonds National de l'Education, ni l'utilisation des ressources collectées par la BRH et le CONATEL pour son financement.
Force est d'admettre que cette situation d'incertitude est facteur d'instabilité macro-économique. Elle n'encourage et n'incite pas à l'investissement. La création d'emplois au coeur de cette politique économique de relance maintes fois avancée par le Président de la République dans ses différentes interventions publiques, va demeurer un slogan électoral, aussi longtemps que persiste ce vide gouvernemental.


Niveau social
Plus que tout autre, le contenu social du compromis fascine le Groupe des 16. Car, somme toute, notre mission, notre vocation, en tant qu'élus du peuple, se résume à satisfaire les besoins et les aspirations de nos mandants. A côté de nos attributions constitutionnelles de législateurs et de contrôleurs de l'action gouvernementale, un droit usuel et coutumier haïtien, plus impératif que le droit écrit, nous assigne une fonction de représentation locale qui fait de l'élu un père ou une mère de famille pour tous, un havre, une assurance contre les tempêtes de l'existence, un conseiller, un supporteur, un agent de développement, astreint à la tâche de contribuer au bonheur de chacun et de tous. A cet égard, il ne peut se désintéresser totalement du profil ni de la posture ni de la composition ni du programme du gouvernement qu'il ratifie. Ce programme ne devrait pas ignorer les questions qui compliquent la situation actuelle. Le G-16 tient à apporter sa collaboration en vue de :
1. Dégager le plus rapidement possible les moyens de construire des dizaines de milliers de maisons, à Port-au-Prince et dans certaines villes de provinces. Créer même, patiemment, de nouveaux villages avec tous les services de base et les commodités modernes d'urbanisme ;
2. Libérer le Champ-de-Mars et les places publiques de la capitale et des métropoles dans le plus bref délai, en offrant aux actuels occupants des logements décents, des services et des commodités honorables pour la condition et la dignité humaines ;
3. Réaménager les infrastructures agricoles dans la dynamique d'une politique objective de relance de la production nationale ; subventionner les intrants agricoles, engrais et outils agricoles ; créer des moyens et primes d'incitation pour fixer le paysan à sa terre et lui redonner le goût du travail agricole ;
4. Intensifier la lutte contre le choléra, surtout au lendemain du cyclone Irène qui a causé des inondations susceptibles de potentialiser l'expansion et l'extension de l'épidémie ;
5. Construire, dans chaque section communale, des centres de santé avec lits, desservis par un personnel médical compétent et présent en tout temps ;
6. Réhabiliter les routes secondaires, désenclaver les sections communales, greniers du pays, pour permettre la circulation aisée des personnes et des denrées qui ne devraient plus pourrir dans les provinces, faute de voies et de moyens pour les écouler et les transporter vers les marchés ;
7. Construire et faire fonctionner en deux vacations une ou deux écoles nationales dans chaque section communale : c'est là un procédé utile pour appliquer le programme de l'éducation gratuite du Chef de l'Etat ;
8. Considérer vaillamment le problème des employés révoqués ; envisager les moyens de payer les arriérés de salaire, de trouver avec ces frustrés un compromis valable en vue de les réinsérer dans le circuit du travail, de la production et de leur restituer le sens de l'utilité sociale ;
9. Statuer rapidement sur le 14ème mois aux employés de la fonction publique ;
10. Former le personnel éducatif, utile au programme de scolarisation universelle et gratuite ;
11. Résoudre de façon rationnelle, cohérente et équitable le cas des professeurs travaillant depuis plusieurs mois sans lettre d'emploi ni salaire ;
12. Mettre en place un programme de crédit au secteur informel, appuyer la classe moyenne pour potentialiser les capacités de production, d'éducation et de développement ;
13. Renforcer et intensifier les grands projets d'infrastructure nationale.

Tels sont, de façon succincte, les aspects institutionnel, politique, économique et social de la collaboration que le Groupe des 16 du Sénat entend offrir au Pouvoir Exécutif pour sortir de l'impasse actuelle.
Ce groupe parlementaire réaffirme ici qu'il ne saurait constituer un élément de blocage. Son intention et ses projets, au contraire, visent à trouver des solutions utiles à l'intérêt national. Il invite tous ceux, acteurs politiques, leaders, groupes organisés de la politique et de la société civile, tous les patriotes conscients des enjeux, des défis et des périls du moment à se joindre à lui pour trouver avec le Président de la République la voie sereine et pacifique du déblocage.
Une fois de plus, le Groupe des 16 encourage la communauté internationale à continuer à accompagner le peuple haïtien dans sa quête de changement par le renforcement des institutions démocratiques.
Enfin, il nous faut travailler ensemble pour rétablir la confiance, préserver la stabilité propice aux investissements nationaux et internationaux, à la génération d'emplois, de revenus et de richesses et à l'amélioration des conditions de vie des populations haïtiennes.
Que Dieu sauve Haïti !

Fait à Port-au-Prince au Sénat de la République, le 26 août 2011.