Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 31 janvier 2012

POURQUOI LAMOTHE N’A PAS ETE A LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT D’ADDIS ABEBA (REPONSE A TI YVON)

POURQUOI LAMOTHE N'A PAS ETE A LA CONFERENCE DES CHEFS D'ETAT D'ADDIS ABEBA (REPONSE A TI YVON)

Par Elisabeth Cadet Jacques

Pourquoi Lamothe n'a-t-il pas été à la Conférence des Chefs d'Etat d'Addis Abeba ? Etait-ce par peur du Président Sénégalais ? Ou parce qu'il voulait faire du marronnage ? J'ai lu sur le net, un coup de langue de Ti Yvon Surpris (tres peu surprenant) à ce sujet et pour une fois je me dois de sortir de mon silence pour lui apporter quelques précisions qui, à mon avis, sont extrêmement importantes.

1o) Le fait de dire que le Ministre des Affaires Etrangeres d'Haiti , Ti Laurent Lamothe a voulu esquiver le Président sénégalais est parfaitement faux, dire qu'il a joué au « marron » et n'a pas voulu aller à Addis Abeba ,pour ne pas rencontrer Wade est du mauvais surpris , disons un coup de langue épaisse, une vraie absurdité . J'ai lu sur un site internet sénégalais que le président Abdoulaye Wade avait décidé plusieurs jours à l'avance qu'il ne se rendrait pas à la Conférence des Chefs d'Etat d'Addis Abbeba, pour des raisons de conjoncture politique liées aux prochaines Elections Présidentielles. Des manifestations violentes contre le président Wade se déroulent au Sénégal depuis deux semaines, après la mise à l'écart de la candidature du chanteur populaire Youssou N'dour (le Michel Martelly sénégalais). Le Président Wade n'était donc pas à Addis Abeba en fonction de ces difficultés et des rumeurs de coup d'Etat éventuel durant son absence,selon ce qui est dit . C'est donc Wade qui a voulu faire le « marron » et non Laurent qui n'a rien à se reprocher. Lui et moi nous sommes nés en 1972 , je connais le bonhomme et je sais ce que je dis. C'est la première lecon que nous devons donner à Ti Yvon Surpris, que j'aime bien,soit dit en passant, surtout quand il fait le ridicule.

2o) Ti Laurent Lamothe était obligé d'accompagner au Forum de Davos le président Martelly (le vieil ami de Ti Yvon Surpris, que celui-ci n'a pas voulu nommer comme Secrétaire d'Etat aux Projets de modernisation des Latrines de la République). Lamothe etait à la Conférence des Chefs d'Etats occidentaux à Davos ou on devait discuter de ses idées autour de la diplomatie d'affaires, des investissements et des capitaux a apporter à Haiti dans le cadre de sa reconstruction d'Haiti. Lamothe et Martelly ont passé le week end à Davos et ne pouvaient en meme temps être en Afrique. C'est la deuxieme lecon à Ti Yvon Surpris , que je déteste quand ses comédies se contentent de faire de la grimace sur le net et ne me font pas rire .

3o) Ti Yvon ouvre sa grande gueule pour crier que Ti Lamothe est un voleur, un corrompu et un prédateur . Pourtant il peut s'inscrire sur la liste des employés recherchés par Ti Laurent Lamothe, le businessmen que le Sénégal supplie de revenir en vue de reprendre ses opérations d'investisseur international a Dakar . Des documents que j'ai recemment lus prouvent que les tentatives de corruption dont parlent l'écrivassier viennent du même secteur que représente Ti Yvon lui-même, et qui lui aurait payé une somme importante pour dénigrer Lamothe à chaque fois qu'il finit de se remplir la panse. J'ai des amis qui connaissent le numéro de compte , la somme recue et le groupe obscur qui fait les transferts. C'est la troisième leçon a Ti Yvon l'affairiste qui mange a tous les rateliers et que j'aime bien applaudir quand il joue au bouffon.

4o) Ti Yvon nous dit en dansant comme une macaque, que l'affairiste Lamothe « n'avait d'autres choix que de se faire remplacer par qui s'il vous plait ? Non pas par le Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères mais par son Chef de Cabinet » Là, vraiment nous avons affaire à un ignorant, un Ti Yvon qui fait un petit vent, que lui seul peut respirer. En effet, ce que Ti Vent ne sait pas c'est qu'au Ministère des Affaires Étrangères haitien , ce n'est pas le Secrétaire d'Etat qui définit la politique des Affaires Extérieures de la République mais le Chef de Cabinet du Ministre, selon ce que j'ai appris à l'Ecole de Droit. C'est une obligation de la loi Ti Yvon mon chéri. La loi d'Aout 1987 prévoit certes dans son article 2 que « le Ministre des Affaires Etrangères peut être assisté d'un Secrétaire d'Etat mais les taches à exécuter par ce Secrétaire d'Etat lui sont assignées par le Ministre lui-même, selon les besoins de celui ci » et non en vertu de la loi. Ses taches ne sont pas définies.

Tandis que le Chef de Cabinet , contrairement au Secrétaire d'Etat, a des attributions que la loi lui impose . Il fait corps avec le Ministre, a rang d'Ambassadeur et peut être appelé à tout moment à partir en mission à titre d'envoyé spécial. Selon la loi, le Chef de Cabinet au Ministère des Affaires Etrangères joue un rôle de premier plan après le Ministre. C'est lui qui doit distribuer les instructions du Ministre à tout le monde. Je voudrais bien avoir ce job un jour. M' ta montre yo longèm , mwen menm fanm Gonaives !
J'ai appris à la Fac de Droit ou j'ai été diplomée il y a 2 ans, que « le Chef de Cabinet au Ministere des Affaires Etrangères dirige de fait un organe de conception et de consultation relevant directement du Ministre des Affaires Etrangères et dont la composition reflète les exigences de la diplomatie haïtienne ». C'est pas une plaisanterie !

De plus l'article 6 de la loi de 1987 concerne le Chef de Cabinet et non le Secrétaire d'Etat, le Directeur Général ou tout autre individu, rien de comparable avec les autres Ministères. Il est aussi fort que le chef de Cabinet du Président. Il doit être un intellectuel capable d'aborder tous les sujets , de traiter tous les dossiers, et de pouvoir partir en mission comme envoyé spécial n'importe ou, prêt a engager l'Etat en accomplissant des missions que lui confie le Ministre et qui portent sur des questions liées à toutes les activités du Ministère des Affaires Etrangères tant au niveau interne qu'externe. C'est ce que dit la loi dans son article 6 : « Le Chef de Cabinet assiste directement le Ministre dans l'élaboration de la politique générale du Ministère des Affaires Etrangères pour le court, le moyen et le long terme, c'est lui qui étudie et analyse des problèmes spécifiques d'ordre juridique,politique, social, économique, culturel, de relations publiques et de coopération internationale,et il accomplit des missions que lui confie le Ministre et qui porte sur des questions liées aux activités du Ministère des Affaires Etrangères ».

Alors ? Ti Yvon j'arrête de te faire un cours sans être payé, tu es un vrai ignorant , tu peux aller te cacher… et rester sous les jupes des corrompus qui te fournissent de la mauvaise monnaie. Adieu Ti vent. Que Dieu te protège ! D'abord qu'il te protège de toi-même mon petit lapin…

Elisabeth Cadet-Jacques
(Licenciée en Droit)

Haïti - Politique : Quelques nouvelles ici et là...

Haïti - Politique : Quelques nouvelles ici et là...

31/01/2012 13:42:25

Haïti - Politique : Quelques nouvelles ici et là...
Du personnel médical quitte l'HUEH attiré par les hauts salaires des ONG
Le Dr Jacques Pierre-Pierre, Directeur médical et Directeur exécutif de l'HUEH à fait savoir qu'en raison d'un manque de moyens, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) n'arrive pas à offrir aux membres du personnel de l'HUEH un salaire décent, permettant de faire vivre une famille de 4 personnes en moyenne. Conséquence directe de cette situation, l'HUEH fait face depuis un certains temps, à la concurrence des ONG qui œuvrent dans le domaine de la santé. « le personnel de l'Hôpital Général est de plus en plus attiré par des offres d'ONG qui proposent des salaires 4 à 5 fois supérieur à ce qu'ils perçoivent chez nous » a déploré le Directeur de l'HUEH qui rappelle que pour différentes raisons combinées, l'Hôpital Général a perdu 50% de son personnel au cours de ces 10 dernières années.

Projet de loi en faveur des salaire des enseignants
Le Député Sorel Jacynthe a proposé jeudi dernier à la Chambre basse, un projet de loi « en vue de l'amélioration des conditions de vie des enseignants. En résumé ce projet propose qu'à compter du 1er Octobre 2012, l'instituteur d'une école publique fondamentale a droit à un salaire mensuel de 15,000 gourdes [± 365 dollars US]); le Directeur d'une école fondamentale devrait gagner 20,000 gdes; un censeur 25,000 gdes; un inspecteur du cycle fondamental 28,000 gdes et pour un directeur, 35,000 gdes.

L'île de la Gonâve sera l'un des joyaux du pays
L'île de la Gonâve sera l'un des joyaux du pays selon le Député Béguens Théus de la Gonâve, qui estime que toutes les conditions favorables à l'investissement sont réunies pour le développement touristique de l'île, en référence aux plages pittoresques dont dispose l'Île et du climat sécuritaire stable qui y prévaut. Le Député Théus insiste pour que les autorités fassent de La Gonâve, l'une de leurs priorités dans le cadre de projets visant le développement du pays. Conscient que les infrastructures routières jouent un rôle essentiel dans le développement, le député a fait savoir qu'il travaillait en étroite collaboration avec les autorités concernées en vue de l'exécution de travaux de réfections des routes de l'Ile.

Nouvelles nominations au sein de l'administration gouvernementale
Le Gouvernement a fait de nouvelles nominations dans son administration [arrêtés de nomination publiés dans le journal officiel le Moniteur] notamment :
- Madame Evvelyne César comme nouvelle Secrétaire d'État aux Cultes
- L'ancien colonel Antoine Atouriste sera le nouveau Directeur Général à l'Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC)
- Me Camille Junior Edouard assumera la direction de la Commission Nationale de Lutte contre la Drogue (CONALD)
- Le professeur Edwige Lalanne est nommé coordonateur du Bureau de coordination et de suivi des accords de la CARICOM, de l'OMC et de la ZLEA (BACOZ)
- Jean Baptiste Saint-Cyr sera le nouveau Directeur Général de l'Office National de l'Identification (ONI)

Remise du rapport sur l'affaire Bélizaire, cette semaine
La commission d'enquête et de suivi de la chambre basse, chargée de faire lumière sur l'arrestation du Député Arnel Bélizaire, devrait soumettre son rapport aux députés cette semaine. Le Député Danton Léger, Président de cette commission a fait savoir que toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans l'arrestation du député Arnel Bélizaire avait été entendu a l'exception des deux conseillers du Président Martelly « Nous ne voulons pas encore parler d'obstruction, nous allons renouveler nos invitations cette semaine et déterminer les mesures à adopter » Le Député a également affirmé qu'il entend signer ce document si les résultats correspondent à ses attentes. « Le vote décisif sera éminemment politique. C'est sûr que chacun des députés aura à défendre ses intérêts politiques. Nous ne savons pas encore si des têtes vont être coupées au cabinet ministériel. »

Cérémonie de nomination de Sean Penn comme Ambassadeur itinérant pour Haïti
Mardi 31 janvier, au Palais National, à 6h00 p.m., se déroulera la cérémonie officielle de nomination de l'acteur américain Sean Penn comme Ambassadeur itinérant pour Haïti. Sean Penn a été honoré pour son travail de secours en Haïti suite au séisme de janvier 2010. Le 14 janvier dernier, sa fondation « J/P Haitian Relief Organization » a recueilli 5 millions de dollars américains pour Haïti, lors d'une soirée à l'Hôtel Montage Beverly Hills, en Californie. Des célébrités comme comme Demi Moore, Melanie Griffith, George Clooney, Julia Roberts, Orlando Bloom, Mel Gibson ainsi que Cheryl Mills, chef de Cabinet du secrétaire d'État américain secrétaire Hillary Clinton, ont participé à cette activité.

Visite officielle de la Présidente du Brésil en Haïti
La Présidente de la République du Brésil, Mme Dilma Rousseff, arrivera en Haïti demain mercredi 1er Février 2012 à l'Aéroport international Toussaint Louverture aux environs de 9h30 a.m. Elle sera accueillie par le Président de la République, Michel Martelly, avant de se rendre au Palais National où les deux Chefs d'Etat s'entretiendront en privé. D'autres rencontres élargies sont également prévues en la circonstance avec tous les secteurs impliqués dans la coopération haïtiano-brésilienne. http://www.haitilibre.com/article-4811-haiti-politique-la-presidente-du-bresil-dilma-rousseff-prochainement-en-haiti.html

HL/ HaïtiLibre

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Haïti - Politique : Réactions du Gouvernement aux accusations de Mirlande Manigat


Haïti - Politique : Réactions du Gouvernement aux accusations de Mirlande Manigat

31/01/2012 16:36:30

Haïti - Politique : Réactions du Gouvernement aux accusations de Mirlande Manigat
Suite aux déclarations de Mme. Manigat ce weekend passé, accusant le Gouvernement pour son choix de la ville des Cayes pour la tenue du carnaval national, sur l'origine mafieuse de son financement et sur la piètre qualité de notre Carnaval, le Bureau du Premier Ministre dans un communiqué a réagit vigoureusement à ces « déclarations injustifiée ».

« Le Bureau de Communication de la Primature est choqué des déclarations injustifiées de la Secrétaire générale du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes, (RDNP), Mme Mirlande Manigat, contre le choix de la ville des Cayes pour l'organisation des festivités carnavalesques de 2012.

Le gouvernement rejette avec véhémence les accusations de corruption et de blanchiment d'argent de l'ancienne candidate à la présidence. Ces accusations, en plus de viser délibérément à miner le gouvernement, cherchent à saper les efforts qui sont consentis, depuis quelques temps, par la nouvelle administration pour projeter une nouvelle image d'Haïti, notre pays à tous. Le Premier Ministre tient à assurer le peuple haïtien tout entier de son dévouement à faire une gestion saine et efficace des deniers publics.

Par ses déclarations, Madame Mirlande H. Manigat, cherche tout simplement à boycotter la belle campagne de promotion qui est faite pour le Grand Sud dont les trésors artistiques et touristiques sont restés trop longtemps endormis dans l'ignorance de nos dirigeants successifs et des aspirants à la plus haute fonction publique. Il est incroyable qu'une ancienne postulante à la magistrature suprême de ce pays, puisse plaider contre la déconcentration et la décentralisation, s'opposer avec tant d'obstination et de mauvaise foi, à un programme de valorisation des provinces haïtiennes, qui organise à tour de rôle, des activités culturelles et touristiques qui mettent en exergue l'ingéniosité de leurs populations et leurs immenses potentialités.

Le carnaval, fête populaire par excellence, représente la plus grande vitrine d'exposition culturelle et artistique d'Haïti. Aussi le gouvernement est-il disposé à tous les efforts et sacrifices pour faire de cette grande première aux Cayes un véritable succès. »


Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4838-haiti-carnaval-des-cayes-tres-graves-accusations-de-mirlande-manigat.html

HL/ HaïtiLibre

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Lun 30-01 / Haiti + Manigat + Duvalier + Foot + Avis ressortissants étrangers...

Haïti - Justice : Le juge Carvès recommande que Duvalier soit jugé pour détournement de fonds publics
Haïti - Justice : Le juge Carvès recommande que Duvalier soit jugé pour détournement de fonds publics
30/01/2012 15:12:06
De source judiciaire, le juge d'instruction Carvès Jean chargé de l'affaire de l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, recommande le renvoi de Jean Claude Duvalier devant un tribunal correctionnel...
http://www.haitilibre.com/article-4845-haiti-justice-le-juge-carves-recommande-que-duvalier-soit-juge-pour-detournement-de-fonds-publics.html
Haïti - Social : Des étudiants en droit protestent contre un programme de Sophia Martelly
Haïti - Social : Des étudiants en droit protestent contre un programme de Sophia Martelly
30/01/2012 14:21:26
Plusieurs étudiants de la faculté de Droit de Jacmel ont protesté, vendredi dernier lors d'une distribution de paniers alimentaires, organisée par le bureau de la présidence au sein de la faculté, dans le cadre d'un programme lancé par la Première Dame...
http://www.haitilibre.com/article-4844-haiti-social-des-etudiants-en-droit-protestent-contre-un-programme-de-sophia-martelly.html
Haïti - Social : Nouvelle Mission de Michel Forst sur les droits de l'homme en Haïti
Haïti - Social : Nouvelle Mission de Michel Forst sur les droits de l'homme en Haïti
30/01/2012 12:35:31
Michel Forst, l'Expert indépendant de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Haïti, visitera Haïti du 31 janvier au 8 février 2012 afin d'évaluer la situation des droits de l'homme depuis sa dernière mission en septembre 2011...
http://www.haitilibre.com/article-4843-haiti-social-nouvelle-mission-de-michel-forst-sur-les-droits-de-l-homme-en-haiti.html
Haïti - Politique : Assemblée Nationale en vue de ratifier des accords internationaux
Haïti - Politique : Assemblée Nationale en vue de ratifier des accords internationaux
30/01/2012 12:11:42
Le Sénateur Simon Dieuseul Desras, Président du Sénat, a annoncé qu'une Assemblée Nationale se réunira en session ordinaire, mardi 31 janvier, pour travailler sur huit accords et conventions internationales en vu de leurs éventuelles ratifications...
http://www.haitilibre.com/article-4842-haiti-politique-assemblee-nationale-en-vue-de-ratifier-des-accords-internationaux.html
Haïti - FLASH IMPORTANT : Avis de 15 jours aux ressortissants étrangers
Haïti - FLASH IMPORTANT : Avis de 15 jours aux ressortissants étrangers
30/01/2012 11:32:56
Le Ministère de l'Intérieur, des Collectivités Territoriales et de la Défense Nationale rappelle à tous les ressortissants étrangers, séjournant pour plus de 90 jours au pays ou vivant sur le sol national, l'obligation formelle qui leur est faite...
http://www.haitilibre.com/article-4841-haiti-flash-important-avis-de-15-jours-aux-ressortissants-etrangers.html
Haïti - Football : Jean Bart (Dadou) réélu a l'unanimité à la tête de la FHF
Haïti - Football : Jean Bart (Dadou) réélu a l'unanimité à la tête de la FHF
30/01/2012 11:03:47
Ce dimanche 29 janvier, au ranch de la Croix-des-Bouquets, la Fédération Haïtienne de Football (FHF) réunie en Congrès, à procédé à l'élection du Comité exécutif qui assurera pour 4 ans la direction de la Fédération. Les délégués avaient à choisir entre...
http://www.haitilibre.com/article-4840-haiti-football-jean-bart-dadou-reelu-a-l-unanimite-a-la-tete-de-la-fhf.html
Haïti - Économie : Modernisation du processus de création d'une société anonyme
Haïti - Économie : Modernisation du processus de création d'une société anonyme
30/01/2012 09:33:03
Le Président Martelly, annoncera demain mardi 31 janvier, un ambitieux projet de modernisation du processus de création d'une Société Anonyme. Une réponse à la lourdeur administrative qu'avait constaté le Président dans plusieurs de ses interventions...
http://www.haitilibre.com/article-4839-haiti-economie-modernisation-du-processus-de-creation-d-une-societe-anonyme.html
Haïti - Carnaval des Cayes : Très graves accusations de Mirlande Manigat...
Haïti - Carnaval des Cayes : Très graves accusations de Mirlande Manigat...
30/01/2012 08:41:32
Mirlande Manigat a porté de graves accusations sur les raisons qui ont conduit le Gouvernement à choisir les Cayes pour la tenue du Carnaval, sur l'origine mafieuse de son financement et dénigré la piètre qualité de notre Carnaval National...
http://www.haitilibre.com/article-4838-haiti-carnaval-des-cayes-tres-graves-accusations-de-mirlande-manigat.html
Haïti - Politique : La liberté de presse progresse en Haïti
Haïti - Politique : La liberté de presse progresse en Haïti
30/01/2012 07:58:05
Reporters Sans Frontières, vient de publier son classement mondial de la liberté de presse 2010. Haïti est classée 56e sur 179 pays, soit 2 places de mieux qu'en 2010 [...] Haïti devance de 43 places la République Dominicaine...
http://www.haitilibre.com/article-4837-haiti-politique-la-liberte-de-presse-progresse-en-haiti.html
__._,_.__

Haïti - Santé : Nouveau réseau ambulancier public pour répondre aux urgences. Le 116 sera le numéro d’urgence pour toutes personnes ayant besoin d’une ambulance.

28/01/2012 12:29:46

Le Dr Carl Murat Cantave, Secrétaire d'État à la population a annoncé jeudi dernier, la mise en opération à compter du 1er février, d'un réseau ambulancier public, constitué d'un parc de 35 ambulances pour répondre aux urgences des habitantes du département de l'Ouest. 5 ambulances supplémentaires, resteront en réserve en cas de problèmes.

Un nouveau numéro de téléphone, le 116 remplacera tous les autres numéros d'urgences, entre les personnes ayant besoin d'une ambulance et le réseau, à fait savoir Ralph Sénécal chargé du fonctionnement du service ambulancier. La gestion du réseau sera effectué à partir d'un centre de commandement [situé dans le quartier de Maïs Gâté] composé d'un centre de communication, d'un dortoir et d'un garage pour les ambulances.

« La couverture du département de l'Ouest sera assurée à travers 7 circuits », a précisé le Docteur Cantave. Ce premier réseau ambulancier public dans l'Ouest, devra déboucher progressivement sur la mise en place d'un système ambulancier national et sur l'amélioration progressive des structures sanitaires d'urgence. Le prochain réseau ambulancier, constitué de 10 ambulances, devrait être mise en service dans l'Artibonite.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3623-haiti-sante-30-ambulances-et-360-tonnes-de-medicaments-don-du-bresil.html

HL/ HaïtiLibre

Envoyé par mon BlackBerry
---------------
"Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi" Margaret Mead (1901-1978)

lundi 30 janvier 2012

Aucun risque d'échec quand on affronte les nullards qui ont détruit Haïti en 25 ans au nom de la démocratie et du changement. (Texte de Cyrus Sibert)

Aucun risque d'échec quand on affronte les nullards qui ont détruit Haïti en 25 ans au nom de la démocratie et du changement.

Explications à un lecteur sur Facebook.

Je suis un journaliste d'opinion. Je respecte les faits, mais j'ai une opinion sur les évènements que je commente. C'est d'ailleurs la situation de toute la presse haïtienne certains sont anti-duvaliériste, anti-Lavalas; Caraïbesfm est anti-Martelly, moi je soutiens Martelly. Certes, quelques médias s'efforcent à garder une certaine neutralité, cependant la majorité a des positions affichées. D'ailleurs, c'est la réalité un peu partout à travers le monde. Avec les élections américaines, "New York Times", "Los Angeles Times" et "Washington post" supporteront le Candidat Démocrate ou Républicain.

Étant un Capois authentique, c'est-à-dire un homme libre qui ne consulte pas les grands patrons des médias de Port-au-Prince avant d'adopter une position, je me positionne en fonction de ma compréhension de la réalité et surtout en fonction de mes souhaits de voir Haïti devenir un Etat moderne comme la République Dominicaine, le Costa Rica et d'autres pays de l'Amérique centrale. En ce sens, Je fais passer mes opinions sur les évènements et sur les dirigeants. Toutefois, je suis assez honnête pour respecter la vérité, les faits.

Dans la capitale haïtienne 80% des médias sont anti-Martelly. Ils ne le trouvent pas assez intellectuel pour diriger le pays, donc ils supportent mal que leur candidat, Madame Manigat, soit battu par un vulgaire musicien. Alors, ils font de la subversion, ils tombent souvent dans la propagande mensongère et ils diffusent les informations au rabais. Démonisation. Pour cela, ils utilisent Moise Jean-Charles qui ne fait que lancer des accusations sans fondement contre le Chef de l'Etat. Ils se cachent derrière son immunité liée à son statut de Sénateur pour créer une opinion hostile au Palais National. Alors, ces médias se sentent embarrassés quand je démontre le vrai visage de Moise Jean-Charles que j'ai toujours combattu pour ses actes de violence, de spoliation et ses crimes.

Nombreux sont les médias qui se prennent pour des faiseurs de pouvoir. Si un dirigeant n'est pas leur création, ou ne fait pas leurs quatre volontés, ils le détruisent même quand il n'y a pas une politique systématique de persécution contre la presse.

Ce sont des médias qui chaque jour avaient l'habitude de dénoncer, comme moi, le Maire de Milot Moise Jean-Charles pour ses forfaits. Aujourd'hui, ils en font leur vedette.

C'est la même situation pour Jean-Bertand Aristide. Ces médias qui en 2003 dénonçaient les crimes et violations de droits humains sur le régime lavalas, ne disent plus rien. Les victimes du massacre de La Syrie n'auront pas de justice. La femme de Jean-Dominique est plus intéressée à attaquer Jean-Claude Duvalier qui a exilé son mari qu'à porter plainte contre Jean-Bertrand Aristide et son régime sous lequel il a été assassiné. De même pour le Pasteur Sylvio Claude assassiné aux Cayes le 29 septembre 1991.

Mémoire sélective! Justice sélective! Relativisme!

Un criminel est criminel s'il ne partage pas la même idéologie que soi.

Pour Harry Jean-Philippe, "Moise Jean-Charles peut-être un assassin, mais il a le courage de dénoncer Martelly". Le même courage qu'il a eu pour ordonner à ces hommes d'abattre le militant Guy Salvant qui avait commis le crime de rappeler à des civils armés qu'ils n'avaient aucun droit de molester de paisibles citoyens.

Ce sont des gens sans principe qui peuvent encenser un criminel, un bandit qui a fait pleurer des familles dans le seul but de défendre leurs intérêts politiques et économiques.

Quant à mon ami Harry Jean-Philippe, c'est le symbole même des hommes de la gauche démagogique, errant dans les sociétés capitalistes sans boussole ni principe. L'instabilité en Haïti fait partie de leur fond de commerce. Ils peuvent se laisser instrumentalisés naïvement par les défenseurs du statu quo haïtien dans la défense de leur intérêt.

La bataille continue et la fin me donnera raison. Il n'y a aucun risque d'échec quand on affronte les nuls qui ont détruit Haïti en 25 ans au nom de la démocratie et du changement. Ces gens ont détruit ma génération, ils nous ont utilisés comme matière première de leur démagogie révolutionnaire en enfonçant Haïti dans une situation chaotique et honteuse. Heureusement, je garde encore le courage de les affronter.

Martelly doit pouvoir exécuter ses promesses. Il doit-être jugé sur résultat. Aucun démagogue des temps passés ne me fera croire que leurs idées préconçues sont capables d'anticiper son échec.

Sachez que le Président fait face à de grande résistance. Des duvaliéristes jaloux qui le voient comme un outsider ignorant qui a volé leur chance, des anciens amis et d'autres éléments insatisfaits, des éléments de la gauche nihiliste qui ont peur de sa réussite qui rendra leur retour au pouvoir impossible, les défenseurs du statu quo ante monopoliste qui voient en l'ouverture du marché haïtien un danger pour leur existence, des ONGs et lobbyistes qui souhaitent retrouver leurs contrats juteux du temps d'Aristide; tous, ils forment une grande coalition qui résiste, une coalition qui doit avoir en face d'elle de combattants déterminés à leur dire la vérité, même quand elle blesse.


Envoyé par mon BlackBerry
---------------
"Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde.
En fait, cela se passe toujours ainsi" Margaret Mead (1901-1978)

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

C3 GROUPE -- SPÉCIAL du dimanche 29 janvier 2012

SPÉCIAL du dimanche 29 janvier 2012

Les grands titres

Le séisme à Haïti pourrait marquer le début d'un nouveau cycle sismique

AFP

27 janvier 2012

Source: lesechos.fr


Haiti-Rép. Dominicaine : L'incident Bosch et le silence des autorités

Par Edwin Paraison

jeudi 26 janvier 2012

Source: alterpresse.org

EDITORIAL - New Government Must Engage Haïti

January 29, 2012

Source: jamaica-gleaner.com


Le séisme à Haïti pourrait marquer le début d'un nouveau cycle sismique

AFP

27 janvier 2012

Source: lesechos.fr

Le séisme qui a détruit une grande partie de Port-au-Prince en janvier 2010 pourrait être la manifestation d'un nouveau cycle d'activité sismique avec de futurs tremblements de terre dévastateurs en Haïti, selon une recherche dévoilée jeudi aux Etats-Unis.

Les archives historiques montrent une activité sismique fréquente dans cette zone des Caraïbes au cours des cinq cents dernières années, plus particulièrement sur l'île d'Hispaniola que se partagent Haïti et la République Dominicaine, soulignent les auteurs de cette étude parue dans le Bulletin of the Seismological Society of America.

Ces sismologues se sont appuyés sur les nombreux récits des destructions provoquées par ces différents séismes depuis 1500 pour évaluer leur intensité, leur situation géographique ainsi que leur amplitude afin d'élaborer un modèle.

Dans leur étude, ils font la description d'une série au XVIIIe siècle, de séismes dévastateurs sur la faille Enriquillo qui traverse l'île d'est en ouest.

Un tremblement de terre de magnitude 6,6 s'est produit en 1701 en Haïti tout près de l'épicentre du séisme de janvier 2010. Les descriptions faites alors des secousses et de leur intensité étaient similaires, soulignent ces scientifiques.

Ensuite une série d'importants séismes suivant une ligne est-ouest a commencé le 18 octobre 1751 (magnitude 7,4-7,5) probablement près de l'extrémité est de la faille Enriquillo en République Dominicaine.

Un second séisme de 6,6 de magnitude s'est produit le 21 novembre 1751 près de Port-au-Prince suivi le 3 juin 1770 d'un tremblement de terre de magnitude 7,5 à l'ouest du séisme de 2010 (magnitude 7).

Ce dernier séisme a eu lieu après 240 ans de pause sismique et "la faille Enriquillo paraît de nouveau active", souligne William Bakun, de l'Institut de géophysique américain (U.S. Geological Survey), un des principaux auteurs de cette communication.

Ces chercheurs font la même remarque pour la baie de San Francisco en Californie (ouest). Cette région américaine a connu un cycle d'activité sismique similaire marqué par une série de séismes de forte magnitude suivi d'une période de calme relatif.

William Bakun et ses collègues recommandent que Haïti et la République Dominicaine se préparent à des séismes d'une intensité semblable à ceux qui se sont produits depuis 1500.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a fait plus de 200.000 morts en Haïti et provoqué des dégâts matériels importants en grande partie à cause du manque de préparation, selon les experts.


Haiti-Rép. Dominicaine : L'incident Bosch et le silence des autorités

Par Edwin Paraison

jeudi 26 janvier 2012

Source: alterpresse.org

Le terrible tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 a marqué sans nul doute un tournant dans les relations dominico-haïtiennes. Ces deux pays se partageant une même ile avaient semblé prendre un nouveau cap malgré les tensions cycliques dans la gestion de leurs relations en raison d'un anti haitianisme militant de secteurs influents des classes dirigeantes dominicaines et d'un anti dominicanisme opportuniste chez certains haïtiens . Deux ans après la tragédie, plus conjoncturel que structurel, ce virtuel changement n'a pu éviter que les plaies non profondément traitées d'un passé encore récent, saignent à nouveau le jour de l'inauguration du campus universitaire de Limonade. Exposant ainsi nos rancœurs et nos poses hypocrites, cette fois à un incident lié à cette figure emblématique de la classe politique et la société dominicaine, l'écrivain Juan Bosch, Chef d' État (Février a Septembre 1963) et fondateur de l'organisation politique gouvernementale, le Parti de la libération Dominicaine (PLD).

Voila qu'un geste dont la finalité essentielle est incontestablement noble, qui aurait pu venir de n' importe quel autre gouvernement, sans créer ces remous et soupçons, fait couler, des deux cotés de l'ile, beaucoup d'encre. Dans le fond, cette situation met à nu, comme le souligne un journaliste de renom, Juan Bolivar Diaz, l'hypersensibilité qui nous affecte. Il faudrait ajouter que cette dernière découle de la méfiance historique encore présente dans nos relations et alimentée aujourd'hui par les grandes contradictions d'une gestion officielle peu transparente d'un coté, insouciante de l'autre.

18 mois pour construire l'université de Limonade sont considérés comme un temps record par les Haïtiens peu habitués au rythme de travail des compagnies dominicaines embauchées par les dirigeants pour des enjeux politiques de taille. Sans toutefois observer que cette célérité n'a pas encore été utilisée par l'administration dominicaine durant trois mandats (12 ans en Aout 2012) pour résoudre les aspects hautement sensibles de l'agenda bilatéral et qui malheureusement constituent la toile de fonds des questionnements à l'authenticité d'actions aussi lumineuses.

De notre part, confortables dans la dépendance, nous avons laissé que nos amis dominicains prennent tout en charge : l'architecture, les plans, la construction, l'inspection des travaux et le contrôle de qualité, voir même l'organisation du programme de l'inauguration. Sensés être nos invités ce jour la, ils étaient, chez nous, les organisateurs de leur propre fête. Officiellement, l'on ne connait pas la contrepartie haïtienne dans ses travaux. En République Dominicaine cependant, par la résolution 391-10 approuvée par le congres, le gouvernement a mis sur pied « L'Unité exécutrice de l'Université Publique d'Haïti ». Dans cette foulée, ils ont décidé et placé un écriteau avec le nom et la photo de Juan Bosch sur l'un des édifices du campus. Les Haïtiens étaient, à ce moment, trop occupés à se chamailler pour savoir qui aurait le contrôle de l'Université sans avoir le contrôle des chantiers.

A Port-au-Prince, une consultation officielle dominicaine un peu tardive a propos du nom déjà inscrit de Bosch uniquement sur l'édifice qui héberge l'auditorium et la bibliothèque n'avait pas fait l'unanimité. Des sénateurs de la région du nord ayant rencontré l'Ambassadeur dominicain Ruben Silie le jour de l'Assemblée Nationale, le 9 Janvier, lui ont fait part de cette situation et ont proposé que l'espace dédié a son illustre compatriote porte conjointement le nom d'une figure historique haïtienne. Entre autres, celui d'Anthenor Firmin a été suggéré. Le diplomate, un intellectuel respecté pour ses travaux sur notre pays et un ami du peuple haïtien, leur a signalé « qu'aucune autorisation n'avait été officiellement accordée par les principaux responsables dominicains pour mettre le nom de Bosch sur cet édifice ».

Des journalistes dominicains en visite de suivi une semaine avant l'inauguration avaient vu et filmé l'écriteau. A leur grande surprise, le jour J, le nom de Bosch n'y figurait plus. Les marques des lettres retirées étaient cependant toujours visibles. Malaise dans la délégation dominicaine. Questionnements par la presse voisine qui rapporte a partir de bribes d'informations non confirmées et des déclarations de la déléguée provinciale Esther Ramirez, « qu'un groupe de dissidents sous le leadership d'un sénateur haïtien avait retiré l'écriteau et détruit un portrait de Bosch ». Les réactions dans l'opinion publique ont été aussi rapides que la vingtaine d'hélicoptères ayant atterri sur le terrain de foot-ball du campus. Manifestation sans équivoque d'une supériorité militaire et économique des actuels dirigeants dominicains.

Tout semble basculer. Rapidement nos amis et voisins de l'est oublient que le président dominicain, le 31 juillet 2010 pour la pose de la première pierre de ce campus, avait reçu du Président René Préval la distinction de l'ordre national panaméricain Pétion-Bolivar. Que le 12 Janvier 2012 il avait été déclaré par le maire de Limonade « citoyen d'honneur » de la commune. Qu'il avait reçu une plaque de reconnaissance d'un groupe d'étudiants de la région du nord et que son nom avait été cité pour le moins en 14 occasions lors de la cérémonie d'inauguration par différents intervenants pour rendre hommage à son initiative. Les Haïtiens étaient simplement « des ingrats et des êtres sauvages comme leur ancêtre Christophe », selon l'animateur principal du programme très populaire « gouvernement du matin » sur la station la plus écoutée des ondes dominicaines Z-101. Propos qu'il a maintenus pendant plus d'une semaine chaque matin.

L'officialisme s'indigne ! Reinaldo Pared Perez, président de l'Assemblée Nationale et Secrétaire General du PLD, a immédiatement « rejeté de façon énergique cette attitude d'un sénateur haïtien ». Le député Pelegrin Castillo de la Force Nationale Progressiste (FNP) membre de l'alliance au pouvoir et dont le parti dirige la Direction Générale de l'immigration, considère le présumé acte comme « une offense provocatrice » et demande « une prise de position du congres dominicain ». Jose Miguel Fernandez, président du Centre Dominicain de Renforcement et d'Étude de la Sécurité Sociale (sigles en espagnol CDFESS) qualifie l'affaire « d'ignominie à la dignité du Prof Bosch ». D'un coup, une levée de boucliers se fait contre le nom du campus « Henri Christophe ». Contre le peuple haïtien et ses autorités.

207 ans après les crimes de guerre de Moca et Santiago sous la responsabilité de Christophe dans le cadre de la conquête de l'Ouest de Dessalines, certains des intervenants chercheraient semble t-il des coupables parmi nous. D'autres comme Euripides A. Uribe Peguerro, cet ancien chef de la Marine de Guerre dominicaine, dans un article publie par la presse locale sous le titre « On nous a humilié en Haïti », admet toutefois que ces actes -que tout Haïtien devrait qualifier de barbares- avaient été perpétrés prés de 40 ans avant la fondation de son pays (1844). En effet, Jean Marie Théodat, dans son livre « Haïti et République Dominicaine : Une ile pour deux », fait remarquer que la décision de Dessalines de marcher sur Santo Domingo était entre autre motivée par l'arrogance du General Ferrand, resté seul maitre de la partie orientale. Ce qui sous entend des préoccupations légitimes en termes de sécurité nationale en rapport à l'indépendance récemment acquise d'Haïti face aux troupes de Napoléon. Somme toute, ces faits constituent, comme le dit Théodat, l'une des pages les plus sanglantes de l'histoire de l'ile.

Il est un peu anormal tout de même que ces ressentiments aussi fortement exprimés aujourd'hui, en regard de notre histoire commune, par nos sœurs et frères dominicains, n'existent plus dans nos relations avec les français et les espagnols. On devra chercher ailleurs une explication.

Entre temps, une nouvelle fois le peuple haïtien était victime en République Dominicaine d'un bombardement médiatique et politique si fort que nos représentants, au lieu d'établir la vérité en vue de préserver notre bon renom et image, ont préféré assumer honteusement une responsabilité. Sans nul doute, le « picket line » de fonctionnaires et militants notoires du PLD en face de l' Ambassade d' Haïti à Santo Domingo le 18 Janvier dirigé par le Vice Ministre de l' éducation Luis de Léon, leader du mouvement « Force Boschiste » arborant le drapeau dominicain, a provoqué une telle panique que l' Ambassadeur Fritz Cineas, figure notoire du duvaliérisme, régime durant lequel s' est enregistré en 1963 la crise la plus sensible entre nos deux pays depuis 1937 et des hostilités graves entre les deux gouvernements sous la présidence de Bosch, a tenu ces propos en le recevant : « Le professeur Bosch est admiré et respecté par l' immense majorité des Haïtiens ». Le diplomate d'ajouter : « l'acte duquel sont accusés les Haïtiens est de la responsabilité d'un groupe restreint de perturbateurs ». Ou a-t-il confirmé cette information ? Si des responsables mieux placés tels que le recteur de l'UEH et le maire de Limonade Jean Delavoix Manguira ont déclaré a la télévision dominicaine n'être pas au courant de ces faits.

Le rapport qui s'en suivit, dirigé à la chancellerie haïtienne, nous fait passer d'une position de victimes à coupables. Il manquait seulement les excuses officielles haïtiennes à la conférence de presse présidée le lendemain par notre chancelier à Port au Prince, en présence notamment de l'ambassadeur dominicain. La mascarade de changement de nom du campus de Henri Christophe a Henri 1er n'a fait que culpabiliser encore plus la partie haïtienne quand les deux parties n'avaient jusqu' a ce moment montré aucune objection en rapport au nom du héros haïtien, fierté des gens du nord, utilisé pour la première fois par le recteur Vernet Jean Henry lors de la pose de la première pierre en présence des deux Chefs d' État de l'ile.

Les autorités des deux pays, de façon inexplicable, ont délibérément choisi de ne pas saisir l'opportunité de cette conférence de presse pour rétablir la vérité. L'évaluation de la gestion faite par la diplomatie haïtienne de ce dossier est obligatoire afin de déterminer les responsabilités d'un mutisme aggravant face aux attaques gratuites contre la nation haïtienne et son dénigrement systématique à partir des faits décrits plus haut. L'attitude dominicaine devrait probablement être analysée à partir de la conjoncture locale. Il s' agit avant tout, du cout politique que représenterait dans l'actuel contexte pré-électoral pour le pouvoir dominicain durement attaqué sur plusieurs fronts sur le même dossier, par l'opposition, d'admettre que la décision qui a provoque ce tollé a été librement prise par la partie dominicaine, en vue de réparer l' erreur protocolaire et politique, d' inscrire le nom du Fondateur du parti officiel sur l' un des édifices du campus, sans consultation préalable avec la partie haïtienne. Le Parti Révolutionnaire Dominicain (PRD) a clairement des raisons politiques d'exiger des explications, mais la société civile binationale est aussi en droit de faire toute la lumière sur cette affaire qui met en cause directement les autorités. Leur silence au cours de ces diatribes nationalistes dominicaines a hautement contribué à renforcer la stigmatisation et les préjugés contre l'Haïtien dans la société dominicaine et le peuple haïtien de façon générale.

Contrairement donc à ce qu'a rapporté la presse dominicaine, il n'y a eu aucune participation haïtienne directe dans l'enlèvement de l'écriteau et de la photo de Bosch. Même lorsqu' en Haïti l'on partage certains des arguments présentés par des intellectuels dominicains dans les houleux débats qui ont suivi l'inauguration. Juan Bolivar Diaz par exemple, souligne que Bosch pendant les dernières années de sa vie « a offensé l'intelligentsia haïtienne en affirmant que ses membres sont incapables de vivre en démocratie et en les comparant à des animaux domestiques ». De son coté, Jose Baez Guerrero a fait observer que la gestion erronée de Bosch en 1963 a failli provoquer une guerre entre les deux pays. De même, l'on se rappelle que l'alliance Bosch-Balaguer en 1996 à travers le Front Patriotique National pour barrer la route à Pena Gomez, d'origine haïtienne, au profit de Leonel Fernandez, a donné lieu à la plus terrible campagne anti-haïtienne depuis 1937. Malgré tout, il n'y avait aucune position radicale contre Bosch.

L'écriteau et la photo, ont été retirés, avec l'accord de la présidence dominicaine, suite à la conversation entre l'Ambassadeur Silie et des sénateurs haïtiens de la région du nord, le jour précédant l'inauguration. L'ingénieur dominicain qui les avait placé, rouge de colère en descendant de son hélicoptère en provenance de Santo Domingo, selon des témoins oculaires, a du les enlevés avec l'aide de ses ouvriers et non de perturbateurs haïtiens. Aucun des sénateurs, encore moins Jean Baptiste Bien Aimé, une personnalité hautement appréciée particulièrement à Dajabon ou il a été consul pendant plusieurs années, n'était présent à ce moment.

Le peuple haïtien, vilipendé à cause du silence des autorités de l'ile, a droit a un mea culpa de la part des responsables.

Source: alterpresse.org


EDITORIAL - New Government Must Engage Haïti

January 29, 2012

Source: jamaica-gleaner.com


It would be understandable if recent events in this country distracted Jamaican public officials, including the former prime minister, Mr P.J. Patterson, from concentrating too closely on developments in Haiti.

But now that the general election is past and an administration has assumed office, it is time for Jamaica to renew attention to one of its closest neighbours, putting special focus on pulling Haiti in the mainstream of the Caribbean family. For in the absence of the strong regional initiative to help shore up Haiti, we fear there is a risk of that country's people growing cynical about its fledgling democracy, increasing the likelihood of political instability and the impunity that has marked too much of Haitian history.

Jamaica is better positioned than its partners in the Caribbean Community (CARICOM) to offer leadership in this regard. Additionally, the efforts of the previous administration notwithstanding, an expanded Haitian initiative from Kingston would have been made easier with last month's return of the People's National Party (PNP) to office.

This newspaper's concern over Haiti is from our sense that two years after the 2010 earthquake that devastated the country, the Haitian people may be growing disenchanted, even restive, over the recovery effort.

Of course, it would be unreasonable to expect anything close to full recovery in two years from an event that killed more than 220,000 people, destroyed or damaged the majority of the buildings in the capital, Port-au-Prince, left nearly 1.6 million homeless and crippled an already merely limping economy.

But from the perspective of many, the recovery is taking place far too slowly, and much of the presumed expenditure on the reconstruction is either being squandered or not reaching the intended target.

Pledges

Another element of the problem, too, is that the international community's disbursement of assistance has not kept pace with pledges. For instance, of the US$4.5 billion pledged to Haiti over 2010 and 2011, 47 per cent is still to be disbursed. Moreover, much of the aid promised, either by governments or private agencies, never reaches the country. Large portions flow right back to the donors for reimbursements and contracts of various kinds, or to maintain non-governmental organisations that compete in the blooming aid sector.

There is also the fact of Haiti's historically weak institutional capacity that was further undermined by the effects of the earthquake. Here is where we believe Jamaica and CARICOM, of which Haiti is a member, can play a greater role.

Mr Patterson, a former Jamaican prime minister, is CARICOM's special envoy on Haiti. As head of a PNP government, he pressed for Haiti's accession to the Community. His party is philosophically and historically regionalist, and its current leader and prime minister has responsibility for external affairs within CARICOM.

This is a timely convergence that we believe that Jamaica should leverage in an effort to have CARICOM, insofar as it can, press the international community to keep its promises to Haiti.

Prime Minister Portia Simpson Miller and Foreign Minister A.J. Nicholson must place Haiti on the agenda.

We believe, too, that CARICOM itself must do more on the ground to help Haiti rebuild its institutions to function as a modern state.

The opinions on this page, except for the above, do not necessarily reflect the views of The Gleaner.


http://ctroisgroup.com/revue-de-presse/722-special-du-dimanche-29-janvier-2012.html


C3group

Tel: 3422-4471/786-350-4415

ctroisgroup@yahoo.fr / info@ctroisgroup.com

www.ctroisgroup.com

Haiti a la 18e Conference des Chefs d'Etat de l'Union Africaine.

HAITI A LA 18E CONFERENCE DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENTS DE L'UNION AFRICAINE
Adddis-Abeba- 30 Janvier 2012- Haiti participe actuellement à la 18e Conférence Internationale des Chefs d'Etat et de Gouvernements qui se tient à Addis-Abeba en Ethiopie avec la participation de 2,500 délégués venus des quatre coins du monde. Plusieurs chefs d'Etat européens, américains et asiatiques sont présents à titre d'observateurs.
La République d'Haiti a sollicité en cette occasion le statut de Membre Associé de l'Union Africaine, selon le chef de Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères , l'Ambassadeur Ady Jean Gardy qui représente notre pays à cette rencontre. La demande d'ahésion d'Haiti aupres de l'Union Africaine à cette Conférence de Chefs d'Etat a été longuement applaudie.
Le chef de la delegation haitienne , M. Ady Jean Gardy, au nom de la République d'Haiti, a souligné l'importance d'une telle demarche , qui vise pour la première fois à intégrer Haiti dans le concert des pays africains en tant que Membre Associé de l'Union Africaine , determiné à établir des échanges à tous les niveaux de la diplomatie d'affaires avec les Etats Africains. Au cours d'une conference de presse à Addis-Abeba, relayée par RFI, M. Ady Jean Gardy a rappelé l'intéret marquant du Président Michel Joseph Martelly, du Premier Ministre Gary Conille et du Ministre des Affaires Etrangères d'Haiti, Laurent Lamothe à cette demarche d'adhésion d'Haiti aupres de l'Union Africaine .
Le chef de Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères, M. Ady Jean Gardy, qui a rang d'Ambassadeur , a profité de cette 18e Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernements pour multiplier les contacts et entretiens avec les autorités éthiopiennes, et d'autres chefs d'Etat de passage à Addis Abeba, au nom de la diplomatie d'affaires et du developpement préconisé par le Ministre Laurent Lamothe.
Rappelons qu'à cette Conference participe également Ban Ki Moon, Secretaire General des Nations Unies, assisté de Joseph Deiss, President de l'Assemblée Générale de l'ONU, aux cotés d'une cinquantaine de chefs d'Etat, dont Denis Sassou Nguesso, President du Congo, de Jakaya Mrisho Kilwete , Président de la Tanzanie, de Allasssan Ouatara President de la Cote d'Ivoire ou de Mme Ellen Johnson la Présidente du Liberia. Plusieurs autres chefs d'Etat africains , notamment de Burkina Fasso, de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Ghana, de Mauritanie, du Rwanda, du Soudan, du Togo, de la Republique du Sahrawi , de la Tunisie ou du Nigeria ont profité de l'occasion pour annoncer leur intention de renforcer leurs relations diplomatiques avec Haiti dans le meilleur des délais.
M. Ady Jean Gardy au nom de la République d'Haiti a informé les représentants des différents gouvernements représentés , de l'intention du gouvernement haitien d'accréditer une mission diplomatique aupres de l'Union Africaine. Il a annoncé une éventuelle tournée africaine du Président de la République et du Ministre des Affaires Etrangeres Laurent Lamothe . Enfin il a promis de faire parvenir les instructions du Ministre des Affaires Etrangères d'Haiti au Comité des 10 Chefs d'Etat qui a été formé à Addis Abeba en vue de leur fournir les suggestions d'Haiti quant à une réforme urgente du système des Nations Unies et des structures de l'Union Africaine. L'Ambassadeur Ady Jean Gardy revient en Haiti cette semaine, apres la cloture de la 18e Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernements d'Addis- Abeba.

dimanche 29 janvier 2012

@reseaucitadelle Pou jete la troublay nan peyi-a yon rumeur ap kouri sou arestasyon Aristide. Se pa bon nouvel se manev pou destabilize peyi a.

Envoyé par mon BlackBerry
---------------
"Ne doutez jamais qu'un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi" Margaret Mead (1901-1978)

Haïti - Économie : À Davos le Président Martelly explique le potentiel d’Haïti aux investisseurs.

27/01/2012 09:47:09

Haïti - Économie : À Davos le Président Martelly explique le potentiel d'Haïti aux investisseurs
Le Président d'Haïti, Michel Martelly, lors de son intervention au 42e Forum économique mondial de Davos, en Suisse, a inciter une fois de plus, les investisseurs étrangers à venir en Haïti. Dans les discussions portant essentiellement sur les opportunités d'affaires au pays, le Chef de l'État a clairement expliqué aux potentiels investisseurs que le moment est venu pour s'engager dans la nouvelle Haïti, soulignant que les défis peuvent être aussi des occasions favorables de collaborer, d'innover et d'investir comme jamais auparavant.

Le Président Martelly a renouvelé sa détermination d'adopter d'importantes mesures pour maintenir un climat sécuritaire stable et faciliter les investissements dans le pays. Il est convaincu que les potentiels investisseurs ne seront pas déçus : « Dans le passé, la corruption avait chassé les investisseurs étrangers et nationaux. Cela est en train d'être changé sous mon administration, la corruption ne sera pas tolérée, nous avons une politique de tolérance zéro contre la corruption. Je tiens à vous assurer que je veillerai personnellement à ce que vos investissements en Haïti soient protégés. Beaucoup de grandes entreprises internationales qui investissent déjà en Haïti peuvent en témoigner [...]

En novembre 2011, plus de 1,000 entrepreneurs, dont 479 investisseurs internationaux venus de 30 pays, étaient en Haïti à la recherche d'opportunités. Les nouveaux investissements dans différents domaines sont évalués à plus de 200 millions de dollars américains. Les activités liées au tourisme, à l'industrie textile, à l'agriculture, à la pêche, à l'élevage, à la construction et aux télécommunications ont été identifiées comme les secteurs économiques auxquels il y a beaucoup de débouchés pour les investisseurs. »
http://www.haitilibre.com/article-4376-haiti-economie-bilan-positif-du-forum-invest-in-haiti.html

L'administration Martelly-Conille a identifié les cinq premiers secteurs de l'économie haïtienne présentant le plus de possibilités pour les investissements étrangers :

« 1. Tourisme
Depuis vingt ans de 1950 à 1970, Haïti a été la première destination touristique dans les Caraïbes. Le tourisme était alors la source de près de 20% du total des exportations et a généré près de 60.000 emplois directs et indirects. Après 25 ans d'absence, en 2012, Haïti revient sur les circuits touristiques. Nous avons signé plusieurs accords avec l'Organisation mondiale du tourisme pour promouvoir le tourisme. Les investissements du secteur privé dans le secteur du tourisme et l'hospitalité sont de l'ordre de plus de 450 millions de dollars pour 30 projets à différents stades de la planification.

http://www.haitilibre.com/article-4748-haiti-tourisme-stephanie-balmir-villedrouin-signe-d-importants-accords.html
http://www.haitilibre.com/article-4439-haiti-tourisme-la-ministre-du-tourisme-et-des-investisseurs-venezueliens-visitent-jacmel.html
http://www.haitilibre.com/article-4377-haiti-economie-signature-de-l-accord-de-construction-de-l-hotel-de-l-aeroport-international.html
http://www.haitilibre.com/article-4211-haiti-tourisme-tour-d-horizon-sur-le-developpement-touristique-en-haiti.html
http://www.haitilibre.com/article-4362-haiti-tourisme-marriott-international-ouvrira-un-hotel-de-173-chambres-a-port-au-prince.html

2. Manufacturation et Textiles
Le fabriquant coréen de vêtements le Sae-A Co. Ltd a investit plus de 60 millions de dollars pour la fabrication de textile va crée plus de 20,000 emplois à compter de mars prochain. Les entreprises peuvent tirer profit de la législation haïtienne de promotion commerciale préférentiel à l'exportation de produits en franchise de droits sur le marché américain.

http://www.haitilibre.com/article-4360-haiti-economie-pose-de-la-premiere-pierre-du-parc-industriel-de-caracol.html
http://www.haitilibre.com/article-4703-haiti-economie-la-compagnie-timberland-fabrique-ses-chaussures-a-ouanaminthe.html

3. Agriculture, Pêche et Elevage
L'agriculture est estimé à contribuer à environ 25% du PIB du pays, représentant environ 50% de l'emploi global, 66% des emplois dans les zones rurales, et 75% de l'emploi dans les ménages à faible revenu. Dans le passé, Haïti a produit plus de 80% de sa propre nourriture, et exporté le café, le cacao, la viande et le sucre. Aujourd'hui le pays est l'un des marchés les plus ouverts dans la région, en s'appuyant fortement sur les importations. Le gouvernement du Président Martelly a articulé sa vision pour la reconstruction et la reprise du secteur de l'agriculture dans le Plan national d'investissement, qui conduit à une variété d'interventions représentant un investissement de 800 millions de dollars une fois pleinement mis en œuvre.

http://www.haitilibre.com/article-4620-haiti-economie-martelly-rencontre-des-representants-du-secteur-de-la-peche.html
http://www.haitilibre.com/article-4391-haiti-agriculture-50-millions-de-dollars-pour-la-relance-agricole.html
http://www.haitilibre.com/article-4388-haiti-agriculture-la-cirh-alloue-17-millions-de-dollars-pour-la-production-laitere.html
http://www.haitilibre.com/article-4287-haiti-agriculture-les-agronomes-taiwanais-aux-cotes-des-riziculteurs-haitiens.html
http://www.haitilibre.com/article-3253-haiti-agriculture-ambitieux-projet-de-structuration-du-secteur-agricole.html

4. Infrastructures et la construction
Avec les dommages et les pertes du séisme de 2010 estimée à 7,9 milliards de dollars et des coûts de reconstruction totale d'environ 11,5 milliards de dollars. Cette année, nous prévoyons de dépenser plus de 250 millions de dollars sur les seuls projets d'infrastructures, qui permettra de créer d'innombrables opportunités pour les entreprises d'infrastructure. Les infrastructures qui ont besoin d'être reconstruites inclut les aéroports, ports, routes, approvisionnement en eau, production d'énergie ...

http://www.haitilibre.com/article-4531-haiti-aeroport-martelly-inaugure-la-salle-de-depart-de-l-aeroport-international-toussaint-louverture.html
http://www.haitilibre.com/article-4801-haiti-reconstruction-40-7-millions-d-euros-pour-44-kilometres-de-route.html
http://www.haitilibre.com/article-4709-haiti-reconstruction-lancement-du-projet-de-reconstruction-a-carrefour-feuilles.html
http://www.haitilibre.com/article-4572-haiti-reconstruction-importante-etude-d-infrastructures-portuaires-dans-le-nord.html
http://www.haitilibre.com/article-4499-haiti-energie-20-millions-de-dollars-pour-la-centrale-hydroelectrique-de-peligre.html
http://www.haitilibre.com/article-4438-haiti-reconstruction-55-millions-de-dollars-pour-les-routes-d-haiti.html

5. Télécommunications
Les principales entreprises de télécommunications de la région ont confiance dans notre marché et ils ont été impliqués depuis des années et, plus récemment, une autre compagnie importante [Natcom] a pénétré le marché et a fait un investissement substantiel.

http://www.haitilibre.com/article-473-haiti-telecommunication-300-millions-de-dollars-d-investissement.html
http://www.haitilibre.com/article-2258-haiti-telecommunication-comcel-investit-40-millions-pour-son-reseau-mobile-3g.html »


Le Président de la République, devant une assistance composée d'hommes et de femmes politiques et économiques discutant de la situation économique dans le monde lors du sommet de Davos, a réaffirmé son engagement d'apporter beaucoup plus de résultats afin de satisfaire les besoins du peuple haïtien et de propulser Haïti sur la voie d'une croissance économique durable.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4724-haiti-economie-laurent-lamothe-annonce-des-centaines-de-millions-pour-la-reconstruction.html
http://www.haitilibre.com/article-4722-haiti-economie-gouvernement-et-secteur-prive-au-premier-forum-sur-la-reconstruction.html
http://www.haitilibre.com/article-4777-haiti-economie-ayez-confiance-en-haiti-vous-ne-le-regretterez-pas-affirme-le-president-martelly.html
http://www.haitilibre.com/article-4595-haiti-economie-rencontre-sur-la-copropriete-signature-ce-vendredi-d-un-arrete.html

S/ HL/ HaïtiLibre

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)