Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 6 mars 2012

Haiti: One Table, Many Partners Conference Protection of Children in Haiti from Sexual Abuse

Haiti: One Table, Many Partners Conference
Protection of Children in Haiti from Sexual Abuse 


March 6, 2012

Most Rev. Richard Malone
Most Rev. Guy Sansaricq
Haiti: One Table, Many Partners Conference 
Catholic Relief Services
United States Conference of Catholic Bishops
Washington, D.C.

Dear Bishop Malone and Bishop Sansaricq,

We write today to strongly urge you to present and examine the criminal child sexual abuse case, United States of America v. Douglas Perlitz, at the upcoming "Haiti: One Table, Many Partners"  conference in June.
In December 2010, Douglas Perlitz, founder and former Executive Director of Project Pierre Toussaint in Haiti, was sentenced in Connecticut federal court to almost 20 years in prison for sexually abusing boys who were under his care in Haiti.
In 1997, Perlitz founded Project Pierre Toussaint (PPT) in Cap-Haitien, Haiti's second-largest city, as a program to help street children. PPT provided shelter, food, and basic education for children living on the streets. Perlitz raised millions of dollars through grants and donations, and PPT grew to occupy a 10-acre compound with a school, dormitories, and a soccer field.
PPT was supported and funded by many Catholic organizations, including the Order of Malta, the Roman Catholic Diocese of Bridgeport, the Knights of Columbus, Fairfield University, the New England Society of Jesus and the Haiti Fund, Inc. a Connecticut based non-profit whose chairman, Rev. Paul Carrier, S.J., was the long-time Director of Campus Ministry at Fairfield University.
It is encouraging for us to know that the United States Conference of Catholic Bishops (USCCB) and Catholic Relief Services (CRS) has included the protection of children on its agenda at the first national conference on solidarity with Haiti, to be held from June 1st to 3rd, 2012 at the Catholic University of America in Washington, D.C. According to your web site "there are over 400 U.S. parishes partnered with parishes in Haiti and many other Catholics who are involved in helping Haiti in one way or another."

It is our firm belief that a presentation and discussion of the Perlitz case will provide conference attendees with the most comprehensive learning experience and inside look at the ways and means by which people and institutions in the United States failed to protect innocent children at their mission in Haiti due to a lack of checks, balances, systems, procedures and policies designed to protect children from abuse.

Therefore, we urge you to invite Assistant U.S. Attorney Krishna R. Patel, U.S. Attorney David B. Fein and Special Agent Rod Khattabi of the U.S. Department of Homeland Security's Immigration and Customs Enforcement to host these sessions. This landmark case established legal and law enforcement precedents by which a U.S. citizen will be prosecuted in U.S. federal court for crimes committed against children. no matter where in the world the crimes are committed. 

Children in Haiti are even more vulnerable to sexual abuse because of a lack of law enforcement and an effective child protective services system. An examination of this particular case will
awaken and educate attendees as to how and why the charismatic U.S. director of a private school in Haiti was able to manipulate so many adults and harm so many children for so many years.

At the sentencing hearing, the attorneys representing Perlitz made every effort to remind the judge of all the "good works" that Perlitz had accomplished in Haiti. In response, the judge told Perlitz, "If one digs a well to supply water to those who have never had water, and then that person poisons the water, was building that well a good deed?"

We look forward to hearing from you.

Sincerely,

Cyrus Sibert
Cap-Haitien, Haiti
509-3686-9669
Cyrus Sibert - Connecticut Post       
Le Ré.Cit. - Réseau Citadelle

Paul Kendrick
Freeport, Maine
New Haiti suits level claims against Rev. Carrier - Connecticut Post

______________________________ ____________________________

BACKGROUND


______________________________ ______________________________ _

In August 2007, the children who were being sexually abused by Douglas Perlitz began to cry out for help.  Here's a copy of the first published report.The abuse victims and Cyrus Sibert put themselves in great physical danger by reporting the abuse.

Cap-Haïtien, le Pédophile et son Centre d'Accueil pour ''Enfants de rue''

Cyrus Sibert,
AVEC L'OPINION,
reseaucitadelle@yahoo.fr
Radio Kontak Inter 94.9 F .M.
Cap-Haïtien, Haïti
19 Août 2007
 
La défense de la liberté exige l'intolérance du citoyen face à l'injustice. Même quand les victimes refusent que leur noms soient cités dans la presse, même quand au lieu d'enquêter sur les faits on préfère nous demander plus  de preuves et de porter plaintes, on ne saurait passer sous silence cette situation d'injustice à laquelle font face les enfants ''de rue'' et/ou ''dans la rue'' du Cap-Haïtien.
 
Il existe au Cap-Haïtien, un centre d'accueil qui aussi, constitue un centre d'abus pour les enfants de rue. Dirigé par un américain très connu dans le milieu, ce centre dispose d'un programme bien adapté et offre aux jeunes démunis des rues des possibilités d'épanouissement. On n'a qu'à observer l'évolution de ces jeunes exclus qui fréquentent le centre pour se faire une idée de son utilité. Ils y sont bien encadrés. Les programmes de formation technique et d'encadrement psychologique  sont d'une contribution énorme. De jeunes enfants pauvres arrivent à produire et à créer un revenu au point tel de devenir leader économique de leur famille.
 
On peut facilement apercevoir ces jeunes gens à la plage, dans les lieux de loisir accompagnés de travailleurs sociaux professionnels. Le centre fait tout pour les aider à réussir leur vie. Dans un pays où l'Etat néglige les plus faibles (pauvres, handicapés, enfants et vieillards), dans une société où il n'existe pas de programmes structurés de prise en charge des enfants sans abris, on ne peut qu'apprécier l'effort de ce centre dont nous nous gardons de citer le nom, pour le moment.

Cependant, faute de contrôle de ces initiatives privées par les services de l'Etat, ces genres de centres représentent souvent un espace privilégié pour des détraqués, des pédophiles ou homosexuels. A leurs yeux, les enfants de rue représentent une mine de chair fraîche à exploiter. Les plus petits sont entraînés par ignorance ou manque d'expérience. Il suffit de dire à un enfant : monte dans ma chambre, je vais t'apprendre quelque chose qui te fera du bien. Si tu le fais bien et sans problème et si tu gardes notre secret, je serai ton ami et....
 
Pour les plus vieux, les adolescents en âge de comprendre, on conclut un marché : Pas de chair, pas de support. Si tu n'acceptes pas de passer la nuit dans mon lit, tu seras obligé de quitter le programme. Le jeune qui refuse n'a d'autre choix que de retourner dans la rue sans encadrement et de voir le programme de financement de ses activités musicales ou sportives suspendu. 
 
Mais on peut toutefois renouer les liens. Il suffit de passer chez le Boss et se laisser abuser toute une nuit. Une nuit de plaisir et de douleur. Du plaisir pour le Boss qui utilise toute sorte de produits aphrodisiaques pour augmenter sa performance et de la douleur pour ce jeune de 15 ans qui explique, avec des larmes aux yeux, sa souffrance : Toute une nuit Cyrus ! Toute une 
nuit, pour le plaisir de cet homme blanc qui ne veut pas en finir !  Un triste témoignage qui ne pouvait nous laisser indifférent. Voir pleuré un jeune adolescent pris aux pièges d'un pédophile homosexuel à cause de la misère est émouvant.
 
Quant au Centre, les jeunes victimes le voient comme un acquis. Grâce à son travail, des démunis sont devenus musiciens, artisans, footballeurs, etc. Même quand ils nous racontent ces abus, ils ne veulent pas que ce programme soit suspendu. Le pédophile responsable semble 
avoir mis dans leur tête l'idée que s'ils rendent public ces faits il n'y aura plus de Centre. Il fallait voir avec quelle insistance on nous demande de ne pas mentionner les noms du Centre, de son responsable et même pas celui des victimes. Toutefois, l'un d'entre eux promet de témoigner s'il y a une enquête sérieuse sur cette affaire.
 
Alors ce qui est révoltant dans tout cela : Où est l'Etat qui empoche nos taxes ? Pourquoi les responsables haïtiens refusent-ils de contrôler ces centres privés ?  Pourquoi on n'y affecte pas des travailleurs sociaux, des étudiants stagiaires, comme on le fait pour les centres de santé ? Pourquoi les responsables méprisent-ils les démunis de ce pays au point de livrer nos enfants aux bouchers de la pédophilie et de l'homosexualité ?
 
Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
19 Août 2007  

Cyrus Sibert vous invite à suivre ses émissions 
sur 'Radio Kontak Inter' 94.9 F .M., Cap-Haïtien, Haïti.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

Aucun commentaire: