mercredi 18 juillet 2012

Lettre ouverte de Arthur Antoine : AU MAIRE DE JEAN-RABEL AU CHEF DE LA POLICE DU BOURG

 
                                                               Lettre ouverte
 

                   AU MAIRE DE JEAN-RABEL AU CHEF DE LA POLICE DU BOURG

 
 
   AUX AUTORITÉS CIVILES ET POLICIÈRES
   À LA POPULATION DE JEAN-RABEL
   AUX GENS DU BAS DE LA RUE St-PIERRE

   Inédit, incompréhensible, insolite, incroyable mais vrai.

   Que nul n'en ignore.
 
  Le monde entier est averti, la nation est prévenue.
 
   ''La chambre bondée d'Arthur Antoine pillée par Gary.''
 
    J'ai reçu plusieurs appels téléphoniques sur ce fait.
 
   En mai 2008, la veille de mon voyage de Jean-Rabel vers Miami, lors des funérailles de mon frère, ma mère m'a remis
   les pièces des archives de sa maison :  le procès-verbal d'arpentage et l'acte du notaire dûment enregistrés au bureau
   des impôts de Jean-Rabel.  

   Le lendemain des funérailles de ma mère, le dimanche 18 décembre 2011, j'ai transféré dans ma chambre déjà remplie,
   les choses de ma mère que j'ai voulu encore conserver.

   Avant de partir pour Montréal, j'ai verrouillé les portes (portes achetées de Miami) et j'ai donné à Madame Marie Josette
   François dite Miss Yolette et à Mademoiselle Nancy Fertil l'autorisation 'd'affermer' les pièces restantes.

   J'ai reçu plusieurs appels téléphoniques m'affirmant que le nommé Gary qui serait un des fils adultérins de Me Xavier
   Saint-Louis, a déverrouillé une porte et pilla la chambre.

   On rapporte que beaucoup de choses sont emportées.  Le foulard du jeune scout, les 'carnets' scolaires du lycéen, le
   portait peint par le grand peintre haïtien Walter Nottage, tant d'autres choses du passé conservées par les soins d'une
   mère furent froissées par les mains exécrables de ce malandrin Gary et jetées à la poubelle.

   Mon petit lit 'choucoune' acheté depuis les années 70 m'a toujours procuré un excellent sommeil.  

   Le lit de mère, le matelas, le sommier achetés depuis les Bahamas à la fin des années 80, restaient encore enviables. J'ai
   tenu à conserver d'elle, deux 'blenders' encore neufs.

   J'ai emmagasiné dans ma chambre tout ce que j'ai transféré du Canada vers Haïti et d'autres choses que je me suis
   procurées en Haïti, ex : les huit pièces d'un salon.

   Une grosse malle contenait les choses de mon amie et dans un coffre se trouvaient ses bijoux.

   Il y avait deux grandes tables redressées dans le fond de la chambre (grandeur d'une table : une feuille de ''plywood'').

   Derrière ces tables se trouvaient mon réservoir : la bible du théologien, la (T.O.B.) en deux tomes, un attaché-case, un
   dictionnaire 'petit Robert 1', des centaines de cassettes enregistrées, des cassettes vierges, des disquettes enregistrées, des
   disquettes vierges, des boites de livres rares, des revues, des journaux, des costumes, des pantalons, des chemises.

   Un petit camion a été frété pour amener les choses de mon amie et les miennes à Jean-Rabel.

   Au moment opportun, je rentrerai en Haïti et un procès lui sera intenté.
 
                                                                                                  Arthur Antoine 
____________________
"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)
Enregistrer un commentaire