lundi 29 juillet 2013

L'Association des Magistrats Haïtiens (ASMAH) dénonce une tentative d'assassinat sur la personne du juge instructeur Lamarre BÉLIZAIRE!

L'Association des Magistrats Haïtiens (ASMAH), dans le cadre de sa mission de promouvoir l'État de droit en Haïti par la surveillance et l'application de la loi et des interventions appropriées dans les 18 juridictions du pays, constate qu'une machine infernale d'intimidation commence à se mettre en branle contre les Magistrats qui travaillent sur des dossiers brulants du pays.    

L'ASMAH rappelle à tout un chacun que la justice doit être  libre et sans obstacle dans ses effets. Dans cette lignée, l'ASMAH dénonce énergiquement les menaces de mort et l'intimidation exercées à l'endroit de son Secrétaire Général, Me Lamarre BÉLIZAIRE dans la soirée du vendredi 26 juillet 2013,aux environs de 10hres du soir où des hommes lourdement armés à bord des motocyclettes se trouvaient masser à l'entrée de sa maison à Juvenat.                

Grâce à l'intervention de l'unité spécialisée de la Police Nationale d'Haïti, BIM le Magistrat a eu la vie sauve; suite  au traitement  du dossier  de  meurtre par l'assassinat sur la personne  du jeune étudiant finissant de l'université de Port-au- Prince,  Frantzy DUVERSEAU, en date du 18 octobre 2010.                                 

En conséquence, l'ASMAH par l'organe de son Président, Me Francisco RENÉ, demande à tous les détracteurs de stopper cette machine infernale et laisser libre arbitre aux Magistrats de faire leurs boulots; ce, pour une bonne distribution de la justice.  
           
Pour l'ASMAH,                      
Me Francisco RENÉ,  Président.
____________________

RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!

"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time."
(
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
  
Enregistrer un commentaire