mercredi 30 octobre 2013

Dossier - Haïti-Observateur : La vérité a triomphé en faveur de Laurent Lamothe


Le propriétaire du journal Haiti Observateur, Leo Joseph, a pris l'engagement de publier dans son journal en ligne une déposition sous serment qui prouve qu'il avait difusé des informations mensongères concernant le Premier Ministre Laurent Lamothe et son ancien partenaire d'affaires, Patrice Baker, en échange d'un abandon des poursuites engagées  par ces derniers en 2012 contre lui devant des tribunaux américains.

 Lamothe et Baker ont poursuivi le journal en ligne suite à un article qui les avait accusés d'utiliser le gouvernement haïtien pour faire pression sur la Haitel , un réseau de télécommunications en faillite, pour qu'elle vende ses actifs en dessous de leur valeur marchande  à Nord Citadel, une compagnie d'investissements souhaitant investir en Haïti.


En échange de l'abandon de la poursuite, le journal en ligne a décidé de publier dans son intégralité une déclaration sous serment faite par Michael Charles , le fondateur et associé gérant de Nord Citadel, confirmant pour l'essentiel que les allégations contre M. Lamothe et M. Baker ont été entièrement fabriquées .

 

Citant des passages de l'affidavit (déclaration sur serment), Charles a réfuté les allégations du journal Haiti Observateur, selon lesquelles le premier ministre a été impliqué dans la promotion de la vente. " Ni Nord citadel ni moi-même, n'avions jamais reçu de pressions, de quelque nature que ce soit, de la part de M. Lamothe, ... ou de quelque autre personne liée au  gouvernement haïtien . "


La déposition sous serment indique également que M. Joseph a dénaturé les sources qu'il a utilisées pour la rédaction de l'article. Il a affirmé qu'il avait interrogé M. Charles , le citant comme la source principale de ses allégations à l'encontre du Premier ministre, tandis que selon Charles, ladite interview n'avait jamais eu lieu, admettant cependant qu'il avait eu seulement une conversation téléphonique avec M. Joseph sur l'heure et le lieu d'un éventuel entretien.


Dans un autre passage de cette déclaration sous serment, Charles dément que les affirmations de Joseph que, lui, Charles, ait été traité en prince en Haïti par des fonctionnaires du gouvernement haïtien dans leur tentative de sceller la vente de Haitel. Charles a déclaré: " Je n'ai jamais été en Haïti dans ma vie. "


Citant Charles comme source , l'allégation centrale de Haiti Observateur, était que le premier ministre avait exercé des pressions sur Nord Citadel pour que cette compagnie dépose un acompte substantiel pour l'achat de la Haitel et qu'ils avaient « convenu d'un prix d'achat de $25 millions , même si les actifs de la Haitel valaient environ 80 millions de dollars.

Dans la déclaration sous serment , Charles a nié avoir jamais fait ces fausses déclarations au journal Haiti Observateur de Joseph simplement parce que l'interview n'a jamais eu lieu.


Selon un haut responsable de la Direction Général des Impôts (DGI), "la vente de la Haitel n'a jamais eu lieu , au contraire compte tenu de la faillite de la société , elle sera mise aux enchères dans les prochains mois".


Le Premier Ministre Lamothe a longtemps expliqué que ni lui ni son ancien partenaire n'avait intenté l'action en justice contre l'Haiti Observateur de M Joseph pour obtenir une compensation monétaire.

Lamothe a déclaré qu'il s'est senti complètement justifié dans ces déclarations de départ.

"Parce qu'en acceptant de publier cette declaration sous serment qui prouve sans l'ombre d'un doute que nous étions sincères dès le début et que M. Joseph ne racontait que des mensonges, l'objectif du procès a été plus qu'atteint "


Dans un jugement rendu en Février par un tribunal du district américain de Miami, le juge avait estimé que le journaliste et le journal en ligne avaient agi avec malveillance en publiant l'article. L'affaire a été portée en appel et l'abandon des poursuites mettra un terme au processus .


D'autres documents présentés pendant le processus soulignent également que le Haïti Observateur a été financièrement lié au propriétaire de la Haitel et le journaliste peut avoir accepté d'écrire et de publier l'article en agissant de connivence avec Frank Cine, le propriétaire d'alors de l'entreprise de télécommunications en faillite.


Salim Sukar , l'un des avocats haïtiens du Premier ministre a fait remarquer que la «vérité a prévalu » et que « le rejet de l'affaire devrait servir de leçon à tous les journalistes qui doivent se soucier de vérifier les faits et de respecter les normes éthiques avant de publier des déclarations malveillantes ».

Source: Rick Bajandas

 ____________________


RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!

"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time."
 (Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.) dixit Abraham Lincoln.  
Enregistrer un commentaire