mercredi 6 novembre 2013

L'ONU MAINTENANT PRÊTE À ABORDER TOUS LES ASPECTS DU PROBLÈME DU CHOLÉRA EN HAÏTI

L'ONU maintenant prête à aborder tous les aspects du problème du choléra en Haïti


Caption: Pierre Richard Casimir
HCNN , le 5 novembre 2013
Par Joe Colas
PORT -AU- PRINCE, Haïti ( HCNN ) - Le ministre des Relations Extérieures d'Haïti a déclaré mardi que les Nations - Unies acceptaient maintenant de discuter de tous les aspects des conséquences de l'épidémie du choléra, imputée à des casques bleus Népalais de la mission de maintien de la paix de l'ONU en Haiti, mais l'organisation mondiale avait à plusieurs reprises refusé d'aborder l'aspect relatif à la compensation réclamée par les proches de plus de 8.000 personnes tuées par ce fléau dans le pays des Caraïbes, au cours des 3 dernières années.
Pierre Richard Casimir a déclaré que le gouvernement haïtien a reçu il y a une semaine une lettre du secrétaire général de l'ONU , Ban Ki -moon, annonçant la nomination d'un envoyé spécial, Pedro Medrano, avec la mission d'aborder, avec les autorités haïtiennes, tous les aspects de la question du choléra en Haïti.
«Le Secrétaire général a décidé de nommer un représentant spécial sur la question du choléra qui travaillera avec le gouvernement haïtien afin d'aborder le problème du choléra dans tous ses aspects," a indiqué le ministre Casimir, au cours d'une séance d' interpellation au Sénat mardi.
Le ministre Casimir a déclaré que les Nations-Unies et le gouvernement haïtien ont déjà accepté de mettre en place une commission mixte pour travailler sur la question, commission qui sera présidée par le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe, pour la partie haïtienne , et l'envoyé spécial Pedro Medrano , représentant le organisation mondiale.
"Donc il nous reviendra, le gouvernement haïtien et les Nations Unies , de travailler ensemble par le biais de la Commission mixte pour régler le problème (choléra ) dans tous ses aspects," a insisté Casimir, sans fournir d'autres détails.
Cependant, de nombreux Haïtiens croient instantanément que ces nouveaux développements pourraient offrir une opportunité aux autorités haïtiennes et onusiennes pour aborder directement la demande d'indemnisation déposée par des alliés et des groupes agissant au nom des victimes du choléra en Haiti.
"Ma mère et ma petite sœur sont mortes dans l'épidémie de choléra et je crois que ma famille a le droit de recevoir une indemnisation pour la perte subie," a déclaré à HCNN Marie- Jeanne Simon , 27 ans, peu après l'annonce faite par Casimir."J'espère que maintenant l'ONU finira par admettre sa responsabilité et agir en conséquence," a déclaré Simon .
Plusieurs autres personnes ont des commentaires similaires et semblent convaincues que les troupes de l'ONU ont joué un rôle dans le déclenchement de cette maladie mortelle.
Plusieurs experts internationaux indépendants ont publié des études qui ont confirmé que le type de Vibrio cholerae , qui a causé l' épidémie en Haïti en octobre 2010 , est originaire du Népal, pays d'Asie du Sud , d'où un contingent militaire de l'ONU venait d'arriver .
L'épidémie a tué plus de 8.000 personnes et provoqué l'hospitalisation de plusieurs centaines de milliers d'autres. Grâce aux efforts internationalement applaudis, réalisés par Haïti et ses partenaires, la capacité de propagation de la maladie a considérablement été contenue .
Un groupe d'avocats a déposé le mois dernier une action en justice devant un tribunal fédéral de New York contre l'ONU afin d'obtenir une indemnisation pour le compte de plusieurs milliers de victimes.
Les responsables de l'ONU ont à plusieurs reprises refusé de reconnaître la responsabilité de l'organisation dans l'épidémie de choléra et avaient à plusieurs reprises évité même de discuter de toute demande d'indemnisation .
Le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe a déclaré récemment que l'ONU avait une responsabilité morale de soutenir les efforts visant à éradiquer le choléra, ce qui implique que l' ONU aurait joué un rôle dans l'éclatement de la maladie importée.
Lamothe a également appelé les Nations Unies à allouer à Haïti d'importantes sommes provenant d'un fonds mondial prévu pour cette cause, afin d'aider à éradiquer la maladie dans ce pays des Caraïbes.

Source: HCNN
Enregistrer un commentaire