vendredi 24 janvier 2014

José Marti honoré au Cap-Haïtien

Une place publique est, désormais, dédiée à l'apôtre de la lutte pour l'indépendance cubaine, José Marti ; le représentant personnel de Raul Castro et l'ambassadeur cubain en Haïti ont visité la résidence où a séjourné José Marti au Cap-Haïtien.
Les officiels haïtiens et cubains devant le buste de José Marti sur la place qui porte son nom au Cap-Haïtien 
Gérard Maxineau
L'ambassadeur cubain en Haïti, Ricardo Gracia Napoles, accompagné du représentant personnel du président Raul Castro, le ministre cubain de la Culture, Rafael Bernal, à l'entrée de la maison ayant abrité José Marti en 1895 
Gérard Maxineau

Le chef de l'État, Joseph Michel Martelly, a procédé, ce mardi, au Cap-Haïtien, à l'inauguration d'une petite place publique dédiée au héros cubain Jose Marti, située à proximité du boulevard du Cap-Haïtien, à la rue 17 A, dont la construction a été financée par le gouvernement cubain.

La cérémonie s'est déroulée en milieu de journée, en présence d'une impressionnante délégation cubaine coprésidée par l'ambassadeur cubain en Haïti, Ricardo Gracia Napoles, et du représentant personnel du président Raul Castro, le ministre cubain de la Culture, Rafael Bernal.

Le président de la République, qui s'est fait accompagner, entre autres de la ministre de la Culture, Joseph Darguste, et du député du Cap-Haïtien, Kenston Jean-Baptiste, n'a pas manqué de glorifier l'apôtre de la lutte pour l'indépendance cubaine. Martelly en a profité pour vanter la solidarité existant entre les deux peuples depuis des décennies et la coopération haïtiano-cubaine.

Le numéro un haïtien en a profité pour remercier les autorités cubaines pour leur contribution au développement du pays.

Partisans et supporteurs du chef de l'Etat se sont massés, en la circonstance, aux abords de la place José Marti pour manifester leur attachement au leader « Tèt kale » et à la coopération haïtiano-cubaine.

Tôt dans la journée, l'ambassadeur cubain en Haïti, Ricardo Gracia Napoles, accompagné du représentant personnel du président Raul Castro, le ministre cubain de la Culture, Rafael Bernal, a brièvement visité la résidence où a séjourné José Marti, considéré comme le plus grand martyr et l'apôtre de la lutte pour l'indépendance cubaine.

Les deux hommes ont visité quelques pièces de cette bâtisse du siècle dernier, avant de méditer devant une photo du héros cubain, précieusement gardée au salon du propriétaire de la maison.

« Nous espérons voir cette maison abriter, un jour, un musée dédié à la vie et à l'œuvre de José Marti », déclare le représentant du président Raul Castro, qui se dit « impressionné de savoir que Marti y a séjourné ».

« C'est un grand honneur d'être ici dans cette maison », a, pour sa part, déclaré l'ambassadeur cubain, qui a profité pour remercier les Capois d'avoir aidé Marti. Ce dernier a consacré sa jeunesse à la lutte anti-coloniale.

Sa lutte pour l'indépendance de son pays lui a valu de longues années de prison et d'exil, dans plusieurs pays, dont Haïti.

En Haïti, il a notamment résidé chez son ami Ulpiano Dellunde, au Cap-Haïtien, entre les rues 12 et 13 I, avec plusieurs de ses compagnons de lutte, dont Maximo Gomez. C'est d'ailleurs dans cette maison qu'il rédigea sa cinquième lettre à "sa fille" Maria Mantilla, après avoir quitté la Dominicanie, suite à l'échec par trahison début janvier 1895, du plan de débarquement grandiose à Cuba. Il fut tué le 19 mai 1895 à Dos Ríos, Cuba, après avoir livré bataille aux Espagnols qui occupaient son pays.

Son bref séjour au Cap-Haïtien lui a permis de s'approvisionner en armes et munitions pour ensuite s'embarquer vers Cuba, dans l'espoir de « libérer » son pays de l'occupation espagnole.

Gérard Maxineau gedemax@yahoo.fr Twitter: @gedemax
Source: Le Nouvelliste 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
  
 
But you can't fool all the people all the time."
 (
  
 Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
  Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
  
 ) dixit Abraham Lincoln.

Enregistrer un commentaire