samedi 4 janvier 2014

Michel Martelly, rassembleur pour 2014

Célébration des 210 ans de l'Indépendance
Michel Martelly, rassembleur pour 2014

Le Nouvelliste | Publié le : 03 janvier 2014

C'est en brodant autour du dialogue que le président de la République a marqué mercredi, aux Gonaïves, le 210e anniversaire de l'indépendance, en présence de deux anciens présidents et des plus hauts dignitaires de l'Etat. Annonçant que l'année 2014 sera marquée par des élections crédibles et démocratiques, Michel Martelly appelle à l'union de toutes les forces vives de la nation pour qu'enfin notre pays puisse respirer un nouvel air. De quoi raviver les débats sur la nécessité de la réconciliation nationale dans un pays où chaque ego est plus gros qu'un bœuf…
Le président Martelly salue les présidents des deux Chambres lors de la messe du premier janvier aux Gonaïves 
Le président Martelly, sa femme (au centre) avec deux de ses prédécesseurs, Prosper Avril (à gauche) et Jean Claude Duvalier (à droite) et leurs épouses 

Rien n'a véritablement changé du rituel ! Mercredi 1er janvier. 11 heures 19. La cité de l'Indépendance, où la sécurité est renforcée depuis la veille, bourdonne d'activités. Déjà, les autorités défilent tour à tour. Les président et vice-président de l'Assemblée nationale, ministres, Premier ministre, parlementaires, membres du corps diplomatique… prennent place à la cathédrale du Souvenir. Bienvenue à la commémoration de l'épopée de 1804 ! « C'est le moment pour nous Haïtiens de revenir sur la portée et la finalité de la geste de 1804, a déclaré Mgr Yves Marie Péan, sans faire l'économie de souligner que le destin de notre peuple est jalonné de grandes souffrances et de situations conflictuelles qui entraînent de lourdes conséquences sur la vie du peuple haïtien.

Il est un fait certain que le pays va mal depuis plus de deux siècles. Mgr Péan en est conscient. « Aujourd'hui encore, nous continuons à générer entre nous des situations de méfiance et d'exclusion qui paralysent notre présent et menacent notre avenir, regrette le prélat, aux oreilles attentives du chef de l'Etat et d'autres grands dignitaires de l'Etat. Les luttes fratricides pour le pouvoir, le manque de respect des normes et des lois, les critiques négatives et destructives, la gabegie administrative et la corruption, la polarisation politique (…) engendrent le blocage et le fossé de plus en plus béant entre les nantis et les dépourvus. »

« Après 210 ans d'indépendance, des paysans sont encore sans terres, des personnes sans logis, des jeunes incertains de leur avenir, des vieillards sans protection sociale, beaucoup de familles continuent de fuir leur pays en affrontant les mers au péril de leur vie, traversant des frontières en essuyant l'humiliation, le rejet et même la négation de leurs droits les plus élémentaires, s'est-il désolé. Dans leur expatriation en quête de mieux-être, elles trouvent la maltraitance, la xénophobie et, à la limite, la mort. »  

La situation actuelle du pays, de l'avis de Mgr Péan, exige des mesures exceptionnelles et un certain dépassement de la part des principaux acteurs politiques en vue de trouver une solution définitive aux problèmes de notre pays. « Nous ne pourrons rien résoudre si on ne place pas au premier plan le bien commun et les intérêts suprêmes de la nation. S'il n'y pas de changement dans nos attitudes, le pays risque de s'en aller tout droit vers une catastrophe qui transformera tous les acteurs en perdants », a-t-il ajouté, croyant dur comme fer que le problème haïtien est un problème d'homme.

Souhaitant que 2014 soit une année de réconciliation, de recherche sincère de solutions porteuses d'avenir pour notre pays, il invite tous les acteurs à se mettre en symbiose pour entrer dans une dynamique de dialogue constructif, de négociation, de concertation faite d'ouverture devant conduire à un consensus loyal inspirant confiance. « C'est une responsabilité historique de nous atteler à reconstruire notre pays, a-t-il appelé. Nous devons en prendre conscience afin de mieux gérer la chose publique et à travailler pour le bien commun. Le pays a besoin de tous pour s'engager réellement sur la voie du développement. » Le leader spirituel a en outre fait ressortir, sans langue de bois, la nécessité d'un nouveau modèle de société respectueuse de la personne humaine, de nouveaux rapports sociaux plus justes et plus humains entre tous les Haïtiens de tout acabit.  

Aussitôt que le Te Deum a touché à sa fin, les gens – pour la plupart massés pendant des heures dans les parages de la cathédrale – se bousculaient sur la place d'armes de cette ville où la cote de popularité du président Martelly a grimpé depuis que celle-ci a été officiellement désignée comme le siège du carnaval 2014. « L'avancement de notre pays ne sera effectif que dans la stabilité, a déclaré le président de la République, Michel Martelly, devant des milliers de sympathisants, quelques minutes après avoir déposé une gerbe de fleurs aux pieds du monument de l'empereur sur la place d'armes. C'est dans la stabilité, dans la paix, dans l'union que nous parviendrons à construire un Etat fort pouvant défendre les intérêts de ses fils. Aujourd'hui, il est temps de bâtir une Haïti plus juste et inclusive. Il est urgent de reconstruire une Haïti pouvant se tenir debout face aux autres nations. » « Nous emprunterons cette année, à l'instar de nos ancêtres, la route de la paix, du dialogue, de la stabilité politique, d'élections crédibles et démocratiques (…), a-t-il dit, soulignant que la reconstruction du pays reste et demeure un vœu pieux si nous ne nous unissons pas. Conscient que le pays est profondément malade, le chef de l'Etat dit croire que son relèvement ne doit pas être l'apanage d'un clan ou d'un secteur, mais plutôt l'affaire de toutes les forces vives de la nation. « Seul le concours de tous ses fils peut aider à son redressement », a-t-il ressassé, rappelant les circonstances qui ont concouru à l'épopée de 1804.

Au-delà des différences, a-t-il enchaîné, nous devrions être à même de nous asseoir autour d'une même table en vue de défendre les intérêts suprêmes de la nation quand ceux-ci sont menacés. « C'est dans cet esprit que j'avais voulu rassembler à mes côtés tous les anciens présidents encore vivants dans le cadre de la célébration de l'épopée de 1804. C'est ensemble qu'il faut définir quel pays nous léguerons à nos progénitures. Faisons un seul faisceau pour chasser tout couac nous empêchant d'emprunter la voie du progrès et du développement », a-t-il affirmé, ferme, dans un discours de moins d'un quart d'heure.

« Dans la mesure où nous renouerons avec l'esprit de nos ancêtres forgeurs d'Etat, où nous retrouverons les chemins de l'union, où nous souscrirons à la discipline républicaine, nous viendrons à bout du sous-développement », a-t-il plaidé, annonçant par ailleurs que 5 millions de dollars américains seront investis dans des travaux infrastructurels dans la cité de l'indépendance avant le déroulement des festivités carnavalesques. A l'invitation du chef de l'Etat, les anciens présidents Jean-Claude Duvalier et Prosper Avril ont pris part aux manifestations marquant les 210 ans de l'indépendance d'Haïti.

Juno Jean-Baptiste
Le Nouvelliste,
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
  
        
   "You can fool some people sometimes, 
                
               
              But you can't fool all the people all the time."
 (
              
 Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
             
           Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
        
        
       ) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire