Follow by Email / Suivez nous par Email.-

jeudi 27 février 2014

Le Premier ministre appelle à la sérénité à l'occasion des festivités carnavalesques.

Le Premier ministre, S.E.M. Laurent Lamothe, lance un appel à la sérénité et à la solidarité à l’occasion des festivités carnavalesques qui se dérouleront aux Gonaïves les 2, 3 et 4 mars 2014, sur le thème : « Tèt kole pou Ayiti pi djanm ».

Le Chef du gouvernement croit que ces manifestations culturelles permettront d'améliorer la situation économique de plusieurs milliers artibonitiens. Aussi, saisit-il l'occasion pour inviter la population à se divertir fraternellement et à rejeter la violence à l’occasion de ces réjouissances populaires.

Le Premier ministre Lamothe souhaite un joyeux carnaval national à toutes et à tous, tout en renouvelant l’engagement de l’équipe gouvernementale d’œuvrer à la satisfaction des besoins de la population haïtienne.


Primature

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
   
  
 But you can't fool all the people all the time."
 (
   
  Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
   Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
   
  ) dixit Abraham Lincoln.

L'impunité des anciens dictateurs Duvalier & Aristide : La Main invisible. (Texte de Cyrus Sibert)

Les adversaires du Président Martelly aiment qualifier son régime de Duvaliériste, macoute ou Jean-Claudiste. Pour les victimes du régime des Duvalier, Martelly est le protecteur de l'ancien dictateur surnommé « Baby Doc ». Le Chef de l'Etat miserait sur sa présence en Haïti pour renforcer son contrôle sur le pouvoir d'Etat. Comme s'il suffisait de raconter des ragots pour essuyer le tableau de l'histoire, des « opposants » passent des heures d'antenne sur des medias et publient des articles dans des journaux et sur les réseaux sociaux avec l'espoir d'atteindre leur objectif consistant à détruire l'image du pouvoir en place.
 
Le but de ce texte est de rappeler que:

Jean-Claude Duvalier et Jean-Bertrand Aristide sont retournés en Haïti, la veille des élections présidentielles de 2011. Le Président René Préval, dans sa stratégie machiavélique anti-alternance, et, se croyant plus intelligent que tout le monde, avait orchestré ces retours spectaculaires, avec l'appui d'un secteur de l'international, dans le seul objectif d'éclipser le candidat Michel Martelly, grâce à la polarisation Macoute/Lavalas. Préval, voulait répéter le scénario de 1991, quand le retour du duvaliériste Roger Lafontant avait permis l'élection du Père Jean-Bertrand Aristide.
 
Ces retardés de la scène politique n'arrivent toujours pas à comprendre que si eux ils sont rétrogrades et conservateurs, le peuple haïtien a évolué. Leur scenario a été un échec total. Même avec la présence de Duvalier et d'Aristide sur le terrain, le peuple haïtien a confirmé sa volonté d'aller au delà des rivalités Macoute-Lavalas. Il a choisi un outsider, un chanteur-candidat sous-estimé par plus d'un.  Michel Martelly a ainsi remporté les élections et est devenu 56e Président d'Haïti, en Mai 2011. Trois (3) ans après, Aristidiens et Duvaliéristes n'ont pas pu empêcher le Président Michel Martelly d'attirer des foules à chaque déplacement. En décembre 2013, une enquête réalisée par une institution de grande renommée, l'a présenté comme le président le plus populaire du continent américain. [ http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/hait-diaspora-trait-dunion/miami/11352-michel-martelly-le-chef-detat-le-plus-populaire-de-lhemisphere ]

Alors, il n'y a rien de plus stupide que de présenter cet homme contre qui le retour des deux (2) dictateurs avait été orchestré comme protecteur ou bénéficiaire de leur présence en Haïti. 
 
Lors de la visite du Président Martelly en France la semaine écoulée, la presse française a fait du dossier de Duvalier un sujet majeur. On ne peut que se demander où était cette presse durant les 25 ans que Jean-Claude Duvalier avait séjourné en France ? Ses victimes avaient pourtant déposé des plaintes devant la justice française !
 
Quand aux victimes, celles qu'on voit dans les grands reportages de la presse étrangère sur le procès de Duvalier ont toutes exercé le pouvoir ou ont été proches des gouvernements qui se sont succédés de 1986 à 2011. On se demande pourquoi, ces gens n'avaient-ils pas mis en place le dispositif légal nécessaire pour juger Jean-Claude Duvalier ?
 
Un militant américain surnommé « Chasseur de dictateur » a déclaré dans un reportage : « Duvalier a commis le crime parfait qui consiste à tuer des gens et à détruire la justice qui doit pencher sur les crimes ». Nous pensons que c'est faux et illogique. On ne peut pas rendre Duvalier responsable du fait qu'après 25 ans de régimes dominés par ses opposants, rien n'a été fait pour le juger pour les crimes dont ils l'accusent. C'est vraiment illogique!
 
Comme nous l'avons dit à un ami qui voulait avoir notre opinion sur ce sujet : Nous pensons que juger Duvalier et Aristide apportera un confort politique majeur au régime TET KALE. Car, logiquement, si, malgré la présence de ces deux dictateurs, Martelly et son équipe ont pu prendre le pouvoir démocratiquement et gouverner sans inquiétude ; imaginez la situation si ces deux hommes disparaissent de la scène politique.
 
''La fin du bal des deux anciens dictateurs'' par leur jugement et leur emprisonnement serait un cadeau pour l'équipe en place qui pourrait s'assurer de dominer la scène politique d'Haïti pour longtemps.
 
Il faut chercher ailleurs ceux qui garantissent l'impunité des anciens dictateurs Jean-Claude Duvalier et Jean-Bertrand Aristide.
 
Cyrus Sibert, RéseauCitadelle,
Cap-Haitien, Haïti
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Haiti -Tourisme : Haïti se refait une image en tourisme...


La Ministre du Tourisme, Mme Stéphanie Balmir Villedrouin, se félicite des notes positives accordées à Haïti par les médias internationaux, notamment Fox News et le Huffington Post, appris Haiti Press Network.

Selon un communiqué, ces coups de projecteur sur le tourisme haïtien interviennent dans un contexte où le ministère mène une campagne de promotion de la destination tant via les médias sociaux et l'organisation de voyages de presse que dans le cadre de la représentation du pays dans les grands événements touristiques se déroulant sur la scène internationale.

Par ailleurs, le prestigieux magazine de Voyages " Condé Nast Traveler" a lancé une édition consacrant près de 30 pages à Haïti en Janvier dernier. Ce reportage a été reprise par la filiale russe du CN Traveler sous le titre de : " Haïti le paradis qui renaît". Entre autres, Si pour Fox News Haïti est passée de la catégorie des destinations " Not to go"  à "To Go", le Huffignton Post a pour sa part placé « le paradis qui renaît », comme indique la note, parmi les sept destinations à visiter en 2014.

"Il n'y a plus de doute là-dessus. Haïti,  est redevenue une destination à part entière dans la région" se réjouit la ministre.

La Ministre du Tourisme a en outre, dit trouver « nécessaire la pérennisation de ce climat de stabilité dans le pays afin de confirmer ce retour  sur la carte touristique de la région caribéenne ».


Jeff Ibraïme

jiniou14@gmail.com

HPN

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
  
 
But you can't fool all the people all the time."
 (
  
 Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
  Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
  
 ) dixit Abraham Lincoln.

Les limites de Tout-Haïti sur la visite de Tony Blair : texte retrouvé.

*

Le Royaume-Uni revient en Haïti et partage l'adresse canadienne

Mise à jour le mercredi 12 juin 2013 à 20 h 44 HAE
1
0
0
0
L'ambassade du Canada à Haïti Photo :  AFP/Marco DORMINO

Le Royaume-Uni a rouvert son ambassade en Haïti mercredi, après une absence de près de 50 ans.

Le nouveau bureau, qui compte deux employés, fait partie des efforts du Royaume-Uni pour étendre sa présence diplomatique dans les Amériques. Les Britanniques ont récemment rouvert une mission diplomatique au Salvador. Une autre ambassade rouvrira bientôt au Paraguay, et une autre est prévue au Brésil.

La nouvelle ambassade britannique sera installée dans l'ambassade du Canada, à Port-au-Prince. L'ambassadeur est Steven Fisher, qui restera à Santo Domingo, capitale de la République dominicaine voisine.

Le Royaume-Uni avait fermé son ambassade en Haïti en 1966, alors que le dictateur François Duvalier, dit « Papa Doc », était au pouvoir.

Le ministre d'État du Foreign Office britannique, Hugo Swire, a souligné l'ouverture officielle de l'ambassade lors d'une cérémonie mercredi dans la capitale haïtienne.


Associated Press 


____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
 
But you can't fool all the people all the time."
 (
 
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
 Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
 
) dixit Abraham Lincoln.

Tony Blair se dit satisfait des progrès accomplis en Haïti

Le Nouvelliste 
Au cours de sa visite de vingt-quatre heures en Haïti, l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, a rencontré le chef du gouvernement en vue de faire une évaluation des différentes réalisations du gouvernement Lamothe, quatre ans après le séisme dévastateur de janvier 2010. Laurent Lamothe en a profité pour présenter à l’ancien Premier ministre britannique l’état d’avancement de certains travaux d’infrastructures dans le pays.
Le premier ministre Laurent Lamothe et l'ancien Premier ministre britannique, Tony Blair
JJ Augustin

Dans une déclaration faite à l’issue de cette visite de 24 heures, l’ex-Premier ministre britannique, Tony Blair, a dit constater un esprit de renouveau suite aux difficiles moments qu’a connus le pays après la catastrophe de 2010. Il a aussi souligné les progrès réalisés dans le cadre de la reconstruction du pays, notamment dans le domaine des infrastructures et de l’investissement.

Au cours de ces deux séances de travail, Tony Blair a rencontré la directrice du Centre de facilitation des investissements (CFI) et des dirigeants de l’Unité de construction de logements et de bâtiments publics (UCLBP) en vue de s’enquérir des différents projets en cours dans le pays. 

« Durant cette visite, nous avons également travaillé avec l’ex-Premier ministre sur des sujets relatifs à la lutte contre la pauvreté extrême à travers l’investissement direct international et la création d’emplois », a, pour sa part, souligné le Premier ministre Laurent Lamothe.

Le Premier ministre haïtien dit compter sur le support de l’ancien Premier ministre britannique pour aider Haïti dans sa stratégie visant à attirer des investissements étrangers au pays. « Au nom du peuple haïtien, je vous remercie, monsieur le Premier ministre, pour votre présence en Haïti et le gouvernement compte sur votre support pour offrir une meilleure image du pays sur le plan international», a ajouté Laurent Lamothe, soulignant les efforts du président Martelly pour changer l’image du pays sur le plan international. 

« Je sais bien que le pays a beaucoup de problèmes à résoudre, notamment après le séisme du 12 janvier 2010 », a renchéri Tony Blair, admettant son subit attachement à ce pays qui, selon son constat, a fait des progrès tout à fait remarquables et extraordinaires.

« Ce gouvernement inspire aux yeux de l’international beaucoup de confiance grâce au dynamisme du chef de l’Etat, Michel Joseph Martelly, et du chef du gouvernement, Laurent Lamothe, qui n’ont pas cessé de travailler pour reconstruire le pays.»

« Nous sommes prêts à aider Haïti dans la mesure du possible et surtout dans les domaines dont nous avons discuté pendant ces deux journées de travail avec le chef du gouvernement », a conclu Tony Blair.

Jocelyn Belfort 
jbelfort@lenouvelliste.com
Le Nouvelliste 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

mercredi 26 février 2014

"SAUPOUDRAGE" : Ces rhétoriques qui détruisent toute initiative en faveur des villes de Province ? (Texte de Cyrus Sibert)

Le plus grand mal d'Haïti a toujours été cette monstruosité qu'on appelle « La République de Port-au-Prince » qui concentre 70% des ressources humaines et financières d'Haïti. L'exclusion des villes de provinces a ainsi créé deux Républiques dans un seul Etat. Les intellectuels et/ou les gens des villes ayant toujours construit toute une série de rhétoriques pour justifier de telle situation, l'apartheid CITADINS/PAYSANS s'est pérennisé.
 
Dans l'histoire d'Haïti, les régions reculées du pays n'ont rien bénéficié, si ce n'est que par des actions spéciales donc des projets ou PLANS SPECIAUX. Les Chefs d'Etat comme Florvil Hyppolite,  Philippe Guerrier, Dumarsais Estimé ont ainsi mis tout leur poids dans la balance pour jeter des ponts, construire quelques kilomètres de route et des écoles publiques en province. Le président Estimé, dernier en date sur la liste, a transformé certaines villes frontalières comme Belladère par orgueil nationaliste face à la République Dominicaine.  Après ces situations exceptionnelles de volonté de ''pouvoir établi'' pour réaliser des ouvrages publics suivant des plans exceptionnels qu'on pourrait qualifier de PLANS SPECIAUX, les régions éloignées de la capitale ont toujours été abandonnées à leur sort. Les gens dits « civilisés » de la capitale, les ont toujours vues comme source de denrées agricoles indispensables à l'exportation et la cuisine des villes.  Ainsi, en parlant des villes comme Petit-Goave, Jérémie, Cap-Haitien, on pense plus à leur « dous Makos », « Komparet» , « Kasav », « Nwa griye », qu'aux gens qui les habitent et méritent une vie descente et des infrastructures émancipatrices. Face à une telle situation, l'homme de province, ne peut qu'accueillir favorablement la volonté d'un gouvernement de réaliser des ouvrages capables de contribuer au développement de localités reculées comme l'Ile à Vache, L'Ile de Latortue, l'Ile de La Gonâve, le Nord-Ouest, la Grande Anse, etc.
 
Dire que ces PLANS SPECIAUX sont construits juste pour attirer des électeurs n'est pas logique. Car, un simple coup d'œil sur les circonscriptions électorales prouve que ces régions ne représentent pas une forte densité en terme d'électeurs. Un gouvernement qui agirait dans l'unique objectif électoral aurait concentré ses actions dans des communes comme Carrefour, Cité soleil, Delmas, des départements comme l'Artibonite, le Nord. Vouloir réaliser des projets de développement dans des communes comme Ile à Vache, Ile de Latortue ou de la Gonâve participe mieux de l'idée d'ouverture de l'économie haïtienne aux investissements étrangers. Ces iles et zones reculées offrent l'avantage de stabilité ou de paix sociale favorable aux investissements. Comme la station balnéaire de Labadie (Cap-Haitien), des investissements dans ces localités apporteront des revenues pour financer le budget de la République. C'est une question de vision et de stratégie de développement, une preuve que le gouvernement cherche à augmenter son PIB. Le Premier Ministre Laurent Lamothe, n'avait-il pas promis un taux de croissance à deux chiffres pour 2014 ?
 
De plus, lors même qu'il s'agirait d'une action visant à courtiser des électeurs, il n'y a rien de mauvais dans cette démarche. Dans toute démocratie où les dirigeants respectent le verdict des urnes, on attire des votes par l'action gouvernementale. Ceci serait une preuve que le gouvernement en place n'a aucunement l'intention de frauder lors des prochaines élections. C'est normal qu'il se concentre sur la volonté de l'électeur, qu'il cherche à le convaincre. Un comportement normal dans un état de droit.
 
C'est très superficiel de voir du saupoudrage dans la construction de routes, d'aéroports, de ponts et d'infrastructures urbaines. Le département du Nord-ouest qui n'a jamais eu de routes asphaltées avant l'arrivée du Pouvoir TET KALE, ne mérite t-il pas d'avoir un plan spécial? La population de Bernagousse, dans la Grande Anse, ne mérite t-elle pas un plan spécial pour l'accès à l'eau potable ? SPECIAL, ici, signifie : différent du traitement habituel infligé aux provinciaux.
 
Dans le Nord, à chaque fois que les monopolistes de la République de Port-au-Prince veulent bloquer un projet de développement, ils répandent dans l'opinion publique des rhétoriques visant à minimiser l'initiative. On se souvient qu'en 1991, à l'arrivée du président Aristide au pouvoir, des monopolistes de l'économie traditionnelle de rente qui avaient infiltré le mouvement Lavalas expliquèrent aux militants Lavalas du Nord que l'aéroport du Cap-Haitien que le Général Prosper Avril construisait, était un projet de la CIA. « La CIA voulait une piste d'atterrissage dans le Nord d'Haïti pour transiter ses armes vers l'Amérique centrale » disaient-ils. Des jeunes partisans d'Aristide, dans le département du Nord, avaient donc appuyé l'idée que Frantz Verella, Ministre des Travaux Publics d'alors, vienne fermer le chantier, transportant tous les équipements dans la capitale haïtienne.
 
Lors de la construction de l'Université de Limonade, des grands ténors d'opinion estimaient que le Nord n'avait pas les ressources humaines nécessaires pour faire fonctionner un Campus Universitaire. Ignorant « volontairement » le fait que des centaines de professeurs de la diaspora, originaires du nord, n'attendent que l'on fasse appel à eux pour venir apporter leur contribution à la formation des jeunes du pays, ils avaient réduit les ressources humaines du Nord, à ceux qui résident actuellement, dans le Nord. Aujourd'hui, le Campus est en crise, fermé provisoirement. L'idée propagée par les directeurs d'opinion a servi à justifier l'application de la politique habituelle des conservateurs qui jurent de combattre tout ce qui se développe en dehors de la capitale.
 
Pour bloquer la construction du port de Fort-Liberté, ces conservateurs nous disent, qu'il y a de petits lézards rares à protéger dans la zone. Alors qu'à moins de 50 kilomètres de Fort-Liberté, dans la ville Manzanillo, les dominicains développent leur infrastructure portuaire. Logiquement, ils nous demandent de laisser crever de faim la population du Nord-Est qui n'est pas « rare » pour sauver unilatéralement quelques lézards, dits, « rares ».
 
Il y a aussi cette décision des GRANDS ARCHITEQUES de la capitale qui recommandent de ne pas ouvrir la route Borgne - Anse à Foleur -- qui aurait permis une meilleure circulation de biens et de services entre les économies du Nord-Ouest, du Nord et du Nord-Est -- dans le seul but de protéger la couverture végétale. On se demande, si la République Dominicaine qui a une meilleure couverture végétale qu'Haïti, n'a pas de route.
 
On ne peut qu'applaudir l'intelligence du pouvoir en place qui a compris que seul le développement des villes de province peut libérer la capitale de ses « étreintes » démographiques. La création de pôles d'investissements partout à travers le pays créera des emplois dans les villes périphériques, provoquera un mouvement de populations dans le sens inverse de l'exorde rural, apportera des revenus supplémentaires pour le budget national et facilitera la stabilité. On ne saurait qualifier de saupoudrage les PLANS SPECIAUX d'un gouvernement qui depuis son arrivée investit dans des villes de province. Les multiples projets du programme EDE-PEP permettent d'y injecter des ressources financières, des produits alimentaires et des services. Ce gouvernement a permis d'augmenter le nombre d'actes de naissance dans le milieu provincial. La visibilité est incontestable. La décision unilatérale du Président Martelly d'organiser le carnaval national dans différentes villes de province est une preuve de plus de la volonté et de l'attachement de ce pouvoir à l'idée de développement global d'Haïti ; un rejet des idées centralisatristes chéries par les conservateurs qui continuent de voir en Port-au-Prince, la République d'Haïti et de considérer les villes de province comme leurs colonies. Une décision logique, si l'on considère que l'équipe au pouvoir est menée par un Chef d'orchestre qui, en plus d'être originaire de province (Cote de Fer), a construit sa base économique sur des spectacles dans des villes reculées du pays, une expérience qui permet de percevoir la province plus comme un marché, comme une source d'opportunité que comme une colonie. De plus, il y a aussi ces hommes d'affaires modernes comme le Premier Ministre Laurent Lamothe qui, ayant fait succès au niveau international, sont en mesure de comprendre qu'on ne peut pas changer la situation économique d'un pays sans développer un marché intérieur dynamique capable d'offrir des opportunités et d'attirer des investissements.
 
Même quand, au départ, certains résistent au changement, ils finiront par y adhérer. Les organisateurs du Festival de Jazz de Port-au-Prince ont suivi l'exemple du Président Martelly et lancé leurs activités culturelles dans des villes de province.
 
Cyrus Sibert, RéseauCitadelle,
Cap-Haitien, Haïti
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Nos condoleances aux Familles Aristide & Trouillot. (RéseauCitadelle)

En ce moment de deuil, RéseauCitadelle présente ses sincères condoléances aux Familles Aristide & Trouillot. La belle-mère de l'ex-président, la mère de Mildred Trouillot, est décédée. Les funérailles auront lieu en Floride ce 1er Mars.

La Fanmi Lavalas devrait-
être en deuil...

 Photo : Nos condoleances aux Familles Aristide & Trouillot. (RéseauCitadelle).--  En ce moment de deuil, RéseauCitadelle présente ses sincères condoléances aux Familles Aristide & Trouillot. La belle-mère de l'ex-président, la mère de Mildred Trouillot, est décédée. Les funérailles auront lieu en Floride ce 1er Mars.  La Fanmi Lavalas devrait-être en deuil...
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Ala Pay! Fanmi Aristide en deuil, Fanmi Lavalas manifeste...

La manif du 27 Février ne remet-elle pas en question le leadership du président Jean Bertrand Aristide ?

Malgré le décès de la belle-mère de l'ex-président Aristide, la manif du 27 Février 2014 de Fanmi Lavalas est maintenue.

 En conséquence, la grande question qu'on doit se poser, une manif en plein deuil familial au lieu de ''recueillement'', ne remet-elle pas en question le leadership de Jean Bertrand Aristide?

L'ex-président, coordonateur à vie du parti Fanmi Lavalas, aurait-il organisé une manifestation alors qu'il est en pleine situation de deuil familial? S'agit-il d'une preuve de l'existence d'une friction familiale entre Aristide et les Trouillot?

Edline Augustin
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Haïti-coopération: Tony Blair félicite Lamothe et Martelly pour leurs leaderships!


Le Premier ministre haïtien, Laurent Lamothe et l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair ont tenu, conjointement, un point de presse autour des différentes séances de travail organisées avec les entités de la Primature.

 

Des entités comme l'UCLBP ont été rencontré lors de cette visite de l'ancien l'homme fort de l'Angleterre.

Ce fut l’occasion pour M. Lamothe de remercier M. Blair pour son support aux efforts de l’Etat Haïtien dont la présence en Haïti permet d’envoyer un signal clair à la communauté internationale, en vue d’attirer les investissements étrangers dans le pays.

M. Lamothe est aussi revenu sur ses premières rencontres avec M. Blair à Davos, mais surtout à la Banque mondiale où il plaidait en faveur d’une commission d’évaluation des travaux d’infrastructures dans les pays du tiers monde.

M. Blair a, de son côté, félicité les deux chefs de l’Exécutif, le président de la République Michel Martelly et le Premier ministre Laurent Lamothe, pour le “progrès incroyable” du peuple Haïtien accompli qui témoigne de leurs grands leaderships.

Ces efforts sont le fruit du dynamisme des autorités haïtiennes et ont contribué considérablement à changer l’image du pays au niveau international, a soutenu Tony Blair.

LE

HPN

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
  
 
But you can't fool all the people all the time."
 (
  
 Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
  Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
  
 ) dixit Abraham Lincoln.

Plans Spéciaux / Evaluation - Laurent Lamothe rencontre les acteurs impliqués

Le Premier ministre Laurent Lamothe a rencontré, mardi, à la Primature, les coordonnateurs des Plans spéciaux de l'Ile de la Tortue et de Port-de-Paix en vue d’évaluer l’état d’avancement des différents projets en cours afin d’identifier les problèmes et apporter les correctifs nécessaires à leur concrétisation. L’occasion pour les deux sénateurs du Nord-Ouest de faire entendre une fois de plus leurs voix sur le contenu de ces deux plans.

Le premier ministre lamothe, préside la réunion d'évaluation 

Dans le cadre de la lutte contre l’extrême pauvreté , le gouvernement Lamothe a concocté des plans sociaux de développement. Le département du Nord-Ouest avec l’Ile de la Tortue et la ville de Port-de-Paix sont les grands bénéficiaires de ces plans sociaux de développement. Présents dans neuf communes du pays, ces plans rentrent, selon le Premier ministre, dans un cadre global de développement pour le département du Nord-Ouest. « Nous avons d’abord privilégié ces deux communes du département du Nord-Ouest parce que nous voulons apporter une réponse urgente à ces communes trop longtemps négligées, a-t-il dit. Nous avons déjà commencé nos différentes interventions dans ces deux communes et nous sommes ici aujourd’hui pour faire une première évaluation des retombées de ces programmes.»

Les Sénateurs du Nord-Ouest, Lucas Sainvil et Hyppolite Mélius, ainsi que les représentants de l'OIM ont pris part à cette séance d’évaluation. Travaillant sur l’île depuis quelque temps dans le domaine du développement communautaire, la présence de l'OIM à cette séance de travail est motivée par le fait que cette organisation compte poursuivre ses différentes interventions sur l’île à travers d’autres projets qui viendront en appui au projet de développement du gouvernement Lamothe.

« Nous allons continuer à travailler avec eux à l’île de La Tortue en vue de donner des résultats durables dans le cadre de la réalisation de ce plan de développement », a expliqué Laurent Lamothe.

Les sénateurs du Nord-Ouest, qui épousent cet effort du gouvernement à apporter un souffle nouveau à cette région du pays, ont fait des suggestions pertinentes pour de meilleurs résultats selon les besoins de chaque localité. C’est le cas du sénateur Hyppolite qui croit que le gouvernement doit aussi renforcer les neuf autres communes du département dans le cadre d’un Plan de développement durable dans son département. « L’île de La Tortue n’est qu’un tremplin et représente la réalité de plusieurs autres communes du département qui végètent dans l’extrême pauvreté, a-t-il expliqué. Il faut aussi aider les autres communes qui, elles aussi, ont besoin du support du gouvernement.»

Pour sa part, le sénateur Lucas Sainvil soutient le gouvernement dans le cadre de l’exécution de ces deux plans et exhorte le chef de la Primature à ne pas se préoccuper des gens qui critiquent les plans spéciaux. « Ce sont des gens qui ne veulent pas voir ces régions développées qui critiquent ces plans spéciaux, a-t-il insinué. Il faut continuer sur cette même lancée qui aura, à coup sûr, de bonnes répercussions sur la situation socio-économique des habitants de ces deux communes. » 

Le chef du gouvernement remercie encore une fois les organisations internationales qui exécutent des projets de développement sur l’île. « Nous sommes là pour diriger votre aide dans des projets prioritaires pour le pays et nous continuons à vous supporter dans la mesure du possible. Ce que nous voulons surtout, c’est de lutter contre l’extrême pauvreté qui constitue un problème pour le développement du pays.»

Jocelyn Belfort 
jbelfort@lenouvelliste.com
Le Nouvelliste,
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
 
But you can't fool all the people all the time."
 (
 
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
 Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
 
) dixit Abraham Lincoln.

Van Rompuy salue les progrès réalisés par l'administration Martelly


Le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy s'est entretenu hier avec le chef de l'Etat haïtien, Michel Martelly. M. Van Rompuy s'est engagé à poursuivre le dialogue politique structuré UE – Haïti lancé en décembre dernier. Il croit que ce dialogue permettra d'accompagner sur un niveau politique les efforts pour un développement économique durable. 

Les discussions ont également portées sur la nécessité de garantir un climat politique stable et constructif pour que les réformes nécessaires puissent être mises en œuvre Un effort soutenu de tous les partis restent indispensable pour permettre la tenue de bonnes élections législatives, a laissé entendre M. Van Rompuy qui a salué les progrès dans le dialogue inter haïtien. 

Dans la foulée l'UE annonce une contribution de 5 millions d'euros pour la réalisation des prochaines joutes. 

Le Président du Conseil européen s'est réjoui des progrès dans l'effort humanitaire post séisme. Le gouvernement a pu avec l'aide de l'UE et de la Communauté internationale surmonter les urgences humanitaires les plus pressants, a expliqué M. Van Rompuy tout en appelant à respecter les droits des personnes vulnérables toujours regroupées dans les centres d'hébergement. 

Le président Martelly et le président Van Rumpuy ont également abordé le dossier de la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. Le président haïtien a réitéré la détermination de son administration à adresser ce problème Le Président du Conseil européen a assuré que l'UE restera aux cotés du gouvernement haïtien et soutiendra les efforts de garantir un avenir meilleur au peuple haïtien. 

LLM / radio Métropole Haïti


____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

mardi 25 février 2014

"SAUPOUDRAGE" : Ces rhétoriques qui détruisent toute initiative en faveur des villes de Province ? (Texte de Cyrus Sibert)

Le plus grand mal d'Haïti a toujours été cette monstruosité qu'on appelle « La République de Port-au-Prince » qui concentre 70% des ressources humaines et financières d'Haïti. L'exclusion des villes de provinces a ainsi créé deux Républiques dans un seul Etat. Les intellectuels et/ou les gens des villes ayant toujours construit toute une série de rhétoriques pour justifier de telle situation, l'apartheid CITADINS/PAYSANS s'est pérennisé.
 
Dans l'histoire d'Haïti, les régions reculées du pays n'ont rien bénéficié, si ce n'est que par des actions spéciales donc des projets ou PLANS SPECIAUX. Les Chefs d'Etat comme Florvil Hyppolite,  Philippe Guerrier, Dumarsais Estimé ont ainsi mis tout leur poids dans la balance pour jeter des ponts, construire quelques kilomètres de route et des écoles publiques en province. Le président Estimé, dernier en date sur la liste, a transformé certaines villes frontalières comme Belladère par orgueil nationaliste face à la République Dominicaine.  Après ces situations exceptionnelles de volonté de ''pouvoir établi'' pour réaliser des ouvrages publics suivant des plans exceptionnels qu'on pourrait qualifier de PLANS SPECIAUX, les régions éloignées de la capitale ont toujours été abandonnées à leur sort. Les gens dits « civilisés » de la capitale, les ont toujours vues comme source de denrées agricoles indispensables à l'exportation et la cuisine des villes.  Ainsi, en parlant des villes comme Petit-Goave, Jérémie, Cap-Haitien, on pense plus à leur « dous Makos », « Komparet» , « Kasav », « Nwa griye », qu'aux gens qui les habitent et méritent une vie descente et des infrastructures émancipatrices. Face à une telle situation, l'homme de province, ne peut qu'accueillir favorablement la volonté d'un gouvernement de réaliser des ouvrages capables de contribuer au développement de localités reculées comme l'Ile à Vache, L'Ile de Latortue, l'Ile de La Gonâve, le Nord-Ouest, la Grande Anse, etc.
 
Dire que ces PLANS SPECIAUX sont construits juste pour attirer des électeurs n'est pas logique. Car, un simple coup d'œil sur les circonscriptions électorales prouve que ces régions ne représentent pas une forte densité en terme d'électeurs. Un gouvernement qui agirait dans l'unique objectif électoral aurait concentré ses actions dans des communes comme Carrefour, Cité soleil, Delmas, des départements comme l'Artibonite, le Nord. Vouloir réaliser des projets de développement dans des communes comme Ile à Vache, Ile de Latortue ou de la Gonâve participe mieux de l'idée d'ouverture de l'économie haïtienne aux investissements étrangers. Ces iles et zones reculées offrent l'avantage de stabilité ou de paix sociale favorable aux investissements. Comme la station balnéaire de Labadie (Cap-Haitien), des investissements dans ces localités apporteront des revenues pour financer le budget de la République. C'est une question de vision et de stratégie de développement, une preuve que le gouvernement cherche à augmenter son PIB. Le Premier Ministre Laurent Lamothe, n'avait-il pas promis un taux de croissance à deux chiffres pour 2014 ?
 
De plus, lors même qu'il s'agirait d'une action visant à courtiser des électeurs, il n'y a rien de mauvais dans cette démarche. Dans toute démocratie où les dirigeants respectent le verdict des urnes, on attire des votes par l'action gouvernementale. Ceci serait une preuve que le gouvernement en place n'a aucunement l'intention de frauder lors des prochaines élections. C'est normal qu'il se concentre sur la volonté de l'électeur, qu'il cherche à le convaincre. Un comportement normal dans un état de droit.
 
C'est très superficiel de voir du saupoudrage dans la construction de routes, d'aéroports, de ponts et d'infrastructures urbaines. Le département du Nord-ouest qui n'a jamais eu de routes asphaltées avant l'arrivée du Pouvoir TET KALE, ne mérite t-il pas d'avoir un plan spécial? La population de Bernagousse, dans la Grande Anse, ne mérite t-elle pas un plan spécial pour l'accès à l'eau potable ? SPECIAL, ici, signifie : différent du traitement habituel infligé aux provinciaux.
 
Dans le Nord, à chaque fois que les monopolistes de la République de Port-au-Prince veulent bloquer un projet de développement, ils répandent dans l'opinion publique des rhétoriques visant à minimiser l'initiative. On se souvient qu'en 1991, à l'arrivée du président Aristide au pouvoir, des monopolistes de l'économie traditionnelle de rente qui avaient infiltré le mouvement Lavalas expliquèrent aux militants Lavalas du Nord que l'aéroport du Cap-Haitien que le Général Prosper Avril construisait, était un projet de la CIA. « La CIA voulait une piste d'atterrissage dans le Nord d'Haïti pour transiter ses armes vers l'Amérique centrale » disaient-ils. Des jeunes partisans d'Aristide, dans le département du Nord, avaient donc appuyé l'idée que Frantz Verella, Ministre des Travaux Publics d'alors, vienne fermer le chantier, transportant tous les équipements dans la capitale haïtienne.
 
Lors de la construction de l'Université de Limonade, des grands ténors d'opinion estimaient que le Nord n'avait pas les ressources humaines nécessaires pour faire fonctionner un Campus Universitaire. Ignorant « volontairement » le fait que des centaines de professeurs de la diaspora, originaires du nord, n'attendent que l'on fasse appel à eux pour venir apporter leur contribution à la formation des jeunes du pays, ils avaient réduit les ressources humaines du Nord, à ceux qui résident actuellement, dans le Nord. Aujourd'hui, le Campus est en crise, fermé provisoirement. L'idée propagée par les directeurs d'opinion a servi à justifier l'application de la politique habituelle des conservateurs qui jurent de combattre tout ce qui se développe en dehors de la capitale.
 
Pour bloquer la construction du port de Fort-Liberté, ces conservateurs nous disent, qu'il y a de petits lézards rares à protéger dans la zone. Alors qu'à moins de 50 kilomètres de Fort-Liberté, dans la ville Manzanillo, les dominicains développent leur infrastructure portuaire. Logiquement, ils nous demandent de laisser crever de faim la population du Nord-Est qui n'est pas « rare » pour sauver unilatéralement quelques lézards, dits, « rares ».
 
Il y a aussi cette décision des GRANDS ARCHITEQUES de la capitale qui recommandent de ne pas ouvrir la route Borgne - Anse à Foleur -- qui aurait permis une meilleure circulation de biens et de services entre les économies du Nord-Ouest, du Nord et du Nord-Est -- dans le seul but de protéger la couverture végétale. On se demande, si la République Dominicaine qui a une meilleure couverture végétale qu'Haïti, n'a pas de route.
 
On ne peut qu'applaudir l'intelligence du pouvoir en place qui a compris que seul le développement des villes de province peut libérer la capitale de ses « étreintes » démographiques. La création de pôles d'investissements partout à travers le pays créera des emplois dans les villes périphériques, provoquera un mouvement de populations dans le sens inverse de l'exorde rural, apportera des revenus supplémentaires pour le budget national et facilitera la stabilité. On ne saurait qualifier de saupoudrage les PLANS SPECIAUX d'un gouvernement qui depuis son arrivée investit dans des villes de province. Les multiples projets du programme EDE-PEP permettent d'y injecter des ressources financières, des produits alimentaires et des services. Ce gouvernement a permis d'augmenter le nombre d'actes de naissance dans le milieu provincial. La visibilité est incontestable. La décision unilatérale du Président Martelly d'organiser le carnaval national dans différentes villes de province est une preuve de plus de la volonté et de l'attachement de ce pouvoir à l'idée de développement global d'Haïti ; un rejet des idées centralisatristes chéries par les conservateurs qui continuent de voir en Port-au-Prince, la République d'Haïti et de considérer les villes de province comme leurs colonies. Une décision logique, si l'on considère que l'équipe au pouvoir est menée par un Chef d'orchestre qui, en plus d'être originaire de province (Cote de Fer), a construit sa base économique sur des spectacles dans des villes reculées du pays, une expérience qui permet de percevoir la province plus comme un marché, comme une source d'opportunité que comme une colonie. De plus, il y a aussi ces hommes d'affaires modernes comme le Premier Ministre Laurent Lamothe qui, ayant fait succès au niveau international, sont en mesure de comprendre qu'on ne peut pas changer la situation économique d'un pays sans développer un marché intérieur dynamique capable d'offrir des opportunités et d'attirer des investissements.
 
Même quand, au départ, certains résistent au changement, ils finiront par y adhérer. Les organisateurs du Festival de Jazz de Port-au-Prince ont suivi l'exemple du Président Martelly et lancé leurs activités culturelles dans des villes de province.
 
Cyrus Sibert, RéseauCitadelle,
Cap-Haitien, Haïti
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.