jeudi 13 février 2014

Haïti progresse dans le classement 2014 de Reporters sans frontières.

Liberté de la presse
Haïti progresse dans le classement 2014 de Reporters sans frontières
Le Nouvelliste | Publié le : 12 février 2014
Haïti occupe la 47e place sur 180 pays dans le classement mondial 2014 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) publié cette semaine. Un grand exploit pour Haïti souvent classée dans le peloton de queue dans les rapports internationaux.

Notre pays est classé entre les Etats-Unis (46e) et le Niger (48e) dans le baromètre 2014 de RSF. Le classement est établi cette année sur 180 pays contre 179 dans l'édition précédente. « La Finlande conserve son rang de meilleur élève, en occupant pour la quatrième année consécutive la première place du classement, souligne Reporters sans frontières. Elle est talonnée, comme dans la dernière édition, par les Pays-Bas et la Norvège. »

Le peloton de queue du classement est occupé par le Turkménistan, la Corée du Nord et l'Érythrée que le RSF appelle le « trio infernal ». « Malgré les quelques rares turbulences qui ont pu les traverser en 2013, ces pays continuent de représenter des trous noirs de l'information et de véritables enfers pour les journalistes », souligne le rapport constatant que la liberté de la presse est tout simplement inexistante dans ces pays.
L'édition 2014 du « Classement mondial de la liberté de la presse », explique le rapport, révèle l'impact négatif des conflits sur la liberté de l'information et ses acteurs. Poursuivant : « Le rang d'un certain nombre de pays est également affecté par une interprétation trop large et abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d'informer et d'être informé. Cette dernière tendance constitue une menace croissante au niveau global, dangereuse pour la liberté de l'information jusqu'au cœur des ''États de droit'' ». 
Sur le continent américain, les mauvais élèves sont : Cuba (170e), Mexique (152e), Colombie (126e), Venezuela (116e), Brésil (111e) et Pérou (104e). Le conflit armé vieux d'un demi-siècle en Colombie, le taux d'homicide proche de celui d'un pays en guerre, avec une moyenne de 80 pour 100 000 habitants à Honduras, les représailles contre les journalistes couvrant le narcotrafic, la corruption, les conflits fonciers ou miniers au Pérou et en Colombie, les organisations criminelles sévissant avec la complicité d'autorités locales – parfois fédérales – corrompues sont les principaux entraves à la liberté de la presse dans la région relevée dans le rapport. 
Jamaïque (17e), Canada (18e), Costa Rica (21e), Uruguay (26). Le Bélize (29e) est le nouvel entrant dans le rapport. Cette bonne position est due à la liberté dont jouissent les journalistes dans l'exercice de leur profession. « Les cas de violences envers les journalistes y sont rares », souligne le rapport avant de mettre un bémol. « Des procédures pour ''diffamation'' assorties de lourdes demandes en réparation, des exceptions relatives à la sécurité nationale nuisibles à la bonne application de la loi sur l'accès à l'information publique (Freedom of Information Act), et une gestion des fréquences par le gouvernement parfois inéquitable », lit-on dans le rapport.
Les Etats-Unis sont épinglés dans le classement de RSF. « Ce ne sont pas moins de huit individus qui ont été inculpés sous le chef d'accusation d «Espionage Act» depuis l'accession au pouvoir de Barack Obama, contre trois sous l'administration Bush, critique le rapport. L'année 2012 fut en partie celle de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks. L'année 2013 retiendra le nom d'Edward Snowden, informaticien de la National Security Agency qui dénonça les programmes de surveillance massive développés par les services de renseignements des États-Unis. Le ''donneur d'alerte '', voilà l'ennemi. D'où la peine de trente cinq ans de prison infligée au soldat Manning, soupçonné d'être la ''taupe'' de WikiLeaks. 
Aucun détail n'est donné sur le classement d'Haïti dans le rapport d'Haïti. L'année dernière, notre pays occupait la 149e position sur 179 pays dans le même rapport.
Jean Pharès Jérôme
Enregistrer un commentaire