mardi 25 mars 2014

Ala Pay! Arnel Belizaire posede zam la guè, la'p di PNH pa guen dwa komande zam. (Texte de Cyrus Sibert)













Un bandit devenu député, conteste au Président du Conseil Supérieur de Police, le droit de commander des armes.

Arnel Bélizaire, le député des délinquants qui avaient transformé Haïti en espace de contrebande, de vols de voitures, de trafic de drogue, de kidnapping et de criminalité généralisée a porté plainte contre le Premier Ministre Laurent Lamothe, parce que dans le cadre de ses responsabilités de Président du Conseil Supérieur de la Police Nationale d'Haïti, il s'est démêlé pour renforcer les capacités des policiers haïtiens en armement.


Les fonctionnaires de l'appareil judiciaire doivent se montrer vigilants face à cette inflation de plaintes sans fondement portées par des politiciens de tout acabit, incapables de se battre sur le terrain de la politique, qui cherchent à dérouter la justice haïtienne de sa mission.


La justice ne doit pas servir à intimider les adversaires politiques. Elle ne doit pas être un instrument aux mains de politiciens incapables de mobiliser la population, de l'entrainer vers des bureaux de vote et de remporter des élections libres.


Le Premier Ministre Laurent Lamothe ne se laissera pas intimider par ces mauvais perdants. Les citoyens avisés savent clairement que la haine contre l'équipe Martelly-Lamothe prend racine dans ce combat des Néo-féodaux monopolistes qui refusent le plan d'ouverture économique et de modernité apporté par l'équipe TET-KALE. Ces rétrogrades, incapables d'évoluer, ne voient leur avenir que dans la contrebande, le trafic de drogue, le kidnapping, le capitalisme à PAPA,  le détournement de l'aide humanitaire, etc. Les soubresauts de ridicules comme Arnel Bélizaire ne sont que la manifestation d'une résistance acharnée de ce regroupement de conservateurs incapables de survivre dans une économie de marché ouverte, dans un Etat de Droit moderne impliqué dans un processus permanent d'intégration des exclus des bidonvilles, des villes de province et de la diaspora.


Aujourd'hui,  grâce aux efforts de l'Administration Martelly et du gouvernement Lamothe, ils ne peuvent plus imposer l'insécurité pour repousser les investisseurs étrangers, la stratégie de communication du pouvoir en place et les médias alternatifs paralysent leur campagne de désinformation habituelle présentant Haïti comme un pays dangereux, le pays est en chantier et le pouvoir en place ne manque pas d'idée innovante allant dans le sens du changement. Résultat, les hôtels de Pétion-ville et de Port-au-Prince sont toujours remplis d'étrangers explorant des opportunités dans une Haïti qui bouge.


La Police National D'Haïti a les moyens matériels pour attaquer les gangs dans leur fief et imposer l'ordre républicain sur tout l'entendu du territoire national. Aux Nations Unies, on parle de retrait de la MINUSTAH qui déjà n'a plus de force dans cinq (5) départements du pays.


Arnel Bélizaire ferait mieux de porter plainte contre celui qui avaient désarmé l'Armée haïtienne, un élément de la force publique constitutionnelle d'Haïti, et vendu ses équipements dont des avions et des bateaux à l'armée  anti-haïtienne de la République Dominicaine. Sa décision de porter plainte devrait cibler celui qui avait armé les gangs sur tout le territoire national dans le but de tuer, de bruler et de terroriser ses opposants et la population haïtienne en général. Aujourd'hui, les victimes de cet homme bien connu, souffrent des séquelles des ces crimes contre l'humanité.  L'organisation RAMICOS exige encore justice et réparation.
https://www.youtube.com/watch? v=ByhW9-wug2c


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haïti
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire