samedi 31 mai 2014

Dossiers Jean Dominique + Amaral Duclona = Fanmi Lavalas, un parti criminel et terroriste.

Lavalas d'Aristide : Des membres officiellement inculpés dans assassiner de Jean Dominique

Read more: http://www.sentinel.ht/fr/politics/articles/judicial/5386-aristide-lavalas-charged-in-murder-of-jean-dominique#ixzz33KsImMwb

PORT-AU-PRINCE, Haïti (sentinel.ht) - Des accusations formelles ont été déposées contre l'ancien sénateur Mirlande Libérus qui dit avoir travaillé par l'instruction de l'ancien président Jean Bertrand Aristide et d'autres membres de Fanmi Lavalas pour l'assassiner du journaliste Jean Léopold Dominique et son garde de sécurité, Jean-Claude Louissaint, un crime très médiatisé qui a eu lieu le 3 Avril, 2000 à l'extérieur de la station de radio Radio Haïti Inter de Dominique.

Il serait le plus grand mouvement des fonctionnaires de la justice en 14 ans depuis la mort du célèbre journaliste.

Journaliste Guyler C. Delva qui était assis sur la même commission que le juge d'instruction Yvekil Dabrezil - établie en 2006 par l'ancien président René Préval, - dit le rapport a été présenté en Novembre 2013.

Dans ce rapport, le juge Yvekil Dabrezil cite des informations plus coopérative de l'ancien chef de la sécurité du palais national au cours de 2e terme d'Aristide, Jean Oriol, qui avait été arrêté aux Etats-Unis pour trafic de drogue. Doigts ont été signalées à Lavalas militants Franco Camille et Annette "Alors Anne" Auguste, entre autres.

Plusieurs personnes ont été interrogées au cours des années l'affaire avait été ouvert, depuis 2000. Juge Dabrezil assis avec l'ancien président René Préval, qui avait été un ami proche de Dominique et établi la commission ci-mentione. Dabrezil vu Jean-Bertrand Aristide en 2013, l'ancien Premier ministre sous Aristide, Yvon Neptune, en 2012, Député Arnel Bélizaire (Delmas / ind.), Chef de la police Mario Andrésol (2006-2012), et plusieurs autres responsables de l'administration dont la plupart des Lavalas secteur.

Guyler Delva dit le rapport indique avant les élections de 2000, l'ancien président Jean-Bertrand Aristide a chargé le sénateur Mirlande Libérus pour calmer le journaliste franc-parler, Jean Léopold Dominique.

Le sénateur Libérus le seul individu accusé est décrit comme le cerveau de l'assassiner et les assaillants ont été payés $ 60 000 [US]. Liberus vit actuellement aux États-Unis. 9 personnes, au total.

Il est à noter que tous les accusés sont inculpés mais devront faire face à procès pour déterminer la culpabilité, un point soulevé par PSP adjoint Guy Gérard Georges {Torbeck / Inite), qui a accueilli l'action de la justice.

Read more: http://www.sentinel.ht/fr/politics/articles/judicial/5386-aristide-lavalas-charged-in-murder-of-jean-dominique#ixzz33Ks0d7sD

-----------------------------------------------------------------------------

Haïti - Justice : Amaral Duclona, bras armé d'Aristide, condamné à 25 ans de prison

24/05/2014 07:36:59

Vendredi, au terme d'un procès d'une semaine, le jury de la cour d'assises de Paris, a prononcé un verdict de 25 ans de prison dont 2/3 ferme contre le Chef de gang haïtien des « chimères » Amaral Duclona, alias « Berthone Jolicoeur » accusé de l'enlèvement, de la séquestration et de la mort le 7 janvier 2004, de Claude Bernard Lauture, un chef d'entreprise franco-haïtien, opposant au régime de Jean-Bertrand Artistide, http://www.haitilibre.com/article-11174-haiti-justice-ouverture-en-france-du-proces-d-un-chef-gang-de-chimeres.html

Après près de 2 heures de réquisitoire, l'avocat général, Philippe Courroye a requis 25 ans de prison ferme sans peine de sureté, rappelant que le jury « [...] devra sanctionner la dangerosité de cet homme, chef de gang sanguinaire. Et, par-delà les frontières et les océans, adresser un message fort à tous ceux qui méprisent la vie, leur dire que tôt ou tard, arrive l'heure de la justice et qu'ils devront répondre de leurs actes. » Le message a bien été reçu, puisque après délibération le jury a été encore plus sévère que la demande de l'avocat général en imposant une peine de sureté des 2/3 (sans possibilité libération conditionnelle).

La veuve de Bernard Lauture, Marie-Louise Michelle, à l'origine de la plainte qui a conduit à la tenu de ce procès s'est dite satisfaire du verdict mais regretté l'absence de mise en cause de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide. Rappelons que dans son témoignage devant la cour elle avait déclaré « J'ai l'intime conviction que l'enlèvement de mon mari a été télécommandé par Jean-Bertrand Aristide et exécuté par Amaral Duclona. » http://www.haitilibre.com/article-11195-haiti-justice-deuxieme-jour-du-proces-d-amaral-duclona.html

La défense de Duclona avait plaidé l'acquittement, mettant en évidence les manquements et faiblesses de l'enquête de la police haïtienne sur laquelle s'est basé l'instruction française et l'absence de témoins haïtiens, qui n'ont pas répondu à la convocation de la cour d'assises.

Une défense balayée par l'avocat général qui a démontré que le dossier avait apporté « des preuves accablantes et irréfutables » prouvant l'implication d'Amaral Duclona dans l'enlèvement, la séquestration et la mort de l'homme d'affaire Bernard Lauture. Pour l'avocat général, ce crime a un mobile politique estimant que « l'ombre du pouvoir de l'ancien président Aristide plane sur cet enlèvement, le gang de Duclona étant son bras armé. »

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-11195-haiti-justice-deuxieme-jour-du-proces-d-amaral-duclona.html
http://www.haitilibre.com/article-11174-haiti-justice-ouverture-en-france-du-proces-d-un-chef-gang-de-chimeres.html

SL/ HaïtiLibre
 
http://www.haitilibre.com/article-11217-haiti-justice-amaral-duclona-bras-arme-d-aristide-condamne-a-25-ans-de-prison.html
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire