lundi 19 mai 2014

Haïti -PNH : Les pratiques de rançonnement dominent la police au Cap-Haitien. (Texte de Cyrus Sibert)

En moins d'un an, des jeunes victimes du pédophile, M. Douglas Perlitz, dédommagés suite à un arrangement avec des entités de l'Eglise Catholique américaine, ont été arrêtés à plusieurs reprises par des agents de la police nationale du Cap-Haitien.
 
Les faits reprochés à ces jeunes sont toujours sans fondement. Sans ambages, les agents de police déclarent : « Nèg sa yo pa sèvi ». (Ces nouveaux riches ne partagent pas avec nous leurs avoirs).
 
Parmi ces 24 jeunes, nombreux ont été bastonnés et giflés sans raisons valables. Les agents de la Police commettent leur forfait souvent en public dans le but  d'humilier ces jeunes et de leur prouver que seul en leur octroyant des pots de vin, ils pourront vivre en paix dans la deuxième ville du pays.
 
Une situation révoltante provoquant de l'indignation de plusieurs témoins des quartiers populaires où ces jeunes évoluent et essayent de développer quelques activités économiques afin de recoller les morceaux de leur vie brisée. 
 
Arrestations injustifiées, fausses accusations, brutalité policière, abus, bastonnades, telles sont les techniques utilisées par des policiers Capois pour convaincre des citoyens à  partager leurs biens.
 
Une situation arbitraire qui rappelle les années 90s, lorsque des policiers dans le Nord pratiquaient le rançonnement systématique des trafiquants de drogue de la ville.
 
Dans une logique de relance de l'économie nationale, il est inconcevable que des agents de sécurité publique puissent s'attribuer un droit quelconque sur l'actif d'un citoyen ou d'un groupe de citoyens. La Police Nationale d'Haïti doit apprendre à ses agents de respecter le droit de propriété des autres.
 
Qui pis est, lors de la dernière agression en date, un policier a qualifié  son camarade de crétin, parce qu'il n'avait pas aggravé la situation de sa proie (un jeune arrêté sans cause valable), en faisant une déclaration mensongère, stipulant que ce dernier avait menacé de l'abattre.
 
Une proposition effrayante qui n'épargne personne.
 
Peut-on développer la Police Nationale d'Haïti sans renforcer ses services de contrôle interne ? Quel est le niveau de leadership du Directeur Général Godson Orélus sur ses troupes ?
 
Conséquences de ces pratiques d'harcèlements récurrents, plusieurs de ces jeunes envisagent de s'expatrier vers la République Dominicaine.
 
Cyrus Sibert, RéseauCitadelle,
Cap-Haitien, Haïti
 19 mai 2014
reseaucitadelle@yahoo.fr
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire