jeudi 1 mai 2014

Haiti, Réalisation des élections, la Minustah prend les devants.--

Le Nouvelliste | Publié le : 30 avril 2014

La commune de Verrettes (bas-Artibonite) a accueilli mardi le premier forum sur la problématique de la violence électorale. Cette activité initiée par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) a pour rôle de bannir la violence en période électorale. Elle sera réalisée dans tout le pays d'ici à juin 2014.

« La République d'Haïti se prépare, en effet, courageusement à l'exercice démocratique au travers des échéances électorales prévues avant la fin de l'année 2014.La Minustah se tient à ses côtés pour préparer au mieux ces échéances, pour les soutenir constamment et pour accompagner jusqu'au bout le déroulement du scrutin envisagé », a révélé Raoul Irenge, représentant de la chef du bureau régional de la Minustah.

M. Irenge explique qu'à travers ces forums municipaux, la Minustah entend sensibiliser les communautés à la participation pacifique au processus électoral. D'après lui, l'initiative est un moyen de « plaider en faveur d'une implication politique inclusive de toutes les couches de la société, y compris les femmes, en mettant un accent particulier sur le dialogue politique et la réconciliation nationale ».

Claudel Saint-Hilien, président du BED depuis 2010, estime que la démocratie et la violence ne font pas bon ménage. Un exposé sur le processus électoral a été présenté pour attirer l'attention de la population sur les retombées néfastes des exactions. Ainsi, dans l'idée de limiter les dégâts, il demande aux candidats de se supporter mutuellement.

Pour Vikens Dérilus, député de la circonscription de Verrettes, le forum a toute son importance. Car, souligne-t-il, cela aidera les bénéficiaires à se faire une idée de l'impact de la violence sur la communauté. Néanmoins, le parlementaire tient à signaler que la violence électorale, qui très souvent saccage la région, est une « affaire d'État ». « Si l'État décide de bannir la violence, il n'y aura plus de violence », a-t-il déclaré sèchement. M. Dérilus dit souhaiter que les autorités étatiques soient également sensibilisées à cette fin.

Le vice-délégué de l'arrondissement de Saint-Marc, Carl-Henry Bien-Aimé, s'est réjoui de la tenue du forum. Il déclare s'engager à prendre ses responsabilités pour contribuer à l'éradication de la violence électorale.

Selon le Bureau électoral départemental (BED) de l'Artibonite, en matière électorale, Verrettes est une zone rouge. Les fauteurs de troubles, de connivence avec certains candidats, perturbent toujours le bon déroulement des joutes. Les actes de vandalisme y sont très fréquents. Le pire, regrettent les riverains, les présumés coupables sont rarement poursuivis par l'appareil judiciaire. "La violence électorale dans la commune est un problème citoyen", a lâché Reynold Petit-Vil, maire de la municipalité. L'unique issue à cette dérive, croit-il, est un changement de comportement.

Les échanges ont été très animés. La population reconnaît que la violence existe dans la circonscription. Elle promet de se distancer de cette pratique. Les participants demandent aux autorités concernées de répondre à leur mission afin de créer un climat de paix « avant, pendant et après les joutes électorales ».

Jodherson Cadet, jodhersoncadet@yahoo.fr

Enregistrer un commentaire