mardi 8 juillet 2014

Leslie Manigat, une victime des lynchages de la gauche démagogique d'Haïti.-

-->
''Le Président Jean-Bertrand Aristide n'a pas été aux funérailles du Président Leslie Manigat, il n'a pas visité la famille Manigat non plus.'' dixit Jean Mona Métellus

alt
Le professeur Manigat est parti. L'un des plus grands intellectuels de l'histoire d'Haïti nous a quitté. Il a lutté pour se faire entendre, il a parlé pour se faire comprendre. Aucune possibilité de le retrouver dans un Ti Koze Anba Tonèl, cherchant à expliquer au peuple les politiques publiques de son gouvernement. Des personnalités du monde entier ne manqueront pas de s'associer à ses partisans pour saluer le départ d'un « Grand homme », d'un « Grand intellectuel » qui a su représenter son pays valablement. Mais en réalité, l'homme est un martyr : « Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu ». 

Je me souviens encore de l'agressivité des propagandistes de gauche contre le couple Manigat. Ces prétendus démocrates qui accusaient toute personne qui émettait des idées contraires au dogme des écoles soviétiques de duvaliériste. Ils appliquaient le supplice du collier communément appelé «Père Lebrun » aux opposants des bidonvilles, incendiaient les maisons des adversaires de la classe moyenne et détruisaient l'image de tous les intellectuels qui osaient avoir des idées centristes et/ou de droite. C'est le triste sort de Marc L. Bazin, du Professeur Hubert Deronceray...

Le professeur Manigat a commis l'erreur de croire dans une forme de solidarité inter-intellectuelle. Il a malheureusement pris les démagogues de la gauche haïtienne pour des gens de bien, capables de mener le jeu politique dans un cadre moral et démocratique. Il a sous-estimé la force de la jalousie dans notre société et surtout dans la classe moyenne à laquelle il appartenait.
Les mots de sympathie de ceux qui ont appris aux jeunes des années 80s-90s à rejeter ce GRAND HOMME, dans l'objectif antidémocratique de détruire toute initiative politique centriste ou de droite, d'instaurer en Haïti un parti unique anarcho-populiste (Lavalas & Co) et de placer Haïti sous la coupe réglée d'hordes destructrices érigées en gangs armés, n'effaceront pas leur crime. Car, en présentant le Professeur Leslie Manigat à la jeunesse haïtienne comme un monstre, un noiriste pro-duvaliériste, ils ont fait du tort à ce pays.

Aujourd'hui, les nouvelles technologies de l'information et de communication nous permettent de combattre ces lyncheurs d'hommes qui continuent de menacer la jeune démocratie haïtienne par leur méthode anti-institutionnelle, intolérante et violente d'agitation continue et de propagande anti-démocratique. Cette fois-ci, ils n'arriveront pas à présenter leur désastre idéologique et/ou politique comme alternative.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti
1 juillet 2014.
_________________
Lisez : 
1- Haïti- Démocratie : De la tyrannie des foules à l'Etat de Droit.- (Texte Cyrus Sibert) 

2- Les anarchistes Lavalas risquent de démobiliser les policiers de la PNH.- (Texte de Cyrus Sibert) 
____________________


RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!



"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time."
(Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.






) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire