vendredi 8 août 2014

Haiti-Echec de la grève : Le député Bélizaire annonce son projet terroriste.

 «  Je  suis  un  violent.  J'ai  toujours  pris  part  à  toutes  les  luttes  armées  de  ces  dernières  années.  Si  c'est  nécessaire  après  la  fin  de  mon  mandat,  je  ferai  la  lutte   armée.  C'est  là  que  je  suis  plus  confortable  »,  affirme-­t-­il,  large  sourire  sur  le   visage.  
---------------------------
Le Nouvelliste | Arnel Bélizaire évoque l'avenir, avec un fusil en main s'il le faut.- 
Publié le : 07 août 2014
[En faisant le point ce jeudi sur les raisons de sa grève de la faim, le député Arnel Bélizaire, sans fard, flambe ses pairs parlementaires, évoque son avenir, avec un fusil en main si c'est nécessaire pour lutter contre « Michael Martelly ».]

Pour  le  député  Arnel  Bélizaire,  le  Parlement  est  pire  que  la  caverne  d'Ali  Baba.  Sans  inhibition,  il  affirme  résister  à  l'envie  de  «faire  sauter  ce  temple  de  la   corruption»  où  il  a  toutefois  déposé  sa  couchette,  sans  amener  le  couvert.  En  grève   de  la  faim  depuis  le  21  juillet  2014,  Arnel  Bélizaire,  délesté  de  quelques  livres,  n'a   rien  perdu  de  sa  hargne  ce  jeudi  7  août.  Malgré  une  charge  pondérale  allégée,  l'élu   de  la  circonscription  Delmas-­Tabarre  s'installe,  pèse  de  tout  son  poids  sur   l'actualité.  Sur  sa  scène  au  décor  fait  de  bristols  multicolores  lourds  de   revendications,  d'ouvrages,  dont    «  Les  grands  discours  »  d'Abraham  Lincoln,   «L'éventail  d'histoires  vivantes  d'Haïti»  de  Leslie  Manigat,  de  photos  de  Jean-­ Jacques  Dessalines  et  de  Capois  La  Mort...,  Arnel  Bélizaire,  sous  perfusion  de   chlorure  de  sodium  (soluté)  ,  n'en  finit  pas  de  recevoir  la  visite  de  personnalités   politiques,  dans  son  coin,  entre  des  gros  pupitres  au  vernis  rouge  à  la  salle  de   séance  de  la  Chambre  des  députés.  

En  chemisette  et  boxer,  le  député  rumine  sa  colère,  évoque  les  raisons  de  sa  grève.   Ses  pairs  en  prennent  pour  leur  grade.  Il  peste  contre  certains,  abonnés  à  un   régime  grossissant  tels  des  Gargantuas.  Dans  l'opacité  totale,  dans  le  dos  du   peuple,  ils  flambent  des  sommes  importantes  mises  à  leur  disposition  par  l'USAID à  travers  une  ONG,  DAI,  dans  le  cadre  du  programme  «Appui  au  Parlement», accuse le député  Arnel  Bélizaire.  Ces  billets  verts  qui  coulent  à  flots  sont  censés,   affirme-­t-­il,  garantir  la  soumission  des  parlementaires  aux  Américains.  Comme   pour  embarrasser  un  peu  plus  le  Parlement,  Arnel Bélizaire  demande  des  comptes.  

Il  descend  en  flamme  le  président  de  la  Cour  de  cassation  et  du  CSPJ,  arrivé illégalement  à  ces  fonctions.  «  A  75  ans,  il  n'avait  plus  l'âge  requis  »,  explique  le député,  affirmant  «  ne  pas  accepter  le  fait  accompli  »,  la  présence  tolérée  de  ce   personnage  installé  dans  les  plus  hautes  fonctions  de  la  justice  haïtienne.  L'autre   raison  de  sa  grève  est  pour  la  libération  des  prisonniers  politiques,  dont  Énol   Florestal,  Louima  Louis  Juste  et  le  policier  Martinez.  Ils  sont  des  gens  de  mon   équipe.  «  J'ai  une  responsabilité  morale  envers  ces  messieurs.  J'ai  pris  des   engagements  personnels  envers  eux  »,  explique  Arnel  Bélizaire.  «  Je  sais  que  je   quitte  la  Chambre  des  députés  en  septembre  pour  ne  plus  y  revenir.  Ce  sont  les   dernières  vacances  de  cette  législature.  Je  ne  peux  pas  partir  et  laisser  mes  frères   en  enfer  »,  affirme-­t-­il,  démentant,  avec  sa  grève,  avoir  orchestré  un  coup  de   communication  politique  pour  servir  ses  ambitions  de  devenir  sénateur  de  l'Ouest   aux  prochaines  élections.  

Cet  ex-­militaire  affecté  aux  engins  lourds  des  FAD'H,  amoureux  des  armes,  vu  avec sa  mitraillette  en  bandoulière  après  avoir  tiré  au  début  d'une manifestation,  posant   en  Ogou  feray,  dieu  de  la  guerre  dans  la  mythologie  vaudoue,  fan  de  Malcolm  X,   s'assume.  «  Je  suis  un  violent.  J'ai  toujours  pris  part  à  toutes  les  luttes  armées  de  ces  dernières  années.  Si  c'est  nécessaire  après  la  fin  de  mon  mandat,  je  ferai  la  lutte   armée.  C'est  là  que  je  suis  plus  confortable  »,  affirme-­t-­il,  large  sourire  sur  le   visage.  

Arnel  Bélizaire  qui  dit  «  être  lavalas,  jamais  macoute  »,  souligne  que  «  Michel   Martelly  est  un  violent  »  qu'il  est  prêt  à  combattre.  «  Je  me  bats  contre  Michel   Martelly  depuis  1983.  Il  est  tellement  violent  qu'il  sent  le  besoin  de  se  battre  même   avec  ses  amis.  Allez  voir  pour  ses  ennemis  »,  indique  Arnel  Bélizaire,  qui  aime  les   lignes  politiques  de  Jean-­  Jacques  Dessalines  et  Capois  La  Mort.  «  Dessalines  et   Capois se  sont  battus  pour  la  race,  pour  la  classe,  pour  le  peuple  »,  fait  savoir  le   député  dont  les  médecins  concertent  afin  de  déterminer  s'il  doit  entrer  ou  non  à   l'hôpital  pour  se  faire  soigner.

Prêt  à  faire  la  conversation  politique  avec  ses  visiteurs  du  matin,  dont  l'ex-­maire  de   Port-­au-­Prince,  Muscadin  Jean  Yves  Jason,  l'ex-­député  de  Carrefour,  Milien   Romage,  le  député  de  Léogâne, Danton  Léger,  l'ex-­Premier  ministre  Yvon  Neptune,  Arnel  Bélizaire  n'est  pas  dénué  de  lucidité.  Yvon  Neptune  le  constate,  lui   qui  s'était  fendu  d'une  grève  de  la  faim  contre  sa  détention  peu  après  la  chute  du   régime  lavalas  le  29  février  2004.  «  Je  suis  là  par  solidarité  envers  quelqu'un  qui   m'avait  retiré  d'une  situation  dangereuse  à  la  prison  le  19  février  2005  »,  confie   l'ex-­Premier  ministre  Yvon  Neptune,  sorti  du  silence  auto-­imposé  pour  payer  cette   dette  envers  un  ami  et  dire  attention  au  pays  qui  navigue  presque  à  vue  sur  une  mer   politique  démontée,  sans  certitude  d'éviter  un  naufrage,  un  chaos  politique.

Loin  des  murs  du  Parlement,  jusque  sur  la  Toile,  la  grève  de  la  faim  du  député   Arnel  Bélizaire  fait  le  buzz.  Pour  certains,  il  est  un  Zoro,  pour  d'autres,  un  agitateur   politique,  un  bandit,  un  individus  sulfureux.  A  chacun  ses  observations  sur  cet   homme  politique  atypique,  haut  en  couleur,  qui  ne  laisse  pas  indifférent...

Roberson Alphonse
robersonalphonse@lenouvelliste.com
____________________


RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time."
(Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire