dimanche 12 octobre 2014

Duvalier nous dirige encore par ses lois et ses décrets. (Texte de Cyrus Sibert)


[Pour être cohérent, l'Etat haïtien ne devrait plus utiliser les lois adoptées par Jean-Claude Duvalier.]

Je n’aime pas la démagogie !

Je suis soulagé que Jean-Claude Duvalier ne constitue plus une pomme de discorde entre les haïtiens ; que le Président Michel Martelly ne sait pas laisser pris au piège des opposants qui voulaient utiliser les « funérailles nationales » comme arme politique pour ternir l’image de son administration ; que la famille de l’ancien dictateur a décidé de collaborer en ce sens en annonçant une cérémonie mortuaire privée.

Cependant, la polémique autour de la mort de Jean-Claude Duvalier, est une preuve de plus de la démagogie dans laquelle notre société évolue. Mercredi dernier, intervenant sur Radio Vision 2000, le Ministre de l’Education a expliqué que durant toute l’histoire d’Haïti, un seul texte de loi fait mention de l’enseignement supérieur en Haïti : "Le décret du 16 décembre 1960 -- du feu Docteur François Duvalier -- qui a créé l'Université d'Etat d'Haiti (UEH) est la seule référence pour tout le système d'enseignement supérieur. Aucun Gouvernement, aucun parlement, aucun intellectuel, n'a depuis rien proposé. Sauf l'avant-projet de loi que je viens de déposer à la chambre basse en septembre dernier, proposé par le gouvernement Martelly-Lamothe."
http://menfp.gouv.ht/Urgence%20de%20la%20r%C3%A9gulation.html

Encore Duvalier ! Toujours Duvalier !

Les victimes des Duvalier ne comprennent pas que la meilleure façon de se faire justice est d’organiser, d’institutionnaliser l’Etat d’Haïti. Environ 30 ans après la chute du Régime dictatorial de PAPA DOC & BABY DOC, on continue de se référer aux lois, aux décrets, aux arrêtés, adoptés par les Duvalier. Souvent dans des domaines révolutionnaires comme l’éducation, la protection des paysans, la santé, la justice, il n’y a que ces deux dictateurs, décriés qui ont eu le bon sens d’établir des normes.

Certes, à mes yeux, Jean-Claude Duvalier, tout comme Jean-Bertrand Aristide, ne pouvait plus représenter un leadership d’avenir pour Haïti. Il faut tourner ces deux pages d’histoire macabre et avancer vers la modernisation d’Haïti avec des jeunes leaders choisis sur la base du mérite.

Cependant, comment comprendre qu’en janvier dernier, aux Gonaïves, Jean-Claude Duvalier était l’invité officiel du pouvoir en place à titre d’ancien Chef d’Etat et, quelques mois plus tard, une polémique s’est déclenchée autour de ses funérailles officielles ou nationales?

C’est démagogique et dénué de sens. Il fallait combattre la présence de Jean-Claude Duvalier partout où il était invité en tant qu’ancien Chef d’Etat. Comment comprendre que les victimes de Jean-Claude Duvalier lui ont accordé la jouissance tranquille des privilèges d’ancien Chef d’Etat et qu’à sa mort, un tohubohu autour de possibles funérailles en qualité d’ancien Chef d’Etat ?

Il faut toutefois noter que de retour en Haïti, récemment, l’Ex-dictateur circulait dans la capitale haïtienne sans garde du corps, au volant de sa voiture. Jamais il n’a été hué, ni attaqué par la population. Des images significatives qui devraient attirer la curiosité des chercheurs.

L’indifférence de la population face aux menaces d’arrestation de Jean-Bertrand Aristide et aux funérailles de Jean-Claude Duvalier est une preuve de plus que le peuple haïtien a déjà tourné la page.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haïti
12 octobre 2014

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Enregistrer un commentaire