samedi 4 octobre 2014

Le Président Martelly dirige, déjà, par décrets et par arrêtés présidentiels.- (Texte de Cyrus Sibert)

Quand une presse se laisse manipuler par des politiciens mal intentionnés ou se trompant de bonne foi, elle se laisse entraîner dans la promotion d'idées ridicules telles qu'à partir de 15 janvier 2015 : Le Président Martelly dirigera le pays par décrets et que cela pose un problème majeur face auquel un patriote devra contribuer à troubler l'ordre public, et se rebeller, au lieu de participer  à la l'organisation d'élections dans les délais raisonnables. 
 
On accuse, le Chef de l'Etat de vouloir profiter de l'absence du parlement pour accorder des contrats à ses amis, faire une utilisation abusive des fonds publics et privatiser l'Etat.
 
Malheureusement, des confrères de la presse, en toute innocence, se laissent emporter par cette propagande malveillante, sans faire appel à des professionnels du droit, compétents et impartiaux, capables d'éclairer l'opinion sur le sujet. Ne parlons pas de ces éternels intervenants dans les rubriques ''Invité du Jour'' qui substituent leur angoisse au savoir pour commenter l'actualité.
 
En toute humilité, nous savons que :
1-    L'Exécutif est aussi producteur de normes.  Si le parlement agit en adoptant des lois, l'Exécutif produit aussi des normes sous forme d'arrêtés pris en Conseil des Ministres, de décrets et de décisions administratives.
2-    Même dans le cas extrême où l'Exécutif adopterait des décrets-lois, ce qui n'est pas le cas, avec la rentrée de la prochaine législature, ces décisions pourront être entérinées ou invalidées par une nouvelle Assemblée Nationale pleine de légitimité parce que fraichement élue par le peuple.
 
Le tohu-bohu autour de l'éventualité de voir le Chef de l'Etat "diriger par décret" est un faux problème soulevé par des démagogues cherchant à accéder au pouvoir tout en refusant d'aller aux élections.  C'est un vice rédhibitoire, car déjà dans la constitution de 1987,  ils avaient interdit toute possibilité de référendum. Imaginez, une démocratie sans référendum, l'acte suprême d'expression populaire dans les affaires de l'Etat. Donc, c'est normal que ces gens de la classe politique traditionnelle continuent de s'opposer à toute forme de consultation populaire, à l'organisation des élections. Ils ne croient pas dans le principe de consultation populaire libre et démocratique.
 
Faut-il rappeler que le parlement n'est pas la seule institution capable de contrôler l'Exécutif.  Il y a la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif fraichement renouvelée sur la base d'une liste de noms proposés par le Sénat actuel, le Bureau National de Passation de marché public, l'UCREF (Unité Centrale de Renseignements Financiers), l'Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), la justice - représentée par le CSPJ (Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire) et ses organes.
 
En conséquence, l'argument qui veut faire croire que l'absence du parlement durant le temps nécessaire pour l'organisation des élections entrainera le désordre administratif et le chaos est fallacieux et infondé tant qu'il transpire de l'ignorance si ce n'est pas de l'antipathie. D'ailleurs, un Sénat dysfonctionnel depuis 189 jours ne contrôle plus l'Exécutif.
 
Sans démagogie, il faut recentrer le débat autour de l'organisation des élections.  Le combat actuel oppose ceux qui veulent des élections à d'autres qui ont peur d'aller aux élections parce qu'ils savent pertinemment que le peuple votera pour les placer dans l'opposition futile et sempiternelle.
 
Ce vendredi, la presse internationale rapporte que le Secrétaire d'Etat Américain John Kerry a rappelé au Président Martelly l'urgence d'organiser des élections en Haïti dans le plus bref délai. Le temps n'est plus à des rencontres sans issue ni à des acrobaties non-institutionnelles. Le Conseil Electoral en exercice doit mettre en place le dispositif nécessaire en vue de réaliser les élections dans un délai bref, après l'échéance constitutionnelle du 2e lundi de janvier 2015. Il est temps pour le Président Martelly d'en appeler au peuple pour réaliser des élections libres, honnêtes et démocratiques dans le pays.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
4 octobre 2014
reseaucitadelle@gmail.com
@reseaucitadelle
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LA VERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire