mercredi 5 novembre 2014

Haïti, L’extrême gauche et le renforcement de la droite américaine.- (Texte de Cyrus Sibert)



Les résultats des élections américaines de ce 4 novembre 2014 sont un coup dur pour les extrémistes de l'opposition et Lavalas qui ont misé sur certains contacts au sein du Parti Démocrate pour faire plier le Président Michel Martelly et le Premier Ministre Laurent Lamothe.

Depuis l'arrivée de l'administration TET KALE au pouvoir en Haïti, pas une semaine sans que des représentants de cette opposition extrémiste de gauche ne vantent sur les médias, leurs rencontres avec des Sénateurs et Congresmen démocrates américains. Récemment la congreswoman Maxime Waters est allée jusqu'à relayer leurs mensonges en appelant au respect des droits des manifestants dans le pays. Même quand le résultat de cette campagne est maigre, vu que l'administration du Président Obama n'a jamais ménagé son support à l'administration Martelly/Lamothe, l'espoir de voir un groupe important de parlementaires américains tomber dans le piège politique des extrémistes de l'opposition haïtienne alimente l'esprit de subversion et empêche un accord inter-haïtien.

Le 1er novembre dernier, sur TV5, le Président Martelly a fait face à cette stratégie qui consiste à relayer sur des tribunes internationales les mensonges des extrémistes de l'opposition. Ces derniers s'associent à un groupe minoritaire au parlement qui bloque le vote de la loi électorale, organisent des manifestations chaque jour dans les rues du pays afin d'alimenter le discours de leurs alliés au Parlement américain ou de la « Métropole » française faisant croire qu'il y a en Haïti une contestation importante, que le Président Martelly est un duvaliériste donc un extrémiste de droite cherchant à restaurer la dictature de « Papa Doc » ou de « Baby Doc ».

Ces extrémistes de gauche, incapables de remporter une victoire électorale, bénéficient de la complicité de certains médias locaux pour minimiser les grandes réalisations de l'équipe au pouvoir et du support d'organisations de droits humains - partisanes - pour présenter les casseurs - qu'ils utilisent lors des manifestations pour attaquer la propriété privée de riverains - comme des prisonniers politiques.

Eh bien, avec le contrôle des Républicains sur les deux chambres du parlement américain, les marges de manœuvre de ces extrémistes de l'opposition seront décroissantes. D'autant plus, ils avaient attaqué la Famille Clinton, en déclenchant une campagne accusant l'ancien Président Américain et sa femme candidate à la Maison Blanche de corruption en Haïti.

On ne saurait ignorer cette publication dans le journal Wall Street d'un article relayant les accusations de Me Newton Saint-Juste et de Me André Michel contre la famille Clinton. Ces deux hommes avaient même adressé une lettre au Congrès des Etats-Unis en ce sens.

On peut en déduire que l'aile extrémiste de l'opposition, réunie au sein du regroupement MOPOD/LAVALAS, se retrouve entre l'enclume et le marteau. Car, si d'un coté elle devra faire face à un parlement Républicain qui ne partage pas ses valeurs anarcho-populistes de gauche, une élection de Madame Hilary Clinton à la Maison Blanche compliquera d'avantage sa situation. Il est clair qu'il s'agirait d'une situation de règlement de compte, pur et simple. Et si, aux Etats-Unis, des Républicains comme Ron Paul, Jeb Bush, Mike Huckabee, Rick Perry arriveraient à la maison blanche, lors même qu'ils auraient utilisé les attaques contre Clinton pour remporter leurs élections, ils ne pactiseront pas avec des extrémistes de gauche.

Un dossier à suivre !

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haïti
5 novembre 2014
Photo: www.rfi.fr
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire