jeudi 1 janvier 2015

Large soutien des Haitiens de Cayenne pour Michel Martelly.-

Plus de 200 Haïtiens de Guyane ont répondu à l'appel du Comité de citoyens haïtiens de Guyane et de l'association Konbit, hier à Cayenne, afin d'exprimer un soutien appuyé au président d'Haïti.

Une manifestation orchestrée de main de maître. Hier après-midi à Cayenne, entre la rue Saint-Eustache et l'impasse Saint-Michel, dans la cité Brutus, plus de 200 personnes ont répondu à l'appel conjoint du Comité de citoyens haïtiens de Guyane et de l'association Konbit. L'objectif était simple : réunir la communauté haïtienne devant le siège de Radio-Mosaïque afin d'exprimer haut et fort un soutien inconditionnel à l'actuel président haïtien, Michel Joseph Martelly. Une réussite.
« J'AI VU LE CHANGEMENT »

À l'origine du rassemblement, André-Yves Rameau. « Monsieur Martelly est le meilleur président que nous avons eu depuis l'indépendance d'Haïti, affirme-t-il. En trois ans, il en a déjà fait dix fois plus que ses prédécesseurs qui n'étaient là que pour piller le pays. » Si le Comité est parvenu à réunir autant de monde en si peu de temps, c'est qu'un vent de révolte souffle du côté de Port-au-Prince depuis quelques semaines (1).

Plusieurs manifestations de rue ont rassemblé des partisans de Jean-Bertrand Aristide, opposant déclaré à Michel Martelly. Ces marches ont parfois tourné à l'affrontement avec la police, mais elles ont aussi et surtout été à l'origine de la démission du Premier ministre, Laurent Lamothe (la ministre de la Santé, Florence Guillau, a depuis été désignée en qualité « d'intérimaire » ). « C'est reculer pour mieux sauter » , lance André-Yves Rameau. Une référence aux élections législatives et municipales qui, après avoir été annulées en octobre, devraient se tenir fin 2015.

« Lamothe, il faudrait qu'il revienne, mais en même temps ne plus être Premier ministre ça va lui laisser du temps pour préparer les élections » , explique Jean-René, venu crier son soutien au président Martelly. « Ça fait vingt-cinq ans qu'il ne s'est rien passé et avec Martelly ça bouge, alors il faut le laisser travailler » , renchérit Jisner. « Je suis allée en Haïti l'année dernière et j'ai vu le changement, affirme Marie. Il travaille et on voit l'amélioration dans le pays. Il doit rester. »
Réunis sous trois immenses tonnelles afin de se protéger de la pluie, les participants répondent à un prêche avant de marteler en choeur : « Haïti d'abord! » Michel Martelly n'en a sans doute pas grand besoin, mais hier, il a reçu le soutien d'une frange non négligeable de ses ressortissants de Guyane.

(1) Lire aussi nos pages « Amazonie-Caraïbe » des 1er, 4 et 15 décembre.

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire