lundi 2 février 2015

Ann pale de FONDS PETROCARIBE : Investissement dans le développement territorial et économique.-

Extrait.-

Le premier axe d'intervention des fonds PétroCaribe relève du développement territorial et économique. Le contexte ayant suivi les chocs naturels de 2010 et de 2012, puis les considérations économiques, ont conduit à un investissement important dans les branches d'activités relatives à cet axe de développement. Ces domaines d'interventions tels que les infrastructures, l'agriculture, l'énergie et l'appui aux Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPMEs) sont stratégiques, tenant compte de leur effet de levier sur le reste de l'économie.

En effet, le tremblement de terre de 2010 et les ouragans qui ont suivi ont d'une part détruit les infrastructures de base de l'économie mais, d'autre part, ont aussi donné l'opportunité de mieux construire les bases pour une croissance économique inclusive et durable. Le produit intérieur brut du pays avait chuté de près de 5,1 % pour l'année 2010 et la destruction des infrastructures était évaluée à 120 % du Pib par les experts de l' « Évaluation des besoins Post désastre ». Pour rattraper ce retard important et positionner Haïti sur la voie du développement, des investissements plus substantiels devraient être stratégiquement canalisés pour le développement territorial et une croissance économique plus vigoureuse.

Dans ce contexte, le gouvernement de la république d'Haïti avait fait le choix d'investir dans le développement des infrastructures de base facilitant la circulation des biens et des services et qui soutiennent la croissance.

Les investissements publics dans les infrastructures répondent aux préoccupations suivantes mais non limitées à celles-ci :
1) améliorer le réseau routier pour relier les pôles de développement; 2) faciliterlecommerceextérieuretlesinvestissementsprivés;
3) réduire la vulnérabilité de nos villes et protéger l'environnement.

Par exemple, la route Cayes – Jérémie devrait désenclaver la région de la Grand'anse qui constitue un poumon de la production agricole du Pôle Sud du pays; la modernisation des infrastructures de transport devra contribuer à éliminer certains obstacles à la compétitivité du pays et enfin les programmes de rénovation urbaine (Port-de- Paix, Jacmel...) et de protection des bassins versants doivent contribuer à réhabiliter l'environnement et à diminuer les risques des chocs naturels. Les investissements dans les bâtiments et travaux publics devraient aussi aider au relèvement économique en créant des emplois particulièrement dans la zone métropolitaine dévastée.

Cette stratégie de priorisation d'investir dans l'aménagement du territoire est aussi liée à la modernisation et la valorisation de certains secteurs clés de l'économie dont l'agriculture et le tourisme. D'abord, le secteur agricole demeure particulièrement stratégique car elle a employé plus de 36 % de la population active en 2007 et les investissements dans le secteur constituaient une composante stratégique dans l'amélioration de la sécurité alimentaire. Il est aussi important de remarquer que l'agriculture représentait près de 25 % du Pib et que toute croissance importante du dit secteur contribuerait au reste de l'économie. Ensuite, le choix du tourisme a été fondamental considérant l'objectif du gouvernement de remettre Haïti sur la carte touristique internationale. En effet, Haïti a le potentiel d'avoir une part de marché plus significative dans les 20 millions  de touristes internationaux qui visitent les Caraïbes.

Un autre secteur privilégié des allocations des fonds PetroCaribe est l'énergie. Les investissements dans l'énergie ont eu la double vocation de supporter le tissu productif pour réduire les couts de production des entrepreneurs mais aussi bien de faciliter l'éclairage public pour favoriser la vie communautaire et contribuer à la sécurité.

Le rationnel d'intervention ci-dessus répond au cadre du Plan Stratégique de développement d'Haïti (PSdH) et de la politique du gouvernement. En effet, dans les résolutions de Petro Caribe pour la période du 12 mai 2011 au 10 septembre 2014, une somme totale de plus de 907 millions $ a été budgétisée à l'axe de développement territorial et économique. Les infrastructures ont reçu des fonds pour un montant de près de 512,8 millions $ et les investissements dans l'agriculture s'élèvent à près de 38,4 millions $. Le secteur touristique a été budgétisé dans les différentes résolutions pour une enveloppe de 10 985 000 $ et a reçu 4 % du montant. D'autres projets économiques comme, par exemple, la stabilisation des prix des produits de base, l'appui à la formalisation et à la capitalisation de microentreprises recensées pour un montant de près de 96 millions $. Dans l'ensemble pour les projets de l'axe de développement territorial et économique, près de 82 % des montants prévus dans les résolutions ont été transférés aux projets.

Les investissements réalisés dans les secteurs d'activités relatifs au développement territorial ont dans une large mesure contribué au renouement avec la croissance économique. En effet, suivant les estimations de l'institut d'Haïti de Statistiques et de l'informatique (IHSI) l'économie a crû de plus de 4 % en 2013. Cette redynamisation de l'économie a été particulièrement soutenue pour l'année 2013 par la croissance des branches d'activités telles que les bâtiments et travaux publics ayant crû de 9,29 %, l'agriculture de plus de 4 %, le commerce, restaurants et Hôtels accusant une augmentation de près de 4,88 %. De même, le nombre de touristes ayant visité Haïti a augmenté de 20,2 % par rapport à 2012 suite aux investissements dans le secteur et d'autres interventions pour le renforcement de l'industrie touristique. 
 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire