samedi 28 février 2015

Aristide/Lavalas a fait de la République Dominicaine, un pays voisin puissant qui renforce sa campagne anti-haitienne.-

Par un "Embargo Economique" et la "Démobilisation de l'Armée d'Haiti", Aristide/Lavalas a fait de la République Dominicaine, un pays voisin puissant qui renforce sa campagne anti-haitienne.-

Extrait-

Les forces démocratiques d'Haïti luttaient mettant chaque jour en péril leur vie pour retourner le pays a l'ordre constitutionnel. En 1992, sans consulter les forces démocratiques de l'intérieur, Aristide avec quelques conseillers proches, décida d'imposer un embargo sur Haïti pour forcer les militaires à remettre le pouvoir. L'embargo d'Aristide détruira l'économie de notre pays et causera une catastrophe irréparable au niveau de l'environnement. A cause de l'embargo, les produits pétroliers (gazoline, diesel, kérosène) ne pouvaient pas rentrer en Haïti. Résultât? Les paysans pour subvenir à leurs besoins coupèrent les arbres restants laissant le pays sans couverture. L'embargo provoqua la fermeture de nombreuses entreprises. Haïti perdit plus de 300.000 emplois et des investissements importants. Plusieurs pays de la région, la république Dominicaine, Le Mexique, le Costa Rica et le Honduras reçurent avec joie ces entreprises, leurs investissements et leurs emplois. L'embargo tua des milliers d'enfants selon un rapport de l'UNICEF et de Harvard university. Malgré les dégâts socio-économiques et humains, Aristide scandait à la radio qu'il fallait renforcer l'embargo économique contre son pays. En rétrospective jusqu'a présent personne ne peut comprendre qu'un Président constitutionnel d'Haïti faisait la promotion d'une telle horreur. Au lieu d'appliquer des sanctions ciblées contre les auteurs du coup d'état, il décida de cibler son pays. Pour expliquer cette trahison d'Aristide, nombreux sont ceux qui compare son cas a celui de Manuel Zelaya, le Président constitutionnel du Honduras lui aussi qui avait été victime d'un coup d'état militaire. Contrairement au Conze Aristide le Président Zelaya n'a jamais sollicite un embargo économique et une intervention militaire dans son pays. Avec courage Zelaya laissa l'exil et a traverse seul la frontière du Nicaragua pour retourner dans son pays sans embargo et sans un soldat étranger. Devant l'échec de l'embargo Jean Bertrand Aristide décida qu'il allait demander une intervention militaire étrangère dans son pays. Pour un rappel de l'époque klike la: Doubting Sanctions, Aristide Urges U.S. Action on Haiti

La demande d'occupation de 1994

Quand Aristide prit la décision de faire envahir Haïti en Septembre 1994 par des militaires étrangers il mit catégoriquement de cote la plupart des sénateurs et députes la 45e législature et les forces politiques du pays qui luttaient pour son retour. Cette décision grave fut prise avec quelques conseillers proches. Nombreuses sont les générations comme la mienne qui auront à payer les décisions catastrophiques de ces prêtres défroques d'Aristide à Gérard Bissainthe, pour plus de détails klike la :http://www.slideshare.net/Stanleylucas/reponse-de-stanley-lucas-a-gerard-bissainthe-et-a-son-marassa-defroque-letitiah-sept A leur sortie du pouvoir le 14 Mai 2011 ces chimères nous ont laisse un pays avec plus de cinq millions de nos frères et sœurs en état de pauvreté absolue, 54% de nos citoyens analphabètes, plus de 70% de notre budget dépendant de l'étranger, une force d'occupation la MINUSTAH, la dégradation totale de notre environnement, les structures de l'état totalement affaiblies, le taux de chômage frisant les 70%. Ce sont encore eux qui malgré cet héritage lourd sont les obstructionnistes aux efforts pour sortir Haïti de cette situation dégradante.

Pour revenir en 1994, a l'époque Gérard Pierre Charles de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), Jean Marie Vincent et d'autres membres du mouvement lavalas représentant le front politique interne contre le coup d'état étaient contre l'intervention militaire étrangère en Haïti. Les membres du front de résistance interne lavalas combattant le coup d'état pensaient pouvoir réinstaller l'ordre démocratique en Haïti sans occupation militaire étrangère. Dans leurs réflexions ils avaient déjà décidé que si Aristide prenait cette route, il le remplacerait par un nouveau leader qui aurait été Jean Marie Vincent. Aristide dans sa stratégie d'occupation étrangère était en conflit avec ce groupe de lavalassiens de l'intérieur oppose a l'intervention militaire des étrangers en Haïti. Cette différence causa l'assassinat de Jean Marie Vincent selon les analystes qui attribuèrent le meurtre a Aristide, comme aussi sont nombreux sont ceux qui lui attribueront le meurtre du journaliste Jean Dominique.

Dans son confort Washingtonien Aristide accélèrera sa stratégie de demande officielle d'occupation d'Haïti sur deux fronts: le gouvernement Américain et les Nations Unies. Au quartier général des Nations Unies le Ministre des Affaires Étrangères de l'époque et l'Ambassadeur reçurent des instructions d'Aristide pour mettre en place un cadre pour faciliter l'intervention des militaires étrangers en Haïti. On leur demanda de mener campagne auprès des membres du Conseil de Sécurité et de l'Assemblée Générale pour l'application du chapitre sept des Nations Unies facilitant ce genre d'intervention militaire. De son cote Aristide téléphonait directement les grandes capitales pour demander aux leaders de ces pays leur soutien au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Pour l'occupation...

Texte de Stanley Lucas
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire