samedi 28 février 2015

Haïti ne fera pas d'excuses à la République dominicaine.-

Haïti ne fera pas d'excuses


image   Le chancelier Duly Brutus

Haïti ne fera pas d'excuse à la République dominicaine après l'escalade du consulat de l'Etat voisin, c'est ce qu'a déclaré vendredi le ministre haïtien des Affaires étrangères, Dully Brutus. Le chancelier, qui critique le silence des autorités dominicaines face aux violences perpétrées contre les ressortissants haïtiens de l'autre côté de la frontière, affirme qu'il était nécessaire pour le gouvernement haïtien de hausser le ton.
« Pour nous, il n'est pas question de faire une lettre d'excuses. Un Haïtien a été assassiné, notre drapeau brûlé, il n'y avait aucune réaction de la part des autorités dominicaines, a déclaré le ministre des Affaires étrangères qui intervenait sur les ondes de Magik 9.  Nous estimons qu'il y a souvent un trop grand silence de la part du gouvernement dominicain par rapport à ces mêmes actes. »

Ce qui n'empêche pas le chef de la diplomatie haïtienne de condamner à nouveau l'acte regrettable perpétré au consulat dominicain mercredi dernier. « Nous condamnons très clairement le comportement des voyous dans la note que nous avons rendue publique mercredi soir. Tout comme dans la lettre qu'ils nous ont envoyée, j'ai vu quelque part qu'ils condamnent le comportement d'un petit groupe en République dominicaine qui était allé très loin ».

Le chef de la diplomatie haïtienne ne regrette pas d'avoir tapé le point sur la table. « L'essentiel, c'est qu'il fallait hausser le ton sur la situation des Haïtiens vivant en République dominicaine. La diplomatie a haussé le ton, le peuple haïtien, à travers la marche, a haussé le ton également, a martelé le ministre Brutus. C'était important de leur démontrer que les Haïtiens ne sont pas disposés à se laisser faire. » 

Monsieur Brutus est revenu dans ses propos sur les correspondances qu'ont échangées les deux gouvernements ces derniers jours.  Le gouvernement dominicain, par la voix de son chancelier, a critiqué le fait que le gouvernement haïtien parle de racisme et de xénophobie en République dominicaine.

Dans la réponse faite par les autorités dominicaines, elles estiment surtout que nous avons été un peu trop loin. Parler de climat xénophobe, selon eux, c'est étendre le comportement de quelques individus à toute la population dominicaine, a dit le ministre Dully Brutus.  Tel n'était pas le cas, selon le ministre. Il soutien qu'on n'avait pas généralisé. «L'un des points que j'ai soulevés après la marche de mercredi, c'est que le peuple haïtien n'avait pas manifesté contre le peuple dominicain. Nous manifestons contre une forme de racisme qui gagne du terrain au niveau de la République dominicaine et nous demandons le respect des droits des Haïtiens. »

« Dans la lettre que nous avons envoyée aux autorités dominicaines, nous avons d'abord mis l'accent sur un climat raciste, xénophobe qui ne cesse de grandir là-bas par rapport à la population haïtienne. En second lieu, nous leur avons demandé de prendre toutes les dispositions pour garantir le respect des droits des Haïtiens vivant en République dominicaine», a fait savoir le ministre.

En effet, peu après la manifestation de mercredi, la chancellerie avait sorti une note. Dans cette note, le gouvernement haïtien a clairement condamné le comportement d'un petit groupe ayant escaladé le mur du consulat dominicain, violant l'espace territorial de la république voisine.

« Nous leur disons que ce type des comportement est un comportement d'extrémistes qui ne rendent aucun service à la République d'Haïti, a lancé le ministre aux personnes ayant violé l'espace diplomatique haïtien.  Ce n'est pas parce que certains voyous dominicains avaient brûlé notre drapeau, que nous devons faire comme eux ».

Plus loin, le titulaire du MAE a confirmé des changements opérés au sein du personnel diplomatique à l'étranger. L'ancien consul d'Haïti à Santiago, Ralph Hyppolite, a bel et bien été rappelé au niveau du ministère des Affaires étrangères en Haïti. Quant à l'ambassadeur Fritz Cinéas, il devrait partir à la retraite depuis quelque temps. Le ministère a tout simplement accepté la démission de Fritz Cinéas qui a fait carrière dans la diplomatie haïtienne.

« On est en train de faire un travail d'assainissement au niveau du ministère des Affaires étrangères, ce n'est pas quelque chose de facile. Ce n'est pas une situation facile puisque aujourd'hui, il y a beaucoup de personnes qui reçoivent un salaire au nom du ministère des Affaires étrangères sans offrir aucun service. Le pays n'a pas les moyens pour supporter autant de gens travaillant à l'extérieur ».

Le ministre affirme qu'il faut mettre de l'ordre dans la diplomatie haïtienne. Il annonce également la fermeture de certaines ambassades du pays à l'étranger. « A partir des mois de juin et juillet, on aura des difficultés pour verser les salaires. C'est mon rôle en tant que ministre de prendre ces décisions pour éviter qu'on ait de grandes difficultés au niveau des Affaires étrangères d'ici le mois de juin », a-t-il indiqué.

Louis Joseph Olivier Source Le Nouvelliste
Enregistrer un commentaire