vendredi 6 mars 2015

Martelly appelle au calme dans les relations avec la République Dominicaine


Le chef de l'état haïtien, Michel Martelly, appelle les haïtiens au calme pour favoriser des relations harmonieuses entre Haïti et la République Dominicaine. 

Il a condamné les attaques contre les ressortissants dominicains résidant en Haïti faisant valoir que ce comportement peut provoquer des représailles contre les étudiants haïtiens en République Dominicaine. Il dénonce également l'attaque contre le Consulat dominicain à Pétion ville expliquant que ce comportement est condamné par l'ensemble de la communauté internationale. Haïti doit respecter les conventions internationales sur les relations diplomatiques, a-t-il insisté. 

Le président Martelly assure que le gouvernement entend utiliser les voies diplomatiques pour résoudre le différend avec la République Dominicaine. Nous ne pouvons entrer en conflit, nous n'avons même pas une armée, a lancé le chef de l'état haïtien rappelant que la situation d'Haïti et de République Dominicaine partageant une île est unique au monde. Nous devons œuvrer à avoir en tout temps de bonnes relations avec les dominicains, a lancé M. Martelly durant un déplacement a Léogane. 

Il a dans le même temps exhorté les autorités dominicaines à adopter des dispositions pour mettre un terme aux violences contre les haïtiens. Toutefois il a mis l'accent sur la nécessité pour que les pouvoirs publics et le secteur privé œuvrent afin de relancer l'économie nationale. Il faut que les haïtiens ne soient plus contraints de fuir leur pays, a dit M. Martelly rappelant que les migrants illégaux haïtiens sont en difficulté dans d'autres pays dont Bahamas, Türk and Caicos et Brésil. 

Source: LLM / radio Métropole Haïti 


____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire