dimanche 8 mars 2015

Remarques sur une bêtise de Kerlens Tilus pour mieux comprend le Janus de la diplomatie. (Texte de Cyrus Sibert)

L'anti-Martelly est une maladie qui empêche aux intellectuels haïtiens d'aborder sérieusement les questions nationales. Plus, ils écrivent, plus ils prouvent leurs limites. Ce constat est presque général.



1- Tout d'abord, qu'est ce qui a de si étrange quand la Présidence joue le calme après que son Ministre des affaires étrangères eut adopté une position de fermeté? C'est normal et cela se fait partout dans le monde. Vladimir Putin joue la fermeté et son Ministre des Affaires Etrangères, le calme. Le Département d'Etat et le Pentagone avaient annoncé des frappes contre la Syrie, la Maison Blanche a décidé de ne pas donner le feu vert. Kerlens Tilus ne nous dira pas que le Ministre Russe est un pro-américain, ni qu'il y a des pro-syriens ou des "Salami" à la Maison Blanche, encore moins que le Secrétaire Américain avait donné sa démission. 

2- Qu'est ce qu'il y a de si drôle si le Chef d'Etat d'un pays sans forces de défense décide de privilégier la diplomatie au lieu de proférer des menaces qu'il ne pourra pas exécuter? Kerlens Tilus devrait plutôt blâmer ses amis Lavalas/Aristidiens qui avaient détruit les Forces Armées d'Haïti, vendu les avions de l'aviation haïtienne à la République Dominicaine, cela après avoir imposé un embargo économique sur Haïti. Le Président Martelly utilise les couloirs diplomatiques pour faire pression sur la République Dominicaine, c'est le comportement réaliste et pragmatique à tenir. D'ailleurs, la République voisine n'a jamais subi autant de pression de toute son histoire. CARICOM, l'OEA, l'ONU, toutes ces instances internationales exercent des pressions sur la République Dominicaine grâce aux initiatives diplomatiques du gouvernement en place. 

3- A RéseauCitadelle, nous militons en faveur de la diversification des sources d'approvisionnement d'Haïti et des débouchées pour les étudiants haïtiens. Si les Dominicains utilisent l'immigration pour faire pression sur Haïti, les liens économiques entre les deux pays devraient constituer pour nous haïtiens une arme diplomatique. Cela demande du temps pour atteindre cet objectif, mais nous devons aller dans cette direction. Walmart (USA) s'approvisionne en Asie, en Chine, mais pas du Mexique ni du Canada. Nous pouvons faire un effort pour avoir d'autres fournisseurs loin de nos frontières immédiates. Si les dominicains ne veulent pas de nous, alors nous ne voulons pas non plus de leurs produits. Sur ce point, nous observons le comportement des autorités en place et de la bourgeoisie haïtienne avant de décider si une campagne dénonçant leur complicité avec le racisme dominicain est justifiée. Pour le moment, ce serait irresponsable de jouer la carte de la fermeté sans tenir compte de la réalité économique et sans se soucier de la sécurité des centaines de milliers haïtiens qui résident en République voisine. 

4- Kerlens Tilus, ferait mieux de questionner cette attaque contre le Consulat dominicain, un jour avant la réunion de la CARICOM au Bahamas sur la politique anti-haïtienne en République Dominicaine. Comment la République Dominicaine a pu obtenu cet incident diplomatique, à point nommé, exactement quant elle était en difficulté? Un incident qui lui a permis de mettre Haïti aussi sur le banc des accusés. Nous devons nous poser des questions sur la présence au sein de cette manifestation de l'aile extrémiste de l'opposition (MOPOD), accusée depuis plus d'un an d'être financée par la République voisine. Alors que des membres de la société civile dénonçaient le racisme en République voisine, des mercenaires biens rémunérés faisaient leur travail au profit des intérêts dominicains. Une analyse corroborée par des témoignages de jeunes qui avaient pris part à cette marche. 

De plus, faut-il signaler que l'opposition radicale connue sous le nom de MOPOD n'est pas à son premier coup d'essai. En décembre 2014, l'Ambassadrice des Etats-Unis Parmela Withe a été attaquée par des membres de cette organisation politique suite à sa participation à une réunion avec l'opposition radicale. A plusieurs reprises, cette organisation radicale a tenté d'apporter sa violence politique devant l'Ambassade des Etats-Unis.

5- Le syndrome de Benghazi. L'attaque contre l'Ambassade des Etats-Unis en libye et l'assassinat de l'ambassadeur en poste dans ce pays crée au niveau international une peur bleue des attaques contre des installations diplomatiques. Les ambassades sont la cible privilégiée des terroristes. A ce niveau, il est clair que toute violation de l'espace consulaire de la République Dominicaine entrainerait une condamnation unanime de la Communauté Internationale, afin d'éviter la répétition de ce mauvais précédent. On peut comprendre que les pressions auxquelles fait face le gouvernement haïtien ne viennent pas uniquement de la République Dominicaine, mais de toute la communauté internationale. Une réalité qui dépasse la compétence du Ministre des Affaires Etrangères, mais engage la responsabilité du Chef de l'Etat.

Les intellectuels haïtiens laissent apparaitre leurs limites. Ces jours-ci, pour eux, il suffit de citer le nom du Président Michel Martelly ou le nom de son ancien Premier Ministre Laurent Lamothe pour que leurs textes obtiennent un grand rayonnement. Cela peut-être vrai pour les lecteurs naifs, négligents ou trop occupés pour décortiquer ces papiers. Car, une petite analyse superficielle pourrait démontrer qu'en réalité, nous avons affaire à des bluffeurs et des démagogues obsédés, donc des fanatiques dénoués de rigueur scientifique.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
8 mars 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr 
____________________________________________
(Le texte de Kerlens Tilus...)

  Duly Brutus en Difficulté

Pour se faire des ennemis, pas la peine de déclarer la guerre, il suffit juste de dire ce que l'on pense. (Martin Luther King)

Tout pouvoir a un tempérament qui le définit dans ce qu'il est et ce qu'il ne sera jamais. Le tempérament du pouvoir actuel: "lòbèyis ponpye e pouryanis ". Yo pete lòbèy, yo kreye lòbèy, yo kouri dèyè lòbèy e kou lòbèy vle tounen lòbèy tout bon pou yo, y al chache etenn lòbèy la nan lòbèy. (Daly Valet)

Selon les déclarations du journaliste Ricot Dupuy, PDG de Radio Soleil à Brooklyn, le ministre des Affaires étrangères, Duly Brutus, a été convoqué au Palais National afin de clarifier les propos tenus dans la presse haïtienne concernant la République Dominicaine. Il a été sévèrement réprimandé et a reçu l'ordre d'envoyer une lettre d'excuses à la RD. Il a été informé qu'il n'est plus autorisé à intervenir sur ce dossier qui est pris en charge par le Palais National. D'après Mr. Ricot Dupuy, Duly Brutus est confronté à un bloc pro-Dominicanie composé de conseillers durs à cuir de Martelly, l'oligarchie des affaires et des associés de Laurent Lamothe qui ont toujours vu Duly Brutus comme un politicien sans allégeance particulière à une personne ou un groupe. Bruly Brutus était sorti de son silence en raison de la pression croissante provenant de tous les secteurs de la société haïtienne. "Il a réagi avec force à des abus exercés contre des Haïtiens en République Dominicaine. Maintenant, il est confronté à la colère du régime dont l'accès au pouvoir avait été financé par la RD. Ricot Dupuy croit que Duly Brutus fait face à un dilemme: s'excuser ou démissionner. Il appelle les Haïtiens à se tenir fermes derrière Duly Brutus.

Ricot Dupuy, dans son rôle de pompier essaie de sauver la peau de Duly Brutus qui ne vaut même pas un sou aujourd'hui pour avoir choisi d'entrer "tête baissée" au sein du pouvoir Tèt Kale. C'est triste de voir des hommes du calibre de Duly Brutus qui sont sur le terrain depuis des décennies servent de valets aujourd'hui à Michel Joseph Martelly, un inculte qui n'a allégeance qu'à l'argent sale. La diplomatie haïtienne est en mode "lòbèy". Rares sont les membres du corps diplomatique qui comprennent leur mission en terre étrangère. Il faut être bien fou pour qu'un Haïtien dans une représentation diplomatique à l'étranger croit qu'Haïti a une politique étrangère. Que fait Duly Brutus au ministère des Affaires Etrangères? Récemment, le chancelier haïtien a annoncé des mesures pour revitaliser la diplomatie haïtienne. Quand nous regardons le personnel de nos consulats et ambassades à travers le monde, cela fait pitié. Même au 19e siècle, Haïti avait de grands messieurs qui représentaient le pays avec brio ailleurs et qui étaient capables de défendre ses intérêts, malgré les guerres intestines. Pourquoi en ce 21e siècle, Haïti ne peut pas aligner de bons éléments pour asseoir une diplomatie responsable à la hauteur de notre histoire de peuple vaillant?

Le dossier de la République Dominicaine est agité par des coquins qui ont beaucoup à perdre si Haiti se prend en mains. "Kouman Duly Brutus fè nan cho e ap chochonèt?" L'État haïtien a boycotté la manifestation du Collectif du 4 Décembre tenue le 25 Février dernier, et l'on se demande bien si les incidents malheureux enregistrés n'étaient pas un coup monté. Les images montrent clairement que quelques individus ont investi le consulat dominicain pour souiller le drapeau de ce pays, ce qui a provoqué l'indignation des dirigeants dominicains qui ont tout leur droit d'être fâchés puisqu'il est question de leur souveraineté. Où était la Police Nationale d'Haïti? Est-ce qu'il y a un corps de sécurité diplomatique en Haïti pour garantir la sécurité des missions diplomatiques étrangères? A l'annonce d'une manifestation pour des raisons légitimes qui risquent de drainer la grande foule, le Chancelier Duly Brutus devrait coordonner avec la PNH pour renforcer la présence policière devant les locaux du consulat Dominicain et son ambassade. Mais, la clairvoyance manquait à notre chancelier. En Haïti, nous n'avons pas cette culture d'assumer nos responsabilités et de tirer les conséquences de nos inconséquences. Tout voum se do, c'est la culture du "lòbèy" comme le souligne le journaliste Daly Valet. Les dirigeants haïtiens jouent à un jeu qui risque de permettre au Dominicains de soigner leur image dans l'opinion publique internationale.

Dans ce dossier brûlant, on doit remarquer comment les duvaliéristes et les lavalassiens gardent la même posture que les tèt kaliens au pouvoir. Ils sont tous muets. Ce n'est pas une question d'intérêt national qui est en cause, mais bien d'intérêts personnels. Tout moun mouye. Combien d'anciens et de nouveaux fonctionnaires de l'état de tous les régimes confondus ont des biens meubles et immeubles, et mènent des affaires en République Dominicaine? Est-ce que la République d'Haïti, république bananière à juste titre peut tenir tête à la République Dominicaine quand nous savons que des collabos haïtiens travaillent pour le compte de la RD au détriment du pays? Voilà pourquoi nous ne cessons d'appeler nos compatriotes au calme sur les réseaux sociaux. Haïti n'est pas en mesure de donner une réponse claire et directe à la RD vu que nos dirigeants sont ceux mêmes qui nous rapetissent. Au point où nous sommes, se défaire de la tutelle dominicaine et presqu'impossible. Non seulement, nous n'avons pas le leadership responsable qu'il faut, notre pays est infesté de malfrats qui sont prêts à tout détruire sur leur passage. Il est plus facile de suivre le courant salamique de la médiocrité et de l'irresponsabilité que d'aller à contre-courant. Sont taxés d'imbéciles, ceux qui croient qu'Haïti peut être un pays souverain qui crée des opportunités pour ses citoyens, et ceux qui veulent se livrer corps et âme dans la bataille pour une nouvelle Haïti.

Si nous nous mettions à suivre les déclarations fantaisistes et le comportement larbinique des apatrides haïtiens, nous aurions cassé notre stylo. Mais, sachant que la parole bien pensée et prononcée peut être libératrice, nous avons le devoir de continuer à nous prononcer. Le pays ne peut pas continuer à descendre dans l'abime bien que c'est le vœu pieux de nos dirigeants et de nos élites. Nous devons sortir dans le sensationnel pour aborder les choses à tête reposée. Dire ce que l'on pense dans l'Haïti banditlégalisé est déjà une grande preuve de courage et constitue une déclaration de guerre à ces forces rétrogrades. La plupart des bourreaux d'aujourd'hui ont été les opprimés d'hier qui ont pris gout au lucre. Le dossier de la République Dominicaine est agité à des fins politiques ces derniers jours. Certains penseurs haïtiens, durant ces dernières années ont abordé la question lucidement et ont fait des propositions judicieuses. Nous recommandons le livre  " Béquilles " - Continuité et ruptures dans les relations entre la République Dominicaine et Haïti de Leslie Péan, paru en 2014 au C3 Editions. Haïti et les Haïtiens continueront à végéter et souffrir tant qu'il n'y ait pas l'éclosion d'une conscience collective et de leaders responsables.

Nous sommes rassurés que les prises de position sensées et réfléchies finiront par trouver écho dans l'âme de ces millions de jeunes haïtiens dont l'avenir parait très incertain. Se la pou n pat la, nou deja la, fòk nou reziye n goumen ak bandi. Si Duly Brutus n'est pas un homme paille, il devrait remettre son tablier. On verra dans les jours à venir si l'originaire de Limbe est doté d'une colonne vertébrale et sera en mesure de prendre les décisions requises pour calmer la tension entre les deux pays partageant l'Ile d'Hispaniola sans flétrir le peu d'honneur qu'il nous reste.

Kerlens Tilus  03/06/2015
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Enregistrer un commentaire