lundi 27 avril 2015

Haiti-Elections : Quand des autorités de facto utilisent la Constitution comme arme d'exclusion.-

Certificat de Décharge : Evans Paul met le Président Martelly en garde et s’en remet au CEP.


En réponse à une question du journaliste Wendell Théodore sur le certificat de décharge exigé pour la participation des anciens comptables de deniers publics aux prochaines joutes électorales, le Premier Ministre, non émané du parlement et dont la déclaration de politique générale fait défaut, Mr.  Evans Paul, s’est référé à la Constitution dont l’existence il a passé outre pour s’instaurer à la Primature. Malgré les circonstances exceptionnelles dans lesquelles Mr. Paul a pris fonction comme Premier Ministre, il s’amuse à pontifier sur les prescrits constitutionnels en allant jusqu’à mettre en garde le President Michel Martelly, arguant que ce dernier, en aucun cas, n’est pas habilité à octroyer un certificat de décharge à qui que ce soit. 

Il est d’autant plus inquiétant que l’ancien chef de l’opposition ait oublié dans un laps de temps si réduit qu’il assume la fonction de Chef de gouvernement sans un vote du parlement — donc de facto, par consensus. Mr. Paul, Premier Ministre par décret, s’est contenté de se référer au rapport de la Commission Présidentielle pour rappeler qu’il était convenu que le Président de la République ne devrait pas adopter des décrets en absence du parlement. Mr. Paul, estime que seul le Conseil Electoral de consensus - organe non moins de facto, est habilité à trancher sur cette situation de décharge.


Faut-il rappeler que les Conseillers Electoraux n’arrêtent pas scander sur les ondes des médias que les citoyens qui n’arrivent pas à obtenir un certificat de décharge ne pourront pas participer aux élections.

Les autorités inconstitutionnelles, de facto, qui occupent le pouvoir d’Etat  par consensus, adoptent clairement une position d’exclusion qui démontre clairement leur prétention de garder le pouvoir. Une grande menace plane ainsi sur le processus électoral. On se demande même si cette stratégie  du Premier Ministre de facto ne fait pas partie d’une démarche de déstabilisation du processus électoral.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
27 Avril 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire