mercredi 1 avril 2015

Joanas Gué, Bellerive, Jude Célestin, Wilson Jeudi face à l'impossible Certificat de décharge.-


La gestion des Fonds PretroCaribe ne date pas de 2010. L'utilisation de ces recettes pétrolières remonte à la Présidence de René Préval. On connait toute l'histoire des lois d'urgence et des contrats de Jean Max Bellerive avec des compagnies dominicaines. La différence, est que sous le gouvernement de Préval l'argent était dépensé à travers des compagnies amies, sans résultat, sans aucune visibilité, tandis qu'avec l'équipe TET KALE du gouvernement Martelly-Lamothe, les projets sont connus, vus et sus, le peuple en est témoin, le changement est visible.

Aujourd'hui, une propagande tente de faire du Premier Ministre Laurent Lamothe l'unique responsable de la gestion des fonds PetroCaribe; elle qualifie de gaspillage les projets sociaux dirigés dans l'intérêt des couches les plus défavorisées.

Le Premier Ministre Lamothe, habitué à des audits dans les entreprises, ne peut pas contester le principe de décharge. Sans doute, il comprend mieux que tout le monde que diriger l'Etat marche avec l'obligation de rendre des comptes; la Constitution de la République, les lois et même le dernier décret électoral font de l'occupant de chaque poste au niveau de l'Etat un dirigeant responsable qui a l'obligation de rendre des comptes sur sa gestion.

Le Maire Wilson Jeudi qui vient de démissionner en vue de se porter candidat, doit avoir son certificat de décharge; tous les anciens ministres, tous les anciens directeurs, les administrateurs y sont astreints. C'est le cas pour l'ancien Ministre des Affaires Sociales, Yves Cristallin de Me Newton St-Juste, pour Jude Célestin du CNE (Centre National d'Equipement), pour l'ancien Ministre de l'Agriculture, Joanas Gué, Jean Max Bellerive, Jacques Edouard Alexis...

Contrairement à la propagande anti-Lamothe qui veut faire croire qu'obtenir décharge est un obstacle insurmontable, les anciens Premiers Ministres sont moins paralysés par cette procédure que les ministres, les directeurs généraux, les administrateurs qui avaient accès direct aux trésors publics.

Faut-il signaler qu'un Premier Ministre, étant un maestro qui fait jouer les musiciens, il ne peut pas être responsable de l'émission d'une fausse note. En réalité, un Premier Ministre haïtien ne gère pas beaucoup, sa politique publique a été adoptée et votées par le parlement.

Dans le cas spécifique des fonds PetroCaribe, il est clair que l'institution responsable est le BMPAD (Bureau de Monétisation des Programmes d'Aide au Développement ) que dirigeait M. Michael Lecorps. Les ministres des finances, Wilson Laleau et Marie Carmelle Jean-Mary, avaient la gestion directe des fonds. D'autres ministres qui avaient la gestion directe des projets partagent cette responsabilité.

Alors, la décharge administrative ne peut en aucun cas poser un problème pour un ancien Premier Ministre, et dans le cas qui nous concerne, pour le Premier Ministre Laurent Lamothe.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
1 Avril 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time."
(Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire