mercredi 27 mai 2015

Décharge/Rapport de la Cour supérieure des comptes: Laurent Lamothe contre-attaque pour sauver son honneur -




Sa gestion à la tête de la Primature et du ministère des Affaires étrangères est jugée correcte par la Cour des comptes. Cependant, Laurent Lamothe a de grands soucis à se faire quant à sa gestion à la tête du ministère de la Planification. Le rapport de la Cour des comptes transmis au Sénat révèle de nombreuses irrégularités dans l'utilisation des fonds post-Sandy.  L'ex-Premier ministre, qui a rejeté ce dernier rapport de la Cour des comptes, s'est expliqué mardi devant la presse et annonce une contestation en bonne et due forme par-devant le Sénat.
 
Depuis sa démission le 14 décembre dernier à la tête de la Primature, c'est la première fois que Laurent Lamothe convoque la presse. Pas pour faire le bilan de ses réalisations d'ancien chef de gouvernement ni pour parler de sa candidature à la présidence encore, moins pour faire l'éloge de son ami président de la République. Après cinq mois de silence, Laurent Lamothe monte au créneau pour dénoncer, rejeter et contester le rapport de la Cour des comptes sur sa gestion à la tête du ministère de la Planification.
 
Standing ovation pour Laurent Lamothe dans la grande salle de l'hôtel Le Plazza où il avait convoqué la presse le mardi 26 mai pour une déclaration, contrairement à la conférence de presse annoncée. Accueilli par plusieurs centaines de ses partisans, pour la plupart des jeunes venus des quartiers défavorisés de la capitale, l'ancien Premier ministre avait également à ses côtés plusieurs de ses anciens directeurs généraux et d'anciens ministres comme François Guillaume 2, ex-titulaire du MHAVE, Fresnel Jean-Baptiste, ancien directeur général de l'Administration générale des douanes, Antoine Atouriste de l'ULCC, Donald Paraison du SMCRS, entre autres.
 
Dans une ambiance de manifestation avec des slogans du genre : viv Lamothe, Lamothe pou 5 an, si Lamothe pa la kiyès k ap ranplase l ?, si Lamothe pran kanè na p mete dife… L'ancien homme fort de la Primature a présenté des documents justifiant une gestion saine quand il a été à la tête du ministère de la Planification.
 
Laurent Lamothe a souligné qu'il a de sérieuses réserves sur le rapport de la Cour des comptes relatif à sa gestion à la tête du ministère de la Planification. Selon lui, il y a eu des erreurs flagrantes dans ce rapport sur les 12 transactions qu'il contient.
 
Tout l'exercice de Laurent Lamothe consiste à prouver qu'il n'avait pas personnellement dépensé les 4 milliards 225 millions de gourdes inscrites dans le rapport post-Sandy. De cette somme, on lui demande de justifier 3 milliards 425 millions de gourdes. On reproche aux ministères des Travaux publics, de l'Agriculture,  des Affaires sociales, au FAES et au SMCRS de n'avoir soumis aucun rapport en ce sens. « On met tout ceci sur le dos de Laurent Lamothe », a-t-il dénoncé.
 
L'ancien chef de gouvernement dit détenir un rapport qui contient tous les détails sur les réalisations post-Sandy, mais la Cour des comptes ne l'avait pas utilisé dans son travail, a-t-il regretté. « En toute conscience, j'assume ce que j'ai géré. Mais on ne peut pas me faire assumer ce que je n'ai pas géré », a-t-il déclaré comme pour prouver son innocence.
 
Selon M. Lamothe, alors qu'il avait envoyé un rapport au ministère des Finances pour justifier l'utilisation de plus d'un milliard de gourdes, deux ans après et au moment de déclarer sa candidature à la présidence, il a reçu une correspondance dudit ministère indiquant qu'il n'a reçu aucun rapport. L'ex-Premier ministre a souligné avoir tous les accusés de réception de tous les rapports déposés au ministère des Finances.
 
On lui demande de justifier également la somme de 128 millions de gourdes pour le groupe TRAM qui a réalisé les travaux de supervision du projet du warf de Jérémie « sous prétexte qu'il n'existe aucun contrat en ce sens ». A ce moment dans sa déclaration, Laurent Lamothe a donné lecture du contrat approuvé par la Cour supérieure des comptes reconnaissant le travail de cette firme.
 
En outre, il a dénoncé le fait qu'on a mis sur son compte l'utilisation des 1.4 milliard de gourdes pour les fonds communaux, en raison de 10 millions de gourdes par commune. Là encore, Laurent Lamothe dit disposer des rapports qui prouvent le contraire.
 
Dans les fonds utilisés dans le cadre des programmes post-Sandy, Laurent Lamothe a indiqué avoir dépensé uniquement 18%, soit 775 millions de gourdes et il dit être en mesure de le justifier. Selon lui, le rapport de la Cour supérieure des comptes est émaillé d'erreurs et a été réalisé avec beaucoup de légèretés.
 
2.4 millions de dollars pour l'hélicoptère du président Martelly
 
Parmi les fonds utilisés et qui ont été mis sur le compte de l'ex-Premier ministre, il y a l'argent de l'IMFESA, la compagnie d'hélicoptère qui s'occupe des déplacements du chef de l'Etat.  Selon Laurent Lamothe, ce service a coûté 2.4 millions de dollars au Trésor public. Il refuse que cette somme soit portée à son passif.
 
Laurent Lamothe a réfuté également l'utilisation de la somme de 850 000 dollars américains dans le cadre des travaux de IBI/DAA. Il a aussi parlé de 387 motocyclettes achetées en une année par l'Etat haïtien à Appolo Motors pour plus de 33 millions de gourdes qu'on lui demande de justifier. Encore sur ce point, l'ancien Premier ministre indique qu'il dispose de documents prouvant qu'il n'y a aucune irrégularité dans cet achat. 
 
L'ancien chef du gouvernement a annoncé qu'il va écrire au Sénat pour contester les conclusions du rapport sur sa gestion au ministère de la Planification et pour demander de corriger les erreurs. Il soumettra au Sénat tous les rapports des ministères susmentionnés et tous les  contrats ou documents qui justifient sa bonne gestion.
 
Cependant, il a reconnu que sur les plus de 28 milliards de gourdes allouées au ministère de la Planification, il y a moins de 0,027% d'irrégularités. M. Lamothe a fait savoir qu'il n'acceptera pas cette injustice. Selon lui, le rapport de la Cour supérieure des comptes a des implications politiques. Avec ce genre de rapport, il peut dire adieu à tout espoir d'avoir un certificat de décharge pour soutenir sa candidature à la présidence.
 
Dans la lutte, a-t-il dit, pour changer les conditions de vie des plus vulnérables, il y aura toujours des persécutions. Haïti est un pays mangeur d'hommes, a-t-il dénoncé. Mais M. Lamothe a ajouté qu'il va continuer à se battre pour la moralité dans le pays. « Si vous n'êtes pas des kidnappeurs, vous n'avez pas besoin d'avoir peur de moi », a-t-il scandé sous les applaudissements de ses partisans.

Robenson Geffrard 

rgeffrard@lenouvelliste.com

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

Enregistrer un commentaire