jeudi 7 mai 2015

Du Daly Valet ANALYSTE au Daly Valet POLITICIEN! (Texte de @CyrusSibert)


Ce mercredi 6 mai 2015, un nombre important de gens ont rapporté ce qui devrait être une analyse du Journaliste Daly Valet sur la question électorale et plus spécialement sur la question de Décharge.

Monsieur Valet aurait dit sur les ondes que la décision de Me Boniface ALEXANDRE de donner Décharge par décret à certains fonctionnaires de l'Etat était un "désordre" à ne pas répéter.

1- Nous continuons d'utiliser le conditionnel parce que nous ne croyons pas que le Daly Valet que l'opinion publique connaissait comme un personnage INSTITUTIONNALISTE aurait jamais ignoré que le Décret en question est l'oeuvre de la PRESIDENCE, une institution nationale et Constitutionnelle, adoptée en situation exceptionnelle i.e. en vertu de l'application de l'Article 136 de la Constitution.
Depuis le 12 janvier 2015, Haiti évolue en situation exceptionnelle, sous l'égide de l'article 136 et cette PRESIDENCE a l'obligation de résoudre ce problème en suivant les antécédents qui ont permis de résoudre ce genre de problème afin de protéger la cohésion sociale et la stabilité politique.

2- La compétence de Boniface ALEXANDRE sur ce sujet n'est pas à démontrer. L'ancien Chef d'Etat est un homme de loi, ancien Juge de carrière, ancien Président de la Cour de Cassation, Professeur de Droit. On se demande si Boniface ALEXANDRE et Madame Ertha Pascal TROUILLOT ne sont pas les deux Chefs d'Etat les plus compétents de notre histoire contemporaine. Aussi, devons nous comprendre l'efficacité de la gouvernance de ces deux juges qui ont pu sortir Haiti du chaos politique par adoption de mesures, de décisions capables de créer la confiance en vue d'organiser des élections inclusives.
Daly Valet doit au moins respecter la compétence de Boniface ALEXANDRE sur ce dossier.

3- Le décret du Président ALEXANDRE n'a jamais été attaqué ni remis en question par le Parlement, par aucune autre institution Républicaine ni par des tiers. Le décret a été motivé par les rapports favorables de la Cour Supérieur des Comptes. Monsieur ALEXANDRE a agi sur "AVIS FAVORABLES DE LA COUR DES COMPTES". N'ayant eu aucune ambition de GARDER LE POUVOIR, il ne se sentait pas menacé par la participation de tous dans le processus électoral. Ne voulant pas faire main basse sur les élections, c'était pas nécessaire d'adopter une politique visant à exclure les personnalités qui ont obtenues un "AVIS FAVORABLE DE LA COUR DES COMPTES". Au contraire, un tel décret en situation exceptionnelle est une preuve de la volonté d'un Exécutif à organiser des élections libres, honnêtes, transparentes et démocratiques.
Daly ne doit pas répéter l'argument non fondé du Premier Ministre Evans Paul, qui se fait passer pour le porte-parole des anti-Lamothe, en répétant sur tous les médias que ''l'Exécutif ne peut pas être juge et partie à fois, le Président Martelly ne peut pas accorder décharge à ses anciens ministres''.
On ne demande pas au Président Martelly de juger de la gestion des ces anciens Ministres. On lui demande de demander à la Cour des Comptes de faire son travail et de donner son avis sur la gestion des fonds publics. Cette Cour des Comptes qui a été réformée par le Sénat de la République, ce Sénat hostile à l'Exécutif, doit pouvoir jouir d'une crédibilité pour enquêter et présenter un rapport. Si déjà on a peur du rapport d'enquête de la Cour des Comptes, c'est parce qu'on sait pertinemment qu'il y a rien de concret dans les accusations contre Laurent Lamothe. L'audit du Venezuela annonce déjà les couleurs. La gestion était bonne! Rien à reprocher au gouvernement Martelly/Lamothe.
On ne saurait blamer Me Boniface ALEXANDRE parce qu'il a décidé en se basant sur des Avis favorables de la Cour des Comptes. Aussi, ne peut-on blamer le bailleur de fonds qui a constaté après audit que son argent a été bien géré. D'ailleurs, l'OPL n'avait-il pas fait appel à une firme privée pour faire l'audit de la gestion de Jacques Edouard Alexis comme ministre de l'éducation nationale?

4- On ne voit pas ce qui fait du Parlement un élément indispensable dans le processus de Décharge. Son travail n'aurait été que politique. Une monstruosité, vu que ce parlement peut accorder décharge à des anciens comptables ou ordonnateurs qui ont un "AVIS DEFAVORABLE" et en refuser à ceux qui ont un "AVIS FAVORABLE". C'est un non sens tristement Constitutionnel que l'intellectuel VALET doit éviter de renforcer. Le parlement n'a-t-il pas accordé décharge à Jocelerme Privert en dépit de deux rapports défavorables à son encontre.


5- A moins qu'il soit influencé par des ambitions politiques, le journaliste Daly VALET qui avait présenté, récemment, une proposition anti-Constitutionnelle de sortie de crise, ne peut pas aujourd'hui se cacher derrière la Constitution pour rejeter le Décret du Président Boniface ALEXANDRE.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
7 mai 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
 
But you can't fool all the people all the time."
 
 (
 
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
 
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire