mardi 12 mai 2015

Haïti interjette appel de la décision libérant Mr. Michael Geilenfeld et, impose une interdiction de départ.-

Depuis le mercredi 6 mai 2015, le gouvernement de la République D’Haïti, représenté par Me Farah Cadet, Substitut du Commissaire du Gouvernent, a fait une déclaration d’appel au greffe du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince et par devant le Greffier Mr. Jean Serge Duvert.

La minute du greffe indique que le Substitut du Commissaire du Gouvernement a déclaré : « qu’elle entend interjeter appel et comme de fait, elle interjette appel contre le jugement rendu en matière correctionnel, le 29 avril 2015, entre le Commissaire du Gouvernement et le Sieur Michael Geilenfeld, ce pour les torts et griefs que lui cause le dit jugement. Dont acte que le comparant a signé avec nous, après lecture ».

De plus nous apprenons qu’une décision d’interdiction de départ a été adoptée contre le Directeur de l’orphelinat Saint-Joseph de Delmas 91 pour qu’il puisse rester à la disposition de la justice haïtienne dans le cadre des accusations d’agression sexuelle, de viol, d’atteinte à la pudeur et de traite d’être humain qui pèsent contre lui.

Par ailleurs, des mesures disciplinaires ont été adoptées contre Me Siteon Augustin, le Substitut du Commissaire du Gouvernement qui avait siégé lors du simulacre de jugement de Mr. Geilenfeld. Me Augustin a été « mis en disponibilité sans solde ». Le Ministre de la justice, Pierre-Richard Casimir attend un rapport détaillé du Chef du Parquet  pour déterminer les causes de son inconduite, et, au besoin, le renvoyer définitivement du parquet. L’ONG Hearts With Haïti aurait versé des pots de vin pour corrompre ce fonctionnaire de la justice haïtienne et le porter à renoncer aux charges qui pesaient contre Mr. Geilenfeld et de le libérer séance tenante, sans consulter le Chef du Parquet. 

Dans une note publiée le 6 mai dernier, le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique avait rappelé aux Commissaires du Gouvernement de toutes les juridictions du pays « l’obligation qui leur est faite par la loi, en leur qualité de garant de l’ordre social et protecteur de la société, de soutenir valablement les charges, conformément au principe de la légalité des poursuites, à l’occasion des procès pénaux ».

Le Ministre Pierre-Richard Casimir en avait profité pour rappeler aux parquetiers que « la renonciation aux charges constitue l’exception et non la règle. Elle doit toujours être motivée par la loi et la recherche de l’harmonie sociale… qu’ils doivent toujours se comporter en défenseurs authentiques de la société ».
       
Ainsi, les victimes viennent de remporter une victoire importante dans cette bataille contre ce puissant réseau pédophile transnational qui abuse des enfants d’Haïti depuis plus de 30 ans. Une victoire qui envoie un signal fort aux prédateurs d’enfants démunis et renforce la sécurité des petits enfants d’Haïti.   

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
12 mai 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr


Enregistrer un commentaire