mardi 23 juin 2015

Daly Valet déforme la politique Dominicaine de Laurent Lamothe.-


Dans une note publiée ce week-end sur sa page Facebook, le journaliste de Pitit Dessalines, Monsieur Daly Valet a, une fois de plus, attaqué, sans scrupule, en altérant, de façon minable et dégradante, les faits relatifs à la gestion de l’ancien Premier Ministre Laurent Lamothe du dossier des ressortissants haïtiens sans papiers en République Dominicaine.

“La décision imbécile, intéressée et anti-patriotique d'un certain PM Laurent Lamothe de ramener ce "contentieux international " au plan strictement bilatéral entre Haïti et la République Dominicaine a conduit Haiti "tèt dwat " à la catastrophe humanitaire actuelle.” a écrit Daly Valet sur sa page facebook. Ce message insensé, illogique - vu que le ministre Casimir était membre du gouvernement de Laurent Lamothe- et méchante, vise à jeter la confusion, à récupérer un problème national à des fins politiciennes. Une manoeuvre qui prouve la dimension réelle d’une personnalité que beaucoup d’observateurs prenaient pour un homme d’Etat. 

Après la publication de l’Arrêt 168/13 de la République Dominicaine dépouillant les dominicains d’origine haïtienne de leur citoyenneté, la stratégie du gouvernement Martelly/Lamothe était d’interpeller l’opinion publique internationale sur cette violation des droits fondamentaux de la personne. Le gouvernement du Premier Ministre Laurent Lamothe, par l’entremise du Ministre Pierre-Richard Casimir, avait interpellé la communauté internationale en vue de faire front commun à cette loi inique. La stratégie a été multidimensionnelle. Elle était basée non sur les rapports de forces mais sur les principes de droits universels. Elle visait aussi à embarrasser la république voisine dont la velléité consistait en un nettoyage ethnique. Néanmoins, le gouvernement haïtien, pour rester fidèle aux idéaux sous-jacents à la philosophie haïtienne : Haïti, la terre de liberté des noirs, ne pouvait non plus signaler qu’il allait fermer la porte sur des personnes dont les origines remontent à Haïti.

Le gouvernement Martelly/Lamothe avait proposé la création d’une Commission mixte dirigée par deux (2) coordonnateurs spéciaux et six (6) ministres de chaque gouvernement. Dans l’intervalle, Haïti a pu obtenir un moratoire de 21 mois ; et le gouvernement en avait profité pour mettre en œuvre un programme d’identification des ressortissants haïtiens sans papiers en République Dominicaine. 

Malheureusement, depuis l’arrivée de Monsieur Duly Brutus à la tête de la Chancellerie,  ajoutée à la prise de fonction du Premier Ministre Evans Paul, résultat des fameuses négociations ayant débouché au gouvernement dit de consensus, le dossier a été ramené sur le niveau bilatéral. La diplomatie haïtienne a donc perdu son agressivité sur le plan multilatéral et les 60,000 passeports n’ont pas été commandés.

Contrairement aux affirmations erronées de Monsieur Daly Valet sur le dossier dominicain, la Commission de Haut niveau était formée avec la participation de l’Union Européenne, des Nations Unies, du Venezuela et des Etats-Unis. L’implication d’entités multilatérales et des pays amis d’Haïti dans la gestion du dossier est une preuve que le gouvernement Martelly/Lamothe avait donné une dimension internationale à ce dossier. 

En ce temps-là, Monsieur Valet et ses amis du groupe de Bourdon déstabilisaient le gouvernement haïtien en promouvant des manifestations anti-gouvernementales qui affaiblissaient le gouvernement Lamothe et l’administration Martelly. En déstabilisant le pays, et en démantelant le gouvernement d’Haïti, Monsieur Daly Valet et Pitit Dessalines, par ricochet, ont aidé la République Dominicaine dans la mise en œuvre de sa basse œuvre. Un gouvernement dont la légitimité interne est ébranlée n’a pas la force nécessaire pour négocier des dossiers brulants au niveau international. Daly Valet/Pitit Dessalines, mission accomplie. Les pauvres dominicains d’origine haïtienne n’ont qu’à vous remercier pour avoir mené à bien ce combat au profit de l’extrême droite dominicaine. Lorsque les enjeux sont forts, les grands hommes et patriotes placent en isolement leurs intérêts mesquins et concluent des trêves. On n’a qu’à évaluer le travail des dits grands médias contrôlés par la bourgeoisie traditionnelle pour comprendre que le dossier dominicain ne les a pas trop interpellés.

Depuis le départ de Monsieur Lamothe de la Primature rien n’est fait en termes de suivi. Les nouveaux dirigeants haïtiens ont boycotté le programme d’identification des ressortissants haïtiens PIDDIH. L’ONI (Office Nationale d’Identification) n’a pas trouvé les ressources nécessaires pour continuer le programme d’identification, les 60,000 passeports n’étaient jamais disponibles. A l’instar de l’ensemble des programmes sociaux sous le parapluie de « EDE-PEP », le Programme d’identification a été aussi abandonné. Le gouvernement dit de consensus dirigé par Monsieur Evans Paul n’a-t-il pas fermé les yeux sur l’application des sanctions sur l’importation des œufs et des assiettes polluantes en FOAM ?

Monsieur Daly Valet doit avoir le courage de dire que le Groupe de Bourdon qui contrôle les prétendus grands médias, les cerveaux bourrés de la capitale haïtienne et qui dispose de gros intérêts économiques en République Dominicaine n’a pas apprécié l’agressivité du gouvernement Lamothe face à la République voisine. Pour preuve, les intellectuels, les journalistes et les médias haïtiens ont complètement ignoré ce dossier, alors que la presse dominicaine en faisait son sujet principal. On se demande si l’acharnement contre Lamothe ne s’alignait pas à une stratégie de protéger les intérêts des bourgeois haïtiens en République voisine ? Une bourgeoisie Monsieur Valet a qualifié de patriotique !

Faut-il rappeler que le Coordonnateur de l’OPL, Sauveur Pierre Etienne avait dénoncé la décision de l’oligarchie dominicaine de financer la déstabilisation du gouvernement Martelly/Lamothe à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars américains.

On se demande pourquoi Monsieur Daly Valet ne parle plus de dérives, de la mauvaise gouvernance, de la corruption, des malversations en cours, alors que la décote de la gourde s’accélère, et la contrebande, causant un déficit de 1 milliard de gourdes en mai 2015 au niveau de la douane, bat son plein? Les scandales ne manquent pas au ministère des affaires sociales où 120 millions de gourdes qui devaient alimenter les cantines populaires ont disparues, des conflits au Ministère de l’intérieur pour des questions de fonds détournés vers des comptes privés, etc…et, sans parler de libérations de kidnappeurs, de criminels, et de la reconstitution des gangs qui reprennent du service dans la zone métropolitaine.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
23 juin 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire