vendredi 10 juillet 2015

Bastonnade de Kiko Saint-Rémy : Evans Paul met en doute la version des faits rapportée par le Ministre Fresner Dorcin.-

[« Si c’est vrai qu’il y a eu agression, je la condamne, mais il reste à établir ce qui était à la base de cette agression physique que le ministre déclare avoir subie » , « Je ne crois pas que M. Saint-Rémy soit quelqu’un de déraisonnable. Chacun à son tempérament... » dixit Evans Paul]
___________

C’est à Évans Paul que le ministre de l’Agriculture a porté plainte contre Ki Saint-Rémy. Dans une conversation verbale avec le Premier ministre, Fresner Dorcin lui a fait savoir qu’il a été agressé physiquement par le frère de la première dame, Sophia Saint-Rémy Martelly. « Je lui ai dit que si une chose aussi grave est arrivée, j’aimerais qu’il me saisisse formellement de la situation, c’est-à-dire par écrit », a répondu le chef du gouvernement à M. Dorcin. Dans une interview exclusive accordée au Nouvelliste sur le dossier, le chef de la Primature a déclaré que « toute puissance à ses limites ». 

Pour avoir été lui-même victime de brutalités dans le passé, Évans Paul a condamné, d’entrée de jeu, toute forme de violence. « En aucun cas, je n’accepterai l’agression a-t-il martelé depuis Milan où il est accompagné d'une importante délégation composée en partie de designers et de spécialistes haïtiens en art culinaire.

Evans Paul était sur le point de quitter le pays la semaine dernière pour Oslo où il allait participer au sommet mondial sur l’éducation pour le développement quand Fresner Dorcin lui a confié qu’il avait été agressé physiquement par Kiko Saint-Rémy, beau- frère du chef de l’État. « J’ai l’habitude de parler à M. Saint-Rémy, c’est quelqu’un que je connais. L’incident est arrivé juste avant mon départ », a indiqué Evans Paul, soulignant qu’il n'arrive pas encore à saisir ce qui s’est passé entre son ministre et le beau-frère de Michel Martelly, Kiko Saint-Rémy. 

Parce qu’il n’a entendu qu’une seule version des faits, le Premier ministre n’a pas voulu trop s’aventurer dans le dossier, du moins pour le moment. « J’ai beaucoup de responsabilités envers le ministre, un membre du gouvernement que je dirige. Je lui dois une certaine protection, tout comme je dois de la protection à la population. Mais, on doit avoir les deux sons de cloche », a-t-il dit. Avant de se positionner sur le dossier, le chef du gouvernement entend d’abord faire une évaluation de l’agression. 

« Si c’est vrai qu’il y a eu agression, je la condamne, mais il reste à établir ce qui était à la base de cette agression physique que le ministre déclare avoir subie », a-t-il ajouté. « Quelle que soit la personne qui pose un acte contraire à la loi, cela devient une affaire civile », a-t-il souligné comme une mise en garde. Le Premier ministre a laissé comprendre qu’il revient au ministre de saisir les autorités judiciaires compétentes... 

Interrogé sur Kiko Saint-Rémy qui, dit-on, est un élément très puissant au sein du pouvoir, Évans Paul a déclaré de façon spontanée que « la puissance a ses limites « Je ne crois pas que M. Saint-Rémy soit quelqu’un de déraisonnable. Chacun à son tempérament... », a-t-il dit, soulignant à nouveau qu’il ne souhaite pas en dire davantage puisqu’il n’a pas encore évalué la situation. 

En revanche, Évans Paul ne comprend pas comment quelqu’un peut frapper un autre encore moins un ministre, une autorité du gouvernement. « Maintenant, s’il se révèle que même un ministre n’est pas en sécurité, du point du vue de l’image que cela projette, ce serait une catastrophe pour le pays », a-t-il déclaré.

- See more at: Le Nouvelliste 

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire