lundi 12 octobre 2015

Anti-TETKALE, Des journalistes haïtiens continuent de propager les mensonges de l'ancienne opposition radicale.-


On reproche souvent à certains media de se contenter de diffuser des informations taillées sur mesure par l’Exécutif. Plus d’un y voit de la propagande, de la corruption. Mais que dit-on des ces journalistes relayant les mensonges de l’opposition politique radicale dont l’unique objectif est de salir l’image du gouvernement, une étape de la subversion?

Lors du passage de M. Jovenel Moise, - le candidat à la présidence présenté par le parti PHTK au pouvoir, à l’un des plus grand show politique de la capitale haïtienne, un journaliste lui a demandé s’il ne sent pas embarrassé par les accusations de corruptions qui affectent la crédibilité de sa famille politique, spécialement en ce qui concerne le programme PetroCaribe.

Confronté à la réponse spontanée de M. Moise exigeant de ce journaliste un seul dossier, une seule preuve corroborant ces accusations, ce dernier a du garder un mutisme sonore.

Pourtant, l’ex-Premier Ministre Laurent Lamothe s’était présenté à plusieurs reprises dans les médias, et particulièrement aux studios de ce dit journaliste, munis de tous les dossiers et des preuves démontrant que les accusations de corruption étaient une invention, un produit de l’imagination des extrémistes de l’opposition, des allégations fomentées dans le cadre d’une stratégie de lutte politique antidémocratique visant à renverser l’administration légitime du président Michel J. Martelly.

De plus, M. Lamothe avait présenté tous les rapports sur les fonds décaissés lors de son passage au ministère du Plan. Il a été établie que l’ex-Premier Ministre était victime d’un complot d’Etat visant à saboter sa candidature à la présidence. Pour preuve, l’ambassadeur du Venezuela a présenté lors de deux (2) conférences de presse, des rapports d’audit du gouvernement Venezuela qui se dit satisfait de la gestion par le gouvernement haïtien des fonds reçus dans le cadre du programme PetroCaribe :

[« Nous sommes totalement satisfaits de la gestion d’Haïti du PetroCaribe ». Le Venezuela n’a rien à reprocher au gouvernement haïtien dans la gestion du programme PetroCaribe. C’est l’ambassadeur de la République bolivarienne accrédité à Port-au-Prince qui l’affirme. Dans une interview exclusive accordée mercredi au Nouvelliste, le diplomate Pedro Antonio Canino Gonzalez considère que les autorités haïtiennes font une utilisation « transparente » des fonds du programme contrairement à ce qu’a déclaré l'envoyée spéciale de la Banque mondiale récemment.] — lit-on dans le journal le Nouvelliste en date du 11 décembre 2013.

Le mardi 05 Mai 2015, sur le site de HaitiPressNetwork, il est publié: 
[ Lors d’une conférence de presse, le mardi 5 mai, l’ambassadeur du Venezuela en Haïti Pedro Antonio Canino González a annoncé que le gouvernement vénézuélien, suite à un audit réalisé pour la période allant de 2012 à 2014, est satisfait de la bonne gestion des fonds Petro Caribe par le gouvernement d’Haïti, a constaté HPN. Dans une lettre datée du 23 avril 2015, adressée au Directeur Général du Bureau de Monétisation des programmes d’aides au Développement (BMPAD), le président du PDV Caribe S.A Bernardo Alvarez Herrera félicite le gouvernement Haïtien du succès constaté dans l’exécution des projets et le choix des investissements.
Le montant élevé de la dette d’Haïti ne pose pas de problème soutient l’ambassadeur, car Haïti paie régulièrement  et est à jour dans ses factures. ] — Fin de citation.

Sur la station de radio en question, toutes les questions ont été posées, les réponses ont été fournies aux journalistes qui exerçaient leur liberté de presse. Faut-il rappeler que ces derniers s’étaient montré satisfaits des explications de l’ex-premier Ministre.

Comment expliquer que ces mêmes journalistes reviennent avec les mêmes allégations de corruption sans avancer des preuves ni des faits nouveaux? Peut-on parler de presse indépendante quand on s’obstine à répandre de fausses informations pour plaire les leaders de l’aile radicale de l’opposition? L’implication des membres de la famille présidentielle dans la gestion de certains programmes rentre dans un schéma classique de solidarité familiale connu chez les Martelly. Cette solidarité familiale qui est certes un atout en terme d'entraide, les rend vulnérables aux accusations de l’opposition. Toutefois, il faut des preuves pour soutenir ses allégations.

C’est étrange que cette frange de la presse haïtienne qui ignore les rapports bien documentés de M. Paul Denis, ancien Sénateur et ex-Ministre de la justice, sur les pratiques de corruption et de blanchiment d’argent du régime Lavalas, puisse accuser gratuitement le pouvoir TET KALE.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
13 octobre 2015
@reseaucitadelle

Références : 

1- Décembre 2013 — Coopération/Haïti-Venezuela : « Nous sommes totalement satisfaits de la gestion d’Haïti du PetroCaribe »

2- Mai 2015 — Haïti-Coopération : "Bonne gestion des Fonds Petro Caribe par Haïti" dixit le Venezuela (+ VIDEO)

3- Pedro Canino: ''Nous sommes satisfaits de la gestion du fonds PetroCaribe de 2012 à 2014. 

4- LAURENT LAMOTHE, DÉNONCE DES "ERREURS FLAGRANTES" FIGURÉES DANS LES RAPPORTS D'AUDIT DE LA COUR DES COMPTES.-

5- Fonds Post-Sandy : Un audit de la DSE-MPCE ne révèle aucune irrégularité dans la Gestion de @LaurentLamothe.-

6- Interview - Haiti Debat - Mardi 26 Mai 2015 - [Scoop FM]
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire