samedi 7 novembre 2015

#Haiti-Elections2015: Mobilisation Provinciale pour la Libération Nationale (MPLN).-

Le Général Henry Christophe l’avait compris. Les snobes, les néocolonialistes de Port-au-prince n’accepteront jamais le développement endogène d’Haiti. Ils ne cherchent qu’à placer des marionnettes au pouvoir pour renforcer leur système colonial interne : La réalité France/Saint-Domingue devient République de Port-au-Prince/villes de Province. Le progrès passe par une rébellion du “pays réel” face au "pays de façade" des agents du statu quo ante.

En 4 ans, le pouvoir TET KALE a démontré son intérêt pour le développement des villes de province. Le président Michel Martelly et la 1ère Dame Sofia Saint-Rémy Martelly, tous deux originaires de Province, ont compris que la reconstruction d’Haiti et le développement de son potentiel économique passent aussi par des investissements en dehors de la capitale. 

C’est d’ailleurs l’approche du Département d’Etat Américain que les groupes réactionnaires comme celui connu sous l’appellation de “Groupe de Bourdon” combattaient. On leur avait bien dit que la reconstruction d’Haiti passe par le développement de nouveaux pôles économiques en Haiti : l’aéroport du Cap-Haïtien, le parc industriel de Caracol, un campus universitaire à Limonade, le développement de la cote Sud, des infrastructures dans toute la presqu'ile du Sud, la rénovation des infrastructures urbaines dans les villes de province… 

Aussi, durant les 4 dernières années, a t-on vu les manoeuvres de la réaction: Des investissements comme le développement de l’Ile à Vache, les fonds communaux, les Plans spéciaux et la construction des infrastructures sportives et scolaires en province ont été qualifié de gaspillage. Le Premier Ministre Laurent Lamothe tant aimé par la grande majorité des haïtiens de l’intérieur comme de l’extérieur est décrié sur certains grands médias de la capitale que contrôle la réaction. L’engouement de l’Administration Martelly pour les villes de province est à leurs yeux une dérogation de la règle qui veut que 80% des ressources restent dans la capitale haïtienne, que l’aide internationale et les prêts à Haiti servent à financer la vie de luxe de l’élite la plus répugnante de l’Amérique au travers des ONG ou des compagnies bidons de construction.

Ces petits pédants qui traditionnellement font peu de cas des agriculteurs, des planteurs et des paysans de l’ “arrière pays” qu’ils considèrent comme leur arrière cour, utilisent leur appareil idéologique pour intoxiquer l’opinion publique, se livrer à la subversion active sans aucun respect pour le système démocratique, en violation même des principes déontologiques de la presse, de la loi et de la Charte démocratique des Amériques, cachant leur comportement réactionnaire derrière un anti-Martellisme sans fondement qui leur sert de prétexte pour manipuler les nostalgiques de l'ancienne gauche haïtienne.

Face aux idées de changement réel et de développement endogène, ils organisent la réaction. Ils ne peuvent pas tolérer que par le jeu démocratique, les privilèges et le pouvoir d’Etat  leur échappent au point de tomber aux mains d’un planteur de banane qui prône une économie de production nationale en lieu et place de l’actuelle économie de rente qui aggrave les dissensions sociales. 

La réponse à cette situation antidémocratique est la mobilisation des villes de province. C’est inadmissible que cette minorité cherche à nous imposer le statu quo ante par des agitations dans la capitale haïtienne. Accepter une telle situation, c’est se considérer comme esclaves de cette minorité de Port-au-Prince. Une mobilisation provinciale s’avère indispensable pour combattre le statu quo ante par tous les moyens et imposer le respect du jeu démocratique.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle
7 novembre 2015

Lisez : Le refus des politiciens de la République de Port-Au-Prince d'accepter le vote national justifie la sécession en ‪#‎Haiti‬.- http://reseaucitadelle.blogspot.com/2015/11/le-refus-des-politiciens-de-la.html
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire