mercredi 11 novembre 2015

Le Député Antoine Rodon Bien-Aimé pris en flagrant délit de mensonge.-


Aucune personne du nom de Sylvain Cotté n'a travaillé avec le Premier Ministre @LaurentLamothe. De plus, le photographe Pierre Coté qui faisait partie du staff de communication du Premier Ministre Lamothe est retenu en Afrique, au Gabon depuis des mois. Il n'était pas en Haiti le 25 octobre dernier.

"Le méchant fait toujours une oeuvre qui le trompe!!!"

Ce complot Lavalas pour discréditer les élections ne passera pas. D'entrée de jeu, on voit un député infiltré trahi le PHTK. On avait pourtant mis en garde les conseillers politiques du Président Martelly sur ces manoeuvres des anarcho-populistes qui ne chômeront pas.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien. Haiti
=================

Un élu du PHTK accuse l'Unops de fraude 

Antoine Rodon Bien Aimé, élu du parti présidentiel Parti Haïtien Tet Kalé (PHTK), a jeté un pavé dans la marre en accusant un canadien Sylvain Cotté, responsable de l'Unops, d'avoir orchestré les fraudes massives lors du scrutin du 25 octobre.

Selon M. Bien Aimé, élu au premier tour dans la circonscription de Cerca Cavajal, M. Cotté avait été un employé de la mission de l'Organisation des Etats Américains en Haïti (OEA) a Port-au-Prince et un membre du cabinet particulier du Premier Ministre Laurent Lamothe. 

Il accuse également la représentante du secrétaire général de l'ONU et cheffe de la Minustah, Sandra Honoré, d'avoir fait des recommandations pour aider au recrutement de M. Cotté à l'Unops. Les responsables de la Minustah savaient à l'avance que l'Unops aurait la charge de la logistique des élections, a insisté M. Bien Aimé.

Les accusations de M. Bien Aimé, membre du parti présidentiel, concordent avec les dénonciations des leaders de l'Opposition. 

M. Bien Aimé révèle que M. Cotté a introduit de faux procès verbaux au Centre de Tabulation des Votes (CTV). Il a changé les procès verbaux pendant le transport, explique M. Bien Aimé accusant la mission de l'Onu d'avoir facilité les fraudes massives. 

D'après l'élu du PHTK les conseillers électoraux sont informés de la supercherie. Ils ont peur pour leur vie et refusent de dire la vérité, argue M. Bien Aimé.

En ce qui a trait au procès verbaux introduits frauduleusement dans le Centre de Tabulation, M. Bien Aimé soutient qu'il s'agit de vrais procès verbaux commandés par le Conseil Electoral Provisoire (CEP). Ces procès verbaux supplémentaires avaient été attribués à une firme haïtienne dont le propriétaire est un employé du Palais National, indique M. Bien Aimé. 

C'est la première fois qu'un élu du parti présidentiel accuse des membres de son parti, du gouvernement et des représentants de la Mission onusienne d'implication dans les fraudes massives. 


LLM / radio Métropole Haïti
Enregistrer un commentaire