vendredi 25 décembre 2015

Crise politique/Elections : Jude Célestin et le G-8 évaluent différemment la Commission d’évaluation.-

Après environ deux mois de collaboration et de prise de positions communes contre les résultats du premier tour de la présidentielle, Jude Célestin et le G­8 sont divisés sur la formation de la Commission d'évaluation électorale indépendante. Pour Lapeh, cette structure est un pas dans la bonne direction alors que pour Me Samuel Madistin, porte­-parole du G­8, la Commission n’inspire pas confiance. La plate-forme politique Pitit Dessalines de Moïse Jean­-Charles rejette tout simplement la Commission. 

Première divergence publique entre les membres du G­8 désormais fameux. L'installation de la Commission d'évaluation électorale indépendante, mardi soir, « est un pas dans la bonne direction », a déclaré Gérald Germain, conseiller politique de Jude Célestin sur Magik 9 mercredi matin. Le chef de campagne du candidat à la présidence de Lapeh, a souligné que c’est la position de M. Célestin qu’il relate. 

Le candidat de la Ligue alternative pour le progrès et l'émancipation a toujours conditionné sa participation au deuxième tour des élections à la formation d'une commission d'évaluation électorale en vue de faire la lumière sur ce qui s'est réellement passé le 25 octobre dernier, a rappelé le conseiller politique de Jude Célestin. Selon l’ancien ministre, M. Célestin voulait que des secteurs de la vie nationale puissent participer dans la désignation des membres de la Commission. Il a laissé comprendre que c’est le cas avec cette commission. 

« Nous avons beaucoup de respect pour les personnes qui ont été préalablement désignées, mais nous croyons qu'il était nécessaire qu'elles soient mandatées par leur secteur », a fait remarquer Gérald Germain, faisant référence à la commission mort­-née nommée par arrêté le 16 décembre dernier. Mais maintenant, a­ t­-il laissé comprendre, Jude Célestin se retrouve dans cette nouvelle composition avec des personnalités désignées par l'Eglise catholique, le secteur protestant, la Confédération des vaudouisants haïtiens, les organismes de défense des droits humains et l'Initiative de la société civile. 

« C'est vrai que les membres du Conseil électoral provisoire, aujourd'hui très décriés et sur lesquels pèsent des accusations de corruption ont été désignés par ces mêmes secteurs, mais, en tant qu'Haïtiens, nous ne pouvons pas demander à ce que ce soient des Français, des Anglais, des Américains ou des Espagnols qui viennent apporter les corrections à notre place. Nous sommes obligés de recourir à ces mêmes secteurs pour trouver des personnalités qui nous permettront de faire la lumière sur ce qui s'est passé le 25 octobre », a expliqué Gérald Germain. 

Jude Célestin et son équipe ne veulent pas envoyer l'image d'éléments de blocage. « Nous n'avons pas une attitude de blocage », a dit M. Germain, ajoutant que tout ce que l’équipe de M. Célestin souhaite, c'est que le pays puisse trouver une solution à la crise électorale. 

Dans son dernier communiqué publié le 22 décembre, le jour même de l'installation de la Commission d'évaluation électorale indépendante, le G­8 a réaffirmé sa détermination à lutter jusqu'au bout pour arriver à la formation d'une commission d'enquête indépendante de vérification électorale. Pour Gérald Germain, l'appellation importe peu. « Nous avons une seule attente: que la vérité soit faite sur la journée électorale du 25 octobre », a soutenu l'ancien ministre des Affaires sociales. 

Puisque, a­ t­-il souligné, les commissaires ont été désignés par plusieurs secteurs de la vie nationale, le problème de l'indépendance de la commission ne se pose pas. Mais cela ne veut pas dire que les membres de la commission ont un chèque en blanc, a précisé M. Germain. « Nous allons les suivre au pied du mur et nous resterons vigilants pour voir s'ils vont travailler au profit du gouvernement", a­ t­-il dit comme une mise en garde. Selon le conseiller politique de Jude Célestin, les membres de cette commission mériteront la reconnaissance de la nation ou seront jetés dans la poubelle de l'histoire en fonction des méthodes utilisées dans le cadre de leur mission et des résultats obtenus. 

Cette fois, Jude Célestin et le G­8 ne sont pas sur la même longueur d’onde 
Au cours de son intervention sur Radio Magik 9, Gérald Germain a souligné que la position de Jude Célestin n'a pas encore été discutée au niveau du groupe des huit. « Lors de notre prochaine rencontre, nous allons défendre notre position », a­ t­-il annoncé. Il a fait remarquer au passage que tous les membres du G­8 sont des gens responsables. C'est pourquoi, a­ t-­il affirmé, dans tous les documents qu'ils ont signés, ils ont pris le soin de mentionner qu'ils ne se départiront pas de leurs positions idéologiques et politiques. 

Pour Me Samuel Madistin qui, ces derniers jours, signe les communiqués du G­8, « après la formation de cette commission, la position du groupe des huit n’a pas changé ». Selon lui, en dépit du replâtrage de la structure, elle reste et demeure une commission présidentielle qui n’inspire pas confiance. En outre, a­t­il ajouté, le pouvoir n’a pas tenu compte de la voie tracée par le G­8 pour former la commission. 

Me Madistin croit savoir que cette Commission de cinq membres ne va faire que valider un rapport déjà élaboré plaçant maintenant Jude Célestin en première position et Jovenel Moïse en deuxième tout en fixant le second tour de la présidentielle pour le 24 janvier. Selon lui, c’est aussi cela l’agenda de la communauté internationale. 

Le porte­-parole du G­8 n’a pas voulu réagir sur les déclarations du chef de campagne de Jude Célestin, Gérald Germain. Pour Samuel Madistin, le G­8 est une structure composée de huit candidats à la présidence, « je ne vais pas réagir sur les déclarations de quelqu’un d’autre », a­ t-­il dit, soulignant que le groupe reste et demeure « uni ». Il a annoncé la poursuite des mouvements de protestations à travers le pays. 

Dans la même veine, Volcy Assad, l’un des dirigeants de la plateforme politique Pitit Dessalines que dirige Moïse Jean­-Charles, membre du G­ 8, a déclaré que « cette commission n’a rien à voir avec ce que nous avons toujours exigé ». Selon lui, le pouvoir veut conduire le pays vers une transition. 

La Commission d’évaluation électorale indépendance composée de Rosny Desroches, Euvonie Georges Auguste, Mgr Patrick Aris, Gédéon Jean et Armand Louis a commencé à travailler hier mercredi. Elle a jusqu’au 30 décembre pour présenter son rapport et faire des recommandations au CEP et au gouvernement. Entre­-temps, Pierre­ Louis Opont et son équipe ne peuvent qu’attendre.
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire