mercredi 13 avril 2016

Pédophilie: la Conférence des évêques de France annonce des mesures.-

La Conférence des évêques de France a annoncé ce mardi 12 avril des mesures pour répondre aux scandales de pédophilie. La hiérarchie catholique est sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines après la mise en cause du cardinal Philippe Barbarin, ciblé par deux enquêtes pour « non-dénonciation ».

Mieux écouter et mieux accompagner les victimes de ces actes pédophiles, tels sont les objectifs affichés de la Conférence des évêques de France (CEF). L’Eglise catholique a ainsi annoncé la mise en place de cellules d’écoute dans les différents diocèses, ainsi qu’un site internet dédié aux victimes afin de faire remonter toutes les affaires passées sous silence et d'aider les victimes à se reconstruire. « Il est nécessaire de faire la lumière sur les cas anciens », a déclaré Monseigneur Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France.

La CEF a également annoncé la création avant l'été d'une commission d'expertise indépendante. Elle sera composée de personnes laïques, de psychologues ou encore de magistrats. Sa mission sera de conseiller les évêques dans leurs décisions quand ils font face à des cas de prêtres pédophiles. Là encore, les cas plus anciens seront examinés. « Il faut reconnaître que ce qui s’est passé ces dernières semaines et ces derniers mois nous a permis de mieux percevoir certains manques dans notre processus de suivi, a admis Mgr Georges Pontier. Et en particulier qu’il fallait mettre des moyens à la disposition des victimes pour que plus personne ne puisse se dire : "Je n’ai pas été écouté". »

Ces mesures étaient très attendues. L’épiscopat français est sous le feu des critiques ces dernières semaines, depuis le lancement de deux enquêtes contre l’archevêque de Lyon Philippe Barbarin pour non-dénonciation d’agressions sexuelles. Il est accusé d’avoir couvert un prêtre, Bernard Preynat, ayant abusé sexuellement de plusieurs jeunes scouts entre 1986 et 1991.

« Le cardinal Barbarin a quand même bafoué les lois pénales, mais aussi les lois canoniques de sa propre institution. Il a menti. Donc, nous faire croire qu’on va prendre des grandes décisions et mettre en place des commissions, c’est très bien, mais ça ne peut pas être en présence du cardinal Barbarin au poste de premier évêque de France », estime François Devaux, président et co-fondateur de La Parole libérée, une association d’anciens scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon dont le père Bernard Preynat était l’aumônier.

Comme François Devaux, Latifa Benari se montre critique à l'égard des mesures présentées ce mardi par la Conférence des évêques de France. Mais pour des raisons différentes. Présidente de l'Ange bleu, une association de prévention de la pédophilie, Latifa Benari regrette qu'aucune action ne soit mise en oeuvre en amont. Si l'écoute des victimes est évidemment importante, il faudrait une prise en charge des pédophiles pour empêcher les actes de pédophilie, affirme-t-elle : « Si jamais quelqu'un ressent des attirances et qu'il n'est pas passé à l'acte, si on lui donnait la possibilité de le dire, il serait content de trouver de l'aide et de ne pas prendre de risque. »


____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire